Pas d’union monétaire sans convergence fiscale

Quels sont les enseignements tirés de cette année de crise Européenne? Que la convergence fiscale est strictement inévitable entre certains membres importants de l’Union qui devront, faute d’harmoniser complètement leur fiscalité, adopter une position de responsabilité consistant à systématiquement se concerter et s’entraider à régler les problématiques de leurs endettements. Il règne en effet dans les comptes publics des diverses nations de l’Union une ambiguïté et un flou qui devront impérativement être dissipés même s’il est évident que la volonté politique pour y parvenir fait pour le moment défaut. En finalité, il va de soi que c’est l’Allemagne qui devra donner l’exemple et consentir à faire des efforts financiers assez massifs envers d’autres nations fragilisées. Traitée de « non Européenne » par son flanc gauche (le SPD et les Verts), Madame Merkel est aujourd’hui sous pression politique intérieure intense et finira probablement par céder du lest… Une des concessions que l’Allemagne devra se résoudre à accepter sera de permettre à la BCE d’acheter des obligations d’Etat émises par les pays de l’Union (comme le fait déjà la Réserve Fédérale américaine avec les Bons émis par la Trésorerie des Etats-Unis) et ce afin de juguler les attaques spéculatives lancées contre les nations le plus en péril. D’où l’enjeu de la très prochaine succession de M. Trichet (à l’automne 2011) sachant que le prétendant au trône favori – le Président actuel de la Bundesbank Axel Weber – est un farouche opposant à de telles pratiques certes peu orthodoxes mais indispensables afin de soutenir efficacement les pays d’Europe périphériques. Il y a néanmoins fort à parier que, parvenu à ce poste, il devra faire face à la réalité crue des chiffres et des tourmentes subies par des pays dont il aura la charge de la politique monétaire et qu’il s’adaptera donc en conséquence… Quoiqu’il en soit, ces bouées de sauvetage n’éviteront vraisemblablement pas la sortie de l’union monétaire à certains pays (comme la Grèce en tout premier lieu) qui continueront à utiliser la monnaie unique sans avoir à se conformer à ses règles, comme par exemple le Montenegro…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *