Nigeria – 800 morts pour la crise post-électorale

L’Afrique a du mal à concevoir la réalité des urnes, le verdict, la démocratie en somme. Du Cameroun au Gabon, en passant par la Côte d’Ivoire, ceux qui sont au pouvoir -pas toujours-, s’accroche, car bénéficiant de la force des armes, notamment.

La Côte d’Ivoire a connu ça récemment, avec Laurent Gbagbo qui s’accrochait au pouvoir après sa défaite dans les urnes. Ce qui s’est en suivi se passe de commentaire. D’ailleurs, les perdants sont toujours très actifs et refusent leur défaite. De vrais faux démocrates.

Aujourd’hui, on apprend que le violences post-électorales au Nigeria en avril ont fait 800 morts, selon l’organisation Human Rights Watch. En effet, après la proclamation des résultats,  le bilan des émeutes qui ont suivi la présidentielle du 16 avril au Nigeria, on fait 800 morts. Ceci en 3 jours.

Les violences avaient éclaté après la victoire du président sortant, Goodluck Jonathan (photo), un chrétien du Sud, qui avait battu son principal adversaire, le général Muhammadu Buhari, un musulman originaire du Nord, qui avait dénoncé des fraudes.

Pauvre Afrique ! Oui, pauvre Afrique, car, ses propres enfants luttent les uns contre les autres, incapables de voir qu’un tel, ou qu’un tel autre est plus fort. « Quand ton frère te dépasse, porte sa chaise » dit le dicton…africain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *