Nicolas Sarkozy profane le Vatican !

Il était pimpant et impeccable dans son costume stricte Gucci, chemise blanche et cravate noire pour faire plus italien que les Italiens. Nicolas Sarkozy, le bourreau des Roms, accessoirement président français,  est arrivé vendredi matin au Vatican pour rencontrer le pape. Une rencontre inutile, pour tenter de redorer son blason auprès des catholiques qui l’ont vomi. Ce pseudo chrétien, dans la mesure où il n’applique aucun précepte religieux avec ses agissements qui minent le vivre ensemble et le bien être des plus faibles, est vraiment à poil, nu, comme une vache comme le dirait l’autre.

C’est la deuxième fois que le chef de l’Etat français va profaner le Vatican. Cette fois, « débarrassé » de Jean-Marie Bigard, il s’y est rendu, à Rome, pour s’entretenir avec Benoît XVI. Le pape Benoît XVI, en bon chrétien, l’a honorablement accueilli. Une poignée de main chaleureuse, des sourires francs bref, loin de l’univers et le climat morose de France.

A noter quand même qu’il est à l’origine de cet état exécrable de la France. C’est c’est la troisième fois qu’il  rencontre la Saint père…

Une pensée sur “Nicolas Sarkozy profane le Vatican !

  • avatar
    10 octobre 2010 à 19 07 18 101810
    Permalink

    Bonjour Mr Allain Jules,

    Il me semble que vous avez voulu « avilir » la fonction présidentielle. La « profanation » vient de votre part, et votre article frôle « l’insulte » au Chef de l’Etat. (N) Mais le plus inquiétant est peut-être votre affichage de la méconnaissance des rouages du politique. En date du vendredi 8 Octobre 2010, à 10h45, le Président de la République est arrivé dans « l’Etat » de « la Cité du Vatican » et non dans une église. Même si vous êtes autorisé à faire de la « politique-politicienne » ou de la « politique de comptoir », vous n’êtes pas en droit d’ignorer le fonctionnement des Institutions : Il est question du déplacement d’un Président de la République dans l’Etat de la Cité du Vatican. Il s’agit d’une rencontre entre un Chef d’Etat (Mr Nicolas Sarkozy), et un autre Chef d’Etat (le Pape Benoît XVI). Qui plus est, le mot « profanation » vient de l’adjectif et nom latin ‘profanus’ « hors du temple ». Alors où est donc le problème, puisque la République ne reconnaît aucun culte ?

    Espérant claire réception. Bien à vous.

    Jean Croissant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *