Réchauffement ou refroidissement du climat ?

Considérez ceci :

- Il est un fait que les températures globales n’ont pas augmenté depuis au moins 2001. Le réchauffement climatique a cessé temporairement ou de façon permanente. Ceci ne rejoint pas la théorie populaire du réchauffement dû aux gaz à effets de serre. En effet, depuis 1998 le dioxide de carbone a continué de s’accumuler dans l’atmosphère – une augmentation de 4% – alors que les températures globales sont inchangées. Si la théorie du réchauffement climatique dû aux gaz à effets de serre était vraie, la température globale devrait être 0.3 degré plus chaude aujourd’hui que ce qu’elle est actuellement. Ceci est un sérieux problème, et nous dépensons des milliards à chaque année, et ce, peut-être pour rien.

Il serait probablement sage aussi de prendre note des nombreux records de froid que le monde a connu récemment. Les exemples sont nombreux, et sortent de l’ordinaire.

- L’Amérique du Sud a connu des vagues de froid comme on n’avait pas vu depuis longtemps : À Buenos Aires, il a neigé pour la première fois depuis 89 ans, au Pérou le froid tellement intense a tué des centaines de personnes et le gouvernement a dû déclarer l’état d’urgence dans 14 des 24 provinces. En août, l’agriculture du Chili a subit des pertes de $200 millions dans un hivers jugé le plus dur depuis 50 ans selon le ministre de l’agriculture.

David Deming, un géophysicien de l’Université d’Oklahoma a rapporté dans le Washington Times qu’en fait tout l’hémisphère sud a été balayé par des froids intenses en 2007. À Johannesbourg, on a fait l’expérience d’une vraie chute de neige significative depuis un quart de siècle. L’Australie a connu son plus froid mois de juin de tout les temps.

Le printemps et l’été en Nouvelle-Zélande furent tellement froids que des récoltes ont été perdu. L’Indonésie a aussi connu son année la plus froide depuis des années. Au New Hampshire, le mois dernier, ils ont reçu 44.5″ de neige, battant le record précédent de 1876 de 43″ ! Le gouvernement canadien a averti que cet hivers serait le plus froid depuis 15 ans. Les températures battent des records de froid et la glace se reforme dans des places comme à Disko Bay, au Groenland, où on avait pas vu de glace se former dans la baie depuis 10 ans.

Il a neigé et fait froid en Floride et à Hawaii il y a quelques semaines. Même chose au Mexique, où quelques personnes en sont mortes. Et le plus surprenant et venant des nouvelles de la semaine passé et de cette semaine : il a neigé à Baghdad (du pas vu depuis au moins 80 ans)ainsi qu’en Arabie saoudite(records de froid pas vu depuis 20 ans) !!!!

Finalement, qu’est-ce qui pourrait expliquer tout ça ? Et bien la NASA et le National Space Center, en plus des spécialistes russes, ont confirmé que la surface du soleil change de phase et termine deux cycles : un de 11 ans et un autre de 200 ans. Nous allons entrer dans un cycle beaucoup plus froid pour les 20 à 30 prochaines années, semble t-il. Ce sont des cycles observés depuis 1100 ans et ont plus de 90% d’exactitude. Apparemment que la dernière fois que ça s’est produit, durant le Dalton Minimum à partir de 1793 à 1830, ce fut une période de froid extrême qui engendra une période de crise de subsistance étant donné que les cultures ne pouvaient plus se faire même durant l’été.

Dire qu’on veut nous taxer pour le CO2 pour arrêter le réchauffement climatique. Va t-on nous taxer pour la glace dans une ère de refroidissement ?

Sources :

- Has global warming stopped ?

- Br-r-r ! Where did global warming go ?

-Ice returns as Greenland temps plummet

- Several deaths from unusual freezing temperatures in Mexico

- A first ! Snow falls in Baghdad

- Global Cooling ? Saudi Arabia covered with snow in coldest winter for 20 years

- Glaciers are growing around the world, including the United States

- A cold spell soon to replace global warming

Astrophysics knows two solar activity cycles, of 11 and 200 years. Both are caused by changes in the radius and area of the irradiating solar surface. The latest data, obtained by Habibullah Abdusamatov, head of the Pulkovo Observatory space research laboratory, say that Earth has passed the peak of its warmer period, and a fairly cold spell will set in quite soon, by 2012. Real cold will come when solar activity reaches its minimum, by 2041, and will last for 50-60 years or even longer.

As it really is, scientists say the Arctic and Antarctic ice shields are growing. Physical and mathematical calculations predict a new Ice Age. It will come in 100,000 years, at the earliest, and will be much worse than the previous. Europe will be ice-bound, with glaciers reaching south of Moscow.

Today, the Space and Science Research Center, (SSRC) in Orlando, Florida announces that it has confirmed the recent web announcement of NASA solar physicists that there are substantial changes occurring in the sun’s surface. The SSRC has further researched these changes and has concluded they will bring about the next climate change to one of a long lasting cold era.

Director of the SSRC, John Casey has reaffirmed earlier research he led that independently discovered the sun’s changes are the result of a family of cycles that bring about climate shifts from cold climate to warm and back again.

- The previous NASA announcement

- Sarkozy proposes carbon tax for EU



41 pensées sur “Réchauffement ou refroidissement du climat ?

  • avatar
    19 janvier 2008 à 17 05 43 01431
    Permalink

    François

    Article intéressant et fort bien documenté. Merci pour les sources.

    Pierre R.

    Répondre
  • avatar
    19 janvier 2008 à 17 05 58 01581
    Permalink

    Je suis vraiment perplexe ! Votre argumentation se tient, mais celle des spécialistes aussi… Que croire ?

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 3 03 52 01521
    Permalink

    Pierre : Merci pour votre commentaire, toujours un plaisir de vous croiser et de vous lire.

    Catherine : Je viens de faire connaissance avec votre profil et plusieurs de vos intéressants articles publiés sur CentPapiers. Je vous ai laissé des commentaires d’ailleurs.

    Pour ce qui est de cet article sur le climat, je dois dire qu’il y a de quoi être perplexe. J’ai fait énormément de recherches sur le sujet du réchauffement climatique et la thèse du CO2, et je ne trouve pas ça très convaincant.

    Il ne s’agit pas de savoir qui ou quoi croire, mais plutôt de réaliser qu’une fois de plus, les médias de masse et l’élite ne nous présentent pas toute la vérité et les faits sur ce cas. Ce qui devrait éveiller notre prudence et notre pensée critique. Il y a comme une volonté fanatique de vouloir pousser la théorie du réchauffement climatique à tout prix en excluant le débat, avec un scénario tout le temps à faire peur, alors que la science ne confirme pas les modèles d’ordinateur sur lesquels ils se basent pour faire leurs prédictions catastrophiques du futur…. et cette idée de vouloir nous taxer pour du CO2 qui n’est responsable que de moins de 2% des gaz à effets de serre, alors que les vapeurs d’eau en sont responsables pour 95%.

    Nous savons aussi en géologie et en climatologie, à l’aide des carottes percées dans calottes glacières que le CO2 augmente après un réchauffement climatique, et non avant. Il n’en est pas la cause, mais la conséquence.

    Autre fait troublant : les glaciers sur Mars fondent, Pluton et d’autres planètes du système solaire se sont réchauffé aussi. Comment expliquer ça avec le CO2 ?

    La NASA a aussi découvert plus de 3 000 000 de volcans sous les océans du monde, et ils réchauffent les océans, en fait, ils sont 3 degrés plus chauds qu’ils l’étaient il y a 50 ans.

    Mais la clef qui semble nous échapper dans toute cette cohue, c’est que le soleil a déjà terminé sa phase de grande activité et de « sunspots ». La prochaine phase est vraisemblablement une qui sera beaucoup plus froide que ce qu’on a connu les 200 ans dernières années.

    Et ce qui m’agace, c’est que le débat est souvent refoulé, ridiculisé et ignoré dans tout ce battage médiatique du réchauffement climatique et de la terrorisation de la population.

    Alors ce que je conseille de faire, c’est de sortir de nos préconceptions et de faire nos vraies recherches pour comprendre ce qui se passe réellement. Au lieu de croire, vérifions.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 6 06 14 01141
    Permalink

    Cher M. West, si je n’ai pas parlé de la pollution à outrance qu’il y a de part le monde, c’est que c’est un sujet séparé du réchauffement climatique qui devrait être traité dans un article séparé. Ils ne sont pas connectés, mais on fait tout pour vous laver le cerveau et vous faire croire que c’est le cas. La pollution est mauvaise, et on peut s’y attaquer et régler les problèmes rapidement, avec un peu de volonté politique. Je ne demande pas mieux.

    Vous pouvez toujours faire de la diffamation et des attaques personnelles sans appuyer votre point par des faits et de la science en disant que je propage des mensonges (un jour vous allez trouver votre homme qui vous poursuivra en justice), mais ça ne change rien au fait que le CO2 n’est pas un polluant et ne cause pas le réchauffement climatique (Vous êtes confu avec le monoxide de carbone qui lui est un polluant toxique).
    Je vous mets personnellement au défi de me prouver scientifiquement et factuellement le contraire.
    Mon coeur me dit qu’on nous ment dans les médias et de la part de nos politiciens sur les vraies causes du réchauffement et du refroidissement climatique, et si on veut bien comprendre le problème, on doit comprendre objectivement ce qu’il se passe. Mais là, ce que je vois, c’est une dérive utilisant cette idée pour s’infiltrer dans nos vie et nous dire comment vivre, avec toute la traînée de fausses solutions vertes qui sont pires que ce qu’on avait : lumières fluorescentes avec du mercure et isotopes radioactifs, essence éthanol qui pollue 70% plus et décime nos réserves de nourriture mondiale, des voitures hybrides qui polluent plus à fabriquer que les voitures conventionelles, sans parler de nous taxer encore une fois de plus pour du CO2, argent qui va aller encore dans les mêmes poches et qui ne règlera pas le problème du réchauffement du tout puisqu’il n’en ai pas la cause !

    Mon but est de contrer la propagande et la désinformation, et si ça peut aider d’autres à mieux comprendre, en vérifiant soi-même l’information, TOUTE l’information factuelle et vérifiable, et bien je vais nous sentir plus fort en tant qu’individu et société. Voilà mon but. Je n’affirme pas détenir la vérité, je montre du doigt les informations crédibles et vérifiables qu’on refuse de nous présenter, comme s’il était interdit de discuter du réchauffement climatique. Ostracisation de la critique et attaques personnelles sans répondre aux informations.

    La pollution, c’est pas beau. J’en conviens et je dis même : arrêtons de nous servir du pétrole alors qu’on a depuis 100 ans la technologie de Tesla pour produire l’énergie à partir du vide (zero point energy).
    Mais ça n’a pas grand chose à voir avec le réchauffement climatique.

    Faites vos devoirs et montrez-nous vos preuves. Moi j’ai fais les miens depuis des années. J’ai accumulé 232 articles et des dizaines de documentaires sur la question. J’ai vérifié l’information et fais mes recherches. Je peux vous envoyer tout le dossier si vous voulez. 500 experts sur la question on écrit à l’ONU pour manifester leur désaccord avec toute cette folie de réchauffement climatique dû au CO2.

    Sont-ils tous des menteurs aussi M. West ? Seul VOUS possédez la vérité et pouvez donc appeler les autres menteurs si les informations vérifiables et scientifiques ne vous plaises pas ?

    Entrez dans le vrai monde avec votre coeur. Faites vos lectures, vérifiez et revenez discuter sur les informations au lieu de m’attaquer personnellement. Si j’ai raison, vous vous excuserez de m’avoir traité de menteur. Si vous avez raison, je retirerai cet article et je présenterai des excuses publiques pour vous avoir trompé.

    Je n’ai aucun intérêt à mentir, je suis juste bien à bout de voir qu’on nous manipule toujours qu’on nous jette en pâture des demi-vérités pour nous tenir ignorants.

    Qu’en pensez-vous ? Est-ce assez ouvert et intègre ?

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 7 07 45 01451
    Permalink

    ça y est ! Demian est reparti à l’attaque ! Il va nous exploser centpapiers 😉 C’est reparti comme en quarante !

    @ L’auteur,

    bravo pour cet article hors du commun de la masse !
    Pourriez-vous essayer de le diffuser au maximum (je vais le faire aussi) pour nous sortir de cette théorie stupide du C02 quand on sait que les plantes ont besoin de cette molécule pour leur photosynthèse et ne s’en porte que mieux avec.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 8 08 39 01391
    Permalink

    Certains ont peut-être peur de la vérité.

    Anonyme, merci pour votre commentaire et le support. Content de voir que c’est pas tout le monde qui dort aux gaz… à effet de serre !

    Je fais de mon mieux pour diffuser l’info. Aidez-moi. J’en parle sur mon site Les Nouvelles Internationales et sur mon émission de radio L’Autre Monde. Passez le mot !

    On va s’en sortir !

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 9 09 49 01491
    Permalink

    Votre article très documenté soulève plein d’interrogations passionnantes. Je n’ai pas parcouru tous les liens, mais je pense le faire dans les prochains jours.

    Globalement, selon vous, le battage médiatique et politique autour de cette problématique d’effet de serre lié à notre mode de vie industrialisé serait responsable de la propagation de cette contre-vérité. Le serpent qui se mord la queue, en quelque sorte.

    Mais en y regardant de plus près, politiques et médias ne font en fait que propager une théorie à laquelle adhèrent des milliers de chercheurs et spécialistes, un quasi consensus de la communauté scientifique internationale.

    Et ceux qui contestent, à quelques exceptions près, sont davantage perçus comme étant à la solde des marchands de pétrole ou des illuminés.

    Ma question est peut-être un peu naïve, mais comment expliquer que tous ces spécialistes qui corroborent la thèse des gaz à effet de serre, et qui, a n’en pas douter, ont connaissance des informations que vous dévoilez, continuent à persister dans leur erreur ?

    A aucun moment vous n’évoquez – et donc ne contestez – leur travail.
    « Il n’y a pas de fumée sans feu » comme dit le simpliste proverbe, mais là il ne s’agit pas d’un feu de camp, quasiment d’un gigantesque feu de forêt.

    Je n’ai pas compétence à juger de l’argumentation des propos des pour et des contre. Qui les a, d’ailleurs, ces compétences ? Qui peut dire « untel ment, l’autre pas » ? Il arrêter avec ça, c’est tout sauf constructif.

    On ne peut, à mon avis, qu’avancer des arguments dans un sens ou dans l’autre sans forcément savoir qui détient la Vérité.

    Le problème est éminemment complexe, à plus fort raison si les deux camps ont leurs arguments « scientifiques ». Après tout, peut-être que tout le monde a tort ?

    Mais une chose est certaine : il est évident que notre mode de vie surconsommateur à tous points de vue n’est pas viable à long terme et qu’il faut anticiper l’épuisement des ressources, à plus forte raison si on va vers un nouveau refroidissement : là il va en falloir, de l’énergie… Privilégier les énergies renouvelables plutôt que les hydrocarbures, le vélo plus que le 4X4 sont des idées qui me semblent aller dans le bon sens.

    La clé de la supercherie (s’il y en a une) serait-elle là ? Un Pearl Harbour climatique pour réveiller les consciences ? Ca me semble un peu tiré par les cheveux…

    Ou bien le fameux « principe de précaution », si jamais le moindre doute subsistait ?

    Ou encore serait-ce lié au fait que personne n’ose contredire une théorie qui est devenue un consensus ?

    Les scientifiques se sont-ils trop engagés sur cette théorie pour oser revenir en arrière ?

    Qui a intérêt à crier « au loup », ou au contraire, à calmer le jeu ?

    C’est peut être en répondant à ces questions qu’on trouvera la solution…

    Phil, Guyane française

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 11 11 01 01011
    Permalink

    @ l’auteur,

    ne pas répondre à DW. il n’apporte rien.

    cordialement

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 11 11 21 01211
    Permalink

    Qu’est-ce que je disais … (soupirs)

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 11 11 47 01471
    Permalink

    L’auteur suit mon conseil. ça va.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 11 11 57 01571
    Permalink

    De mon point de vue, ça m’a tout l’air d’un phénomène naturel plus que n’importe quoi (depuis quand le climat est t-il sensé être stable ?), sur lequel on a donné un « spin » pour le tourner en justification de nous taxer et de prendre plus de contrôle sur nos vies, et aussi pour occuper les gens dans un faux-débat et nous donner des fausses solutions commerciales pour ainsi faire en sorte qu’on ne parle pas de vrais dossiers encore plus urgents et sur lesquels ont a un réel pouvoir et responsabilité totale : OGM, viande clonée, uranium appauvri au Moyen-Orient, guerres criminelles en Iraq et Afghanistan qui ont tué plus d’un million d’innocents et qui consomme 300 000 barils de pétrole par jour, les élections volées aux États-Unis, l’économie qui crash, des vastes zones mortes dans l’océan, les radiations très dangeureuses des tours et des téléphones cellulaires, le fluorure dans l’eau potable, les médicaments qui tuent, et j’en passe.

    Vous n’êtes sûrement pas au courant que des centaines de scientifiques et experts ne pensent pas qu’il y ait consensus. Je comprend ce que vous voulez dire quand vous disiez que c’est la science contre la science et qu’on pourrait tous être dans l’erreur. Ce n’est pas ce qui m’inquiète, ce qui me laisse perplexe c’est de voir comment le débat n’est pas admis et balancé pour qu’on puisse vraiment comprendre ce qui se passe.

    Les compagnies pétrolières se sont fait prendre à manipuler les données à l’ordre de $40 millions, alors que l’argent qui a été déboursé jusqu’à date pour soutenir la thèse du réchauffement dû au CO2 dépasse les $50 MILLIARDS. Qui a plus à perdre si la théorie tombe ? Les gens ne feraient t-ils pas un efforts pour trouver quoique ce soit pour préserver leur jobs ? Sûrement pas tous, évidemment. Je ne généralise pas. Et c’est d’ailleurs pourquoi il n’y a pas de consensus : plusieurs ont finalement changé d’idée après avoir d’abord supporté la thèse du réchauffement dû à l’activité humaine.

    Pensez à ceci deux secondes : y’a t-il consensus en science ? Est-ce un consensus qu’on a à propos de la force de la gravité ? Ou si on l’a démontré empiriquement ? Avant de nous taxer mondialement et de bannir les bulbes incandescents au Canada, on devrait s’assurer d’être certains. Toutes ces prédictions catastrophiques dans 100 ans sont des modèles sur ordinateurs qui sont loin de contenir toutes les variables climatologiques qu’on commence à peine à comprendre. Ils ont de la misère à nous prédire la météo du lendemain pardis !

    Il n’y que consensus dans un agenda politique.

    Ça choque bien du monde car ça touche à la bonne conscience que les gens se donne en défendant l’environnement. Ça amuse l’élite. On s’entre-déchire entre nous et on s’enlise dans des faux débats. Ça nous tient occupé.
    Je vous rappele que les températures ont aussi augmenté sur les autres planètes du système solaire les dernières années. Ça devrait attirer l’attention, croyez pas ?

    À mon avis on va voir assez rapidement ce qui est réel dans le type de climat qui va prédominer dans les prochaines années. Mais personnellement, selon mes recherches et mon bon sens, je gagerais fort sur un refroidissement pour les prochaines années.

    Merci de votre commentaire construtif et pour engager la conversation. Tel était mon but en fait. De stimuler le débat et attirer votre attention sur des pièces d’informations très crédibles et vérifiables pour avoir un meilleur aperçu de ce qui se passe.

    Amicalement,

    FM

    Vous serez sûrement intéressé par ces informations supplémentaires pour appuyer mes propos :

     Majority Of Scientists Do Not Support Man Made Warming Theory

    A new survey of over 500 peer reviewed scientific research papers on climate change, written between 2004 and 2007, has concluded that less than half endorse what has been dubbed the « consensus view, » that human activity is contributing to considerable global climate change.

    In direct conflict with assertions by the International Panel on Climate Change (IPCC) that a scientific consensus agrees it is 90% likely that man is responsible for warming, Medical researcher Dr. Klaus-Martin Schulte’s survey contends that only 45% support the theory and that is only if you include papers that merely lean towards endorsement.

     World’s Top Scientists ’Manmade Warming’ Is A Dangerous Lie

    « One of the penalties for not taking an interest in politics is that you end up being governed by your inferiors ». —Plato 400BC

     U.S. Senate Report : Over 400 Prominent Scientists Disputed Man-Made Global Warming Claims in 2007

    Over 400 prominent scientists from more than two dozen countries recently voiced significant objections to major aspects of the so-called « consensus » on man-made global warming. These scientists, many of whom are current and former participants in the UN IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), criticized the climate claims made by the UN IPCC and former Vice President Al Gore.

     Over 100 Prominent Scientists Challenge UN Move For Global Carbon Tax

     Consensus Shattered As Major Scientific Study Says Global Warming Is Natural

    The so-called scientific consensus that global warming is man-made has been shattered with the release of a major new study backed by three universities which concludes that climate change over the past thirty years is explained by natural factors and that attempts to reduce carbon dioxide emissions are irrelevant.

    Climate scientists at the University of Rochester, the University of Alabama, and the University of Virginia report that temperature fluctuations over the past three decades are not consistent with greenhouse model predictions and more closely correlate with solar activity.

    The report dismisses attempts to reverse global warming by reducing carbon emissions as ineffective and pointless.

    Authored by Prof. David H. Douglass (Univ. of Rochester), Prof. John R. Christy (Univ. of Alabama), Benjamin D. Pearson (graduate student), and Prof. S. Fred Singer (Univ. of Virginia), the study appears in this month’s International Journal of Climatology of the Royal Meteorological Society.

     Global Warming Tutorial Media Should be Required to Watch

     Year of global cooling
    washington times

     NASA Debunks Part of Global Warming Myth, Will Media Report It ?

    Is the National Aeronautics and Space Administration filled with climate change deniers ?

    Such seems likely to be alleged by hysterical alarmists in the press when and if they read a new study out of NASA which determined that « not all the large changes seen in Arctic climate in recent years are a result of long-term trends associated with global warming. »

    The distribution and size of the decrease suggest that Arctic Ocean circulation changed from the counterclockwise pattern it exhibited in the 1990s to the clockwise pattern that was dominant prior to 1990.

    Reporting in Geophysical Research Letters, the authors attribute the reversal to a weakened Arctic Oscillation, a major atmospheric circulation pattern in the northern hemisphere. The weakening reduced the salinity of the upper ocean near the North Pole, decreasing its weight and changing its circulation.

     research conducted using the European Space Agency’s satellites in November 2005 concluded

     Climate warming is naturally caused and shows no human influence :

     Carbon dioxide (CO2) is not a pollutant.

    Climate scientists at the University of Rochester, the University of Alabama, and the University of Virginia report that observed patterns of temperature changes (‘fingerprints’) over the last thirty years are not in accord with what greenhouse models predict and can better be explained by natural factors, such as solar variability. Therefore, climate change is ‘unstoppable’ and cannot be affected or modified by controlling the emission of greenhouse gases, such as CO2, as is proposed in current legislation.

    These results are in conflict with the conclusions of the United Nations Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) and also with some recent research publications based on essentially the same data. However, they are supported by the results of the US-sponsored Climate Change Science Program (CCSP).

    The report is published in the December 2007 issue of the International Journal of Climatology of the Royal Meteorological Society [DOI : 10.1002/joc.1651]. The authors are Prof. David H. Douglass (Univ. of Rochester), Prof. John R. Christy (Univ. of Alabama), Benjamin D. Pearson (graduate student), and Prof. S. Fred Singer (Univ. of Virginia).

     Skeptical Scientists Urge World To ‘Have the Courage to Do Nothing’ At UN Conference

     The Global Warming Scam

    Global warming and melting polar ice caps are not just problems here on Earth. Mars is facing similar global changes, researchers say, with temperatures across the red planet rising by around 0.65 degrees over the last few decades. [Register] Neptune has been getting brighter since around 1980 ; furthermore, infrared measurements of the planet since 1980 show that the planet has been warming steadily from 1980 to 2004. As they say on Neptune, global warming has become an inconvenient truth. [World Climate Report]

     The Carbon Credit Enslavement System

    The push towards a global carbon credit mechanism continues to be one of the top agendas of the world elite. Despite the fact that numerous scientific studies have concluded that the entire solar system is getting warmer as part of a natural cycle, non-stop propaganda from the major corporate news networks continue to blame man made carbon emissions for planetary warming. In addition, the establishment media pushes unfounded claims that global warming will result in a myriad of environmental disasters. Despite the fact that man made global warming is a complete fraud, the world elite are selling fear as a way for them to bring in a world carbon credit enslavement system. This carbon credit system will be used as a funding mechanism to consolidate wealth into the hands of the big global corporations and to potentially fund regional and global governmental institutions.

     Scientist : Models used to analyse climate change are incoherent & invalid from a scientific point of view

    VATICAN CITY, APRIL 27, 2007.- Scientists might not have human behavior to blame for global warming, according to the president of the World Federation of Scientists.

    Antonio Zichichi, who is also a retired professor of advanced physics at the University of Bologna, made this assertion today in an address delivered to an international congress sponsored by the Pontifical Council for Justice and Peace.

    The conference, which ends today, is examining « Climate Change and Development. »

    Zichichi pointed out that human activity has less than a 10% impact on the environment.

    He also cited that models used by the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) are incoherent and invalid from a scientific point of view. The U.N. commission was founded in 1988 to evaluate the risk of climate change brought on by humans.

    Zichichi, who is also member of the Pontifical Academy of Sciences, showed that the mathematical models used by the IPCC do not correspond to the criteria of the scientific method.

    He said that the IPCC used « the method of ’forcing’ to arrive at their conclusions that human activity produces meteorological variations. »

     Top scientist debunks global warming

    MANKIND is naive to think it can influence climate change, according to a prize-winning Australian geologist.

    Canadian Professor : Prepare for Global Cooling

    Don’t blame rising levels of carbon dioxide (C02) for whatever global warming is now taking place ; put the blame on « old sol » — the sun may be getting ready to put the world into the deep freezer.

    So say a growing number of scientists who have studied the effect of the sun on the earth’s climate and concluded that the only thing scientists understand about climate change is that it is always changing.

    « Climate stability has never been a feature of planet earth,” explains R. Timothy Patterson professor and director of the Ottawa-Carleton Geoscience Centre, Department of Earth Sciences, Carleton University in an article in the Financial Post.

    « The only constant about climate is change ; it changes continually and, at times, quite rapidly. Many times in the past, temperatures were far higher than today, and occasionally, temperatures were colder. As recently as 6,000 years ago, it was about 3 C warmer than now. Ten thousand years ago, while the world was coming out of the thousand-year-long ‘Younger Dryas’ cold episode, temperatures rose as much as 6 C in a decade — 100 times faster than the past century’s.”

    Dr. Patterson insists that even though advocates of the global warming theory such as Al Gore are insisting that the « the science is settled, » that is far from being the case.

    Vous en trouverez encore plus sur mon site Les Nouvelles Internationales !

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 13 01 09 01091
    Permalink

    M. West,

    Vous n’avez cependant toujours pas répondu à ceci : « Cessez de mentir pour notre bien que nous ne voulons pas. Nous préférons le bien de tous… »

    Allez-vous laisser ça dans les airs sans donner suite à ma réponse à votre commentaire ?
    Je vous ai lancé un défi de me montrer où je me trompe pour justifier votre sommation à mon égard de cesser de mentir, ou de présenter vos excuses. Ça frôle la diffamation votre affaire. Pourquoi devrais-je tolérer cette atteinte à ma réputation ? C’est pas que ça va m’empêcher de dormir ce soir- je me connais moi-même et mes propres motivations sans être menacé par ce que vous pensez- mais c’est par principe de respect.

    Il y a quand même un certain code d’honneur dans la blogosphère. Des lois non-écrites. On n’est pas là pour s’entre-détruire, mais quand on trouve un agent de propagande, d’infiltration, un provocateur, il se fait identifier et « flusher » assez rapidement du mouvement pour la vérité. C’est pas long qu’on peut perdre sa réputation dans la blogosphère, car toute vérité fini par se savoir, tôt ou tard.
    C’est pourquoi je n’ai pas peur de discuter les informations que je partage, car je sais que je n’ai pas inventé ça de mon imagination fertile, je peux appuyer mes dires avec des sources crédibles. J’ai surtout pas envie de perdre mon nom juste pour des stupidités, surtout que je ne suis pas payé pour faire ça, je le fais gratuitement, pour le plaisir de le faire !
    Alors dans cette blogosphère, le plus que vous vous rapprochez du noyau du mouvement pour la vérité, le plus vous constaterez que ça ressemble plus à une agence de renseignement comme la CIA, mais c’est des gens hypers engagés qui travaillent ensemble, s’entraident, se complètent. Le mouvement compte déjà des millions de personnes à travers le monde. Et on surveille qui ? Les gouvernements, les services secrets, les corporations, les banquiers, les tyrants, l’histoire, on épluche l’information, la vérifie et on expose la propagande et la désinformation. On peut avoir du plaisir ensemble, discuter, argumenter, mais on ne va pas commencer à s’attaquer et à nous diviser sans raison. On discute et répond sur l’information qu’on partage, et non des attaques personnelles non fondées sans justifications. C’est trop gratuit, et ça ne passe pas dans la blogosphère.

    Alors le temps dira qui était vraiment sur le chemin de la vérité, et qui cherchait vraiment à la cacher.

    On va travailler et collaborer ensemble dans cette quête pour la vérité et la transparence ou on ne va pas.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 13 01 25 01251
    Permalink

    où la la, l’auteur ! Vous ne savez pas à qui vous parlez. DW est international ! Avec quelques miettes de commentaire il peut tenir des jours. Si vous voulez qu’il parte il ne faut vraiment pas le nourrir !

    Adieu l’auteur, vos articles étaient super bien. Sniff.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 13 01 39 01391
    Permalink

    Ca y est le voilà ! attiré par l’odeur de la nourriture. Il va s’installer là. L’auteur n’a aucune chance, c’est horrible !

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 14 02 07 01071
    Permalink

    Pixel :
    Je répond à un code d’honneur comme un maître en art martiaux. Je respecte même l’ennemi. Je le laisse attaquer en premier pour mieux le connaître, pour le laisser se révéler et se compromettre. J’y suis allé avec discipline et méthode. Mais ne me sous-estimez pas. Je suis le mirroir qui tue la méduse en reflétant le regard de sa vanité qui la pétrifiera.

    Telle la foudre de Zeus, l’esprit surconscient veille et nous alerte quand on nage dans les fausses valeurs et les faux motifs.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 14 02 15 01151
    Permalink

    Si vous arrivez à terrasser le dragon, je vous sacre chevalier et vous donnerais la plus belle femme qui soit.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 14 02 25 01251
    Permalink

    Il est en pleine forme, cela va être extrêmement difficile, (comme toujours avec les dragons). Bonne chance M. Marginean. Pour vous donner du courage n’oubliez pas la femme !

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 14 02 28 01281
    Permalink

    Ne promettez rien que vous ne puissiez accomplir cher Pixel. Soyez du côté de la vérité, et vous serez déjà un chevalier, et pour ce qui est de la plus femme qui soit- souvent elles ont tendance à avoir des personalités ou mentalité pas très attirantes ou des intelligences douteuses (sans vouloir vexer qui que ce soit !). À part, bien sûr, pour quelques rares perles, comme Catherine-Aimée Roy qui a laissé un commentaire et qui semble avoir l’intelligence et un charme certain.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 14 02 33 01331
    Permalink

    Une femme peut être belle et intelligente M.
    Marginean, et la vôtre le sera, c’est promis ! (moi perso, l’intelligence des femmes ne m’intéresse pas du tout mais enfin, il faut de tous les goûts dans la nature)

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 14 02 51 01511
    Permalink

    Allons, ramenons le débat à sa place, qui est le sujet de cet article. Accordez cette faveur aux lecteurs et à la requête de l’auteur. Soyons honorables. Cette sérénade fut très élucidante, mais je dois me concentrer sur ce qui concerne les informations que j’ai exposé dans mon texte.

    Merci messieurs. Ce fut un plaisir personnel.

    FM

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 15 03 05 01051
    Permalink

    M. West : si vous pensez que je raconte des sornettes, je vois peu d’intérêt à continuer quelque dialogue que ce soit. Surtout que vous n’apportez pas aucun argument pour soutenir vos critiques, pour détailler des solutions ou des points qu’on peut aller vérifier. Pas tant de temps à perdre que ça. Et ne perdez pas le vôtre aussi, si vous comprenez ce que je veux dire. Tout ce que je demande, c’est un respect de base aux auteurs dans la blogosphère et sur CentPapiers.

    Je crois que j’ai été très raisonnable et amical à votre égard.

    Répondre
  • avatar
    20 janvier 2008 à 15 03 18 01181
    Permalink

    Vous asticotez le dragon, bravo pour votre courage ! Vous préférez le genre Naomi Campbell ou plutôt Simone de Beauvoir ?

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 7 07 46 01461
    Permalink

    A ce pixel : taisez-vous donc, dans le genre parasite vous êtes pas mal. Vous n’apportez rien. Laissez les gens faire ce qu’ils veulent et se faire leur idée d’eux-même des gens qu’ils croisent ici. Et éteignez votre ordinateur un peu. Le temps est trop précieux pour être utilisé comme vous le faites ici.

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 9 09 13 01131
    Permalink

    De rapporter des faits ou de dire la vérité dans un moment ou le mensonge règne en maître sur les pensées endoctrinées est en fait un acte révolutionnaire et de courage.

    Ces gens qui osent penser de façon indépendante et critique, en dehors du paradigme de pensée courant, en dehors des dogmes de société en vogue dans la période de temps donnée, sont effectivement très dangeureux pour l’ordre établi. Il sont même des ennemis d’état ou de l’establishment qui profite des dits mensonges.

    On a crucifié Jésus pour avoir eu une grande gueule et oser s’en prendre aux mensonges, Galilée fut persécuté lorsqu’il osa dire que la Terre était ronde et non plate et que le soleil n’orbitait pas autour de la Terre, et ainsi de suite. Eux avaient un vrai courage. Moi je suis encore bien petit comparer à cela : je ne risque pas la mort comme eux y ont fait face juste pour oser ébranler le dogme en place. Mais j’en ai quand même plus que vous, qui se présentent sous un pseudonyme et/ou qui n’argumentent pas sur les points amenés au lieu de faire du salissage de réputation, sans engager le débat sur les informations présentées.

    Je n’affirme pas avoir la vérité. D’ailleurs, ma gang de futés, le titre de l’article est en forme de question : Réchauffement ou refroidissement du climat ?

    Je veux savoir, à la lumière de l’information qui est disponible, qui est crédible et vérifiable mais pourtant pas présenté dans les médias de masse, si vous pensez toujours qu’il y a réchauffement ou pas et si vous ne trouvez pas bizarre que les informations qu’on nous véhicule à propos du réchauffement climatique soient si biaisés et souvent simplement fausses ?

    Je savais que ce sujet était pour en faire freaker une gang. Je ne suis pas là à vous dire que j’ai raison ou pas, ce n’est pas mon opinion qui est en question ici, ou ce que je pense, mais bien de savoir ce que vous pensez des informations que j’ai trouvé à travers mes recherches. Et quand je fais mes recherches, je ne cherche pas à prouver un côté ou un autre, je cherche dans tout ce qui est disponible et vérifiable. Je n’ai pas d’intérêt dans un sens comme de l’autre et ne suis rémunéré par personne.

    Beaucoup se sentent menacé quand on sape les fondations de leur vision du monde et leur construction mentale, en quoi ils croient. Les gens réagissent affectivement comme en réaction de défence, car il est bien plus facile d’accuser les autres de menteur que je réévaluer objectivement ses préconceptions, ses conditionnements, ses peurs et toutes ses illusions qu’on se bâtit à propos de soi-même et des autres. Alors ils refoulent subconsciemment et projete ça à l’extérieur. Mais les idées et les perceptions deviennent déformées, tendent à verser dans l’illogisme quand la partie sensible est menacé psychologiquement.

    Et c’est la caractéristique que j’observe quand les gens réagissent de façon affective à des faits vérifiables. Ça verse dans les attaques personnelles et dans des argumentations incohérente et sans objet, illogique.

    Un cas illustre est celui des attaques du 9/11 en 2001 aux États-Unis. Quand on dit aux gens que trois édifices dont le WTC7 qui n’a même pas été attaqué par un avion, se sont écroulé sur eux-mêmes à la vitesse de la chute libre et que le béton de l’acier furent PULVÉRISÉ, qu’il y a eu des piscines d’acier fondu dans les sous-sols des WTC pendant deux mois après les attentats, et que les pompiers et les forces du NYPD qui étaient DANS les tours ont déclaré avoir entendu des bombes exploser, quand on leur dit à ces gens que l’Al Qaïda est une création de la CIA et qui est toujours un outil à ce jour (ceci est amplement documenté), que la NORAD a eu l’ordre de ne pas décoller et intervenir de Dick Cheney, on va voir deux types de réaction : celui qui sera assez rigoureux et qui vérifiera les informations pour se faire une idée basée sur des informations vérifiables et crédibles, et l’autre type qui ne prendra même pas le temps de regarder les évidences et accusera le messager de tous les noms dans un type d’indignation avec ostracisme.

    9/11 est une inside job .

    Alors hommes et femmes matures, je vous repose la question de nouveau, après cette longue dérape, ne vous laissez pas encore emportez dans votre affectivité :

     Réchauffement ou refroidissement du climat ?

    PS Demian, si vous avez été traumatisé par Agoravox, allez chercher de l’aide professionnelle et cessez de ramener cette forme d’association avec une mémoire que nous ne partageons pas, ça ne fait aucune référence à quoique ce soit, et est donc vide de sens. Je ne connais rien d’Agoravox, ni ne m’intéresse.

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 9 09 49 01491
    Permalink

    Et… que pensez-vous du 9/11 ? C’est Al Qaïda que vous vous dites qui est responsable… ça me surprend que vous n’ayiez toujours pas joué la carte des théories de conspirations et les trucs du genre !

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 10 10 01 01011
    Permalink

    Merci pour ce texte, il m’amène à réfléchir. Cependant, je demeure critique. Comment expliquer que le couvert de glace de l’Arctique diminue radicalement chaque année ? Comment expliquer que plusieurs chercheurs ont observé que de nombreuses espèces de fleurs fleurissent de plus en plus tôt chaque année ? Comment expliquer la hausse du nombre d’Ouragans de force 5 dans l’océan Atlantique ? Je ne dis pas que vous avez tort, mais je me questionne. Merci encore pour ce texte !

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 11 11 17 01171
    Permalink

    A l’auteur,

    Vous n’êtes pas dans la position de Galilée qui seul contre tous inventa l’héliocentrisme il y a quelques siècles, mais dans la position de ceux qui aujourd’hui, seuls contre tous, défendraient le géocentrisme. Entre temps, la vérité a éclaté au grand jour. Car les scientifiques ont dû lutter seuls contre tous pour se faire entendre, il n’y a pas si longtemps que cela. Le battage médiatique dont vous parlez n’a pas précédé la base scientifique, elle l’a suivi après des années de résistance organisée par les lobbies que l’on sait.

    La théorie du réchauffement climatique ne dit pas qu’il va faire chaque année systématiquement plus chaud que l’année précédente en tout point du globe. Le fait qu’il ait neigé à tel endroit n’infirme rien du tout, sinon les climatologues auraient jeté leur théorie du réchauffement à la poubelle depuis des lustres, ce qu’ils n’ont pas fait. Ne jouez donc pas au plus malin.

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 11 11 20 01201
    Permalink

    Merci énormément pour votre commentaire et vos questions M. Simard.

     C’est excellent que vous vous questionnez ! Ça prouve que vous avez un esprit critique et je salut cela.

     La périphérie de l’Arctique fond, mais l’épaisseur augmente au centre, mesuré par des satellites européens et de la NASA. Ceci est dû au fait que les océans se sont réchauffés de 3 degrés depuis 50 ans à cause en partie des 3 millions de volcans sous-marins. Il y a plus d’humidité dans l’air et crée plus de précipitations. Plus de précipitations, moins d’eau dans les océans. Quelle tête ils ont eu les gens quand on a annoncé que le niveau de l’océan arctique avait baissé au lieu de monter comme l’avait prédit les Gore et autres alarmistes. D’ailleurs, la liste des glaciers qui grandissent dans le monde est beaucoup plus imposante que ceux qui fondent ! Avez-vous fait des recherches à ce sujet ? Il y a des centaines de glaciers de part le monde, et on ne mesure que ceux qui fondent !!! Trouvez pas ça un peu fatiguant et biaisé comme méthode de travail ? Et que pensez-vous des nombreaux thermomètres qui sont installé au-dessus du pavé au centre-ville et au-dessus de toits métalliques pour mesure objectivement la température globale ? La meilleure place ?

     Il y a effectivement eu un réchauffement global dans les 70 jusqu’à la fin des années 90-début 2000. On sortait d’une période de refroidissement, normal que la température se réchauffe. C’est cyclique. Sûrement pour ça que les fleurs ont prospéré plus tôt. J’ai moi-même observé ce changement dans notre pays nordique ou les hivers sont devenus de moins en moins rigoureux. Ensuite, c’est demeuré stable ou ça s’est même très légèrement refroidit.

     Pour ce qui est des ouragans, avez-vous remarqué que les deux dernières années ont été particulièrement tranquilles ? Idem pour la région asiatique où je suis présentement.

     Il y a eu réchauffement de la planète, c’est incontestable. Mêmes les autres planètes du système solaire se sont réchauffés. La question est de savoir quelle en est la cause. On a influencé un peu avec notre pollution, mais le principal semble être naturel (soleil, océan, distance de la Terre au soleil qui varie, pôles magnétiques qui s’enversent, etc). Les volcans ont plus d’influence sur le climat avec des quantités largement plus grande en CO2 et autres gaz toxiques que ce que toute l’humanité peut produire en terme de pollution. Ceci ne veut absolument pas dire que c’est correct de polluer et qu’on peut continuer. Il faut que cela cesse, on est en train d’endommager la planète à un rythme effrayant.

    Mais le CO2 ne cause pas de réchauffement de température, il augmente en fait environ 800 ans en moyenne après un réchauffement climatique, à cause des océans qui se dégazifient et du surplus de plantes et de vie qui poussent quand le climat est favorable.

    Et franchement, pensez à ceci : que préfériez-vous entre un climat plus chaud ou 2-3 kilomètres de glace au-dessus du Canada jusqu’au milieu des USA ?

    J’ai tant de questions !

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 12 12 06 01061
    Permalink

    Monsieur Z, j’ai déjà dit que je n’était pas dans la position de Galilée, mais que j’étais quand même plus brave et honorable que vous qui ne possédez pas assez de colonne pour vous identifier encore une fois, alors que vous ne risquez rien !

    Si vous lisiez tous mes commentaires, vous constateriez que j’ai déjà présenté la liste de plus de 500 à 600 scientifiques pas rémunéré par les pétrolières, si ça peut vous rassurer, qui se plaignent qu’on leur refuse même la parole. Liberté d’expression dictatoriale ? Et je parle de personnes qui ont toute une carrière et réputation à perdre s’il mentent, et qui écrivent leur nom en long quand ils signent un lettre à l’ONU, au contraire de ceux qui m’attaquent personnellement. Quelle honte ! Vous n’avez même pas la face d’affronter de face. Juste anonymement, alors que vous dites avoir toutes les preuves que je suis dérangé et que l’information que je présente est fausse. Quel courage et intégrité flamboyante ! Si vous êtes si convaincu d’avoir raison, révélez-vous au grand jour, ainsi que votre preuves indubitables. Oh, ce n’est que ce que vous avez entendu dire à la TV. Ah, je vois. Et des scientifiques peuvent être corrompus pour accepter l’argent des pétrolières, mais pas ceux qui vous poussent leurs « trouvailles » sur le CO2 et le réchauffement climatique. Bien sûr que non, Watson ! Si on vous donnait un salaire de 100 000$ pour trouver des preuves du réchauffement climatique, vous n’en trouveriez pas, vous ? La chasse aux sorcières est ouvertes ! Qu’on brûle les hérétiques ! Il est fou ! C’est le démon incarné !!! Bou ! Ha ha ha !

    Pourquoi jeteraient-ils leur théorie à la poubelle si elle leur faire gagner des millions de dollars ? Ne savez-vous donc pas comment ça marche dans le milieu de la recherche et dans le monde politique ?

    C’est si confortable de suivre le troupeau comme un mouton. Le gouvernement veut votre bien. Personne ne vous ment à part moi. Continuez à croire vos maîtres. Payez votre taxe globale sur CO2 et enrichissez les banquiers internationaux. On va tous mourrir sous les océans. Il faut un gouvernement mondial pour nous sauver. De grâââce !! Sauvez-nous, petits humains méchants. Les ours polaires vont mourrir ! Ils ne savent pas nager et leur population n’a pas triplé depuis 50 ans. La température n’a pas cessé d’augmenter depuis 2001. Continuons à brûler nos réserves de nourriture pour produire de l’essence à éthanol qui pollue 70% plus et qui fait augmenter le prix du maïs et de blé de plusieurs fois, punissant encore les pauvres et démunis de cette planète et qui va causer une crise de réserve de nourriture mondiale, selon l’ONU, dans un futur très rapproché.

    Les ères glacières durent environ 100 000 ans, et les réchauffements environ 10-12 000 ans. La dernière ére glacière s’est terminée il y a environ 12 000 ans. Le soleil vient de passer à un nouveau cycle de très faible activité.

    Alors voilà. J’ai prouvé mon point que les gens qui sont endoctrinés et qui se valorisent en pensant sauver la planète (oh sauveurs du monde, qu’est-ce que ferait la planète sans vous ! Arrêtons de faire des bébés et dépopulons la planète au plus sacrant !) vont attaquer la personne sans même lire les informations présentées en assumant que je suis celui qui les a écrit et en fesant des attaques personnelles au lieu de discuter les informations que je voulais mettre sous votre oeil.

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 12 12 55 01551
    Permalink

    Man made global warming is a dangerous con.

    The fact that TV news programs repeatedly show ­ steam-cooling- water-recovery-collection-towers ­ deceptively to represent CO2 emissions should be sufficient evidence for even the most dumbed- down individual to see that somebody is desperate to con somebody.

    Today’s big question is : are our « leaders » being conned, or are they part of the con ?

    « One of the penalties for not taking an interest in politics is that you end up being governed by your inferiors ». —Plato 400BC

    The National Post Canada
    Don’t fight, adapt
    We should give up futile attempts to combat climate change

    Sonny Tumbelaka/AFP/Getty Images
    UN Secretary-General Ban Ki-moon at the UN climate conference in Bali.

    Open Letter to the Secretary-General of the United Nations
    Dec. 13, 2007

    His Excellency Ban Ki-Moon
    Secretary-General, United Nations
    New York, N.Y.

    Dear Mr. Secretary-General,

    Re : UN climate conference taking the World in entirely the wrong direction

    It is not possible to stop climate change, a natural phenomenon that has affected humanity through the ages. Geological, archaeological, oral and written histories all attest to the dramatic challenges posed to past societies from unanticipated changes in temperature, precipitation, winds and other climatic variables. We therefore need to equip nations to become resilient to the full range of these natural phenomena by promoting economic growth and wealth generation.

    The United Nations Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) has issued increasingly alarming conclusions about the climatic influences of human-produced carbon dioxide (CO2), a non-polluting gas that is essential to plant photosynthesis. While we understand the evidence that has led them to view CO2 emissions as harmful, the IPCC’s conclusions are quite inadequate as justification for implementing policies that will markedly diminish future prosperity. In particular, it is not established that it is possible to significantly alter global climate through cuts in human greenhouse gas emissions. On top of which, because attempts to cut emissions will slow development, the current UN approach of CO2 reduction is likely to increase human suffering from future climate change rather than to decrease it.

    LIRE LA LETTRE AU COMPLET SUR LE LIEN CI-HAUT. -FM

    Yours faithfully,

    Signatories of an open letter on the UN climate-conference

    Published : Wednesday, December 12, 2007

    *********************************
    TOUS DES FOUS ???? REGARDEZ UN PEU CETTE LISTE -FM

    The following are signatories to the Dec. 13th letter to the Ban Ki- moon, Secretary-General of the United Nations on the UN Climate conference in Bali :

    Don Aitkin, PhD, Professor, social scientist, retired vice- chancellor and president, University of Canberra, Australia

    William J.R. Alexander, PhD, Professor Emeritus, Dept. of Civil and Biosystems Engineering, University of Pretoria, South Africa ; Member, UN Scientific and Technical Committee on Natural Disasters, 1994-2000

    Bjarne Andresen, PhD, physicist, Professor, The Niels Bohr Institute, University of Copenhagen, Denmark

    Geoff L. Austin, PhD, FNZIP, FRSNZ, Professor, Dept. of Physics, University of Auckland, New Zealand

    Timothy F. Ball, PhD, environmental consultant, former climatology professor, University of Winnipeg

    Ernst-Georg Beck, Dipl. Biol., Biologist, Merian-Schule Freiburg, Germany

    Sonja A. Boehmer-Christiansen, PhD, Reader, Dept. of Geography, Hull University, U.K. ; Editor, Energy & Environment journal

    Chris C. Borel, PhD, remote sensing scientist, U.S.

    Reid A. Bryson, PhD, DSc, DEngr, UNE P. Global 500 Laureate ; Senior Scientist, Center for Climatic Research ; Emeritus Professor of Meteorology, of Geography, and of Environmental Studies, University of Wisconsin

    Dan Carruthers, M.Sc., wildlife biology consultant specializing in animal ecology in Arctic and Subarctic regions, Alberta

    R.M. Carter, PhD, Professor, Marine Geophysical Laboratory, James Cook University, Townsville, Australia

    Ian D. Clark, PhD, Professor, isotope hydrogeology and paleoclimatology, Dept. of Earth Sciences, University of Ottawa

    Richard S. Courtney, PhD, climate and atmospheric science consultant, IPCC expert reviewer, U.K.

    Willem de Lange, PhD, Dept. of Earth and Ocean Sciences, School of Science and Engineering, Waikato University, New Zealand

    David Deming, PhD (Geophysics), Associate Professor, College of Arts and Sciences, University of Oklahoma

    Freeman J. Dyson, PhD, Emeritus Professor of Physics, Institute for Advanced Studies, Princeton, N.J.

    Don J. Easterbrook, PhD, Emeritus Professor of Geology, Western Washington University

    Lance Endersbee, Emeritus Professor, former dean of Engineering and Pro-Vice Chancellor of Monasy University, Australia

    Hans Erren, Doctorandus, geophysicist and climate specialist, Sittard, The Netherlands

    Robert H. Essenhigh, PhD, E.G. Bailey Professor of Energy Conversion, Dept. of Mechanical Engineering, The Ohio State University

    Christopher Essex, PhD, Professor of Applied Mathematics and Associate Director of the Program in Theoretical Physics, University of Western Ontario

    David Evans, PhD, mathematician, carbon accountant, computer and electrical engineer and head of ’Science Speak,’ Australia

    William Evans, PhD, editor, American Midland Naturalist ; Dept. of Biological Sciences, University of Notre Dame

    Stewart Franks, PhD, Professor, Hydroclimatologist, University of Newcastle, Australia

    R. W. Gauldie, PhD, Research Professor, Hawai’i Institute of Geophysics and Planetology, School of Ocean Earth Sciences and Technology, University of Hawai’i at Manoa

    Lee C. Gerhard, PhD, Senior Scientist Emeritus, University of Kansas ; former director and state geologist, Kansas Geological Survey

    Gerhard Gerlich, Professor for Mathematical and Theoretical Physics, Institut für Mathematische Physik der TU Braunschweig, Germany

    Albrecht Glatzle, PhD, sc.agr., Agro-Biologist and Gerente ejecutivo, INTTAS, Paraguay

    Fred Goldberg, PhD, Adjunct Professor, Royal Institute of Technology, Mechanical Engineering, Stockholm, Sweden

    Vincent Gray, PhD, expert reviewer for the IPCC and author of The Greenhouse Delusion : A Critique of ’Climate Change 2001, Wellington, New Zealand

    William M. Gray, Professor Emeritus, Dept. of Atmospheric Science, Colorado State University and Head of the Tropical Meteorology Project

    Howard Hayden, PhD, Emeritus Professor of Physics, University of Connecticut

    Louis Hissink MSc, M.A.I.G., editor, AIG News, and consulting geologist, Perth, Western Australia

    Craig D. Idso, PhD, Chairman, Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change, Arizona

    Sherwood B. Idso, PhD, President, Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change, AZ, USA

    Andrei Illarionov, PhD, Senior Fellow, Center for Global Liberty and Prosperity ; founder and director of the Institute of Economic Analysis

    Zbigniew Jaworowski, PhD, physicist, Chairman – Scientific Council of Central Laboratory for Radiological Protection, Warsaw, Poland

    Jon Jenkins, PhD, MD, computer modelling – virology, NSW, Australia

    Wibjorn Karlen, PhD, Emeritus Professor, Dept. of Physical Geography and Quaternary Geology, Stockholm University, Sweden

    Olavi Kärner, Ph.D., Research Associate, Dept. of Atmospheric Physics, Institute of Astrophysics and Atmospheric Physics, Toravere, Estonia

    Joel M. Kauffman, PhD, Emeritus Professor of Chemistry, University of the Sciences in Philadelphia

    David Kear, PhD, FRSNZ, CMG, geologist, former Director-General of NZ Dept. of Scientific & Industrial Research, New Zealand

    Madhav Khandekar, PhD, former research scientist, Environment Canada ; editor, Climate Research (2003-05) ; editorial board member, Natural Hazards ; IPCC expert reviewer 2007

    William Kininmonth M.Sc., M.Admin., former head of Australia’s National Climate Centre and a consultant to the World Meteorological organization’s Commission for Climatology Jan J.H. Kop, MSc Ceng FICE (Civil Engineer Fellow of the Institution of Civil Engineers), Emeritus Prof. of Public Health Engineering, Technical University Delft, The Netherlands

    Prof. R.W.J. Kouffeld, Emeritus Professor, Energy Conversion, Delft University of Technology, The Netherlands

    Salomon Kroonenberg, PhD, Professor, Dept. of Geotechnology, Delft University of Technology, The Netherlands

    Hans H.J. Labohm, PhD, economist, former advisor to the executive board, Clingendael Institute (The Netherlands Institute of International Relations), The Netherlands

    The Rt. Hon. Lord Lawson of Blaby, economist ; Chairman of the Central Europe Trust ; former Chancellor of the Exchequer, U.K.

    Douglas Leahey, PhD, meteorologist and air-quality consultant, Calgary

    David R. Legates, PhD, Director, Center for Climatic Research, University of Delaware

    Marcel Leroux, PhD, Professor Emeritus of Climatology, University of Lyon, France ; former director of Laboratory of Climatology, Risks and Environment, CNRS

    Bryan Leyland, International Climate Science Coalition, consultant and power engineer, Auckland, New Zealand

    William Lindqvist, PhD, independent consulting geologist, Calif.

    Richard S. Lindzen, PhD, Alfred P. Sloan Professor of Meteorology, Dept. of Earth, Atmospheric and Planetary Sciences, Massachusetts Institute of Technology

    A.J. Tom van Loon, PhD, Professor of Geology (Quaternary Geology), Adam Mickiewicz University, Poznan, Poland ; former President of the European Association of Science Editors

    Anthony R. Lupo, PhD, Associate Professor of Atmospheric Science, Dept. of Soil, Environmental, and Atmospheric Science, University of Missouri-Columbia

    Richard Mackey, PhD, Statistician, Australia

    Horst Malberg, PhD, Professor for Meteorology and Climatology, Institut für Meteorologie, Berlin, Germany

    John Maunder, PhD, Climatologist, former President of the Commission for Climatology of the World Meteorological Organization (89-97), New Zealand

    Alister McFarquhar, PhD, international economy, Downing College, Cambridge, U.K.

    Ross McKitrick, PhD, Associate Professor, Dept. of Economics, University of Guelph

    John McLean, PhD, climate data analyst, computer scientist, Australia

    Owen McShane, PhD, economist, head of the International Climate Science Coalition ; Director, Centre for Resource Management Studies, New Zealand

    Fred Michel, PhD, Director, Institute of Environmental Sciences and Associate Professor of Earth Sciences, Carleton University

    Frank Milne, PhD, Professor, Dept. of Economics, Queen’s University

    Asmunn Moene, PhD, former head of the Forecasting Centre, Meteorological Institute, Norway

    Alan Moran, PhD, Energy Economist, Director of the IPA’s Deregulation Unit, Australia

    Nils-Axel Morner, PhD, Emeritus Professor of Paleogeophysics & Geodynamics, Stockholm University, Sweden

    Lubos Motl, PhD, Physicist, former Harvard string theorist, Charles University, Prague, Czech Republic

    John Nicol, PhD, Professor Emeritus of Physics, James Cook University, Australia

    David Nowell, M.Sc., Fellow of the Royal Meteorological Society, former chairman of the NATO Meteorological Group, Ottawa

    James J. O’Brien, PhD, Professor Emeritus, Meteorology and Oceanography, Florida State University

    Cliff Ollier, PhD, Professor Emeritus (Geology), Research Fellow, University of Western Australia

    Garth W. Paltridge, PhD, atmospheric physicist, Emeritus Professor and former Director of the Institute of Antarctic and Southern Ocean Studies, University of Tasmania, Australia

    R. Timothy Patterson, PhD, Professor, Dept. of Earth Sciences (paleoclimatology), Carleton University

    Al Pekarek, PhD, Associate Professor of Geology, Earth and Atmospheric Sciences Dept., St. Cloud State University, Minnesota

    Ian Plimer, PhD, Professor of Geology, School of Earth and Environmental Sciences, University of Adelaide and Emeritus Professor of Earth Sciences, University of Melbourne, Australia

    Brian Pratt, PhD, Professor of Geology, Sedimentology, University of Saskatchewan

    Harry N.A. Priem, PhD, Emeritus Professor of Planetary Geology and Isotope Geophysics, Utrecht University ; former director of the Netherlands Institute for Isotope Geosciences

    Alex Robson, PhD, Economics, Australian National University Colonel F.P.M. Rombouts, Branch Chief – Safety, Quality and Environment, Royal Netherland Air Force

    R.G. Roper, PhD, Professor Emeritus of Atmospheric Sciences, School of Earth and Atmospheric Sciences, Georgia Institute of Technology

    Arthur Rorsch, PhD, Emeritus Professor, Molecular Genetics, Leiden University, The Netherlands

    Rob Scagel, M.Sc., forest microclimate specialist, principal consultant, Pacific Phytometric Consultants, B.C.

    Tom V. Segalstad, PhD, (Geology/Geochemistry), Head of the Geological Museum and Associate Professor of Resource and Environmental Geology, University of Oslo, Norway

    Gary D. Sharp, PhD, Center for Climate/Ocean Resources Study, Salinas, CA

    S. Fred Singer, PhD, Professor Emeritus of Environmental Sciences, University of Virginia and former director Weather Satellite Service

    L. Graham Smith, PhD, Associate Professor, Dept. of Geography, University of Western Ontario

    Roy W. Spencer, PhD, climatologist, Principal Research Scientist, Earth System Science Center, The University of Alabama, Huntsville

    Peter Stilbs, TeknD, Professor of Physical Chemistry, Research Leader, School of Chemical Science and Engineering, KTH (Royal Institute of Technology), Stockholm, Sweden

    Hendrik Tennekes, PhD, former director of research, Royal Netherlands Meteorological Institute

    Dick Thoenes, PhD, Emeritus Professor of Chemical Engineering, Eindhoven University of Technology, The Netherlands

    Brian G Valentine, PhD, PE (Chem.), Technology Manager – Industrial Energy Efficiency, Adjunct Associate Professor of Engineering Science, University of Maryland at College Park ; Dept of Energy, Washington, DC

    Gerrit J. van der Lingen, PhD, geologist and paleoclimatologist, climate change consultant, Geoscience Research and Investigations, New Zealand

    Len Walker, PhD, Power Engineering, Australia

    Edward J. Wegman, PhD, Department of Computational and Data Sciences, George Mason University, Virginia

    Stephan Wilksch, PhD, Professor for Innovation and Technology Management, Production Management and Logistics, University of Technolgy and Economics Berlin, Germany

    Boris Winterhalter, PhD, senior marine researcher (retired), Geological Survey of Finland, former professor in marine geology, University of Helsinki, Finland

    David E. Wojick, PhD, P.Eng., energy consultant, Virginia

    Raphael Wust, PhD, Lecturer, Marine Geology/Sedimentology, James Cook University, Australia

    A. Zichichi, PhD, President of the World Federation of Scientists, Geneva, Switzerland ; Emeritus Professor of Advanced Physics, University of Bologna, Italy ?????

    TOUS DES FOUS ?-FM

    Répondre
  • avatar
    21 janvier 2008 à 13 01 00 01001
    Permalink

    Vous en voulez plus ? J’en ai encore 400 autres comme ça. C’est juste que la limite sur CentPapiers est de 20 000 mots par message. Je ne crois pas tout automatiquement et sans vérifications tout ce qu’on me dit dans les médias. Je vous l’ai dit, j’ai fais mes devoir. Et vous ?

    Répondre
  • avatar
    23 janvier 2008 à 1 01 51 01511
    Permalink

    Merci pour cet article, qui va à l’encontre de la mode actuelle qui fait feu de tout bois concernant le co².

    Il est bon d’entendre des avis différents qui permettent de revenir à la réflexion, plutôt qu’a l’acceptation absolue de la version officielle.

    Thierry Crouzet à publié un excellent papier à ce sujet sur son blog http://blog.tcrouzet.com/2008/01/16/warming-or-not/trackback/
    Et sa réflexion sur l’endoctrinement me semble intéressante.

    J’ai moi publié un article ici même sur l’utilisation abusive du phénomène « développement durable » dans le mode de la communication.

    Répondre
  • avatar
    27 janvier 2008 à 17 05 26 01261
    Permalink

    merci pour votre article, le rapport Stern ne présentait pas ce phénomène comme périodique et il ne prévoyait pas de « pause » dans réchauffement global or 1998 est l’année la plus chaude depuis ces 50 dernières années ;
    Les mathématiques sont une science exacte pourtant lorsque la température globale mesurée en 2005 est plus élévée que celle de 2006 qui est elle même plus élevée que celle de 2007, nous entendons parler de réchauffement climatique car ce phénomène est obtenu en comparant la température d’une année avec la moyenne des températures mesurée entre 1960 et 1990 comme si cette moyenne servait d’étalon pour prouver qu’il y a un réchauffement ou bien refroidissement.

    Répondre
  • avatar
    27 janvier 2008 à 23 11 32 01321
    Permalink

    M. Laurent, merci pour votre commentaire ! Il est évident que les méthodes employées sont plutôt douteuses et c’est pourquoi ça réveille mon scepticisme et ma prudence.

    Répondre
  • Ping : Le Manuel du Sceptique – Réchauffement climatique et CO2 « Les 7 du Québec

  • Ping : Le Manuel du Sceptique – Réchauffement climatique et CO2

  • avatar
    11 février 2011 à 0 12 46 02462
    Permalink

    Votre article est bon, cependant, bien qu’il y ait des vagues de refroidissement, ce n’est pas une preuve d’un refroidissement. Car cela peut s’expliquer avec les phénomènes naturelles de l’El Nino et La Nina, qui chacun à un effet planétaire différent. L’un réchauffe les eaux, l’autre les refroidis.

    Les scientifiques qui prennent des données de la température planétaire qui disent que la température augmente, enlève ce facteur causé par ses phénomènes. J’ai fais beaucoup de recherche sur ses fameux phénomènes peu connu de la classe populaire et même moyenne je dirais.

    Vous dîtes aussi qu’il a neigé en floride, à Hawaii et au Mexique. C’est tout à fait normal lorsque La Nina entre en vigueur, elle rend les eaux du golf du Mexique, du Pacifique (côte Ouest Américaine) et aux alentours du Moyen-Orient plus frais de quelques degrées. Sachant que ce phénomène a des répercussions pouvant bouleverser le climat planétaire de quelques mois jusqu’à 5 ans, je ne vois rien d’extraordinaire au gel de la Floride et des autres zones.

    À la fin de l’article vous dites que le soleil passera à une phase où la température baissera. Cependant, la pollution que l’humanité a causé depuis des siècles ou des millénaires (si nous incluons l’antiquité qui polluait la nature) a été très concentré dans la biodiversité de la Terre. Ce n’est pas le changement de phase de l’étoile qui va nous donner un vent de fraîcheur dès les premières années.

    Même si ça l’arriverait cette fraîcheur, comment aimeriez-vous que l’humanité s’extinct ? Dans le blizzard ou dans la chaleur suffoquante ?

    Sur ce, bonne chance pour changer les idées populaires, car il en faut beaucoup pour changer la perception à la majorité de la population.

    Répondre
    • avatar
      11 février 2011 à 1 01 33 02332
      Permalink

      Le climat s’est globalement refroidit ces trois dernières années et ces trois derniers hivers ont été particulièrement rudes. Est-ce preuve d’un refroidissement climatique sur le long terme? Plusieurs indices me porte à croire que oui. Le temps le dira, mais je ne pense pas me tromper.

      Historiquement, l’humanité a passé proche de l’extinction à chaque période glacière, mais jamais lors d’un réchauffement, bien au contraire. Nous avons proliféré à chaque fois que le climat a été plus chaud, de même avec la vie en général. Je n’ai pas peur d’un réchauffement du climat, mais bien d’un refroidissement. Malheureusement, les carottes ne poussent pas dans la neige et la glace. Rappelez-vous que le Canada était sous 2km de glace lors de la dernière ère glacière…

      « Ce n’est pas le changement de phase de l’étoile qui va nous donner un vent de fraîcheur dès les premières années »

      Les autres planètes se réchauffent et se refroidissent en même temps que la planète Terre, peu importe le temps que ça prend. Mais plusieurs découvertes tendent à démontrer que ces périodes peuvent effectivement changer très rapidement. On parle de quelques mois à quelques années pour verser dans une ère glacière, par exemple.

      Oui, nous avons pollué et nous polluons encore beaucoup trop. Mais cela n’a presque rien à voir avec les cycles naturels des changements climatiques sur lesquels nous n’avons aucun pouvoir.

      Les gens s’occuperont de changer leur perception de la réalité lorsqu’ils le voudront ou lorsqu’ils n’auront plus le choix, ça ne me regarde pas, c’est leur problème. L’important est de se préparer pour la bonne chose et personnellement, j’agis en accord et intégrité avec ce que je sais et pense. Comme je le disais plus tôt, le temps dira qui avait raison(ce n’est pas un concours pour savoir qui est le meilleur, mais bien un soucis d’analyser les choses objectivement). Mais moi, je me prépare pour un refroidissement climatique qui devrait sévir pendant au moins 20 à 30 ans, selon toute probabilité.

      Maintenant, il est important que vous agissiez selon ce que vous pensez être le mieux. Si vous pensez que c’est un réchauffement que nous vivons et qui nous attend, et bien allez-y et bonne chance! Je ne me plaindrai pas de mon sort si je me suis trompé et ne venez pas pleurer aussi si vous vous êtes trompé, soyons responsables de nous-mêmes.

      Cordialement

      Répondre
  • avatar
    11 février 2011 à 1 01 41 02412
    Permalink

    Excellent dernier commentaire lucide François. Bravo!

    Évidemment il est plus sage de se péparer des mitaines que de sortir les « shorts ». Les mitaines on peut les enlever lorsqu’ils fait chaud. Les « shorts »… quand il fait froid…???? :-S

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      11 février 2011 à 1 01 55 02552
      Permalink

      Je crois que c’est le GBS (gros bon sens)!!!

      Nous sommes donc sur la même longueur d’onde, Elie! Je serai heureux de sortir les shorts s’il fait plus chaud que prévu, mais je vais être bien pris au dépourvu si me retrouve en shorts dans la neige, sans manteau!!!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *