Sarko, le pompier pyromane

Si l’on observe attentivement les faits et gestes des bientôt 4 ans de mandats de l’autocrate présidentiel, il semble légitime de lui proposer le qualificatif de pompier pyromane.

Tout le monde semble surpris du dernier sondage concernant l’élection présidentielle, et mettant Marine Lepen en tête au premier tour de celle-ci : il n’y a pourtant pas de quoi s’étonner.

Le programme sarkozyste de 2007 reprenait en grande partie celui du front national : insécurité et incitation au racisme en sont les deux mamelles.

La stratégie de récupérer ces voix a donc bien fonctionné, les électeurs frontistes ayant joué la carte de l’efficacité.

Ils avaient subi la cruelle désillusion du rejet citoyen lors de l’élection 2002, (lien) et ne voyaient pas de contradiction à donner leurs voix au candidat de l’UMP, puisque celui-ci semblait être plus capable que le Pen d’appliquer les idées frontistes.

Sur le thème de l’insécurité, par exemple, en affirmant qu’il y en avait réellement une, et en affirmant vouloir nettoyer les citées au Karcher, Sarközi, s’était attiré les sympathies des extrémistes de droite.

Pourtant cette insécurité est-elle réelle ?

Comme l’explique Laurent Mucchielli, expert en la matière, sans dénier pur autant qu’elle soit une réalité, il y a beaucoup d’exagération dans la communication qui nous en est faite.

Il rappelle : « le nombre d’homicides en France en 2009 s’élève à 819 soit moitié moins qu’en 1989 (…) 80% des actes se font dans le cercle des connaissances (…) quant aux viols, ils sont majoritairement un phénomène familial ».

le 21 janvier 2011, c’est Brice Hortefeux lui-même qui s’est félicité des 8 années consécutives de baisse de la délinquance en France. lien

Un livre récent, « les marchands de peur » de Mathieu Rigouste (éditions Libertalia-2011) évoque « la Bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire, en expliquant que la peur est un outil politique fondamental pour les classes dominantes, et constitue le secteur d’activités d’idéologues organisés pour la vendre aux gouvernements et aux complexes industriels » lien

Le gouvernement, en affamant les banlieues, où l’on sait que le taux de chômage est nettement supérieur à la moyenne nationale, provoque l’apparition fatale de la délinquance.

Un élu UMP, Xavier Lemoine, affirme même qu’en banlieue, la police protège le trafic de drogue.  lien

D’autre part, les délinquants de banlieues sont en train de s’équiper en armes, et ce ne sont pas des pistolets à bouchon, comme on peut le découvrir sur cette vidéo.

On sait, d’après une étude de l’observatoire des inégalités, que 34% des jeunes dont les parents sont nés à l’étranger ne trouvent pas d’emploi et que le taux de chômage de ceux-ci est de 30% lorsque leurs parents sont nés au Maghreb. lien

(Rappelons que le taux de chômage français était en janvier 2011 de 9,6%) lien

Puis en menant des actions de provocation (le passage au karcher, la racaille) il exacerbe la colère de ceux qui sont visés.

Et enfin, en supprimant la police de proximité, comme l’explique jean Pierre Havrin, ex-directeur de police, (vidéo) il permet le foisonnement d’activités illicites dans ces banlieues rejetées par tous.

Pour la petite histoire, Jean Pierre Havrin a été démis de ses fonctions par Sarkozy, qui n’a manifestement pas aimé ses commentaires. lien

Dans un livre récent, opération Banlieues (édition la découverte) Hacène Belmessous, imagine un terrible scénario dans lequel, poussées à bout, les banlieues s’enflamment, et Sarközy, tel le chevalier blanc, viendrait mater la révolte, avec ces brigades spéciales de st Astier, (lien) à quelques semaines de l’élection, espérant ainsi faire basculer l’élection en sa faveur. lien

C’est bien le syndrome du pompier pyromane.

En mettant la question des Roms, au devant de la scène, alors que le « peuple voyageur » est une réalité marginale, qui fonctionne comme çà depuis des siècles, sans représenter un réel problème sur le territoire national, Sarközi manipule l’opinion. lien

En effet, ils ne sont guère que 10 000 à 15 000 à voyager épisodiquement en France, ce qui comparé à la population nationale ne représente que 0,02 % de celle ci.

La loi Besson, voulue par le Chef de l’Etat s’est donné 2 axes d’attaque : en évoquant « l’abus de la liberté de séjour », on les empêche de revenir sur le territoire national.

Le second axe a pour mission de réprimer l’habitat illicite, installations de fortune, qui sont pourtant le plus souvent une réponse à la difficulté des citoyens de trouver un logement.

C’est ce qu’a constaté Olivier Legras, interviewé par Charles Girard, membre du comité de rédaction de « raison publique ». lien

Pourtant selon l’INSEE, 800 000 français ont vécu dans la rue à un moment de leur existence.

Cette « loi Besson » permet donc de pénaliser l’habitat précaire, l’évacuation des terrains squattés, d’expulser ceux qui, sans possibilités de se loger, occupent illégalement un appartement pourtant vacant.

Bien sur, les rumeurs, les ragots, colportés pour de mauvaises raisons, veulent à tout prix faire des Roms des « voleurs de poules ».

Enfin, en lançant en 2010 le débat raciste et nauséeux sur l’identité nationale, stigmatisant les musulmans de France, le Chef de l’état à accrédité l’idée qu’il y avait un problème d’intégration avec ceux-ci. lien

Pourtant ce sentiment français n’a aucune justification.

En effet, les musulmans français ne sont que 3%, ce qui est plus que marginal face aux 64% français catholiques.

En s’inquiétant d’un afflux de réfugiés Libyens, ou autres, suite au conflit en cours, ce gouvernement s’occupe des conséquences de nos actes, plutôt qu’à leur origine, car à bien y réfléchir, si nous n’avions pas proposé des armes et des avions au dictateur libyen, la situation Libyenne serait peut-être différente.

C’est donc une fois de plus le syndrome du pompier pyromane.

Le calcul du futur candidat de l’UMP est clair :

Reprendre, en mieux, la stratégie de 2007, afin de siphonner une fois de plus les voix du front national, (lien) et en prenant le risque de faire monter le score de Marine Le Pen, afin de se retrouver au deuxième tour face à elle, et de provoquer « un sursaut républicain », qui, comme çà a été le cas en 2002 avec Chirac, le maintienne au pouvoir.

Pourtant, le sondage louis Harris du 8 mars affirme que Sarközi ne serait même pas au 2ème tour. lien

Il reste quand même un autre scénario : le piège se retourne contre le candidat UMP, et Marine le Pen accède au poste suprême.

Car comme dit mon vieil ami africain :

« Le rejeton de la hyène hérite aussi de ses taches »

L’image illustrant l’article provient de « internationalist.org »

Articles anciens sur le sujet :

Tout çà pour une réélection.

Vous avez demandé la police ?

Sarkozy le gitan

Sarkozy veut-il lancer l’islamophobie

Les bannis de la République

Le feu couve sous la cendre

Une pensée sur “Sarko, le pompier pyromane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *