Sale Noël !

Sale Noël !

L’information vient de tomber :

Il y aurait deux Père Noël !

Un pour les riches, un pour les autres.

On connait depuis peu l’existence des « diners du siècle » : de bonnes tables réservées à quelques 600 privilégiés « triés du volet »..

Ces rencontres ont lieu à l’Hôtel Crillon, place de la Concorde, (ce qui est amusant) tous les derniers mercredis de chaque mois.

Le concept de ces repas est déontologiquement discutable, puisqu’on y voit se croiser des journalistes et des hommes de pouvoir de gauche ou de droite, afin d’y échanger le fond de leurs pensées.

L’image de l’indépendance de la presse continue donc de se dégrader, ce dont elle n’avait pas besoin.

En effet, quelle crédibilité pourra-t-on accorder désormais à Arlette Chabot, Pujadas, ou Elkabbach lorsqu’ils interviewent Sarközi ou Aubry ? (ils sont membres de ce club très fermé, participants à ces rencontres contre nature).

Wikipédia a l’obligeance de nous dresser une liste incomplète, mais suffisamment éloquente des membres du «  Siècle ».

Celui d’octobre avait été troublé par une centaine de manifestants…celui de novembre en avait réuni 300. vidéo

Aux cris de « on a faim », les manifestants ont agrémenté l’arrivée des convives par des lancers d’œufs et de farine, ce qui n’a pas été du gout de nos « penseurs gastronomes de l’élite ».

Des manifestants ont été arrêtés, dont le réalisateur Philippe Carle, qui a été en partie à l’origine de ce rassemblement citoyen.

Témoignage de Fay Deghia, photographe de presse indépendante :

« Première surprise, extinction des feux de la Place de la Concorde. Peu à peu, les manifestants arrivent, il est presque 19h, nous sommes presque 200 manifestants.une ambiance de solidarité s’installe entre les manifestants. Le service d’ordre se met en place. Petit à petit des chants et des slogans s’enchaînent, comme le fameux « Carla, on est comme toi, on s’est fait baiser par le chef de l’état »…ou « assemblée et Elysée au peuple »… ou « nous on n’a rien, sans travail, sans futur ». Des questions fusent : « qui paye ? Qu’y aura-t-il au menu ? On observe deux sortes de journalistes : ceux qui se cachent derrière la police (on sait jamais, un œuf peut traumatiser gravement) et ceux qui sont avec les manifestants.

Les manifestants sortent des camemberts (surtout pas des « Président ») des baguettes et débouchent des bouteilles. Voyant le personnel du Crillon aux fenêtres du 1er étage, ils leur demandent des gobelets.

Sans réponse des employés du Crillon, ils s’écrient « alors buvons au goulot car le peuple partage la galère et la misère ».

Il est 20h et 300 manifestants dinent symboliquement sur les trottoirs face au Crillon.

En guise de dessert, les forces de police spéciales en embarquent une bonne trentaine  et leur font profiter de la nouvelle expérimentation « la garde à vue à ciel ouvert » aux cris de « libérez nos camarades ».

Les manifestants se sont dit, « on aurait du leur offrir un vin chaud, c’était notre erreur, mais c’est pas de notre faute, ils n’ont pas le droit de boire pendant le service… »

Le prochain « diner du siècle » aura lieu quelques jours avant Noël, le 22 décembre 2010.

Le bruit court que le nombre de manifestants pourrait être en « sensible » augmentation pour ce diner à venir, puisqu’on s’agite sur « facebook » où vient d’être lancé un apéro géant au prochain « diner du siècle ». lien

Mais l’élite est aussi privilégiée au moment des fêtes dans les grands magasins parisiens.

En effet, le 7 décembre, des cartons d’invitations ont été envoyés aux Français d’en haut.

Les Galeries Lafayette reçoivent ceux-ci avec du Champagne et des cadeaux « bling bling » divers, mais la soirée est réservée.

Les Galeries reçoivent en grande pompe, puisque la façade du magasin a été habillée par l’artiste italien Valério Festi.

Au programme comédies musicales, défilés de mode, vitrines animées… lien

Certains blogueurs ont répondu à cette invitation sur le ton de l’humour, expliquant préférer le verbe «  être » plutôt que le verbe « avoir », comme on peut le constater sur ce lien.

Du coup, les « Galeries » s’inquiètent de la situation tendue qui s’annonce, car lorsque l’on clique sur l’annonce de leur soirée, on s’aperçoit que « l’offre n’est plus disponible ». lien

Le partenaire des « Galeries Lafayette » (American express) a proposé de nombreuses offres alléchantes : si vous dépensez 5000 € d’achats aux Galeries, vous aurez un cadeau d’une valeur de 50€, et si vous allez jusqu’à 47 000 €, vous gagnez une bouteille de château Yquem 1996 lien

Que du bonheur donc !

Pourtant, les Français oubliés de cette « fête » ont décidé malgré tout de s’y inviter et se sont donné rendez vous devant les célèbres Galeries, pour cette soirée « American express ».

Ils ont lancé à tous les citoyens l’invitation sous ces termes :

Rendez vous le mardi 7 décembre 2010 à 18h30 devant les galeries Lafayette, bd Haussmann, Paris 9ème métro chaussée d’Antin. « Allons tester leur générosité pour les pauvres et aider ces bling-bling à prendre conscience que certains n’ont plus rien ! Ils ont faim, froid et meurent dans l’indifférence. Joyeux Noël » lien

Les bureaux de « l’American express » (11 rue scribe) ne devraient pas oublier qu’ils sont le lieu où ont commencé les évènements de mai 68.

Les manifestants veulent rappeler aux nantis que face aux 2,2 millions de millionnaires français, il y a aujourd’hui 8 millions de pauvres, gagnants moins de 950 € par mois.

La France accueille 9% des 24,2 millions de millionnaires mondiaux, soit 2,2 millions de millionnaires.

C’est le Crédit Suisse qui s’est livré à ces fins calculs, plaçant ainsi la France en 3ème place dans le monde en matière du nombre de millionnaires. lien

Les manifestants veulent aussi rappeler que l’on continue de mourir de froid dans la rue, malgré les promesses présidentielles. lien

Rappelez vous : « je veux, si je suis élu, que d’ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir dans la rue »

Certains dénoncent les « larbins du pouvoir », qui n’ont rien, ou pas grand-chose, et qui pourtant s’y accrochent, approuvant la détaxation des entreprises, les cadeaux faits aux nantis, et les injustices qui leur sont proposées, comme on peut le découvrir sur cette vidéo.

Avec des paroles dignes d’un Diogène qui chassait les empereurs de son soleil, un sans abri s’exprime avec sincérité et sagesse sur cette vidéo :

« tout homme devrait naître avec un terrain, la maman elle donnerait les rideaux, le papa les outils, l’enfant apprendrait à construire la maison (…) c’est la révolution, mais il faut gommer le « r » pour en faire une évolution, (…) parce que les révolutions çà fait toujours des vengeances (…) ah, mais on est mal barrés( …) on gave l’homme pour pas qu’il pense (…) il nous font monter dans l’air pour voir les étoiles, mais on cultive plus le jardin, on fait plus les petits trous avec les doigts de l’enfant pour mettre une graine…maintenant tout est sous vide, sous emballé (…) on fait payer le regard aux sdf, quand ils demandent une petite pièce (…) mais tous ces gens nickelés, brillants, propres, sentant le parfum ultra chic, mais ils te pompent les yeux quand tu leur demandes une petite pièce, ou même un renseignement (…) il faut faire une armée d’humour et d’amour avec les enfants que vous aurez, et les spectateurs que vous êtes »

D’autres font dans la provocation, comme cet anglais qui s’est payé un mégaphone et fait son show dans la rue. lien

Les « exclus du luxe » sont aussi choqués de la dernière mauvaise action du gouvernement, qui malgré les promesses présidentielles de 2007 « principe d’accueil inconditionnel des sans abri » découvrent maintenant que la xénophobie s’installe dans le débat, puisque seuls les sans abri avec des papiers en règle pourront être accueillis dans les centre d’hébergement. lien

Alors, d’un élan citoyen, quoi de moins surprenant que la « guerre des banques » soit lancée le 7 décembre prochain.

Cette action européenne originale consiste à vider tout simplement son compte en banque ce jour là. Cantona en est l’un des initiateurs et en appelle à la désobéissance civile. lien

Il s’agit de s’en prendre à ceux qui sont appelés aujourd’hui les « banksters ».

Les motivations des initiateurs sont claires : « c’est à un système corrompu, criminel et mortifère auquel nous avons décidé de nous opposer dans la mesure de nos moyens, de nos déterminations et dans le respect de la loi : les dés sont jetés. L’avenir nous dira si nous avons eu raison ». (Lire l’Appel au BANKRUN). Ici, l’adresse du site.

Dés le 7 décembre, attaquons le système cupide et assassin, refusons de jouer le jeu de la surconsommation, limitons nos besoins, pensons au lieu de dépenser, choisissons volontairement la simplicité de vie, et dans quelques jours, retirons notre argent des Banques (…) coulons le système de l’intérieur ». lien

Décidément les fêtes de Noël risquent d’être particulièrement agitées cette année,  car comme aime bien dire mon vieil ami africain :

« Même si le chien n’aboie pas, ne lui enlève pas son os ».

L’image illustrant l’article provient de : poly.tics.over-blog.com

L’information vient de tomber : Il y aurait deux Père Noël ! Un pour les riches, un pour les autres. On connait depuis peu l’existence des « diners du siècle » : de bonnes tables réservées à quelques 600 privilégiés « triés du volet ».. Ces rencontres ont lieu à l’Hôtel Crillon, place de la Concorde, (ce qui est amusant) tous les derniers mercredis de chaque mois. Le concept de ces repas est déontologiquement discutable, puisqu’on y voit se croiser des (…)


Tribune Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *