On nous appelle de tous cotés!

Entre Sarkozy qui fait beaucoup d’efforts pour redorer son image gaullienne, en organisant une commémoration grandiose de l’appel du 18 juin, et De Villepin qui, par son appel du 19 juin, lance son mouvement gaulliste, jamais la mémoire du Général n’aura été autant sollicitée.

Le 18 juin 2010 aura donc été le jour de toutes les récupérations.

Les présidentielles s’approchant, le candidat de l’UMP, au plus bas dans les sondages depuis son élection (32%), veut se refaire une virginité gaulliste. lien

Cette commémoration fastueuse aura un cout : un Eurostar spécialement affrété et décoré avec 850 vétérans à l’intérieur. lien

A 88 € l’aller-retour, la note sera salée si l’on y ajoute les réjouissances et autres buffets qui vont avec.

au moment ou les caisses sont vides, la rigueur ne devrait-elle s’appliquer pour tous?

Pourtant on peut douter de la filiation gaulliste de Sarkozy, s’il faut en croire la pique que lui a adressé le premier ministre anglais.

En effet, ce dernier l’a félicité d’avoir remis la France dans l’OTAN, choix aux antipodes de celui qu’avait fait le grand Charles. lien

C’est l’occasion de dépoussiérer un peu l’histoire.

En effet, il semble bien que la célèbre phrase prononcée par De Gaulle ce jour là, n’est pas grand-chose à voir avec celle retenue par l’histoire.

La phrase prétendue est celle-ci :

« Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu… »

En fait le Général avait écrit « des chefs, qui depuis de longues années sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement, ce gouvernement alléguant de la défaite de nos armées s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat ».

Mais selon la BBC il aurait réellement dit : « le gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions pourrait cesser le combat. Il a déclaré que si ces conditions étaient contraires à l’honneur, il devait continuer ». lien

D’ailleurs, la rigueur historique rappelle que le 18 juin, le gouvernement français n’avait pu capituler, pour la bonne et simple raison que l’armistice n’était pas signée, et qu’à cette date, les responsables français n’avaient pu encore rejoindre les responsables allemands même si Pétain avait lancé le 17 juin un appel à « cesser le combat ». lien

D’autant que deux jours après, (le 20 juin) De Gaulle écrivait au Général Weygand :

« Mon Général, j’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire, car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant… » lien

Certains vont encore plus loin en affirmant que le refus de Churchill de donner un moyen de transport à De Gaulle, afin qu’il puisse retourner en France, soit en partie à l’origine du mouvement de « la France Libre ».

Pour rester dans l’histoire, on oublie aussi qu’il y a eu un appel le 17 juin. lien

Il émanait de Charles Tillon, l’un des responsables du parti communiste.

Il déclarait :

« Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie…et maintenant, ils livrent la France. Ils ont tout trahi… » la suite de sa déclaration sur ce lien.

Le 19 juin, De Villepin, a privilégié le « jour d’après » pour lancer son mouvement. lien

Son club revendique déjà 15 000 adhérents.

D’aucuns veulent aussi y voir une récupération de l’esprit gaulliste. lien

La pelle du 17 juin que se sont ramassés « les Bleus » lors du Mondial de foot n’a rien à voir avec tout çà.

Tous ces appels réitérés ne doivent pas faire oublier que le mot appel est de la même famille que le mot « appeau ».

L’appeau est ce petit instrument, utilisé par les chasseurs, ces « délicieux protecteurs de la nature », qui s’en servent pour tromper les animaux. vidéo

En soufflant dans ces appeaux, tel ou tel oiseau pointera le bout de son bec, et recevra en échange une volée de plombs.

Cette métaphore permet un facile parallèle facile entre ces politiques qui nous appellent (à voter pour eux) et les pigeons qui se font descendre.

Souhaitons bonne chance à ces candidats perpétuellement en campagne.

Pourtant un autre appel mérite que l’on s’y intéresse.

C’est  « l’appel du 18 joint », peu évoqué dans les médias et qui pourtant mérite le détour.

L’initiative du « 18 joint » a été lancé par le journal Libération en 1976, il y a 34 ans, et a été relancée par le CIRC il y a 18 ans.

Le CIRC (centre d’information sur la recherche cannabique) organise depuis quelques années une rencontre pleine d’humour dénonçant la loi de 1970 sur les stupéfiants qui « fêtera » ses 40 ans.

Toujours est-il que malgré les menaces préfectorales, (3750 € d’amende et un an de prison) le rassemblement eut bien lieu et que la manifestation se déroula dans l’herbe tendre.

Certains, par défi, y avaient même ajouté du saucisson. lien

Le CIRC a pour objet la collecte et la diffusion à but préventif de toute information relative au cannabis.

Il demande l’abrogation de la loi qui fait rentrer le cannabis dans le tableau des stupéfiants, l’amnistie pour toutes les personnes victimes de ce classement inepte, et l’ouverture d’un débat sur les modalités de la sortie de la prohibition des drogues. lien

L’encadrement légal de la production du cannabis serait de nature à faire cesser le trafic, freiner  la délinquance, et protéger mieux la santé des consommateurs en permettant de proposer des produits sains. lien

C’est à mettre en parallèle avec les temps anciens ou la prohibition de l’alcool faisait la part belle aux gangsters, et mettait la santé des consommateurs en danger avec des produits frelatés comme on peut le constater sur cette vidéo

Pour le médecin et journaliste Bertrand Lebeau, responsable du CECT (comité d’études sur le cannabis thérapeutique) il est attesté scientifiquement que le cannabis est efficace pour aider les personnes atteintes de sclérose en plaques, et de certains cancers. lien

C’est l’occasion de rappeler qu’il n’y a pas si longtemps, la SEITA commercialisait des cigarettes au chanvre en Afrique du Nord. lien et que l’état de Californie tente de relancer son économie en misant entre autres sur le cannabis, lequel devrait être légalisé en novembre prochain. lien

La Californie rejoindra alors la Suisse, l’Australie, le Canada, les Pays Bas, la Belgique, la Grande Bretagne, la Nouvelle Zélande, l’Espagne qui l’autorisent déjà pour l’usage thérapeutique. lien

Comme disait mon vieil ami africain :

« Quand les éléphants se battent, c’est toujours l’herbe qui est écrasée ».

OLIVIER CABANEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *