Omar Khadr est revenu. Payez le prix de la lâcheté

 

Nous avons un Canadien errant de retour au foyer.  Omar Khadr  avait 15 ans quand il est parti. Il avait l’air d’un gosse.  Si son institutrice, au secondaire, lui avait touché le zizi, elle aurait été accusée de viol… Mais il est parti en Afghanistan se battre pour une cause à laquelle il croyait et à laquelle, je le précise, je ne crois absolument pas. Mais c’était SA mauvaise cause

En luttant pour sa cause comme un homme, ce gamin aurait tué un Américain. Je l’ignore. Je veux l’ignorer. Car si on fait dévier ce débat vers ceux qui tuent, il faudra dire un mot des mercenaires américains, tous adultes, gras et bien payés qui tuent en Aghanistan et un peu partout pour des causes auxquelles je ne crois pas non plus.   On parlera une autre fois des assassins.

Parce que la guerre est une horreur on a voulu l’encadrer par des règles : Convention de Genève, droits des prisonniers, soins des blessés, non à la torture…  Mais comme une horreur encadrée reste une horreur, on a simplement obtenu que les assassins soient aussi des menteurs.

Les assassins mentent beaucoup. Les Nazi tuaient en Pologne et créaient Auschwitz. Les Americains tuent où ça les arrangent – ils s’en sont même donné formellement et légalement le droit ! – et ils ont créé Guantanamo.  Guantanamo et Auschwitz seront dans les mêmes pieds-de-page, dans les dictionnaires de l’avenir, sous les rubriques Inquisition, Torture, Fascisme, Americanisme.

On a torturé un enfant pendant 11 années au nom de la liberté.  C’est une cause à laquelle je ne crois pas. Khadr est canadien. Le Canada est signataire de toutes les conventions sur les droits de l’homme. Les gouvernements du Canada n’ont rien fait pour protéger Khadr, ni faire respecter ses droits. Lâcheté.

Peut-on blâmer le Canada ? Pas plus qu’on ne peut blâmer quiconque est faible de céder  à la menace. Nous nous plions aux désirs de la brute américaine, notre voisin, parce que nous n’avons pas la force de nous y opposer. Le viol est constant, douloureux, répugnant… mais nous sommes lâches, car sans défense.

Une chose que le Canada puisse faire.  Baisser les yeux, donner un peu d’argent à Khadr et fermer sa gueule. Qu’il le fasse avec… courage.

PIerre JC Allard

Une pensée sur “Omar Khadr est revenu. Payez le prix de la lâcheté

  • avatar
    2 octobre 2012 à 20 08 05 100510
    Permalink

    Merci, M. Allard de nous rappeler la présence de ce canadien. S’il eut fallu qu’il ait été fait prisonnier à Cuba, il y a longtemps qu’il serait revenu au pays. Enfin, il est temps qu’il revienne et ce n’est surtout pas parce que le Canada a tout fait pour qu’il en soit ainsi. C’est tout simplement parce qu’Obama a décidé de fermer Guantanamo et pour ce faire, il a fallu que les quelques prisonniers oubliés dans leur solitude et leurs souffrances soient repris par leur pays. C’est donc par la force des choses que le Gouvernement canadien, sous la direction de ce grand humaniste qu’est M. Harper, a dû rapatrier cet enfant canadien, devenu adulte derrière les grilles de Guantanamo. Que de fois, le Gouvernement canadien fut interpelé pour se porter à la défense des droits de ce Canadien. Il n’a jamais rien fait. Bien plus, il a fermé les yeux sur les tortures auxquelles il a été soumis.

    Il m’arrive souvent de penser au non-sens de certaines justices. Je me dis ceci : un jeune adolescent, sur sa terre natale que des soldats étrangers envahissent et occupent, est accusé, encore là sans preuve directe, d’avoir tué un de ces envahisseurs. Je comprendrais mieux que le soldat étranger, qui tue un citoyen d’un pays qui n’est pas le sien, soit sévèrement jugé et condamné selon les lois et le droit international.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *