On Brade ! Profitez-en !!

A force de taper dans la caisse, inévitablement, celle-ci se vide.

Alors pour tenter de la renflouer, l’Etat, vend à tour de bras toutes ses propriétés.

Depuis le 12 janvier, c’est la grande période des soldes, et tout le monde cherche la bonne affaire.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’état, après s’en être pris aux services publics, est en train de brader « ses bijoux de famille » au nom de ce qu’il appelle une « rationalisation ».

Et on ne vend pas les plus moches.

Toutes les régions du pays se voient proposer des achats.

En Franche Comté, l’état à déjà vendu 16 biens pour un montant de 6,7 millions d’euros avec parfois d’étranges surprises, comme ce logement à Besançon qui s’est vendu 1 seul petit euro ! lien

Cette dernière vente intrigue et amène une question.

En effet, l’Etat, pour ces ventes, a fixé « les règles du jeu ».

Pour une mise en vente par adjudication, l’acheteur fait une offre : si elle entre dans l’estimation faite par l’état, il a gagné.

Par appel d’offre, la règle est la même : le « plus disant » gagne la mise, mais si le prix proposé est sous l’estimation, l’Etat ne vend pas. lien

Ce qui sous entend que, dans le cas du logement de Besançon, l’état avait fait une estimation de 1€ ?!

On essaye de comprendre.

En Haute-Garonne, ce sont 16 propriétés de l’Etat qui ont été vendues, dont une ancienne prison, un théâtre, une caserne militaire. lien

Si l’achat d’un ancien pavillon de chasse royal en forêt de St Germain en Laye vous intéresse, c’est le moment d’en profiter, à moins que vous ne soyez tenté par une propriété d’exception au bord du lac Léman, avec port privé ?

Sur ce lien, une carte des propriétés qui sont en ventes depuis 2005, et qui vont se poursuivre jusqu’en 2013.

En 2009 un château de l’Essonne, doté de 176 chambres s’est vendu pour 3,6 millions d’euros. lien

Un autre château, médiéval celui là, va être vendu en Dordogne, le Château de Bridoire, près de Bergerac ; vous avez jusqu’au 28 janvier pour faire une offre. lien

On peut évoquer au passage aussi une très belle maison en pierre du coté de Saumur, un immeuble domanial à Rennes, un autre à Lyon, un ensemble immobilier à Sainte Menehould, un Château à l’Isle d’Abeau, des immeubles, des habitations à Saint Claude, des terrains à Bezons, un immeuble de bureaux à Epinal, deux immeubles à Vaize, à coté de Lyon, l’ancienne caserne de gendarmerie de Grostenquin, l’ancien couvent de la visitation à Nantes, (lien) une prison à Rennes, un immeuble à colombages au Mont st Michel, plusieurs batiments dont un ancien hôtel particulier du 18ème siècle à Poitiers, une autre ancienne caserne de gendarmerie à Mayenne, ainsi que celle de Creutzwald, etc. lien

Même le siège de Météo France a été vendu, (celui qui se trouve à l’angle du quai Branly et de l’avenue Rapp). lien

C’est la Russie qui l’a emporté. lien

On a même l’opportunité d’acheter un terrain d’aviation (Monceau-le Waast), des maisons forestières, des routes, et même le bureau de Douane de la Macquenoise, lieu célèbre depuis qu’il a servi de décor au film de Dany Boon, « les Ch’tis ». lien

Au total ce ne sont pas moins de 1700 immeubles, et terrains que l’état a décidé de vendre dans tout le pays, en précisant que seulement 15% de ces ventes est destiné à rééquilibrer les finances publiques.

Le reste serait investi dans la rénovation des bâtiments publics.

Mais tout le monde n’est pas satisfait.

Certains prétendent que le gouvernement ne diffuse pas assez d’informations et ne fait pas de publicité afin d’obtenir un prix meilleur.

Y aurait-il des privilégiés ?

D’un autre coté, l’institut Montaigne a critiqué ce programme dans un rapport qui disait que l’état vendait « selon les caprices du marché, sans vision à moyen ou long terme de la gestion de son patrimoine ». lien

D’après le Ministère du Budget, les ventes réalisées depuis 5 ans auraient rapporté 3 milliards d’euros.

Ce qui n’est pas négligeable, mais si on tente une comparaison avec le prix du dernier sous-marin nucléaire français, appelé judicieusement « le Terrible » (lien) qui est, rappelons le, de 8 milliards d’euros, on peut s’interroger sur ces choix.

Les français préfèrent-ils un joli sous-marin nucléaire (d’une flotte qui en compte déjà 3) plutôt que de garder 1700 propriétés ?

Il aurait fallu leur poser la question.

En 2005, les militants du Dal s’étaient logiquement émus de la vente d’une trentaine d’immeubles parisiens, propriétés de l’état, lequel préférait les vendre, plutôt que d’y loger des sans abri. lien

Mais le meilleur est à venir.

L’état en effet a décidé de louer, pour une période allant pouvant aller jusqu’à 80 ans,  l’Hôtel de la Marine.

Pour le situer, c’est l’hôtel qui est à coté du célèbre Crillon, Place de la Concorde, là ou se tiennent tous les 3èmes mercredi de chaque mois, les « diners de la honte ».

Au passage, le Crillon vient d’être venu à un prince saoudien. lien

L’hôtel de la Marine, construit sous le règne de Louis XV est l’un des plus représentatifs de la capitale, et il est une véritable anthologie du mobilier des arts décoratifs du 18ème au 20ème siècle. lien

Construit par l’architecte de Louis XV, Jacques-Ange Gabriel, il servait de « garde meuble » à la Couronne.

Il a d’ailleurs été classé monument historique dans sa totalité en 1862.

Pour vous faire une idée du joyau qu’il représente, vous pouvez en voir ici des photos d’intérieur.

Ce sont tout de même 24 000 mètre carrés qui vont passer du public au privé.

Officiellement le ministère de la culture « n’a aucune information à communiquer sur ce dossier ». lien

L’appel d’offre est rédigé ainsi : « concevoir, financer, et réaliser un programme de travaux de mise en valeur en vue de son exploitation (…) dans le cadre d’un bail emphytéotique administratif conclu pour une durée de 60, 70 ou 80 ans ». lien

D’après l’AFP, « une candidature, préparée discrètement et depuis fort longtemps par l’investisseur Alexandre Allard solidement épaulé par l’ancien ministre de la culture Donnedieu de Vabres, suscite tout particulièrement l’inquiétude des défenseurs du patrimoine et des historiens ». lien

Allard aurait le projet d’un faire un ensemble de commerces et de suites de très grand luxe, et comprendrait même une piscine.

Olivier de Rohan Chabot estime que c’est une cession déguisée, et que l’état risque de le vendre trois francs six sous alors que le bâtiment est en bon état.

Ce dernier propose d’ailleurs une pétition à signer. lien

Dans les signatures, on remarque celle d’un ancien président de la République…un certain Giscard.

Cette pétition commence à rencontrer un certain succès, puisqu’à ce jour, ils sont déjà 6000 à l’avoir signé.

La volonté de le « mettre en location » a ému 7 personnalités, et pas des moindres.

Alain Decaux, Mona Osouf, Jean-Noel Jeanneney, Regis Debray, Pierre Nora, Jacques Le Goff et Michel Winock affirment d’une seule voix :

« La France ne perd pas sa mémoire, elle la vend ». lien

Le 17 janvier, était la date limite pour recevoir les candidatures, mais elle vient d’être reportée au 7 février. lien

Si on se souvient que la dette française a dépassé les 1600 milliards d’euros, on peut relativiser les quelques petits milliards qui vont rentrer dans les caisses, dont, rappelons le, seulement 15% sont destinés à rééquilibrer les finances publiques.

Admettons que 10 milliards rentrent dans les caisses : 15% ne font jamais qu’un milliard et demi…ce qui reste bien dérisoire face au 1600 milliards des dettes de l’état.

Ne serait-il pas plus judicieux de ne plus jeter de l’argent par les fenêtres comme nous le voyons tous les jours ? lien

On est tenté d’imaginer que les énarques qui tiennent les rênes du pouvoir sont dotés d’intelligence.

Ne serait pas plus judicieux de louer ses propriétés que de les vendre ?

Un spécialiste de l’immobilier s’est penché sur la question.

L’état devrait peut-être découvrir ses conseils sur ce lien.

Et pour remplir les caisses de l’état, ne serait-il pas plus simple de supprimer le bouclier fiscal et les niches fiscales qui font perdre à l’état des milliards chaque année ? lien

Comme dit souvent mon vieil ami africain :

« Si le petit gland peut parfois devenir un grand chêne, certains restent des petits glands toute leur vie ».

L’image illustrant l’article provient de looneo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *