Québec Solidaire cherche des candidats

 

 

Québec Solidaire cherche des candidats…

Je vous encourage à saisir l’occasion. Défendre une cause sans espoir est une expérience passionnante de fraternité et de pensée positive. Si vous êtes jeune, ça vous prépare à la vie, si vous êtes vieux ça vous en console. Voyez en lien ici la description de ce genre d’aventures que j’ai pu me permettre deux (2) fois et qui ne coûte pas plus cher qu’un mois de vacances en Floride ou en Europe.

http://nouvellesociete.wordpress.com/une-campagne-en-mauricie/

Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui ? Parce que j’ai vu sur un blogue de Cyberpresse un de ces commentaires qui ont l’air de sortir de nulle part… Ce sont les seuls qui sont intéressants.

Les seuls commentaires intéressants qui y restent, depuis que Gesca a compris que les blogues étaient un échantillon représentatif – non pas des lecteurs, mais des éléments proactifs de son lectorat – et que prévaut donc une censure sélective.

Une censure sélective, sans faire de vagues, mais qui devrait d’ici un an ou deux contribuer à ramener l’internet à la bien-pensance et à l’y ancrer solidement. L’évolution est perceptible, facilement vérifiable et j’en ferai peut-être un jour un bouquin… Aujourd’hui, ce serait prématuré.

Aujourd’hui, j’en suis à identifier les signes prémonitoires, les messages liminaux Voyez celui-ci qui est fascinant. Vendredi 11 mai, en pleine crise étudiante, voici ce que nous dit Ligulaire : « Le mouvement étudiant tient le même discours que Québec Solidaire. Quel pourcentage du vote croyez-vous que QS va obtenir aux prochaines élections? »

Je ne vous dirai pas pourquoi Gesca publie ce commentaire, pourquoi on le fait de cette façon, ce qu’on en attend… et les suites qu’on lui donnera. Ce serait vous encourager à la paresse et puis je pourrais me tromper… Je vous invite donc simplement à y réfléchir, en vous souvenant de FD Roosevelt, qui disait que le hasard n’existe pas en politique et que rien n’y arrive que quelqu’un n’ait préparé…

Donc, pensez-y. Revenant à nos moutons, je vais cependant vous dire ce qui sera l’impact immédiat du message, mais avant, voici la réponse que j’ai envoyée à Ligulaire et qui sera ou ne sera pas publiée

« Quel pourcentage du vote croyez-vous que QS va obtenir aux prochaines élections ? Environ 5% et on dira que c’est un succès. Faites un sondage en faisant comparer les programmes des partis et ils ont 63%. La différence ? les Québécois ne croient pas que QS peut gagner… et ne votent donc pas pour QS. Pourquoi ils ne le croient pas ? Parce que les medias leur disent que c’est impossible… Le Pouvoir en place (financier) contrôle les médias. Si Legault jure qu’il ne changera rien on le laissera peut-être gagner…. Mais évidemment ça ne pourra alors rien changer. Il n’y a plus rien à discuter »

Ma réponse sera censurée ou, plus subtilement, on en diffèrera la publication de 12 ou 24 heures ou le temps qu’il faudra pour que la vague des blogueurs soit venue et ait quitté ce fil. C’est ce que les bien-pensants appelent « Damage control » …

On va tenter d’évacuer ce genre de réponses, parce que le Systeme n’aime pas qu’on remette en cause le processus électoral comme manifestation libre de la volonté populaire. Qu’on prêche pour la Droite ou pour la Gauche, pour le fédéralisme ou pour l’indépendance lui est indifférent. D’abord, parce qu’il est possible de rendre le message pratiquement inaudible en lui barrant l’accès aux médias traditionnels ; ensuite, parce que toute conviction populaire, en ces temps de relative stabilité sociale, étant fragile et superficielle, l’impact de tout message peut être contré par une interprétation de mauvaise foi qu’en feront les médias qui sera vigoureusement diffusée ; enfin parce que des mesures exceptionnelles peuvent être prises qui changeront la donne.

Ici au Québec, aux USA, en France ou n’importe où, tout est parfaitement contrôlé. Il est seulement obscène de parler de cette manipulation… C’est donc parler d’abstention, ou dire que les dés sont pipés au départ par le contrôle médiatique et la corruption qui fait froncer les sourcils. C’est la seule chose dont le Systeme souhaiterait que l’on ne parle pas.

Mais revenons à l’impact du non-dit du message de Ligulaire. Les étudiants à Carré Rouge dans la rue peuvent être des milliers, mais l’on ne veut pas que vous oubliiez qu’ils pensent comme Québec Solidaire. Ils sont donc une infime minorité. Des marginaux et des rêveurs ! Vous ne votez pas pour QS, ce sont des « loosers » ! Comment pourriez-vous soutenir les étudiants en grève ? D’ailleurs ce sont de dangereux extremistes, des « terroristes » qui mettent de bombes dans le métro ! Ce sont eux, jeudi dernier, qui vous ont fait marcher sous la pluie. Avez-vous ressenti dans votre chair, au plus profond de votre grelottement. À quel point leur cause est ignoble ?

Tout ça pour un commentaire sur Cyberpresse ? NON. Tout ça pour des milliers de petites phrases saupoudrées apparemment au hasard sur les blogues, dans les chroniques, dans les articles supposés impartiaux, et surtout aux nouvelles du Téléjournal de RC, de TVA et de RDI. Un bloc solide de manipulation contre lequel la psyché populaire est sans défense.

On vous dit tous les jours, dans tous les médias, que 70% de la population soutient le gouvernement Charest contre les étudiants. Vrai ou faux ? En doutez-vous encore ? Surtout, quand on aura mis les étudiants hors d’état de nuire, souvenez vous bien que Québec Solidaire, ce n’est que la contestation étudiante qui continue sous un autre nom… Et c’est pour ça que QS n’aura que 5 % des voix

Mais je vous invite malgré tout à être candidat pour QS. Car le Bien ne triomphe jamais, mais le Mal recule toujours…. C’est ainsi que ce monde a été bâti, et croyez-moi: on fait œuvre pie et on prend bien du plaisir a trottiner dans la bonne direction.

Pierre JC Allard

5 pensées sur “Québec Solidaire cherche des candidats

  • avatar
    14 mai 2012 à 4 04 40 05405
    Permalink

    M. Khadir a la sagesse et l’intelligence d’être prudent et déterminé. Il est dans tout ce merdier l’une des rares personnes près du pouvoir, si ce n’est la seule qui soit investie de la mission de défendre les intérêts d’un peuple. Il m’arrive de lui écrire pour le remercier de ses interventions, car il mérite de recevoir des marques de respect et d’encouragement lorsqu’il fait face souvent seul devant l’adversité.

    Il ne déroge pas de ses principes de justice et d’équité et a l’extrême bon goût de ne pas tenter de tirer profit de ses interventions en ne tentant pas de ramener sur lui les projecteurs qui doivent plutôt être dirigés ailleurs. Il convient de remarquer qu’il fait passer les intérêts des québécois avant les siens. On ne peut pas en dire autant de ceux qui grouillent, grenouillent et scribouillent.

    Par contre n’oublions pas que le temps presse: des actions doivent être entreprises rapidement afin d’empêcher que le Québec ne s’enfonce plus profondément dans l’infâme nordicité dont les étudiants paient déjà le prix et soyons conscients que bientôt d’autres citoyens seront appelés à subir les conséquences de cette folie. Il ne suffit pas d’élire un gouvernement. Les mentalités doivent changer. Même avec les meilleurs intentions du monde, un gouvernement qui n’aurait qu’un appui guidé en partie par les émotions liées à un contexte particulier, n’aura pas l’appui nécessaire pour mettre de l’avant un ensemble de réformes qui risquent de décoiffer, considérant qu’il sera traqué de toute part.

    On a qu’à repenser à son intervention pour l’octroi du contrat à Québécor qui fut majoritairement boudée par la population, presque huée. Pourtant il a fait ressortir dans son intervention l’atteinte aux droits et aux Lois, ne contestant pas le fait que Québécor puisse obtenir un jour le contrat mais bien la façon dont on aura privilégié le tout sans passer par un processus transparent, ce qui permettait d’augurer que de nombreux autres contrats pourraient dorénavant être conclus de la même manière et qui était en soi très inquiétant. Il s’agissait là aussi d’un dossier hautement émotif pour la population. Les mentalités doivent vraiment changer. Si l’on désire que soient préservés nos intérêts, il faut accepter que soient appliquées les règles de démocratie les plus élémentaires.

    Je perçois M. Khadir comme un cow-boy solitaire. Le De Gaulle de la situation, le Michel Chartrand moderne. Un homme plus près du peuple que du pouvoir.

    Prenons soin de lui. C’est un général sans armée.

    Répondre
  • avatar
    14 mai 2012 à 5 05 42 05425
    Permalink

    Bien dit Pierre! Et c’est bel et bien comme ça! Hier, en prenant la défense de Q-s sur la boîte de Radio-Canada, je me suis aperçu qu’on limitait l’éboulement de mes propos, de sorte qu’ils soient hors contexte du débat enclenché.

    Autre chose, combien de fois voyez-vous des débats télévisés, qui concernent parfois Q-s, et où Q-s n’est pas invité comme parti politique officiel, alors que la CAQ, dans les faits, n’a aucun élu sous cette bannière?!?

    Il y a une représentation démesurée…

    Autre chose, dans la boîte de discussion de R-c, on me reprochait le nombres de mes propos, mais celle qui me le reprochait, en émettait plus que moi, mais qui n’étaient pas pertinents, du genre «Ah mon beau Louis, bonne fête des mères», saupoudrés de «Moi les extrémistes là…», etc… À croire que cette intervenante n’était qu’un modérateur. Qu’importe, on me reprochait de bousculer le débat en ce dimanche matin, mais le sujet de la boîte était «le terrorisme dans le métro», t’sé… Alors j’ai demandé à Louis Lemieux si nous étions à Cuba, pour qu’il me censure de la sorte… Il m’a répondu par boîte privée, que mes messages excédaient le nombre des autres interlocuteurs…, je lui ai donc dit, que comme je disais, j’étais bel et bien censurée sur le site de R-c, et que je n’avais pas besoin d’aller sur l’île de Castro, pour comprendre le terme censure (sarcasme, vous aurez saisi!).

    Répondre
  • avatar
    14 mai 2012 à 10 10 03 05035
    Permalink

    Bien qu’étant viscéralement anti-communiste et anti-socialiste, je suis bien obligé d’admettre que votre article est fondamentalement juste.

    Répondre
  • avatar
    14 mai 2012 à 13 01 17 05175
    Permalink

    Monsieur Pierre JC Allard , vous dites : ici au Québec, aux USA, en France ou n’importe où , tout est parfaitement contrôlé. Un instant , la gagne qui pense tout contrôler , cé des TaTas qui ne savent pas lire entre les lignes , ça fa que sur le Web on a du lousse.

    Le titre ici c’est : Québec Solidaire se cherche des candidats , moi je dis que premièrement , il faut un chef qui soit  »PROPRE »(Figuré en quelque part) , Monsieur Gilles Duceppe , est un des meilleurs choix(à mon avis) , il sait parler anglais et il pourra dire au Canada , aux USA et à la QUEENNE , de nous crisser la paix. === Mais cela prend des conseillers imminents , j’y vois très bien Monsieur Kadir et Madame David et Monsieur André Bellavance.

    Un jour j’ai cru en la privatisation , mais je me suis trompé mais….. qu’à demi , presque tout, doit être Nationalisé et si ce n’est pas parfait aux  » PAYS DE MONSIEUR CHAVEZ ET CASTRO  » , on peut amélioré ce qui ne va pas .
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    14 mai 2012 à 22 10 04 05045
    Permalink

    Vous parlez d’un groupe propriétaire de +70% des journaux du Québec, d’un important groupe de presse  »canadian », d’une compagnie d’assurance ( i.e. données sur votre dossier de santé), d’un service de placement en ligne (i.e. accès à des résumés de carrière et autres informations à caractère privée)?
    Aussi, se taper un journaliste jeune et populaire qui parvient à publier dans un grand quotidien de Toronto pour dénoncer celui que son propre employeur a mis en place démocratiquement, l’on s’entend, comme premier ministre de sa province, tout ça dans son propre journal…ça mérite bien un petit article signé de Foglia, vous connaissez ce type en chemise noir…qui se vantait de ne pas exercer son droit de vote ?
    C’est vrai, les journalistes ne son pas soumis, comme les éditorialistes, à la ligne éditorial.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *