Russie, Syrie – Comment les médias “mainstream” nous désinforment

Par Allain Jules

Les présidents russe Dmitry Medvedev (gauche) et syrien Bashar al-Assad (droite)

“La contestation inquiète le pouvoir russe même si le Kremlin tente de minimiser l’ampleur des manifestations” disent-ils dans la presse. Mais, comme d’habitude, c’est toujours la même histoire, un traitement manichéen de l’information. En Syrie, la même histoire. Depuis que les observateurs arabes sont sur le terrain, la presse redouble de vigilance, devrais-je dire de propagande, dans la mesure ou la soi-disant opposition, plutôt des terroristes, déclare qu’ils ne verront rien. Étonnant.

Vladimir Poutine

Un premier détail échappe visiblement à nos médias. Moscou était la ville la plus peuplée d’Europe avec 10,22 millions d’habitants intra muros en 2008 et 14,74 millions d’habitants dans l’aire urbaine. Or, sa population a augmenté, même comme il n’y a pas eu un nouveau recensement. Alors, 100 000 personnes dans la rue, ça ne se remarque même pas.

Un deuxième détail leur a aussi échappé, il s’agit de l’opposition hétéroclite russe. Elle s’oppose sur tout et, il est regrettable d’entendre des personnes comme l’ancien président de l’URSS, ex Russie, Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev, s’engouffrer dans la diabolisation contre son pays par les occidentaux comme un bleu, dont celle de Vladimir Poutine, l’actuel premier ministre, qui sera le prochain président russe. Que ceux qui cognent sur lui à tout va fassent attention. Surtout les Européens. Il s’en souviendra.

Quant au dossier syrien, les opposants se présentent toujours comme des saints. Alors que les observateurs arabes sont arrivés sur le terrain, ils paniquent et accusent. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) ou plutôt des droits de l’opposant uniquement affirme que les forces de l’ordre «ont changé les poteaux indicateurs des noms des lieux» dans des zones de Jabal al-Zaouia, dans la province d’Idleb (nord ouest), afin d’induire les observateurs en erreur. Mais comment font-il pour manifester parfois si ce sont les autorités qui maîtrisent tout ?

Ce sont toujours les mêmes clowns qui, après le double attentat suicide à la voiture piégée à Damas, n’ont pas condamné mais automatiquement accusé le pouvoir. Et pourtant, plus de 40 personnes avaient été tuées et 150 blessées. Même les médias “mainstream”, toute honte bue, titrait “Et si ces attentats étaient une manœuvre du pouvoir syrien ?”. Une volonté de nuire et de mettre le doute dans les esprits. Heureusement, les Frères musulmans sont revendiqué ces attentats.

Pourvu que ces régimes tiennent face à la barbarie occidentale qui aime tant se cacher derrière des oripeaux élogieux. Nous voulons un monde juste, du nord au sud et de l’est à l’ouest. Ceux qui veulent gouverner le monde en mentant, diabolisant et tuant ceux qui ne pensent pas comme eux, c’est le retour du nazisme. Il n’existe finalement que du côté occidental, le notre, et c’est bien regrettable.

Une pensée sur “Russie, Syrie – Comment les médias “mainstream” nous désinforment

  • avatar
    27 décembre 2011 à 5 05 55 125512
    Permalink

    «Moscou était la ville la plus peuplée d’Europe avec 10,22 millions d’habitants intra muros en 2008 et 14,74 millions d’habitants dans l’aire urbaine. Or, sa population a augmenté, même comme il n’y a pas eu un nouveau recensement. Alors, 100 000 personnes dans la rue, ça ne se remarque même pas.»

    Allain, ce sont tout de même 100 000 personnes… 100 000, ça fait pas mal de monde à la messe, comme on dit. Est-ce que les chiffres sont véritables? Bah, surement pas, avec les médias occidentaux. Mais pareil…, on ne se fera pas croire que la Russie est unie, sous la bannière ultranationaliste, voire raciste, de Putin.

    «Un deuxième détail leur a aussi échappé, il s’agit de l’opposition hétéroclite russe. Elle s’oppose sur tout et, il est regrettable d’entendre des personnes comme l’ancien président de l’URSS, ex Russie, Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev, s’engouffrer dans la diabolisation contre son pays par les occidentaux comme un bleu, dont celle de Vladimir Poutine, l’actuel premier ministre, qui sera le prochain président russe.»

    Les élections sont truquées en Russie (J’ai aussi mes contacts…) et c’est bel et bien une oligarchie qui se trouve au pouvoir, pis ça fait dur en hostie comme pouvoir. On est loin de la démocratie participative, comme on l’est même de la représentative!

    Et moi, ce qui me dérange de l’opposition, c’est qu’elle est nostalgique d’une époque gênante, stalinienne et d’ailleurs, l’un des chefs de cette coalition est le p’tit fils de Staline en personne. Il ne voit rien de mal, dans le passé de son grand-père, au contraire, il en est fier…

    Sinon, des communistes au pouvoir, ce serait bien mieux que cette clique, qui ne fait que s’enrichir sur le dos des Russes, à leur détriment. D’ailleurs, certaines régions ont leur portrait de Putin dans la cuisine, comme sous le régime stalinien, on mettait celui du «p’tit père des peuples», qui n’était qu’un gros porc, tueur de masse et probablement l’un des pires contrerévolutionnaires de l’histoire du socialisme!

    Quand les régimes capitalistes tomberont, le régime de Putin devra tomber également! Il n’a rien de populaire, rien de révolutionnaire et tout de parasitaire.

    «Ceux qui veulent gouverner le monde en mentant, diabolisant et tuant ceux qui ne pensent pas comme eux, c’est le retour du nazisme. Il n’existe finalement que du côté occidental, le notre, et c’est bien regrettable.»

    N’oublions pas Grozny… 200 000 morts! 1/5 de la population je crois… Et les agents du FSB, à Moscou, pris en flagrant délit lorsqu’ils posèrent une bombe…

    Le régime de Putin soutient même des casseurs, des racistes et des homophobes. Chaque année, les homosexuels goûtent à la médecine de Putin et les immigrés, eux, aux lames des racistes, soutenus par le régime. On est en effet, pas trop loin du nazisme.

    Moscou, à mes yeux, est un Empire comme les autres, de l’autre bloc, tout simplement. Ça n’est pas un bastion de rebelles, de révolutionnaires ou de sauveurs du monde. Au contraire, c’est une embuche comme les autres, à l’émancipation des Humains, des travailleurs salariés surtout, qui ne gagnent rien au nationalisme crasse.

    Tout cela dit, est-ce que je suis pour des interventions en Syrie? Non. Pour l’encerclement de la Russie? Non. L’Impérialisme, de quelque côté qu’il soit, me dérange.

    Solidairement,

    Sylvain Guillemette

    (Moi, ce qui m’a choqué en fin de semaine, c’est qu’on parle du Chinois qui a osé parlé contre le «communisme» en Chine (Comme si la Chine était communiste! -Sic!-), comme d’un héros, parce qu’il devra se taper 10 ans de prison! Imaginez! Julian Assange et le soldat états-unien dénoncent les États-Unis d’Amérique pour leurs crimes de guerre et pour les multiples crimes contre l’humanité, et ça leur vaut possiblement, la prison à vie! Que de contradictions! Les médias mettent le paquet, mais mettent sous le tapis, les contradictions de la sorte! C’est débile, et hypocrite surtout! )

    Répondre
    • avatar
      27 décembre 2011 à 12 12 21 122112
      Permalink

      @Sylvain Guillemette, (Y)

      Vous avez raison, je n’avais pas vu ça dans cet angle-là.

      Répondre
  • Ping :Russie, Syrie – Comment les médias “mainstream” nous désinforment – Cent Papiers | twitar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *