Retraites : Chatel menace les jeunes de violences policières !

Soutien au mouvement pour les retraites ! plumedepresse en grève… du zèle : deux éditions quotidiennes au coeur des mobilisations.

Pas plus tard que dans notre billet d’hier soir, nous vous parlions de lintéressant article de Marianne consacré à l’interview de Raymond Soubie, conseiller antisocial de l’Elysée et grand artisan de la contre-réforme des retraites. Le journaliste Emmanuel Lévy nous y expliquait à quel point le scénario est balisé et le gouvernement confiant quant à l’essoufflement du conflit. Mais nous n’avions pas alors cité la phrase désignant LE sujet d’inquiétude du pouvoir : « Encore que, à l’Elysée on surveille comme le lait sur le feu, la mobilisation étudiante et lycéenne. Voilà pourquoi Raymond Soubie a critiqué la participation au mouvement des lycéens, qui ont lancé des actions, jeudi, dans nombre d’établissements. «Je trouve qu’il est totalement irresponsable que des adultes en situation de responsabilité dans certaines organisations invitent les lycéens à aller dans la rue pour le sujet des retraites», a-t-il estimé. » Le ministre de l’Education Luc Chatel enfonce lourdement le clou ce matin sur France Info, propageant le discours le plus éculé qui soit : « Nous avons environ 80 lycées qui étaient hier concernés par des tentatives de perturbations ou de blocages, c’est-à-dire moins de 2% des 4 300 lycées » : tactique de la minimisation, mille fois observée en pareils cas. Mais qu’il continue donc : rien de tel pour énerver les jeunes, les pousser à répliquer : « ah, il va voir si le mouvement est « très limité » ! A ce stade, nous espérons une salutaire contagion et c’est bien la perspective qu’entend conjurer le gouvernement. « Mon rôle c’est d’abord de dénoncer quand il y a des tentatives de récupérations ou d’irresponsabilité, tout simplement de personnes qui veulent mettre les lycéens en danger en les appelant à participer à des actions »?, poursuit-il. Revenons d’abord sur l’argument ultra-classique de la « récupération » : les lycéens et étudiants ne sont pas capables de développer une réflexion autonome et d’appréhender les effets catastrophiques de cette réforme ; aussi sont-ils forcément manipulés. Ils apprécieront. Chatel ne dit pas qui tire les ficelles des jeunes pantins mais il pense très fort à la méchante extrême gauche trotsko-fasciste. « Nous assistons à certains appels locaux de la part de personnes sur Internet et autres ou de tracts anonymes qui appellent les lycéens à manifester » : les voilà, les responsables ! Des manipulateurs cyniques réfugiés dans l’anonymat d’Internet, qui ne font que dévoyer notre belle jeunesse de « bons Français » ! Mais attention, Chatel revient sur le « danger » encouru par les lycéens et étudiants et voilà notre Phrase du jour qui s’avance : « Moi, je veux rappeler que manifester sur la voie publique c’est dangereux ». Précision dans son communiqué relayé par le JDD : il condamne « l’irresponsabilité de tous ceux qui mettent les lycéens en danger en les appelant à des actions qui risquent de dégénérer ». Dégénéré toi-même ! Renvoyons donc le ministre à brushing au site officiel du gouvernement Vie Publique : « Le droit de manifester est un droit fondamental des pays démocratiques. La manifestation est une réunion organisée sur la voie publique dans le but d’exprimer une conviction collective. Elle peut d’ailleurs demeurer fixe (et même assise, on parle alors de « sit-in »), mais le plus souvent elle prend la forme d’un cortège qui se déplace. La manifestation est un événement traditionnel de la vie politique et sociale et l’un des plus importants se déroulant à l’extérieur des enceintes politiques. La manifestation constitue aussi un moyen de pression à l’égard du pouvoir politique auquel sont présentées des revendications. » Alors il faudrait savoir, Chatel ! Si manifester est « un droit fondamental », est-il normal que celui qui l’exerce court un danger ? Et pourquoi manifester sur la voie publique serait-il « dangereux », d’abord ? A cause du risque d’ampoules aux pieds et d’entorses de la cheville causées par plusieurs heures de marche, peut-être ? Nous doutons fort que Chatel fasse allusion à ce péril-là… C’est ce qui nous semble infiniment grave : en réalité, il menace implicitement les jeunes de violences policières. « Ah vous voulez manifester ? Ne venez pas pleurer après si vous vous prenez des gaz lacrymo et des coups de matraque dans la tronche ! » Un ministre de la République qui tente de faire peur aux étudiants et lycéens – ainsi qu’à leur parents – pour les dissuader d’exercer leur droit démocratique fondamental à exprimer leurs convictions par la manifestation, sous la menace de répression brutale de la part des « forces de l’ordre » : scandaleuse tentative d’intimidation ! Voilà où en est aujourd’hui la démocratie française Sarkozie. Bien malade.

Soutenez Plume de presse

L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Cet article vous a intéressé? Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

A’ lire aussi:

  1. Retraites : ces chiffres qui donnent la migraine à Sarkozy
  2. Retraites : un front uni de la gauche pour faire reculer Sarkozy
  3. Malgré l’aumône d’amendements faite au peuple, la contre-réforme reste « une machine infernale à fabriquer des retraites de misère »
  4. Retraites : Sarkozy prêt à faire un geste
  5. Retraites : nouveau mensonge de Sarkozy, tous dans la rue aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *