Nucléaire : au secours, le Mox menace la Gironde !

On est vigilant, chez Owni : « Pour le PS, le Mox c’est un mot technique d’un paragraphe. Près de Bordeaux, c’est le plus dangereux des combustibles nucléaires qui devrait alimenter deux réacteurs de la centrale du Blayais. Une enquête publique est ouverte. » Le Mox, kesaco ? « Le Mox est une spécialité française : combustible de deuxième génération, composé d’un mélange de plutonium (7%) et d’uranium (93%) et fabriqué à Marcoule par Melox (une entreprise du groupe Areva), il est élaboré à partir des matières recyclées à l’usine de retraitement de La Hague. Des experts sollicités par Greenpeace soulignait dès 2001 l’extrême dangerosité de ce mélange, présent en nombre dans les réacteurs de Fukushima.« . Suivez le lien, ça calme. Lisez aussi cela, tiré de l’avis de l’Autorité environnementale du Ministère de l’écologie et du développement durable sur le projet d’EDF  : « Pour le rapport, le plutonium, retrouvé en grande quantité dans le combustible nucléaire irradié, est un des éléments “qui pose le plus de problèmes à la filière de retraitement, compte tenu de ses caractéristiques qui le rendent très dangereux (très forte radiotoxicité et durée de demi-vie de 24 000 ans pour le Plutonium 239)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *