Nano Story : Un cartable à la place du cœur

Le temps est aux souvenirs limitrophes et précaires qui font des chemins de la connaissance, un lieu de transhumance avec un abattoir. Une fois sonnée la fin de la trêve, à la première sommation d’usage, certains confondent avec raison, l’arbitraire et le libre arbitre. Alors la discipline est dans les rangs, la liberté dans les trachées, l’apprentissage de la vie dans les tranchées et l’été dans le sang.
Les saisons se succèdent à mesure que la petite armée fait ses classes entre les bons points, l’esprit grégaire et les ambitions familiales. Et, au bout du compte, tout est une banale histoire de chiffre(s) où les lettres sont accessoires au pays pavlovien des chaises musicales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *