Monsieur TPS

 

« TPS » étant la blague, bien connue dans l’administration municipale, d’une omniprésente et incontournable « Taxe pour Surprenant »: une ristourne sur le prix de tout ce qui se faisait comme travaux publics pour la ville de Montréal… Incroyable…

Mais à peine commencé l’interrogatoire de M. Gilles Surprenant, une bombe médiatique explose.   »Monsieur TPS » admet que, sur une dizaine d’années, il a touché 600.000 $ en pots-de-vin.  Zambito disait vrai!

Qu’avons-nous appris ? Surprenant travaille pour la ville depuis les années 70. En 1991, il prépare les plans et devis pour un contrat qu’il évalue à 250,000 $. À l’ouverture, la plus basse soumission est celle de Catania, au montant de 500,000  $. Surpris de l’énorme différence, il en discute avec un « commis » aux finances de la ville. Celui-ci dit connaître M. Catania et lui revient disant que M. Catania les invite à dîner, pour en discuter.

Le repas se termine sur cette remarque de M. Catania : « Vous savez M. Surprenant, ceux qui nous empêcherent de manger, on les tasse ». M. TPS dit qu’il a été « intimidé » par la remarque. À voir son visage devant la Commission,  20 ans plus tard, « épouvanté » semblerait plus exact…

En fait, quel choix avait-il? 1) Avertir la police? Faites-moi rire! Sous quelles preuves? 2) Canceller et retourner le projet en appel d’offre? Il l’aurait fait, si son patron avait remis en question ses justifications pour doubler le contrat, mais alors une situation bien embarrassante, car il aurait été de « ceux qui empèchent de manger »…

Son patron a signé, acceptant la soumission de Catania. 5 semaines plus tard, M. Catania le convoque à son bureau et lui remet 4,000 dollars en lui disant « Ceci pour vous remercier ». Surprenant pouvait-il ne pas prendre l’enveloppe? Son emploi est en jeu, Catania peut maintenant le faire « chanter ».

Il pense à ce qui l’attend s’il refuse. Tous se rappellent la scène dans « Le Parrain » d’une tête de cheval dans le lit de celui à qui ont a donné un avertissement « en douce ». M. Surprenant ne voulait pas une tête de cheval dans son lit et Il a pris l’enveloppe….

Absurde, cependant, d’en conclure que c’est ainsi que la mafia s’est introduite dans l’administration municipale. Catania avait déjà un contact aux finances: celui qui lui a livré Surprenant.

André Lefebvre

 

2 pensées sur “Monsieur TPS

  • avatar
    20 octobre 2012 à 13 01 36 103610
    Permalink

    Pour ceux qui « hésiteraient » à le croire, lorsque M. Surprenant avoue qu’il ne voulait pas de cet argent et qu’elle lui a rendu la vie « misérable », qu’ils regardent attentivement sa réaction, lorsqu’un policier lui présente le reste de cet argent qu’il avait remis à la commission dans un sac zip-lock.

    Il recule sa chaise comme devant l’apparition d’une bombe. Cet argent lui fait peur.

    Je ne le crois pas assez bon comédien pour vouloir consciemment présenter cette « réaction ».

    Quant à savoir pourquoi on lui a présenté ce sac d’argent. La réponse est facile: l’avocat de la commission avait besoin d’ébranler son témoin pour que les réponses prévues lui soient plus facile à « sortir ». Cet homme a eut peur pendant vingt ans; cette peur n’est pas disparue parce qu’il se met à table à la commission; loin de là.

    N’oublions pas qu’il a l’immunité aux yeux de la loi; ce qui ne veut pas dire: aux yeux de « l’Omerta ».

    Répondre
    • avatar
      20 octobre 2012 à 16 04 33 103310
      Permalink

      Malgré tout il ne faut pas oublier qu’il est le seul à avoir le courage de témoigner et d’avouer qu’il a reçu les pot de vin. Tout les autres ont nier les faits. à suivre. Je n’excuse pas le geste de M. Surprenant mais bravo pour la franchise dont il fait preuve.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *