Nano Story : La malédiction du garçon de café

Il y a des métiers de services qui perdent leur “r” avant l’érosion du temps, avant la haine légitime du client, avant l’arrivée de la CSG. Aérien et lourd à la fois, il arrive à une heure qui lui est relative, dans des dispositions proportionnelles aux précédents pourboires. Derrière son sourire d’horodateur, il récite ses gammes poussivement et à l’impératif, en s’impatientant de la légèreté de son audience. Il use et abuse de la troisième personne du singulier pour caractériser la nature toujours outrancière de son public aléatoire ou régulier. Mais il sait que celui-ci est son fond de commerce et, qu’accessoirement, il remplit la caisse. Alors il cherche en lui un reste d’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *