SCOOP MALI : La face cachée d’une intervention pas très catholique mais cathodique

 

mali_coa

Lorsqu’un pays est en guerre, il est coutumier de voir celui-ci vidé des investisseurs. Mais, aussi bizarre que ça puisse paraître, pour le Mali, « time is money », pas de répit, malgré la guerre. Le Mali est le seul pays au monde qui est en guerre, a un Gouvernement transitoire et/ou provisoire, et malgré tout signe des contrats. En l’espèce, c’est une grande première mondiale. C’est ainsi qu’on a appris que Le Mali fait partie du must, du nec plus ultra de l’eldorado Afrique, présenté toujours comme…pauvre.

Cette guerre très médiatique dont cathodique, entre l’exposition très néfastes des djihadistes -qui n’ont, à mon avis, aucune raison de mettre des populations entières en esclavage-, le déploiement salué de l’armée française contre les terroristes-salafistes aidée même par la Russie et la propagande qui va avec, personne ne parle de la face cachée du conflit. Surprise, une société Danoise à signé un protocole d’accord d’investissement de 1.500 milliards pour des projets miniers avec le gouvernement malien le mercredi 16 janvier dernier, ce qui est pour le moins curieux ! Bizarrement,  le Mali n’a pas autant attiré les investisseurs que depuis qu’il y a, dans son territoire, un conflit. Du coup,  ce « pays pauvre » riche en ressources et matières premières, devient un pôle d’investissement en pleine…guerre. Cherchez l’erreur !

Bien sûr, il faut ouvrir les yeux. Les djihadistes ne sont que les idiots utiles de l’Occident. Ces gens sont plus contre l’Afrique que l’Europe. Ils servent ces derniers dans leur conquête, sous prétexte de lutter contre le terroriste après que leurs alliés ne multiplient des exactions justificatives pour leur re-colonisation de l’Afrique. Auparavant, le Mali avait comme premier investisseur, la France…Oh que non ! Il s’agit plutôt de l’Inde, à hauteur de 150 milliards, sans surprise, dans le secteur minier plus précisément pour la réalisation d’une usine d’aciérie et minière signé en 2011 avec le gouvernement du président Amadou Toumani Touré (ATT). ATT déchu, ce projet n’a même pas été réalisé à… 10%. Drôle de zig et drôle de zag.

Avec les Danois, on va donc quintupler au coefficient 2 les investissements indiens, en  passant tout d’un coup de 150 milliards à 1500 milliards. Le gâteau malien, à partager par les puissances occidentales est juteux et goûteux. En plus de cela  une importante réserve de gaz naturel vient d’être découverte à Kati, (Kati est une ville (commune) du Mali, située à 15 km de Bamako. Kati fait partie de la région de Koulikoro.) et il y a aussi des traces de pétrole dans la même zone. Et par conséquent, la lutte contre les vilains terroristes, et l’intervention « à la demande du président malien » selon la formule consacrée pour sauver le Mali des affreux salafistes sinon les djihadistes seraient arrivés à Bamako, est un leurre.

C’est aux Maliens de comprendre que ce n’est pas pour leurs beaux yeux que la France y intervient, mais pour le pactole à venir, rêvé dans toutes les capitales occidentales. Quant aux terroristes, ils se servent et servent l’Occident. Ce sont tous des complices, de la Libye au Mali en passant par la Syrie, pour servir essentiellement et uniquement les intérêts de l’Occident contre les autres continents…

 

Share this:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *