QUEL EST L’AGENDA DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC?

 Cette question devrait normalement nous conduire aux grandes attentes et priorités du Peuple Québécois ainsi qu’aux moyens les plus efficaces et les mieux adaptés pour y répondre.  Un agenda entièrement orienté tout à la fois à la satisfaction des besoins en santé, en éducation, en environnement, en transport, en alimentation, en habitation ainsi qu’à la mise en valeur maximale de toutes les richesses en ressources naturelles et en solidarité fiscale pour répondre à ces attentes. À toute fin pratique, un agenda fondé et défini par les besoins et les attentes du peuple, fondement de toute démocratie. En d‘autres mots l’agenda d’un gouvernement, élu par le peuple pour assurer la gérance de l’État en fonction des exigences du Bien commun.

Mais voilà que tout n’est pas aussi limpide et transparent. Je termine présentement la lecture d’un livre que tous les Québécois et Québécoises devraient lire. Ceux et celles qui fréquentent assidument Vigile.net en auront lu plusieurs extraits. Il s’agit du dernier né de Richard Le Hir, « Desmarais, La dépossession tranquille » (2012).

Ce qu’on y découvre c’est que l’agenda de nos gouvernants ne s’appuie plus sur les impératifs du bien commun, mais sur les intérêts de cette super puissance financière aux mille tentacules et dont le nom qui en couvre toute la réalité est nul autre que Paul Desmarais, père.  On y découvre que le glissement progressif de nos richesses et de nos sociétés d’État vers le privé est subtilement planifié et exécuté par des acteurs et actrices aux doubles visages qui ont pris place aux endroits les plus stratégiques et décisionnels de l’État et de ses Sociétés. On y découvre également, à travers ces mouvements, que le peuple y perd au change et que les déficits accumulés lui sont refilés par le moyen de coupures dans les services et par l’augmentation des coûts dans certains autres, comme c’est actuellement le cas avec la hausse des frais de scolarité. Nous réalisons que nos gouvernements ne font pas de la gérance des biens du peuple pour le peuple, mais, plutôt, de la « régence » de ces biens en fonction des intérêts de cette super puissance financière.

Cette réalité n’est plus une vision de l’esprit, inspirée par des idéologies de gauche ou des suppositions d’esprits en mal de publicité, mais elle surgit de faits bien documentés et la mise à nue de ceux et celles qui se prêtent à cette trahison.

Lorsque les étudiants demandent, dans la situation actuelle, une trêve pour permettre, d’une part, le retour aux classes et d’autre part, pour prendre le temps de regarder l’ensemble du problème du financement de l’éducation, ils se fondent finalement sur le fait qu’ils sont partis de ce peuple et que les dirigeants politiques se doivent d’analyser avec eux les diverses alternatives qui permettraient de résoudre les problèmes en suspens. Supposons un seul instant que ce soit Paul Desmarais, père, qui demande cela à Jean Charest.  Ce dernier s’empresserait d’y acquiescer.

Récemment, Lucien Bouchard a pris la parole pour appuyer de tout son prestige de “lucide” et d’ancien Premier ministre la position du gouvernement Charest portant sur l’augmentation des frais de scolarité. Voici le commentaire que cette sortie m’a inspiré.

Le vrai Lucien Bouchard – Dommage, mon cher Lucien? ! Tu sais que la « crédibilité » est un bien précieux qui permet de faire beaucoup avec l’appui d’un peuple. Tu sais aussi que pour durer dans le temps il faut que celui qui en est gratifié fasse preuve de fidélité aux valeurs qui en ont été le fondement. Ton engagement au côté du Peuple québécois, ton peuple, en a fait rêver plusieurs. Ce Peuple est toujours là, mais tu n’y es plus comme celui qui croit en lui, en sa capacité de s’assumer et de tirer tout le profit possible des immenses ressources dont il est le propriétaire et le maître. Tu sais que ces ressources, exploitées et développées au profit de ce dernier, permettraient, entre autres, de financer des soins de santé de qualité, une éducation gratuite, accessible à tous et à toutes, des soins adaptés pour nos personnes âgées et des opportunités de travail à tous les niveaux du développement du Québec.

Mais voilà que tes revenus de pension, comme ancien ministre fédéral et ancien Premier ministre du Québec, n’auront pas été suffisants pour entretenir ta passion pour un Québec indépendant. Des offres, sans doute plus alléchantes, t’ont transformé en négociateur de premier plan pour soutirer le maximum des richesses de ce peuple, ton peuple, aux prix les plus bas, afin d’assurer à tes nouveaux employeurs les profits les plus élevés.

Voilà pourquoi, mon cher Lucien, ta crédibilité n’y est plus. Tu peux toujours t’adresser au peuple, en tant que lucide ou “brillant” ou encore en tant qu’ancien Premier ministre, mais le peuple n’y est plus, il ne croit plus en toi. Tu as choisi de servir les intérêts des grandes oligarchies, c’est ton droit, mais ne viens plus raconter des histoires que tu travailles pour les intérêts du peuple québécois et que ton souhait le plus cher est son bien. L’illusion a assez duré. Il te faut maintenant marcher à visage découvert et, comme nous disaient nos parents, t’assumer pleinement dans ce que tu es vraiment, sans le peuple.” Oscar Fortin – commentaire – 3 m

Lorsque nous parlons de démocratie oligarchique, nous parlons de cette démocratie où ceux qui ont véritablement le pouvoir n’ont pas besoin de se rendre aux urnes pour voter. Ils savent à l’avance sur qui compter, tout simplement parce qu’ils les y ont placés par des moyens autres que les votes.

Il en va différemment avec la véritable démocratie qui se fonde sur la volonté et le pouvoir du peuple. Ce dernier n’est pas là seulement pour voter, mais également pour participer à la gouvernance et à suivre ce qui s’y passe. Cette démocratie ne plaît pas aux premiers et l’on comprend pourquoi. Ils veulent occuper toute la place.

Merci  à M. Richard Le Hir pour son excellent livre.

Oscar Fortin

Québec, le 6 mai 2012

http://humanisme.blogspot.com

.

2 pensées sur “QUEL EST L’AGENDA DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC?

  • avatar
    6 mai 2012 à 8 08 36 05365
    Permalink

    Hier soir, coup sur coup, deux films : « les hommes en noir » et « les hommes en noir II ».

    Votre photos : trois hommes en noir ?

    Point commun : ils effacent la mémoire à l’aide de « flash » :-O

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2012 à 14 02 37 05375
    Permalink

    La photo n’est déjà plus d’actualité.

    Un des « parvenus » est passé à l’abattoir vers 14:00 HAE.

    Qui le remplacera sur le « trium vers rats » ?

    Un autre « Rousseau » a-t-il été mis en place ?

    Pourquoi est-ce que je pense à la parabole du contremaître congédié qui remettait quittances ?(H)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *