Nouveau forum

!!!Nouveau forum!!!

Les autorités sociales actuelles ainsi que celles qui ont précédé depuis une quarantaine d’années ont décidé de changer le code moral qui « conditionnait » nos mœurs et notre philosophie sociale.

Depuis des milliers d’années, ce « code moral » était basé et véhiculé par la religion et la philosophie. Changer le code moral demandait donc de repousser la religion et la philosophie à bas de leur position de « valeurs sociales officielles » pour les reléguer à la position de « valeurs individuelles optionnelles ». Dorénavant l’adoption d’une philosophie et d’une religion était soumise au bon vouloir de l’individu. L’homme se libérait un peu plus d’un carcan, semblait-il.

Évidemment, tous étaient conscients qu’une société se doit de posséder une base pour établir ses valeurs sociales. On adopta donc un concept de valeurs qu’on appela : « L’Éthique ». Cette éthique s’appuyait sur un autre concept  appelé : « déontologies ». C’est cette structure « morale » différente que nos dirigeants et nos « spécialistes » implantent peu à peu dans l’esprit des individus composant notre société. Mais, le fait qui est encore plus important pour chacun, est que, dorénavant, c’est  elle qui gère officiellement toutes les facettes de notre société.

Cette nouvelle gestion officielle semble se heurter à deux écueils important :

1)      Le principal écueil est le fait que ce « code moral » n’est pas encore complètement établi, ni même, complètement défini dans notre société. Comme toute « notion de spécialisation », on a fini par déterminer un nombre incalculable de « genre d’éthique » pour faire face à toutes les facettes de la société; de sorte que la « déontologie » n’a pu faire autre chose que de suivre en nombre. Cette multiplicité produit des « zones d’ombres » qui sont constamment à être définies et provoque des controverses constantes.

2)      Le deuxième écueil est celui causé par l’entente initiale que l’individu choisit sa propre philosophie et sa propre position face à la religion. Conséquemment, l’éthique sociale officielle, passe au second plan au niveau du comportement de l’individu.

Résultat :

Le « code moral » de notre société, malgré la position « officielle » de l’Éthique, est toujours directement dépendant de l’opinion personnelle de chacun des individus, sur la religion et la philosophie puisque c’est le comportement de l’individu qui détermine les mœurs et la morale d’une société. L’éthique n’est plus, finalement, qu’une série de règles comportementales régies par des lois qui délimitent les bornes à ne pas franchir. Elle s’est reléguée elle-même dans un « no man’s land » quelque part, dans un monde théorique, au-dessus de la population.

Et comme c’est l’individu qui fait la société et non le contraire, il devient alors d’une importance capitale, de connaître les opinions et les prises de position que l’individu adopte au sujet de Dieu, des religions et de la philosophie.

Et puisqu’ il n’existe pas, vraiment, de « plateforme » publique où chacun puisse exercer son droit d’exprimer son opinion sur ces sujets d’une importance capitale pour la société, nous avons opté d’enrichir « Centpapiers » d’un forum vous permettant de donner votre position face à :

Dieu, Religion et Philosophie

Quelle est votre position face à Dieu et la religion? (Dites-le!)

Quelle est votre position face à la philosophie? (Dites-le!)

Amicalement

André Lefebvre

2 pensées sur “Nouveau forum

  • avatar
    19 juillet 2010 à 8 08 30 07307
    Permalink

    Je ne suis pas vraiment d’accord sur vos propos quant à l’Éthique, laquelle vous dites «non établie» comme politique. En fait, ce qui vous donne l’impression qu’elle n’est pas établie, ce sont les passe-droits des capitalistes, des bourgeois surtout, qui par leur capital, esquissent souvent les règles d’éthique eux-mêmes.

    Quant à la compréhension de chacun de ce qu’est l’éthique pour lui-même, je crois, là encore, que les intérêts priment, et qu’ainsi, encore une fois, ceux de classe également priment, si le chacun est conscient de sa classe, et des intérêts de celle-ci.

    L’éthique, dépendamment du contexte, est ainsi vue de différents points de vue, quant aux intérêts de chacun, et certes, quant à ses conditionnements, comme ses connaissances par exemple.

    Répondre
  • avatar
    19 juillet 2010 à 10 10 42 07427
    Permalink

    Excellent point de vue qui mérite d’être approfondit.

    « En fait, ce qui vous donne l’impression qu’elle n’est pas établie, ce sont les passe-droits des capitalistes, des bourgeois surtout, qui par leur capital, esquissent souvent les règles d’éthique eux-mêmes. »

    Est-ce que cela signifie que vous adoptez ma position qui dit que: « …les prises de position que l’individu adopte … » devienent plus importantes que l’Éthique officielle installée? C’est ce que semblent faire ces capitalistes et ces bourgois dont vous parlez.

     » Quant à la compréhension de chacun de ce qu’est l’éthique pour lui-même, je crois, là encore, que les intérêts priment,… »

    Ce qui m’oblige à vous répéter la question que je viens de vous poser au sujet de votre première objection(voir plus haut).

    « …et certes, quant à ses conditionnements, comme ses connaissances par exemple. »

    Je pense que nous sommes d’accord sur ce point, puisque c’est ce que signifiait: « Le « code moral » de notre société, malgré la position « officielle » de l’Éthique, est toujours directement dépendant de l’opinion personnelle de chacun des individus, sur la religion et la philosophie puisque c’est le comportement de l’individu qui détermine les mœurs et la morale d’une société. »

    à moins que je ne saisisse pas avec exactitude votre argumentation.

    Amicalement

    André Lefebvre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *