Retraites : ultime forcing des menteurs de l’UMP

Dernière ligne droite pour la propagande UMPiste : un festival de mensonges éhontés alors que le gouvernement s’apprête à dévoiler sa réforme antisociale des retraites.

« Si nous vivons beaucoup plus longtemps, il faut accepter de travailler un peu plus longtemps. Augmenter les impôts, c’est la solution de ceux qui n’ont pas de courage« , ose Xavier Bertrand*, un comble quand on connaît le surnom du Secrétaire général de l’UMP« le traître sans couilles« .

Répondons à ces deux affirmations : si l’on vit plus longtemps, c’est parce qu’on peut prendre sa retraite à 60 ans, le travail use, le travail tue. Comme le répète souvent Gérard Filoche, inspecteur du travail et authentique socialiste sans guillemets, c’est de l’espérance de vie en bonne santé qu’il faudrait parler, non d’espérance de vie tout court. Pour mémoire, les ouvriers vivent sept ans de moins que les cadres : est-ce juste ?

L’économiste Jean-Marie Harribey, enseignant à l’Université de Bordeaux et ancien co-président d’Attac France, s’interroge à ce sujet sur le site Retraites-2010.fr, émanation de l’organisation altermondialiste sous-titrée Réussissons vraiment une réforme juste : « S’il y a de grandes différences d’espérance de vie entre les catégories socio-professionnelles, c’est que la pénibilité du travail raccourcit la vie. Donc, rallonger la durée de cotisation pour faire travailler plus longtemps ne peut que réduire à terme l’espérance de vie. Ne serait-ce pas l’objectif ultime des contre-réformes des retraites ? »

Evidemment, Bertrand-le-fourbe ne l’avouera pas ! Quant au soi-disant manque de courage dont témoignerait selon lui une hausse des impôts, l’accusation est scandaleuse : l’impôt (direct) constitue le socle des mécanismes de redistribution et finance la solidarité nationale. L’augmenter de façon à ce que les privilégiés soient davantage taxés – et les revenus du capital plus que ceux du travail – est par conséquent la seule résorbtion juste des déficits sociaux.

Le courage selon Bertrand consiste donc à laisser peser toujours plus lourd le poids de la crise sur les épaules des catégories populaires, qui s’en sortent de moins en moins, avec la misère, le chômage et la précarité qui explosent. Le courage selon Bertrand est de continuer à offrir des cadeaux aux héritiers et actionnaires sur le dos du peuple qui souffre. Est-ce juste ?

Parce que figurez-vous que l’angle d’attaque choisi par les voleurs de mots est justement celui-là : « Réussissons une réforme juste » proclame la campagne de propagande gouvernementale à huit million d’euros pris sur nos impôts, à grand renfort de clips publicitaires à la télévision. Juste, mais sans augmenter les impôts ? Eric Woerth, pilote de la réforme en tant que ministre du Travail Medef, confirme : « il n’est pas possible de dire qu’on va réformer le système de retraites avec 30 ou 40 milliards de prélèvements et d’impôts supplémentairesSi jamais on fait ça c’est évidemment tous les Français qui payent, c’est évidemment les classes moyennes qui s’en prennent plein la figure« .

Mensonge encore ! En quoi augmenter les impôts pour les Français disposant de revenus supérieurs à 11 000 euros par mois affecterait-il les classes moyennes ? L’idée était dans l’air, mais que les privilégiés se rassurent : « le Figaro écrit samedi que le gouvernement a renoncé à une mesure envisagée, taxer temporairement les revenus supérieurs à 11 000 euros par moisnote Le Monde. Une source proche du gouvernement a confirmé à l’AFP qu’actuellement, « l’idée n’est plus à l’ordre du jour« . Ben voyons. « Réussissons une réforme juste » en écartant toute mesure de justice : tartuffes, hypocrites, manipulateurs !

ffLe Premier ministre n’est évidemment pas en reste : « Ce qui nous guide depuis que nous préparons cette réforme, c’est la vérité, c’est l’équité, c’est la justice et c’est la progressivité » : record battu avec quatre mots volés, quatre impostures, quatre mensonges dans la même phrase. « Il serait lâche de notre part de dire aux Français que leur retraite pourrait être assurée sans prolonger la durée d’activité et sans toucher à l’âge légal et au symbole des 60 ans« , poursuit François Fillon sans sourciller. Mais pourquoi donc ? Au nom de quoi ? De la vérité ? Baliverne !

Lisez donc ce que prétend le gouvernement dans son Document d’orientation sur les retraites : « L’augmentation du coût du travail qui résulterait d’une hausse généralisée des cotisations sociales patronales serait particulièrement préjudiciable à l’emploi. On peut ainsi estimer qu’un point de cotisation sociale patronale représenterait, au minimum, une destruction de 50 000 emplois. Par ailleurs, le remplacement de l’assiette des revenus du travail par une cotisation portant sur la valeur ajoutée pénaliserait l’investissement et la compétitivité, notamment de l’industrie« .

Réponse cinglante de Jean-Marie Harribey : « Une cotisation sur les dividendes versés n’affecte pas le coût de production ni l’investissement. Le rapport Cotis (Insee, 2009) indique : les revenus versés par les seules sociétés non financières aux propriétaires du capital et des terrains sont passés de 3% à 8% de leur valeur ajoutée brute de 1982 à 2007, pour atteindre aujourd’hui 76,6 milliards d’euros (auxquels d’ajoutent environ 3% de leur VAB sous forme d’intérêts nets versés). Ce déplacement de 5 points représente sept à huit fois plus que le déficit de tous les régimes de retraite pour l’année 2008 servant de référence aux travaux du COR, et deux fois et demie plus que celui prévu pour 2010« .

Pour achever de tordre le cou à l’insupportable outrecuidance de l’UMP prétendant servir la justice, reportons-nous enfin à l’excellent magazine Alternatives économiques et un article titré Retraites : ça se précise, sous la plume de son rédacteur en chef adjoint, l’ami Guillaume Duval : « Les mesures envisagées affectent surtout les plus faibles : ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont des carrières à trous« . Frapper les plus faibles, est-ce juste ?

« Le relèvement de l’âge minimal est a priori la mesure la plus injuste puisqu’elle consiste à demander aux salariés qui ont commencé à travailler à 16 ans de cotiser non plus 44 ans au minimum, mais 46 ans, alors qu’ils (elles) sont souvent ceux (celles) qui ont eu les conditions de travail les plus difficiles et qui ont l’espérance de vie la plus faible. » Ils mourront avant les autres mais devront travailler plus longtemps : est-ce juste ?

« Le plus gros problème que pose cette réforme se situe au niveau de l’autre limite, aujourd’hui fixée à 65 ans. De quoi s’agit-il ? Actuel lement à l’âge de 65 ans, il est possible de partir en retraite à taux plein, sans subir ce qu’on appelle une décote, même si on n’a pas travaillé les X années de cotisation nécessaires. Il en a été peu question jusque-là, mais le gouvernement entend probablement porter cette limite à 67 ans. Autrement dit, cette réforme obligera ceux et surtout celles (ce sont majoritairement des femmes) qui ont eu des carrières « à trous » soit à travailler jusqu’à l’âge de 67 ans, soit à se contenter de pensions au rabais s’ils partent avant. La retraite à 67 ans, un grand progrès social…  » Vive la « modernité » à la sauceUMPiste et vive la justice sociale !

*Les déclarations des éminents sarkozystes sont extraites d’un article duMonde, L’UMP à l’offensive sur l’âge de départ à la retraite, qui se contente de les citer sans les mettre en perspectives donc sans apporter le moindre petit début de contradiction…

Mise à jourRetraites : une bataille de civilisation.

3 pensées sur “Retraites : ultime forcing des menteurs de l’UMP

  • avatar
    15 juin 2010 à 17 05 11 06116
    Permalink

    @ OB

    Le génie malfaisant du système actuel est de calculer à une décimale près ce que l’on peut faire accepter à la population avant qu’elle ne choisisse le désordre plutôt que cet ordre injuste.

    Le systeme manipule audacieusement. Témérairement. Une seule erreur d’estimation et l’ordre social peut s’effondrer. Le système est si complexe qu’il ne résisterait pas à une semaine de désobéissance civile.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/12/161-un-temps-pour-lanarchie/

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    16 juin 2010 à 6 06 23 06236
    Permalink

    L’idée de Taxer les Salaires supérieurs à 11 000 euros par mois a été hélas abandonnée. De toute manière elle ne touchait pas assez de monde, la barre était trop haute ! Qui gagne plus de 10000€ ? Non, je pense qu’il faut créer une taxe sociale sur les salaires supérieurs à 6 000 €.

    Le relèvement de l’âge du symbolique départ à 60 ans ne toucherait pas les gens ayant travaillé très jeune qui bénéficie d’une mesure d’exception « longue carrière. »

    Pour le reste je suis en accord avec l’auteur ! Il faut que nos systèmes sociaux basés sur les revenus du travail soient dorénavant financés également par les revenus du capital car le travail disparaît dans nos vieilles sociétés occidentales !

    Répondre
  • avatar
    17 juin 2010 à 21 09 46 06466
    Permalink

    Je ne sais pas comment les systèmes de retraite se sont présentés chez vous, mais ici, au Québec, on nous a vendu l’idée dans les années soixante de participer au développement économique de la province. Et pour ce faire, nous avons accepter qu’on prenne un part de notre salaire afin de créer une caisse dont les argents seraient investis dans l’économie provinciale.

    Le bénéfices générés par ces investissements permettraient à chacun de nous d’en retirer une rente ;a l’âge de 65 ans.

    Donc, au départ, c’est notre argent que nous avons mis à la disposition d’expert financiers pour investir dans notre économie.

    Aujourd’hui, quand j’écoute ce que ces « experts » nous disent, je me rend compte qu’ils veulent, peu à peu, me faire croire que je suis un « bénéficiaire » de l’aide gouvernementale qui, malheureusement, à cause de l’extension de la durée de vie actuelle et du taux de natalité insuffisant depuis des décennies, se doivent d’envisager de changer la donne le l’entente initiale.

    Et les gens semblent accepter et comprendre la situation. C’est tout à fait normal puisqu.il faut être assez âgé pour connaître l’entente du départ, qui n’était pas du tout une « aide gouvernementale » envers les personnes âgée, mais bien une « aide des travailleurs » envers l’économie de la province.

    Les rentes versées ne sont pas des « taxes » que le gouvernement à perçu; ce sont les dividendes remises aux travailleurs sur l’argent que ceux-ci ont prêté au gouvernement pour activer l’économie.

    Cacher cet entente du départ est de la malhonnêteté, de l’hypocrisie et de la fausse insinuation.

    Maintenant, si les revenus des années précédentes ne sont pas suffisants pour couvrir les obligations du gouvernement selon de l’entente initiale, il faut enquêter sur ce qui a été fait avec notre argent par les « experts financiers » qui, c’est remarquable, se sont tous tiré d’affaire malgré la supposée piètre performance des caisses de placements.

    La caisse de dépôt et de placement, au Québec, a perdu, en 2008, 40 milliards de dollars. Le président actuel (qui a eut des revenus de 21 millions l’année avant d’être nommé à la caisse de dépôt) refuse de faire enquête sur la disparition de ce 40 milliards. Il dit vouloir « regarder vers l’avant et non vers l’arrière ».

    Avec un telle façon de penser,il va sûrement faire un autre 21 millions l’année suivant son départ de la présidence de la caisse, c’est certain. Pour l’instant il n’accepte qu’un « maigre » salaire et à laisse tomber certains avantages « pécuniers ». Bravo! Cela me rassure énormément!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *