Pari de Nietzsche

Yan Barcelo, 26 juin 2011

J’ai écrit dans ma chronique de la semaine dernière que le pari le plus représentatif de notre époque était celui de Dostoievski : « Si Dieu n’existe pas, tout est permis ». Dans cette phrase prophétique, le grand romancier russe a bien dessiné l’alternative fondamentale qui s’offre encore aujourd’hui à l’Occident : Dieu ou le pire. 

D’un côté, il y a le pari de Dieu et de tout ce que ce pari tire dans son sillage. En tout premier lieu, il entraîne la subversion évangélique du Christ, messager privilégié de Dieu, qui a articulé les grands thèmes fondateurs de l’Occident et, plus encore, de toute la planète : affirmation éthique du monde, fondement de l’égalité de tous, primat de la foi en Dieu et du service à autrui, royauté des pauvres et des humbles. Dans ce sillon évangélique ont fleuri une foule de grands principes développés en lien avec les traditions grecque et juive et dont l’Occident s’est abreuvé pendant deux millénaires : l’affirmation de la raison ; l’affirmation des grands transcendants de la vérité, du bien et de la beauté ; l’affirmation d’un progrès se réalisant par et à travers l’histoire humaine.

En réalité, quand je parle de Dieu dans les alternatives que nous présente le pari de Dostoievski, la position de départ n’est pas tant celle de Dieu (à l’image du pari de Pascal) que celle du pari de la survie. Parler de Dieu n’est qu’une façon de fixer le point oméga qui justifie ultimement tout le parcours de l’existence individuelle dans une vie de l’âme ou de l’esprit dont la mort ne constitue par le terme définitif. Dans le bouddhisme, exception notable, la notion de Dieu n’est pas affirmée, mais cette voie spirituelle affirme néanmoins le destin cosmique d’une « âme », destin qui englobe plus que la seule vie présente. Miser sur Dieu est simplement une conséquence lointaine, et pas nécessairement inévitable, du pari de survie.

Or, tous ces grands axes qui traversent l’évolution de l’Occident ont connu des ratés majeurs et multiples (croisades, guerres de religion, inquisition, etc.). Mais à travers toutes ces douleurs, un enfantement était en cours : la venue au jour de la civilisation la plus originale et la plus dynamique de l’histoire. Réalisant, à l’époque des Lumières, une synthèse des plus précieux principes de son héritage chrétien, cette civilisation a livré les fruits qui au cours des deux derniers siècles ont inspiré la planète tout entière : démocratie, égalitarisme, individualisme, science, technologie, prospérité industrielle, féminisme, politiques sociales.

Mais il y a l’autre part du pari de Dostoievski, celle du « tout permis », une permissivité susceptible de mener au pire. Cette voie dans laquelle l’Occident est engagé est celle de la gageure de Nietzsche.

Ce penseur, qui a proclamé la mort de Dieu, a très bien compris tous les enjeux terribles du déicide qu’il constatait. Mais loin d’y résister, il les a embrassés et exaltés. Nietzsche a très bien compris la portée historique de l’intervention du Christ : avec ce dernier, une parole totalement inédite et inouïe se faisait entendre dans l’histoire humaine, une parole qui proclamait le souci du pauvre, de l’humble, du déshérité. Nietzscne a perçu avec acuité que surgissait soudain dans l’histoire une nouvelle figure : celle du faible. En contrepartie, il a prêché l’évangile des forts et des puissants. Oubliez toute la rhétorique de la transvaluation des valeurs et toute l’alchimie verbale qui tente de faire croire à l’avènement d’une nouvelle ère et d’un nouvel enchantement. Nietzsche a compris d’instinct qu’en abolissant Dieu et tout l’héritage chrétien on ne pouvait que retourner à l’idée maîtresse du monde païen : la force comme loi. La transvaluation des valeurs n’est que le rétablissement de l’ordre de priorités qui prévalaient dans les sociétés préchrétiennes, les sociétés des César et Genghis Khan de ce monde.

Or, ce monde de la force se déploie aujourd’hui avec une insistance croissante, et les formes dans lesquelles il s’exprime se multiplient. Il est particulièrement envahissant aux plans financier et économique, la logique du libre marché l’articulant avec une brutalité de plus en plus évidente. N’étant plus harnachées par les gouvernements, en fait ayant de plus en plus embrigadé les gouvernements, la finance internationale et les multinationales sont en train d’épuiser le capital économique et social des sociétés qui ont pourtant permis à ces mêmes entreprises de prospérer. En survalorisant l’hédonisme dominant et en aiguisant les impératifs de gratification instantanée, elles minent les valeurs et les vertus qui leur ont permis de croître au départ.

Au plan idéologique, de nouvelles figures du darwinisme et du néo-darwinisme ne cessent de vociférer, essayant de nous faire voir l’organisation humaine en termes de survie du mieux adapté, du plus rusé, du plus fort. Au plan social, les institutions perdent de plus en plus de crédibilité, notamment la sphère politique, et le monde criminel infiltre de plus en plus les réseaux légitimes. En Amérique du Sud, plusieurs pays, qu’il s’agisse de l’Argentine, de la Colombie, du San Salvador ou du Mexique, sont devenues des repères de banditisme et de corruption qui neutralisent toute action politique légitime. Nous sommes encore protégés en partie de cette avancée du banditisme, mais la prolifération du phénomène des gangs de rue, tant aux États-Unis qu’ici, annonce un avenir guère prometteur pour les deux grands pays de l’Amérique du Nord. Y a-t-il monde plus axé sur la force que celui de la criminalité ?

7 pensées sur “Pari de Nietzsche

    • avatar
      26 juin 2011 à 7 07 29 06296
      Permalink

      Comme par exemple la survie du plus « sage » (wisest) et non du plus rusé (wisest). 🙂

      Répondre
    • avatar
      26 juin 2011 à 13 01 36 06366
      Permalink

      Il y a l’alternative proposée par Nietzsche; le Grand Style.
      L’Humain est capable de deux EX; d’excès (jusqu’a en mourir) et d’excellence auquel il peut aspirer accomplir sans effort chaque geste avec grâce et éléguance, agir aisément, participant en une harmonie qui conduit quelques fois à une forme de béatitude que l’on voudrait éternel, que l’on voudrait reproduire à l’infini dans le temps, cet ‘éternel retour’ de Nietzsche qui fut le premier à entre-ouvrir la porte de cette immortalité procurant la sagesse nécessaire à l’Homme pour accomplir une Vie Bonne.

      Le pari de Nietzsche c’est le pari de l’Homme.

      DG

      Répondre
      • avatar
        26 juin 2011 à 16 04 58 06586
        Permalink

        Bof! J’opte plutôt pour que l’humain respecte son « humanité ».

        Celui qui se respecte, en tant qu’humain, peut facilement respecter les autres. Ce que, ni la religion, ni l’éthique ne garantissent aucunement.

        Amicalement

        Elie l’Artiste

        Répondre
  • avatar
    26 juin 2011 à 13 01 27 06276
    Permalink

    Comme être humain, il m’arrive d’être déchiré entre ces deux visions. Ainsi comme automobiliste, je réclame la courtoisie des autres conducteurs mais si j’ai la possibilité de couper une ligne trop longue sur une bretelle d’autoroute, il se peut que je le fasse.Comme on dit en gestion, il faut que les bottines suivent les babines, mais combien c,est difficile autant pour une société que pour les individus.

    Répondre
  • avatar
    28 juin 2011 à 6 06 15 06156
    Permalink

    Encore un effort Yan !

    Vous persévérez – et votre intéressante réflexion en est affaiblie – dans votre refus de compléter l’affirmation du personnage de Dostoievski par une affirmation tout aussi importante pour le monde d’aujourd’hui et de demain.

    Ce n’est pas seulement « si Dieu n’existe pas » que « tout est permis ».

    Si ceux qui croient à son existence croient AUSSI qu’il a appelé à la violence, alors « le PIRE est permis ».

    Et c’est ce pire que des islamistes réalisent, dans le monde contemporain comme avant depuis 13 siècles, PARCE QU’ILS PENSENT que Dieu a appelé à commettre des « bonnes » violences.

    PUISQUE C’EST ÉCRIT en son nom dans le Coran.

    Et PUISQUE les institutions actuelles de l’islam leur répètent que c’est bien Dieu qui a voulu ces « bonnes violences ».

    Mais on ne le répètera jamais trop : même si, pour des raisons très faciles à comprendre, la terrible croyance est moins opérante dans le catholicisme, il est tout aussi scandaleux que l’Eglise de Ratzinger / Benoît XVI confirme que les appels à massacrer contenus dans l’Ancien Testament ÉTAIENT BIEN DES APPELS DE DIEU.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *