Ségolène Royal et la danse macabre des sondeurs

 

Le landerneau politique s’agite depuis qu’un sondage fait de Marine Le Pen, la favorite au premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Je n’y crois pas du tout. En revanche, on ne peut qu’être surpris du parti pris des sondeurs qui, toute honte bue, trappent Ségolène Royal volontairement. Ces thuriféraires du pouvoir, qui plus est payent les sondés par des loteries opaques, ne sont aucunement crédibles.

Ségolène Royal c’est l’endurance, le travail, la foi, l’abnégation. Tant mieux pour les sondeurs de l’enterrer très tôt. C’est un mal pour un bien. Peu importe cette frénésie sondagière, ces discours mortifères et autres arguties alambiquées, elle est incontournable et chacun sait, à gauche comme à droite, qu’il faut plus que jamais compter sur elle. Est-ce une volonté délibérée de la faire disparaître des médias ? Sans doute.

Ce poker menteur ne peut avoir de résultat. Tout d’abord, faut-il rappeler à nos chers sondeurs qui refusent de dire leurs critères de sondages, que Ségolène Royal, pendant qu’ils traficotent leur cuisine insipide, mâtinée d’hypocrisie et de malhonnêteté intellectuelle, elle, travaille d’arrache-pied ? C’est ainsi que Ségolène Royal a un calendrier bien fourni.

Cette haine que certains vouent à Ségolène Royal, actuellement la seule personnalité politique proche des masses populaires qu’elle rencontre tous les jours s’explique aisément. N’ayant pas de clan, elle est un danger pour l’oligarchie financière. Elle a compris leurs desseins. Elle est la seule qui peut éradiquer cette spirale infernale de la destruction de l’Etat.

Après bientôt 5 ans de sarkozysme, la France peut-elle encore se permettre de retomber dans l’erreur avec les pseudo favoris des sondages ? Celle-ci (erreur de l’élection de Sarkozy) a conduit la France dans le déni démocratique, une politique liberticide, la montée des extrêmes, le racisme, la cassure de tous les acquis sociaux, la fin programmée de la France. La destruction du cognitif  hérité des vrais héros de la République, dont Nicolas Sarkozy a profané les sépultures doit s’arrêter.

Ségolène Royal incarne ce renouveau, ce new deal sans lequel, la France deviendra  une coquille vide, un pays sans chauffeur ou du moins, avec à sa tête un dirigeant qui ne pensera qu’à son profit personnel et à celui des siens. Une course vers un néo-populisme abscons où, celui qui se montre le plus à la télévision pour asséner sa haine de l’autre, est plébiscité. Dans quel monde vivons-nous ?

« Avec Ségolène Royal: portons nos Désirs, construisons l’Avenir ! »

Une pensée sur “Ségolène Royal et la danse macabre des sondeurs

  • avatar
    10 mars 2011 à 9 09 25 03253
    Permalink

    « Dans quel monde vivons-nous ? »

    Dans un monde complètement bouché au raisonnement intelligent!!!

    Il y a définitivement moins de génies dans la population que d’imbéciles. C’est tout à fait normal.

    Et c’est ce qui justifie la situation « démocratique » actuelle à travers le monde. Ceux qui sont élus ressemblent à la majorité.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
  • Ping : Ségolène Royal et la danse macabre des sondeurs – Cent Papiers | Actualité du poker

  • avatar
    14 mars 2011 à 4 04 41 03413
    Permalink

    Bonjour, Allain Jules.

    Le problème pour Ségolène Royal, c’est qu’elle a été descendue par son propre camp en 2007, ouvrant ainsi la voie aux sarcasmes et au dénigrement de la droite et de quelques médias. Vilistia stigmatise Joffrin, et elle a raison, mais c’est de Jack Lang que sont venues les première attaques, les accusations de « gravure de mode » (sous-entendu « incompétence »).

    On ne remonte pas ce type de dégringolade orchestrée 5 ans après, et cela d’autant plus que nombre de Français estiement que Royal a eu sa chance sans analyser plus avant les raisons de son échec.

    Dommage car cet échec a été très relatif : malgré les attaques indignes indignes dont elle a été victime, Ségolène Royal a réussi à obtenir 47% des voix, un score qui montre à l’évidence qu’elle l’aurait emporté si les caciques du PS avaient fait bloc derrière elle au lieu de ruminer leur amertume d’avoir été borduré par l’OPA de la candidate sur les votes des militants de base.

    Cordiales salutations.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *