Rétrospective

Vous l’aurez compris, au travers des multiples analyses des économistes et au fil des miennes, la controverse fait donc rage quant au bien fondé de stimuli supplémentaires pour tenter de redresser l’activité économique déclinante aux Etats-Unis. A cet égard, peut-être est-il bon de se souvenir que ce n’est pas les mesures Keynésiennes stimulatoires de New Deal qui ont permis de redresser la barre après la Grande Dépression et ce en dépit de l’opinion opposée d’une majorité d’économistes. En fait, les dépenses Gouvernementales des années 30 et autres politiques expansionnistes de Franklin D. Roosevelt furent totalement neutralisées – voire annihilées – par la politique fiscale nettement plus stricte ainsi que par la politique monétaire restrictive de 1937 qui ont précipité le pays dans une nouvelle récession!

En réalité, c’est le déclenchement de la seconde guerre mondiale qui a autorisé le rapide réveil de l’activité économique Américaine à la faveur de dépenses Gouvernementales massives ayant permis la mobilisation de toutes les ressources et de tous les bras… Cas d’école permettant d’analyser et de se rendre compte à quel point les interventions Etatiques peuvent quand elles sont bien ciblées ressusciter une économie. La guerre fut ainsi le prétexte à du « deficit spending » (dépenser en s’endettant) constructif puisqu’il consacrait l’envolée économique Américaine, l’oubli des années noires de la Grande Dépression et qu’il préfigurait les « trente glorieuses »… Autrement dit, et c’est là où je voulais en arriver, l’intensification des dépenses Gouvernementales et les mesures Keynésiennes ne sont justifiées que dès lors qu’elles sont utilisées à bon escient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *