Pari du lapin

Yan Barcelo, 3 juillet 2011

Hors des points de vue spirituel et religieux, qui ne peuvent faire autrement qu’affirmer une vie au-delà de la mort, il ne nous reste plus que les diverses visions mécanistes ou matérialistes issues du scientisme ou de diverses variétés d’athéisme ou d’agnosticisme. L’humanisme athée croit qu’il peut faire obstacle aux avancées de la nouvelle barbarie, mais il se leurre. En fait, quand il épouse les contours du matérialisme scientiste (qu’il importe de distinguer nettement de l’œuvre de la science) il ne fait que promouvoir l’agenda de l’idéologie de la force.

Il devrait être évident qu’une morale humaniste ne peut rendre compte à la fois de la soif de justice qui étreint l’humain et de la multitude de crimes impunis. L’alternative se dessine déjà nettement et ne fera que s’accentuer. D’un côté, on peut souscrire à l’hypothèse qu’il n’y a rien au-delà de la vie terrestre, et alors on est obligé de reconnaître que nos idéaux de justice, de fraternité, « d’humanité » ne sont que des songe-creux, des illusions. Certes on peut se bercer dans ces illusions et entretenir le rêve qu’un jour, peut-être, dans un futur utopique, la grande fraternité humaine aura son moment au soleil. Mais c’est un rêve au même titre que le rêve de rédemption chrétienne, mais avec la différence que le rêve humaniste ne peut nullement rendre compte de la multitude de crimes et d’horreurs commis entretemps. La brutalité et la malice humaines, jusqu’au grand jour « démocratique » se déploie dans une impunité totale, ayant comme seul adversaire la bien faible et incompétente justice humaine.

 De l’autre côté, on est contraint de faire l’hypothèse que l’œuvre de justice est un travail silencieux et souterrain qui se poursuit tout au long de cette vie et jusque dans une après-vie, ce cet œuvre soit le fait de Dieu ou d’un karma impersonnel. Parfois, cet œuvre de justice fait émerger certains méfaits et crimes à la lumière de la justice humaine, mais c’est l’exception. Mais le plus souvent, le tribunal de la justice se poursuit dans le silence de l’âme de chacun, influant sur son parcours cosmique dans cette vie… et au-delà de cette vie.

Dans le monde de la force, dont l’issue par la mort est radicale et sans suite, le principe de l’altruisme ou, plus modestement, des égards à l’endroit d’autrui, n’en est qu’un parmi d’autres et il ne bénéficie d’aucune primauté philosophique ou morale. L’éthique est désamorcée. Le principe dominant devient en réalité celui de la gratification de mes désirs. Si je peux le faire pacifiquement, tant mieux, mais ce n’est pas requis. En fait, le principe de gratification entraîne irrésistiblement le principe de force et de domination. Pour extraire un maximum de gratification, je n’ai pas le choix de recourir à la force ou à toutes ses variantes de ruse, d’habileté, de séduction, de mensonge, de propagande. Comme le dit une formule qui a cours dans le monde des multinationales américaines: « Eat, or be lunch! ».

Ceux qui ne sont pas prêts à jouer ce jeu parce qu’ils le trouvent trop exigeant ou brutal peuvent inventer toutes sortes de principes « démocratiques » pour justifier leurs sensibilités plus fragiles et contrer l’offensive des forts, et ils trouvent alors leur force dans le nombre. Or, c’est justement cette « république des lapins et des faibles » que dénonçait Nietzsche. Car dans un monde sans survie (n’incluons même pas Dieu dans l’équation), la loi darwinienne entre inexorablement en jeu: les forts, les violents, les audacieux ont raison s’ils dominent. La force fait loi. Si les pusillanimes réussissent à les contrer par la force du nombre, tant mieux pour eux. Mais ils ne peuvent se réclamer d’aucun principe fondateur. Leur force fait la loi, s’ils peuvent l’imposer. Bref, dans un tel monde, il n’y a pas de « raison » si ce n’est celle de la force. Et si les oligarques, les financiers, les scientistes et les mafieux l’emportent, comme c’est de plus en plus le cas, ils ont tout à fait raison.

Or, si les idéologies archaïques et pré-chrétiennes l’emportent de plus en plus, c’est dans une grande mesure parce que les grands principes sur lesquels nous avons érigé la modernité sont en recul. Partout en Occident on voit la démocratie ployer sous le poids d’un cynisme et un désintéressement croissants. Le principe d’égalité bat en brèche devant les inégalités et les disparités croissantes de plus en plus évidentes.

L’universalisme est remis en question par la multiplicité des cultures, chacune demandant ses « accommodements raisonnables » et remettant en question les principes universels que nous croyions pourtant avoir arrêtés une fois pour toute. Les déclarations de droits que nous avons érigé au rang de nouvelles religions nationales se retrouvent déchirées par des contradictions de plus en plus insurmontables : les droits de liberté religieuse s’opposent aux droits d’émancipation des femmes, les droits des enfants se retournent contre l’institution de la famille, la droits affirmant la liberté de choix des individualités minent la survie de groupes et d’institutions qui offrent pourtant un havre d’appartenance et d’enracinement aux individualités qui souffrent de plus en plus de leur insularité autarcique.

Pourtant, n’avons-nous pas taillé au siècle des Lumières le roc fondateur des certitudes humanistes sur lequel nos sociétés contemporaines pourraient s’ériger en toute confiance. La raison humaniste n’allait-elle pas garantir la prospérité de sociétés où chacun pourrait s’épanouir, préservé dans l’intégrité de ses droits et l’assurance de maintenir sa dignité économique.

Alors pourquoi ces « acquis » semblent-ils de plus en plus menacés ? Pourquoi les conquêtes des Lumières semblent-elles en recul sur tant de fronts ?

24 pensées sur “Pari du lapin

  • avatar
    3 juillet 2011 à 9 09 47 07477
    Permalink

    Merci Yan, texte bien pensé, bien écrit et qui pose de bonnes questions devant le constat des maux de notre société, tout en éveillant d’autres questions qui risquent de déranger votre pensée.

    Ca fait du bien de ne plus vous voir enfoncer votre clou avec acharnement ! Celui de la supériorité de l’homme occidental bardé de son capital éthique et religieux, chapeauté de son monothéisme chrétien et susurrant « qui mieux qu’nous? ». Vous vous êtes ainsi mis à relativiser, tant et si bien que les acquis du siècle des Lumières se parent de guillemets, que vous concédez au « karma impersonnel » un rôle dans l’œuvre de justice au côté de « notre Père », que vous admettez la mort de l’universalisme devant la compétition des droits de toute sortes, de toutes origines et de toutes individualités.

    Vous relativisez tant et posez de si belles questions sur les revers contemporains de l’humanisme que je vous vois déjà sur le sentier de l’agnosticisme. Car mon cher, l’agnostique qui humblement reconnaît son ignorance et n’a cesse de se remettre en question est le mieux placé pour s’interroger et poursuivre une quête sur un « parcours cosmique ».

    L’agnostique est antidogmatique. L’agnostique est un militant de l’amour, du mieux vivre ensemble, de la vérité. L’agnostique cherche un sens à la vie. L’agnostique ne trouve jamais la réponse finale , mais en la cherchant rencontre l’esprit, l’amour, Dieu ou le Cosmos… comme il vous plait de le nommer. Ne le mettez donc surtout plus dans le même lit douteux où vous avez compromis l’athéiste, le matérialiste-scientiste et où je mêlerais volontiers le dogmatiste! Vous êtes vous-même déjà devenu un peu agnostique mon vieux. Bienvenue!

    Quant à nous faire le « pari du lapin », vous ne manquez toujours pas de faconde à tenter de nous faire adopter votre propre vue sur l’espèce humaine et son évolution. En bon élitiste, comme Nietzsche, vous rabaissez le peuple à des nichées de lapins condamnés à ne jamais rien comprendre ni jamais pouvoir s’autogérer. C’est un dogme que vous pourriez revisiter à la Lumière de nouveaux questionnements, puisque vous avez commencé de relativiser, puisque vous parlez de « parcours cosmique » des âmes. En bons chrétiens parlons de toutes les âmes, n’est-ce pas? Et donc de celles-là mêmes des « lapins », celles qui forment la majeure partie de notre si « pusillanime » humanité.

    Voyez-vous, Nietzsche est dépassé. Plus d’un siècle d’évolution s’est écoulé et ses « lapins », aujourd’hui si nombreux, se sont rapprochés de l’état de « surhomme » qu’il ne tenait alors accessible qu’à l’élite. Car même le plus pauvre de nous tous, jusqu’à l’aborigène, est bien plus éduqué, mille fois mieux informé et cent-mille fois mieux connecté qu’en 1880. Il peut amener son propre œuvre et sa propre conscience à la construction de notre devenir commun. Car même le pauvre grec et le jeune égyptien, frustrés de la piraterie élitiste, en conspuant le système au milieu de la foule, encouragés par le nombre, apportent leur contribution au parcours cosmique. Leurs questionnements sont prières, leurs actes sincères font mieux que prosternation, ce qui les amène mieux que tout dans la mémoire et dans l’après-vie.

    Il ne vous reste plus qu’à prendre part à ce mouvement de prise de conscience et d’action des « lapins » pour vous garantir l’éternité. Si vous cherchez Dieu ou la voie cosmique, trouvez les dans l’action, dans le don d’information et d’éducation, dans le combat pour la justice, dans l’acte libérateur. Ce sont des actes de la raison et non de la force, multipliés par le nombre.

    Pas besoin d’aller chercher Dieu à quatorze heures.

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2011 à 13 01 59 07597
    Permalink

    Monsieur Yan Barcelo , parle de Nietzsche dans son <> et Monsieur Franchamont dit que Nietzsche est dépassé.

    Monsieur Franchamont , vous êtes aussi dépassé car , pour le savoir sur le Web on ne parle plus de 1880 , mais de 2 ans. === je vous dis que chaque minute on apprend à une vitesse vertigineuse sur le Web et c’est pas pour rien , que la haute vitesse on l’installe pas vite à la  »Campagne ».
    J.M.D.S.

    Monsieur Barcelo et Franchamont ,

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2011 à 14 02 13 07137
    Permalink

    Messieurs Barcelo et Franchamont , c’est bien ce dont vous avez parlé , mais il aurait peut-être fallu nous parler du ,  »POURQUOI CES LEADERS RELIGIEUX QUI SE FONT TORCHER » , aussi.

    Combien de Québécois savent que le JÉSUS-CHRIST d’Anglais marié avec la  »TITE-PITOUNNE » de s’chez pas où , est le successeur intellectuel équivalent J.M.

    de Ti-Ben 16

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2011 à 14 02 36 07367
    Permalink

    Équivalent futur intellectuel de Ti-Ben 16 et fils de la Queenne , qui se promène au Québec à nos frais n’a qu’à se mettre à genoux sur la place publique et dire l’acte de contrition pour être pardonné ?

    Le Québec a flossché Benoit 16 , que fait au Québec ce morveux ? Sacrament , Hi! le cave , de quosséqueséqueséque tu fais au Québec à nos frais ? Je l’ai dit à ton père que je n’ai rien que tu vienne au Québec , mais emmène ton porte-feuille.

    Un jour je serai peut-être libre encore , mes amitiées à ta Grand-Mère le Souverain , mais dis-lui qu’elle n’aurait pas dû m’envoyer en prison……J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2011 à 20 08 53 07537
    Permalink

    Ça en fait en maudit des mots pour rien dire. Quand j’ai lu «le pari du lapin», je pensais que ça parlait de reproduction.

    Get a life…

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2011 à 2 02 18 07187
    Permalink

    L’évolution de l’humanité passe nécessairement par l’éveil de la conscience. Une fois compris, ceux au bas de la pyramide (ici je ne parle pas du peuple en général, car nous n’en faisons pas parti) commenceront a comprendre que le bien ne se fait pas avec des bombes, de l’argent dettes, restrictions des libertés et oppression. C’est la que la partie vas devenir intéressante, je crois que cela a déjà commencé,

    Personnellement, je crois que l’humanité est a la croisée des chemins. Les prochaines années seront déterminantes. Ceux qui feront parti de la conscience universel pourront passer a une autre étape. Les âmes déchu par contre, je ne vois que du noir et pas de lumière.

    Continuez votre bon travail!

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2011 à 8 08 49 07497
    Permalink

    Sauf que l’humanité est dépassable.

    Le hic est là.

    On redit l’histoire ? : l’humanité a crée un système évolutif, un hyperorganisme société plus grande que lui et a laquelle il se soumet et se fait controller et de plus en plus profondément, nous sommes les fils d’esclaves, et nous avons toujours eu des chaines.

    Il faudrait définir la liberté et l’existence pour savoir la défendre, parcequ’on en voit de ces intellectuel critiquer, sans proposer ni défendre la liberté, ni connaitre l’existence et le vivant … c’est beau de jeter des mots en l’air …

    La force existera toujours , ca n’a rien a voir avec l’évolution de darwin … le système du spectacle démocratique libérale issu de vos lumières et de la chrétienté,et du capitalisme chrétien et de vos culture a inventé le système de controle politique totale

    Ou est il le rapport de force ?

    EN russie ?

    La société est dépassable

    l’humanité est dépassable

    dans son monde idéologique

    on ne refait pas l’histoire

    si vous voulez revenir 200 ans en arrière allez y

    Ce n’est pas du rock n roll, ce n’est pas de la joie de l’existence

    C’est un SUICIDE

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2011 à 9 09 20 07207
    Permalink

    Quand l’être humain animal domestique, cessera de fuir, sa condition, sa vie, sa société, ses devoirs pour les autres et pour lui

    alors nous serons dans une autre société

    si vous ne changez pas de l’intérieur, on vous changera de l’extérieur

    C’est inévitable,

    et il fallait se réveiller plus tot et faire beaucoup plus :

    pour arriver peut être au meme point , ou presque

    génération de la vie vécu, rock n roll hippie , jesus superstar… du blabla intellectuel d’une spirale qui ne veux pas en finir

    Les charognards sont lancés, ce qui arrivera arrivera

    et vos enfants sont peut être plus que vous

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2011 à 10 10 00 07007
    Permalink

    En fait on ne comprend pas grand chose à l’homme a l’histoire si on ne tient pas compte de ses mauvais cotés et de la direction finale de toute cette farce

    Répondre
  • avatar
    4 juillet 2011 à 12 12 32 07327
    Permalink

    Sid , si rien n’a été dit , toi , t’as rien compris.

    Pour la reproduction , tape : reproduction et va à reproduction Wikipédia. === J’espère qu’il n’est pas trop tard pour le conseil , ce serait dommage que tu te reproduise trop car tes incisives supérieure , en plus de n’être pas assez longues une des deux est infirme.

    Tu peux bien mettre un cadenas pour attacher ta tête………
    J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    5 juillet 2011 à 14 02 34 07347
    Permalink

    Tsé Jean-Marie, quand je te lis d’habitude, je l’sais même pas à qui tu parle. Vous êtes combien derière ton clavier ?

    «Un jour je serai peut-être libre encore , mes amitiées à ta Grand-Mère le Souverain , mais dis-lui qu’elle n’aurait pas dû m’envoyer en prison……J.M.D.S.»

    Ou ben tu ris du monde, ou ben t’a besoin d’aide, pis ca presse !

    Répondre
  • avatar
    6 juillet 2011 à 16 04 54 07547
    Permalink

    Sid , le 4 juillet à 12:32 : je disais à toi.

    Combien on est derrière mon clavier ? Bientôt possibilité de 8 milliards.

    Pour la Grand-Mère Souveraine , attend après le 1 0ctobre 2011 , les points vont être sur les  » » » i  » »’ , comprends-tu le symbole du 11 ?

    Sid , je ne ris pas du  »MONDE » , j’ai besoin d’aide et ça presse comme tu dis , mais des comme toi à ma place , tu ferais quoi ? Sur le Web on a juste à peser sur le piton, === Active tes 2 incisives , si tu veux que la vie continue.
    Personnellement , je suis et nous sommes………..

    Répondre
  • avatar
    6 juillet 2011 à 17 05 03 07037
    Permalink

    Hé , c’est pas comme cela que je voulais dire , je voulais dire , je suis , vous êtes et nous sommes.

    Sid , part du principe que tu es le meilleur et que les autres(eux) le sont aussi , tu ne vas pas arriver ailleur qu’à  »NOUS ».
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    7 juillet 2011 à 0 12 16 07167
    Permalink

    Pas pire votre p’tit Massey, M. Jean-Marie! quand je vais être grande m’a en avoir un comme ça moi-aussi! HA! 🙂

    Répondre
  • avatar
    7 juillet 2011 à 0 12 23 07237
    Permalink

    -maman de sd: « Comment ma p’tite bonyenne t’est pas encore couchée toi?! Essaye pas j’entends claquer le clavier, claclaclaclac!
    – Ce n’est pas moi m’man, c’est le Massey de jean marie qui claque comme ça, pour moi y a un lifter qui thick! 😯

    Répondre
    • avatar
      7 juillet 2011 à 12 12 40 07407
      Permalink

      Pierre Allard,
      Vous écrivez:
      « Le second est que LA FORCE TRIOMPHE TOUJOURS. Au départ, il y a la simple force physique, à laquelle s’ajoute vite celle des armes; ensuite, il y a l’intelligence, à laquelle vient s’ajouter l’information, prenant la forme de la connaissance puis de la formation ; enfin, il y a la richesse, laquelle permet de manier la promesse en plus de la menace. Les circonstances modifient les rapports de force et il faut en tenir compte, mais, dans une situation donnée, le plus fort gagne toujours. »

      Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse, avec la nuance suivante. Nos sociétés sont structurées par la force, elle-même modulée et « adoucie » par un ensemble de règles de justice et d’échanges mises en place à partir d’un long héritage métaphysique. La force est toujours souterraine (et dans une grande mesure nécessaire), mais elle n’opère pas selon un principe affiché affirmant que « la force fait la loi »; on tente de faire prévaloir que c’est la loi qui fait la force. Or, si on casse systématiquement ce dernier héritage, comme on s’acharne à le faire, on risque d’inverser les rapports entre force et loi, et se retrouver dans un régime où la force brute opérera de plus en plus et vis-à-vis de laquelle un part croissante de l’intelligentsia s’occupera d’inventer des justifications. Nous sommes déjà bien engagés dans ce processus et nous nous y enfoncons de plus en plus.

      Répondre
  • avatar
    7 juillet 2011 à 12 12 58 07587
    Permalink

    Mesdames de Sombredereliction , à la Maman , ne chicanez pas trop votre fille , car maintenant  »ELLE » a vu et elle sait maintenant. === Par contre lequel de mes 2 Massey elle a vu ? Chacun des deux a son histoire.

    Madame Sombredereliction , si vous êtes majeure et vactinée , je pourrais vous faire voir que ni l’un ni l’autre( 275 = 285 ) , n’a un lifter qui thick.

    Par contre pour la durée du test , faudra passer sous une  »ÉPINETTE »……….alors si vous n’êtes pas assez grande

    Répondre
  • avatar
    7 juillet 2011 à 13 01 17 07177
    Permalink

    Votre  »MÈRE » si elle est libre , peut venir constatter.

    Vous allez me dire : 275 et 285 Massey 1973 c’est reculé pas mal , mais comme moi ils ont traversé le temps et ils font encore la  »JOB ». === Je n’aimerais pas avoir à payer pour la même puissance(2011) neuf.

    Par contre vous avez vu Massey , mais je possède de la Machinerie , John-Deere aussi. En plus , je travaille avec du New-Holland , Oliver , Inter Jean-Marie De Serre.etc.etc.etc.

    Répondre
  • avatar
    7 juillet 2011 à 23 11 44 07447
    Permalink

    Maman de SD: « Oliver? Goddamn ça me rajeuni pas ça, le reste c’est du plus moderne c’est sûr! 🙂 « 

    Répondre
  • avatar
    7 juillet 2011 à 23 11 49 07497
    Permalink

    Y aura jamais rien pour battre le vieux jubilé ’53 pis le vieux farmall de P’pa, ça travaillait tranquillement et vaillamment c’tes p’tites bêtes là! 🙂

    Répondre
  • avatar
    8 juillet 2011 à 9 09 52 07527
    Permalink

    En plusse de ça, c’est-tu incroyable ce qui est arrivé à la Massey-Ferguson quand trudeau à pratiquement donné ça à ce pharisien de Conrad Black??! 😡
    Torpinouche de Torpinouche ce PET qu’est-ce qui nous a pas fait pendant son règne!

    Répondre
  • avatar
    8 juillet 2011 à 13 01 30 07307
    Permalink

    Madame Sombredereliction , ce que PET a fait n’est rien à comparer avec ce que font présentement ; Charest et Harper , eux ça en est dégueulasse.

    Que vous ayez vu mon 275 ou 285 Massey vous savez(peut-être) en partie de quoi je parle.

    Par contre il y avait aussi , les Cotshut……
    J.M.D.S.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *