Quand le prof Léo-Paul parle pour rien…


Le Professeur Léo-Paul Lauzon vient encore de parler pour rien.  Il vient de publier une quatrième étude  en 6 ans sur les banques canadiennes.   Il nous a déjà parlé quelques fois d’évasion fiscale, de paradis fiscaux… le quotidien, quoi …  Cette fois, il examine le comportement des banques canadiennes en temps de crise.

Car il y a une crise, vous savez., et les banques… Chuuut ! On pourrait nous entendre.  Le Professeur Lauzon nous parle de l’industrie bancaire canadienne durant cette crise. De la situation financière actuelle des banques, de leur profitabilité, de l’utilisation qu’elles font de leurs profits et de leurs impôts.

Il a fait une étude pour la période allant de 2004 à 2009 sur les 6 plus grandes banques canadiennes: Royale, TD, etc – qui ne les connaît pas ! – et il nous confirme  qu’elles font du fric.  46 milliards de profits en 2009.  Réjouissez-vous, nos banques se sortent bien de la crise.  Il y a longtemps – depuis 1998, au moins – que je dis qu’il faut se réjouir….

Elles s’en sortent d’autant mieux que nous avons un gouvernement prudent.  Même si les banques font plus de profit que jamais, l’État, depuis 6 mois, via le Programme d’achat des prêts hypothécaires assurés (PAPH) leur  a alloué une aide d’environ 125 milliards de dollars…   C’est 4 000 $ par Canadien, incluant les nourrissons et les grabataires…  C’est beaucoup. C’est trois (3) fois le programme de soutien à l’économie de 40 milliards dévoilé par Ottawa lors du budget de janvier dernier.

C’est une application du principe que la meilleure aide est celle qui fera que celui qu’on aide n’aura pas besoin d’aide.   Un principe qui ne s’applique que pour les riches, bien sûr, car, pour les pauvres, il est trop tard.  De toute façon, les pauvres administrent l’argent d’une façon lamentable: dès qu’on leur en donne, ils le dépensent ! Heureusement qu’on ne leur en donne pas beaucoup, sans quoi où irions-nous !

Le professeur Lauzon parle pour rien, car il est clair que nous avons déjà trouvé la meilleure façon d’aider nos banques. D’ailleurs notre Premier Ministre lui-même nous l’a dit – en passant par le Financial Times, ce qui fait encore plus crédible – :  » Nous avons le secteur financier reposant le plus sur la libre entreprise. Nous sommes les seuls à ne pas nationaliser ou nationaliser en partie notre système financier “.

Les seuls !  Selon une étude du FMI du 18 février, le Canada serait au 3e rang mondial en % du PIB, quant au coût de l’ensemble des mesures de soutien public aux banques:  8.8%.  Devant, les États-Unis à 6.3%, où pourtant on se plaint tellement…. Dur, mais nous serons récompensés de nos efforts, car il semble qu’on pourrait mêmeacquérir quelques banques américaines: ils en ont trop. Ils en ont de moins en moins, avec les faillites, mais ils en ont encore trop. On les achète. Nous aurons des banques plus riches…

Des banquiers riches, aussi.  Les dirigeants des six (6) plus grandes banques du pays ont reçu des millions d’options d’achat d’actions à prix d’aubaine en 2009. Grâce à ces options, ils ont réalisé des bénéfices de 251 M$.   C’est là qu’on voit la sagesse de nos gouvernants. Cette performance aurait été impossible si on avait gaspillé cet argent en programmes d’aide à l’emploi.

Parler pour parler, le professeur Lauzon pérore encore plus inutilement. Il parle de NATIONALISER les banques !  Ridicule, car ce serait ILLÉGAL. La Loi (fédérale) sur les Banques prévoit que les actions des grandes banques doivent demeurer « largement reparties ».  L’État ne pourrait donc pas être propriétaire d’une banque  CQFD. Pourquoi ?   M’énervez pas avec vos questions…!

Et à Québec ?  Eh bien à Québec,  rien, parce que c’est Ottawa qui a juridiction.  Vous voyez comme c’est simple ? Alors Jacques Delorme, de la Direction des communications du Ministère des finances – cité dans le journal Métro de Jeudi 6 mai – résume tout à la perfection:  “La nationalisation  des banques  est une question tellement hypothétique. Personne n’étudie ce genre de scénario.” Ouf ! heureusement, car un enfant de 10 ans comprendrait que c’est la seule solution. Mais si on ne l’étudie pas…

Alors le Professeur Léo-Paul Lauzon parle pour rien. Parce que le système bancaire est une escroquerie institutionnalisée et que ceux qui décident de ça et du reste sont les complices de cette escroquerie. Surtout, il parle pour rien parce qu’on ne l’écoute pas… ILS sont gros, nous sommes petits…  Alors acceptons que nous sommes des cancres. Ça évitera de devoir admettre que nous sommes des lâches.

Pierre JC Allard

42 pensées sur “Quand le prof Léo-Paul parle pour rien…

  • avatar
    10 mai 2010 à 1 01 05 05055
    Permalink

    ?? Je ne comprends pas ici…
    Le problèmes des banques est qu’elles sont complices avec le gouvernement pour nous frauder dites-vous. Qu’elles reçoivent trop d’argent des gouvernements et que celui-ci en achète les risques…

    Mais quelle est la solution à ceci: nationaliser les banques ??
    Comment plus de ce qui est dénoncé comme mauvais peut être la solution ?
    Le problème est l’intervention du gouvernement dans le système bancaire. Si le gouvernement devient la banque, en quoi cela peut améliorer la situation ?
    Pensez-vous vraiment que nationaliser les banques vous donnerais plus de contrôle sur l’argent ?
    Et que dire du fait que durant cette crise, les banques qui ont fait faillites aux US sont quasiment tous des banques para-gouvernementales ?

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 2 02 10 05105
    Permalink

    Bonjour,

    Il suffit peut-être pour répondre à certaines questions de ce billet de haute volée, de ne surtout pas marquer le silence.

    Les commentaires figurant depuis quelques minutes sur mon article L’Europe se meurt? » refléte bien le fait d’une crise mondiale.

    La fin ce t article me plait énormenent, mais nos cousins de l’autre côté subissent aussi les conséques de ceux qui brassent pour aucune efficacité ?
    J’attends le cas échéant le « droit de réponse »
    Il suffit de se souvenir de « la Guerre des Boutons »
    Si j’avais su j’aurai pas venu « Gibus »
    Le Panda

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 7 07 34 05345
    Permalink

    « Alors acceptons que nous sommes des cancres. »

    Ok. C’est vrai qu’ils veulent notre bien et sont bien plus intelligents que nous, cancres.

    « Ça évitera de devoir admettre que nous sommes des lâches. »

    Ouch! Ça, ça fait mal!

    Bonne réflexion, Pierre, merci!

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 8 08 27 05275
    Permalink

    @PJCA

    On m’a posé cette question sur mon blogue et voici la réponse:

    Nommez-moi les pays qui ont les systèmes bancaires les plus nationalisés (c’est-à-dire ceux qui ont des banques appartenant à l’État)…

    Je peux vous donner l’exemple du Bangladesh, où les plus grandes banques commerciales on été nationalisées au nom du socialisme.

    Résultat: le secteur bancaire est sous-développé, les pertes sur prêts sont faramineuses, la fraude et la corruption omniprésentes, et l’hyper-inflation est désastreuse. L’entreprenariat et l’investissement y sont déficient ce qui laisse la population dans la pauvreté.

    Autres systèmes bancaires étatiques:

    Cuba, Zimbabwe, Éthiopie, Haiti, Sierra-Leone, Congo, Iran, Vénézuela, Bélarus et Ukraine.

    Même recette, même résultat…peu enviable.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 20 05205
    Permalink

    Francois J.

    Les banques créent de la monnaie qui n’a aucune valeur intrinsèque. Ils en créent plusieurs fois ce qui suffirait à symboliser les choses a valeur réelle que cette monnaie prétend représenter. Avec le surplus il achètent des biens réels, ou ils nous prêtent cette monnaie a intéret: arnaque.

    Non seulement l’État tolère cette arnaque, mais il consent aux banques un monopole pour le faire. Si le peuple contrôle l’État et que l’État contrôle la monnaie, le peuple contrôle la monaie. Je suis sûr que vous le comprenez.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 25 05255
    Permalink

    @ François M:

    Si au lieu de tuer des innocents les émeutes en Grèce avaient ciblé des coupables, nous aurions ce matin une autre dynamique, au lieu de ce Plan Paulson à l’européenne qu’on a concocté la nuit derniere. je sens que ça achève… ne nous énervons pas.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 38 05385
    Permalink

    Mais le peuple n’a JAMAIS contrôlé l’état !

    De croire le contraire,est l’arnaque du siècle… dernier.

    Et il (le peuple) ne le contrôlera JAMAIS (sauf si la démocratie directe existe… et encore, il faut que cela soit fait de façon très intelligente/sage).

    Nos ancètres se méfiaient de l’état… et de la monnaie étatique…

    Les naifs d’aujourd’hui se laissent diviser selon le faux paradigme droite-gauche.

    ***

    Autre chose:

    C’est une illusion des gens de droite de croire que notre systême bancaire n’est pas étatique: il l’est, mais c’est plus subtile que dans des pays ouvertement socialistes.

    La monnaie actuelle -virtuelle- est 100% controlée par l’état, car c’est la LOI sur les banques qui régissent la monnaie ET le systême bancaire. Essayez d’ouvrir une banque à charte… juste pour voir. Encore mieux, essayez d’ouvrir une banque avec de la monnaie basée sur quelque chose de réel… 😉

    Et pour finir le tout en beauté, par rapport à mes énoncés:
    Silence des individus qui se disent de gauche… OU de droite = 2 faces de la même médaille ?

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 42 05425
    Permalink

    @ Minarchiste:

    Tous les pays ont une monnaie. Une société développée ne peut pas vivre sans une monnaie. Dans un systeme pré-corporatiste comme celui que nous avons, la banque ne peut pas être plus ou moins « nationalisée », pas plus qu’une femme ne peut être plus ou moins enceinte.

    La seule variable, c’est le contrôle de la collectivité vs celui des individus… et ce contrôle réel ne reflète naturellement pas l’image d’Épinal que le système veut donner de lui-même.

    Les pays qui ont moins de ressources, moins de talents, plus de corruption et dont le maintien de l’ordre est précaire ont des systèmes bancaires qui fonctionnent mal.

    Ils ont aussi des systèmes de santé, d’éducation et de justice qui fonctionnent mal.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 52 05525
    Permalink

    Tous les pays ont une monnaie… étatique et virtuelle !

    Cette nuance est cruciale. Tout autre énoncé est partiel et partial.

    Qui contrôle la monnaie contrôle TOUT.

    Et aucun peuple ne contrôle réellement son état ou ne contrôlera son état.

    La démocratie représentative n’existe plus, car la ligne de parti existe…

    La droite et la gauche ne sont que des illusions = diviser pour -mieux- regner.

    Et non, je ne me tannerai pas… car la réalité est UNE… et c’est nos conditionnements, nos subjectivités, nos haines, nos manques de connaissances, etc, qui nous empêchent de LA reconnaitre…

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 52 05525
    Permalink

    « Si au lieu de tuer des innocents les émeutes en Grèce avaient ciblé des coupables, nous aurions ce matin une autre dynamique, au lieu de ce Plan Paulson à l’européenne qu’on a concocté la nuit dernière. je sens que ça achève… ne nous énervons pas. »

    Du fric pour les banques mais la remise en question de tous les progrès sociaux pour les citoyens !
    (750 milliards d’euro pour faire plaisir aux banques en Europe mais un plan de rigueur prévu pour chaque pays Européen …)

    J’aimerai trouver une raison (valable) de continuer à « veau-ter » sachant que quoi qu’il arrive les véritables dirigeants de mon pays sont les banques et les multinationales dont le C.A est supérieur au PIB des états ….

    Si j’en cois mes cours, le bien c’est : « ce qu’il y a de mieux, pour le maximum de personnes pendant un maximum de temps » .
    J’ai comme l’impression que nous vivons exactement la politique inverse : « le moins bien pour le maximum de personnes pour le bénéfice d’une minorité pendant un maximum de temps »

    « Non seulement l’État tolère cette arnaque, mais il consent aux banques un monopole pour le faire. Si le peuple contrôle l’État et que l’État contrôle la monnaie, le peuple contrôle la monnaie. Je suis sûr que vous le comprenez. »

    Ne vivons-nous pas déjà dans une « démocratie » factice ?

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 57 05575
    Permalink

    @Sebas

    Mais le peuple n’a JAMAIS contrôlé l’état !

    Par définition. On TEND seulement vers un meilleur contrôle et la variable est le pouvoir accru de l’individu dans une société complexe où chacun TEND à devenir indispensable et donc à avoir plus de pouvoir.

    La monnaie actuelle -virtuelle- est 100% controlée par l’état.

    Elle est manipulée par des banquiers qui disposent de l’autorité de l’État. Symbiose. PERSONNE ne la contrôle vraiment, car les outils de contrôle sont folkloriques. On y va a tâtons. On a des chirurgies du coeur tentées avec des coutelas de bouchers. Chacun prend ce qu’il peut et au diable le patient-société.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 12 12 58 05585
    Permalink

    @PJCA

    « Les pays qui ont moins de ressources, moins de talents, plus de corruption et dont le maintien de l’ordre est précaire ont des systèmes bancaires qui fonctionnent mal. Ils ont aussi des systèmes de santé, d’éducation et de justice qui fonctionnent mal. »

    J’ai bien hâte que vous lisiez mon article sur le Bangladesh et sur les explications (selon moi) de sa pauvreté, qui sont essentiellement les mêmes pour la plupart des pays du tiers-monde…patience, ce devrait être pour jeudi!!

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 03 05035
    Permalink

    Si les mutlis/banques contrôlent l’état, c’est que l’état n’est pas (et n’a jamais été et ne sera jamais), controlé par ‘NOUS’.

    Tout ce qui arrive n’est qu’illusion.

    Tout est théâtre.

    La démocratie est factice !

    L’information est factice !

    La monnaie est factice !

    Mais les dettes/intérêts -de monnaies factices- non-payées, conduisent les pays et individus vers la banqueroute.

    Solution ? Puisons dans la sagesse de nos ancètres.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 07 05075
    Permalink

    La différence entre le systême bancaire du Bangladesh et du Canada ?

    Ici, l’illusion est plus sophistiquée (hypocrite?) !

    Mais le résultat sera le même, mais sera plus lent ici = c’est mathématiquement impossible de payer tout l’argent emprunté.

    Quiconque ne parle pas de ça, est soit ingorant (ce qui est pardonnable) ou fait parti du problème…

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 10 05105
    Permalink

    @ Minarchiste:

    Je le lirai avec plaisir. Vous remarquez, d’ailleurs, que je ne tiens pas votre lumière sous le boisseau :-))

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 11 05115
    Permalink

    pierrejcallard:

    En résumé, vos solutions consistent à implanter plus d’état (pu un autre état), état sur lequel AUCUN peuple n’a de contrôle ?

    Moi je propose de cesser de croire aux illusions (j’en ai décrites quelqu’unes)

    et 2:
    de puiser dans la sagesse de nos ancètres:
    méfiance de l’état et de la monnaie inflationniste étatique imposée.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 18 05185
    Permalink

    @ PJCA:

    Par une prise de conscience.

    PRESQUE TOUT EST ILLUSION en ce moment.
    TOUS les partis politiques et TOUS les ‘grands’ médias sont controlés.

    Pour vous ce sera ceci:

    L’état ce n’est pas nous.
    L’état n’est pas notre ami.
    L’État n’a jamais été nous ou notre ami.

    Pour un autre, j’aurai une autre réponse.

    Moins de 1000 mots. Voilà.

    p.s.
    La société se complexifie, car l’état la rend ainsi.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 29 05295
    Permalink

    @PJCA

    « Vous remarquez, d’ailleurs, que je ne tiens pas votre lumière sous les boisseau ) »

    Merci, j’apprécie!

    D’ailleurs, mes articles font très bien sur Cent Papiers en terme du nombre de visionnements.
    C’est encourageant.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 13 01 34 05345
    Permalink

    Bien écrire, bien s’exprimer, être populaire, etc, ne rend pas nos idées plus réelles.

    Le systême bancaire canadien EST socialiste…

    Tous ceux qui le nient, jouent le jeu des puissants et manipulateurs.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 14 02 53 05535
    Permalink

    @Sebas

    En fait, il n’est pas 100% socialiste, mais il est fortement subventionné, protégé et privilégié.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 14 02 56 05565
    Permalink

    Alors, incluons la Grêce, l’Italie, le Portugal, l’Espagne, l’Irlande, la France, l’Angleterre, les États-Unis, le Canada, alouette, dans votre liste…
    et dans TOUS vos commentaires sur les systêmes bancaires étatiques/socialistes.
    😉

    Et je cite:
    Autres systèmes bancaires étatiques:

    Cuba, Zimbabwe, Éthiopie, Haiti, Sierra-Leone, Congo, Iran, Vénézuela, Bélarus et Ukraine.

    Même recette, même résultat…peu enviable.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 15 03 00 05005
    Permalink

    Le systême est 100% étatique/socialiste… mais j’avoue que l’illusion est vraiment plus ‘parfaite’ ici… car camouflée par des ‘inc’ et par la lenteur du processus de la monopolisation du capital entre quelques mains… soi-disant indépendantes de l’état…

    C’est pour ça que peu d’individus comprennent que la droite et la gauche ne sont que des illusions.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 15 03 22 05225
    Permalink

    @Sebas

    Dans un système 100% socialiste, les banques appartiendraient à l’État, qui obtiendrait directement leurs profits et pourrait les utiliser pour financer ses dépenses.

    Or vous savez que ce n’est pas le cas ici. C’est cependant le cas pour les pays que j’ai nommés.

    En fait, je dirais que nous avons un système bancaire corporatiste plutôt que socialiste, là est la nuance.

    Répondre
  • avatar
    10 mai 2010 à 15 03 49 05495
    Permalink

    Un texte dans le mil.
    Merci!
    Quelqu’un peut-il me dire s’il existe encore quelqu’un qui a un voix forte comme Lauzon au Québec?
    Et quelque chose dans la voix?
    Le système bancaire est un bien volé au peuple, car il représente les biens du peuple. Du moins, dans une vision de gros bon sens…

    Répondre
  • avatar
    11 mai 2010 à 3 03 38 05385
    Permalink

    Les politiciens contraindront les États à la banqueroute MAIS sauveront LA Banque.

    Citation de Sir Josiah Stamp, directeur de lle Banque d’Angleterre, 1928-1941, seconde fortune d’Angleterre.

    Nous vivons actuellement l’effrondement systémique de tout notre économie mondiale.

    Comme disait Edmond de Rothschild sous le règne de Georges Pompidou:

    Vraiment mal foutu !

    Répondre
  • avatar
    11 mai 2010 à 3 03 42 05425
    Permalink

    Oup!! Faut pas mettre de flèches
    Voici la citation de Sir Josiah Stamp:

    La banque fut conçue dans l’iniquité et naquit dans le péché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-la-leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de main, ils créeront assez d’argent pour vous la racheter. Ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique, car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage, laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à gérer les crédits.

    Et celle de E. de Rothschild:

    Le verrou qui doit sauter à présent, c’est la NATION.

    Désolé

    Répondre
  • avatar
    11 mai 2010 à 11 11 31 05315
    Permalink

    @Pierre

    assez troublante la citation de Edmond de R.
    c’est exactement ce qui se passe présentement en Europe.

    On vient de créer le pouvoir central tant attendu par le Système, afin d’imposer les règles du FMI aux pays qui auront besoin d’aide financière.

    La Grèce vient de se mettre à genoux. Les autres suivont sans aucun doute. Le test a passé la barrière de la tolérance des peuples. Le Système triomphe.

    Répondre
  • avatar
    11 mai 2010 à 15 03 33 05335
    Permalink

    « La compensation (clearing en anglais) est un mécanisme permettant à des banques et des institutions financières, membres de la chambre de compensation, de régler les montants dus et de recevoir les actifs correspondants aux transactions qu’elles ont effectuées sur les marchés. »

    C’est une définition de Wiki pour introduire une citation du dernier livre de Alain Deneault intitulé « Offshore, paradis fiscaux et souveraineté criminelle ».

    Il y fait le portrait des rapports de force mondiaux à partir des données des chambres de compensations ou société de clearing. Voici la citation qu’il tire d’un livre de Denis Robert, La boîte noire: « La liste des comptes d’une société de clearing comme Clearstream est une formidable photographie de la planète financière. Une photo inédite et d’un réalisme saisissant. Le Portugal y apparaît cent fois plus petit que les îles Caïmans. Le Luxembourg y est mille fois plus grand que tout le continent africain. »

    @Denis G
    Personnellement, je pense qu’il y a longtemps que le Système triomphe, mais tant que ça ne touchait que les pays dit « du tiers-monde », on ne s’en formalisait pas trop.

    @PJCA

    Je savais qu’ils étaient gros, mais ce que je lis ces temps-ci dépasse vraiment tout ce que j’avais pu concevoir. Et ils ont tout délocalisé dans ces minuscules états de non-droit.

    Mais ce n’est pas parce que nous sommes petits que nous ne pouvons rien. Une puce peut donner bien des désagréments à un géant. Mais, vous avez raison, il nous faut d’abord vaincre notre propre lâcheté.

    P.S.: Dans son livre, Alain Deneault, cite aussi Pierre Ronsavallon qui dit que le peuple est à construire. Et je crois que c’est effectivement le cas. C’est pas le travail qui manque, donc!

    Répondre
  • avatar
    11 mai 2010 à 16 04 23 05235
    Permalink

    @Terez L

    effectivement.

    d’autre part, coucher par terre sans péril ceux qui étaient déjà à genoux ne méritait pas encore le triomphe, à tout le moins sans gloire. 🙂

    Répondre
  • avatar
    12 mai 2010 à 5 05 53 05535
    Permalink

    La banque en 2010 :

    -C.A est supérieur au P.I.B des états mais qui fait vivre moins de salariés que les états ne font vivre de citoyens .

    -La spéculation est la loterie des banques qui imposent leurs propres ration (gain/perte) par le levier d’agences de notation absolument pas indépendantes car payées par les mêmes banques .
    La spéculation ne reflète en rien l’économie réelle.
    (il était question de réformer les agences de notation lors du G20 de Londres, cependant cet « effet d’annonce » visait uniquement à « endormir » les citoyens )

    -Les banques sont soumises à moins de réglementations que quelque gouvernement que ce soit. (en sus du C.A supérieur au P.I.B des états)

    -Le système bancaire produit sa propre monnaie, l’argent n’est plus indexé sur aucun équivalent réel, les banques sont dans les faits en faillite, tout comme les états .
    Ce pseudo-secret permet aux banques de tenir les gouvernements à leur botte.
    (faillite serait réelle si les banques et les états devaient fournir un équivalent physique au papier monnaie)

    -La banque est un des rares organismes à pouvoir prêter l’argent qu’il n’a pas et surtout qui ne lui appartiens pas, tout autre entité faisant la même serait accusée de vol et d’escroquerie.

    Je vous laisse compléter la liste des inepties bancaires, vous verrez, ce n’est pas triste, avec le recul rien que le système bancaire justifierai que nous mettions tous nos politiques au chômage pour escroquerie et complicité d’escroquerie .

    Répondre
  • avatar
    14 mai 2010 à 5 05 39 05395
    Permalink

    « Il faut le combler, ce gouffre effroyable.
    Eh bien ! Voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens ; mais choisissez ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ?
    Allons, ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit.
    Ramenez l’ordre dans vos finances, la paix et la prospérité dans le royaume (…).
    Vous reculez d’horreur… Hommes inconséquents ! Hommes pusillanimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décrétant la banqueroute, vous vous souillez d’un acte mille fois plus criminel ? (…) Croyez-vous que les milliers, les millions d’hommes qui perdront en un instant, par l’explosion terrible ou par ses contrecoups, tout ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-être leur unique moyen de la sustenter, vous laisseront paisiblement jouir de votre crime ? Contemplateurs stoïques des maux incalculables que cette catastrophe vomira sur la France, impassibles égoïstes, êtes-vous bien sûrs que tant d’hommes sans pain vous laisseront tranquillement savourer les mets dont vous n’avez voulu diminuer ni le nombre ni la délicatesse ? Non : vous périrez. »

    Discours par lequel Mirabeau exhorta l’Assemblée constituante, face à la crise, à décider la confiscation d’un quart des plus grandes fortunes (1789).

    Rien ne change réellement, voilà matière à remettre en question la régression actuelle de nos démocraties .
    Monarchie élective ou oligarchie, je ne sais pas …

    Répondre
  • avatar
    23 mai 2010 à 20 08 05 05055
    Permalink

    Alors pour faire suite à ce message « Alors le Professeur Léo-Paul Lauzon parle pour rien ».

    Personnelllement ,je n’en suis pas aussi persuadée pour l’avoir connu personnellement à l’université et que j’étais totalement d’accord avec lui à cette époque concernant sa théorie d’établir une « comptabilité sociale »… pour faire payer les compagnies pour leurs dommages subis à l’environnement et que la facture devrait leur revenir…

    Aujourd’hui, j’aimerais simplement rendre Hommage à Léo-Paul Lauzon pour avoir persévérer dans sa voie… et de nous avoir permis de prendre conscience que la responsabilité de la planète relève certainemaint de l »oil-ligarcie »…

    Louise

    Répondre
  • avatar
    24 mai 2010 à 0 12 17 05175
    Permalink

    @ Louise:

    Nous devrions tous rendre hommage à LPL…. et la façon de le faire serait de l’écouter.

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    24 mai 2010 à 16 04 35 05355
    Permalink

    Bonjour PJCA,

    Message bien reçu ! Je suis navrée d’être intervenue sans avoir lu le message du sujet et d’avoir « rebondie » simplement en lisant le titre…

    Maintenant, je comprends ta réponse… «Surtout, il parle pour rien parce qu’on ne l’écoute pas… »

    En effet, à prime abord, ceci peut donner cette impression là mais pour ma part, je maintiens que tous ses enseignements ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd ! Je dirais que c’est grâce à lui que j’ai pu comprendre un peu mieux le système (magouille) financier.

    Déjà à l’époque, je me demandais pourquoi les gens ne réagissaient pas face à toutes les magouilles possibles du gouvernement ? (Sans évoquer bien entendu l’indépendance du Québec). Premièrement, j’ai constaté que 51% de la population du Québec travaillaient soit pour le gouvernement fédéral, provincial ou toutes les entités qui gravitent autour : hôpitaux, commissions scolaires, Hydro-Québec, Poste Canada, etc… sans oublier les syndicats (grosses entreprises) qui sont une autre forme de manipulation au détriment de la population pour protéger leurs employés.

    Quant au reste de la population, il reste ceux qui ont compris le système et ils en profitent pour faire du « bidou » en dessous de la table, ceux qui sont aux prises avec des problèmes financiers (déjà initialisés par cette société de consommation), ceux qui dorment sur la « switch » pour finalement réaliser que nous sommes très peu à comprendre le message de base…

    Mes meilleures salutations…

    Louise

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *