Pourquoi j’ai retire? ma caricature?

Récapitulatif : j’ai publié ici un billet avec une caricature ainsi qu’un montage photographique représentant le prophète des musulmans (dans le cadre de la journée « Everybody Draw Mohammed Day »). Ces deux oeuvres étaient sciemment provocantes dans l’optique où si le simple fait de représenter ce prophète est à la base blasphématoire et passible de menaces de mort, forcer la note n’est logiquement pas plus risqué. Les commentaires à sa suite ont été majoritairement favorables (en tout cas, les gens qui étaient contre s’il y en avait beaucoup ne se sont pas manifestés…), tandis que, pour ma part, le débat s’est plutôt déroulé à la suite d’un autre billet, sur un blogue nommé Temps et fiction.

Le blogueur en question, Déréglé temporel, expose une oeuvre représentant le prophète, très sobre, où on voit un peintre le portraiturer :

Vous remarquerez la sobriété de l’image et du thème. Pas question pour moi de dépeindre Mahomet en fanatique sanguinaire, en pédophile, en homosexuel sado-maso, en enculeur de porcs; ni de le figurer couvert de merde ou avec un phallus à la place du turban. Ce genre de comportement me donne envie de vomir.

Vous vous douterez que je me suis senti très concerné même s’il n’y avait pas d’hyperlien vers mon oeuvre. Et ça continue de plus belle :

Une partie de ces dessins qui en font trop est sans aucun doute produite par des racistes qui utilisent la bonne cause – ici la liberté d’expression – pour légitimer leur haine. […] Une autre partie est certainement dû (sic) à une autre raison, une idée très fortement ancrée dans la tradition artistique occidentale, mais pas forcément très brillante:  l’idée que pour défendre la liberté d’expression, il faut provoquer toujours plus. Cette idée nous a légué tout un héritage d’oeuvres de merdes (parfois, voire souvent, au sens littéral), et a souvent été la meurtrière du bon goût, devenu, au mieux, accessoire à une provocation primaire et outrancière qui est un but en soi. Au pire, le bon goût est suspect d’être un prétexte à la censure.

Au-delà de ça, l’auteur du blogue sert dans son billet et à moi en commentaire un argumentaire sur la responsabilité que la phrase qui suit condense très bien (même si elle n’est pas de lui, mais bien d’une commentatrice qui a l’honneur de se retrouver dans la liste noire de mon blogue…). Tadam! :

Si j’étais un musulman intégriste qui voulait recruter des jeunes, j’utiliserais ces caricatures vulgaires pour leurs démontrer pourquoi ils doivent nous haïr, pourquoi on est des pas bons etc etc…

Et puis, vendredi dernier, j’apprends que la caricaturiste qui a initié « Everybody Draw Mohammed Day », Molly Norris, s’est rétractée. On se doute qu’elle a eu peur des représailles ou qu’elle a carrément reçu des menaces (en tout cas, vous pouvez allez constater par vous-même sa démarche sur son site — moi, je trouve que c’est extrêmement tiré par les cheveux…). Et le soir, je parle du simple fait d’avoir publié une caricature de Mahomet (sans pointer sa teneur) à un bon copain à moi, et je me retrouve à me faire rentrer dans le lard par celui-ci. Il me dit qu’il a peur pour moi, que j’ai une famille, que je n’ai pas à être irrespectueux envers les musulmans pour défendre la liberté d’expression, tout comme le Déréglé temporel en fait, et il me sert pas mal le même propos que lui, comme quoi c’est participer au problème des extrémismes au lieu de le dénoncer :

En réalité, c’est plutôt s’acharner à justifier leurs actes. En faisant ça, tu imites non seulement un tas de petits nazis en herbe, mais tu t’efforces aussi de coller à la diabolisation que les islamistes veulent faire de l’Occident. Je ne peux pas approuver ça.

Pour dire vrai, j’ai eu premièrement la chienne, et puis je me suis dit que si l’instigatrice de cette journée se désistait, je ne voyais pas pourquoi je continuerais ma participation. À la première occasion, j’ai tout effacé. Voilà pour le récapitulatif, mais ça mérite de plus amples explications et même un peu d’analyse.

Premièrement, le gros problème que j’ai avec ça, c’est que deux personnes m’ont servi pas mal le même argumentaire alors qu’une des deux a elle-même publié quelque chose dans le cadre de cette journée. Pour l’une, c’est qualitatif, on peut dénoncer en représentant Mahomet « respectueusement », tandis que pour l’autre c’est blasphématoire à la base (plus logique à mon sens, même si je ne suis pas d’accord avec l’interdiction sur le seul argumentaire du sacré), donc irrespectueux quel que soit la teneur de la représentation. Deux poids, deux mesures…

Je veux bien croire qu’il est irrespectueux de représenter Mahomet, mais n’est-il pas aussi irrespectueux d’imposer une règle religieuse à des gens d’une autre religion ou simplement areligieux? Est-ce que je devrais avoir peur de recevoir des menaces parce qu’il m’arrive de manger du porc et de boire de l’alcool? Non, parce que ce sont des règles réservées aux croyants de la religion qui les imposent, pas aux autres. Alors, c’est vraiment une atteinte à la liberté d’expression, puisqu’il n’est pas question de juger du bon ou du mauvais goût d’une oeuvre, de ce qu’elle communique, mais bien de l’imposition d’un interdit par la menace. Les catholiques et autres adorateurs de Dieu et de son fils Jésus ont beau ne pas aimer que l’on fasse des blagues avec des représentations, je n’ai jamais entendu parler de menaces de mort. Ces croyants avalent la pilule comme n’importe qui se voit pointer d’une blague, même de mauvais goût…

Croyez-vous vraiment que quelqu’un de tolérant et de respectueux comme moi (c’est sûr que si pour vous être tolérant c’est tout accepter, alors je ne le suis pas) se permettrait de dépeindre le prophète d’une religion (fortement susceptible, quand même) de manière irrespectueuse tout à fait gratuitement? Non. C’est une réponse à la mesure du contexte, soit les problèmes qu’ont eus les créateurs de South Park (qui est une émission qui tape humoristiquement sur tout ce qui bouge, et Jésus n’a jamais été en reste, et les juifs, alors je ne vois pas pourquoi Trey Parker et Matt Stone devraient se garder une petite gêne en ce qui a trait à Mahomet, pour cause de règlement ancestral…). Alors, on repassera pour l’accusation que je me complais simplement dans un concours de vulgarité! Et puis, pour répondre à Déréglé temporel qui faisait ressortir en commentaire que la « quantité de gens ayant entendu parler de cette histoire autour de Southpark n’est pas si nombreuse, même en occident. Alors pour penser que que (sic) c’est clair pour tout le monde, c’est penser que tout le monde a les mêmes infos que toi, la même perspective, la même sensibilité. », je ne peux que réitérer que le contexte était très bien expliqué, pour qui se donnait la peine de lire et de suivre l’hyperlien. S’il fallait attendre que toute la planète soit parfaitement informée de quelque chose pour en parler, qu’est-ce qu’on pourrait dire au juste? Le messager fait son bout de chemin, celui qui reçoit le message devrait faire le reste!

Dans ces conditions, c’est certain que je ne m’excuse pas, puisque j’ai retiré mes deux oeuvres essentiellement par dépit. Parce que oui je croyais qu’il y avait un risque, mais j’avais compris dans l’idée de Molly Norris que le nombre (des milliers et des milliers de caricatures le même jour) avait l’avantage de diminuer ce risque, sinon l’anéantir. Les extrémistes musulmans ont beau être complètement cinglés, ils n’ont pas pour autant les moyens de faire payer le blasphème à tout un chacun…

Et il reste toujours la peur, cette foutue peur qui est instrumentalisée à l’extrême. Je ne dis pas non plus qu’ils sont les seuls. Mais parfois, j’aimerais bien qu’on puisse discuter d’un problème à la fois…

(Image trouvée ici.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *