Pour l’Union européenne, « la démocratie, quel encombrement ! »

Une piqûre de rappel ne fait jamais de mal. Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, analyse le discours « sur l’état de l’union » prononcé par Manuel Barroso, président de la Commision européenne, le 28 septembre dernier : « Il s’agit d’approfondir la «coordination de la zone euro» par l’imposition de règles communes s’imposant aux Etats «incapables de prendre les mesures chacun devant leur opinion». Joseph Daulh, UMP, président du groupe de la droite, va plus loin. Il souligne que les élections dans chaque pays vont être un obstacle supplémentaire aux bons choix ! Bref, la démocratie, quel encombrement ! » Non à la dictature de la finance et de ses valets politiques, place au peuple ! « Le Fond Européen de Stabilité est décrété d’ores et déjà insuffisant par une partie de ceux qui l’ont créé. Ils auraient gagné du temps pour le savoir en lisant les textes de notre mouvance. A peine ce diagnostic est-il posé par les uns que les autres, dont le ministre des Finances allemand, le qualifient de «stupide». Tout en nuance.  A cet aveu et cette prise de cheveu s’ajoute une série de projets spécialement calamiteux. Le premier serait de recapitaliser les banques avec ce fond, comme l’a proposé Barroso. Quelle trouvaille ! Les états vont emprunter aux banques pour prêter aux banques ! C’est fort ça ! Deuxième absurdité. Le Fond va acheter sur le marché secondaire des titres de dettes publiques. A qui ? Aux banques qui s’en sont gorgées ! De l’argent frais contre du papier pourri ! Génial. Mais prêter directement aux Etats ? Jamais ! Rien n’arrêtera donc le désastre en cours. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *