SIDA DE CIVILISATION : Les grandes hypothèses – 11

Yan Barcelo, 19 décembre 2010 (Photo tirée de Visipix.com)

Après deux mois d’absence, je poursuis dans cette chronique avec les grands thèmes qui forment les fruits privilégiés de l’Occident et dont le mûrissement est tributaire de l’héritage chrétien d’une façon fondamentale. Dans des articles précédents, j’ai tenté de montrer combien certaines des plus grandes productions culturelles de l’Occident (démocratie, assistance sociale, science, technologie, industrie) n’auraient pu voir le jour sans la matrice de pensée inaugurée en premier lieu par le christianisme, ensuite par les traditions grecques et judaïques.

Je poursuis dans cette chronique en mettant de l’avant trois autres fruits originaux de l’Occident : socialisme, capitalisme et affirmation de la femme (de façon plus restrictive, le féminisme). Je réserve une discussion plus étendue de ce dernier thème pour la semaine prochaine.

Certains jugeront ces fruits comme étant vénéneux et dont la valeur, dans certains cas, est contestable, mais il est certain qu’ils sont exclusifs à l’arbre culturel de l’Occident et n’auraient pu naître ailleurs que dans le terrain fertilisé par le christianisme. Aussi, ces fruits font-ils l’objet de la convoitise de presque tous les pays et toutes les nations, et leur diffusion, comme celle de la science/technologie et de la démocratie, sont-ils la marque d’un triomphe planétaire de l’Occident.

Quel pays aujourd’hui ne subit-il pas, ou n’a-t-il subi, l’influence profonde d’un de ces héritages? Combien de pays ont été marqués, par exemple, par la philosophie politique du communisme, du socialisme, de la social-démocratie? Combien se transforment pour intégrer les pratiques du capitalisme? Combien sont agités par l’affirmation croissante des femmes? Tous ces courants si puissants n’auraient pu voir le jour hors de la terre intellectuelle fertilisée par le christianisme.

Socialisme. – Toutes les variations de la pensée socialiste, qui vont du marxisme-léninisme au maoïsme, en passant par l’anarchisme libertaire et la social-démocratie prennent racine dans le deuxième commandement du Christ (aimer son prochain comme soi-même). Toutefois, le Christ avait également enjoint ses auditeurs d’aimer Dieu de toute leur force et toute leur pensée, mais c’est une partie que la plupart des théoriciens socialistes ont choisi d’ignorer. Ils ont cherché à penser l’utopie de la grande communauté humaine, mais sans Dieu. Et du coup, ils ont mené à certains des totalitarismes les plus étouffants de l’histoire.

En même temps qu’ils ont oublié Dieu, les socialismes ont étrangement oublié l’humain. Leurs systèmes sont cruellement carencés au plan de leur anthropologie : ils ont cru que l’être humain était une boîte noire totalement déterminée et contrôlée par les grandes structures extérieures : appareil de production, superstructure politique, impératifs idéologiques. Changez les conditions extérieures et vous allez changer l’humain, ont-ils pensé.

Laissez faire que l’humain porte en son cœur même l’envie, la convoitise et l’orgueil; en agissant sur les bons leviers de conditionnement structuraux, nous allons changer le cœur même de l’homme et le rendre généreux, charitable, communautaire… heureux. Mais Pascal nous avait déjà avertis : qui veut faire l’ange, fait la bête.

Il reste que le socialisme a eu un parcours extrêmement puissant pendant plus d’un siècle et a conquis près de la moitié de la population terrestre, que ce soit en Russie, en Chine, dans la moitié de l’Europe et dans nombre d’autres pays. Or, même s’il est un enfant estropié de la pensée chrétienne, il n’en reste pas moins que le socialisme est bel et bien son enfant.

Capitalisme. – Comme l’ont démontré certains historiens de l’économie, notamment John Gilchrist, on trouve les premiers ferments du capitalisme dans l’organisation des monastères du Bas Moyen-Âge. C’est là qu’on voit pour la première fois des groupes s’organiser de façon complexe et systématique pour créer, à partir d’avoirs existants, des avoirs additionnels, et non plus simplement accumuler et exploiter des richesses existantes. On sait la fertilité que cette formule a eu par la suite, que ce soit dans les grandes banques italiennes de la Renaissance, les sociétés industrielles du 19è siècle et les conglomérats du 20è.

Malheureusement, la situation financière de ce début de millénaire nous donne une vision pervertie du capitalisme, un capitalisme purement monétaire qui ne s’occupe plus de faire de l’argent qu’à partir du loyer de l’argent. C’est une forme exaltée de l’usure, que l’Église condamnait si vigoureusement dans l’Europe du Moyen-Âge. Mais avant ce capitalisme hyper-financier, dont nous avons récemment vu le triomphe indécent, la faillite scandaleuse et le nouveau triomphe non moins scandaleux, il existe le capitalisme de production, celui qui s’occupe de faire fructifier son bien par la production, la distribution et la multiplication d’autres biens, matériels ou intellectuels.

Or, ce capitalisme-là est inséparable de ces autres fruits de l’Occident : science, technologie et industrie. À l’intérieur de cette matrice, le capitalisme agit essentiellement comme l’engin monétaire d’échange, d’accumulation et de réinvestissement. Et, à ce titre, il est un fruit totalement légitime et unique de l’Occident.

Le jugement sévère qu’on fait le plus souvent à l’endroit du capitalisme tient à une méprise : on condamne le processus même du capitalisme alors que l’objet véritable du litige tient à la propriété privée et au fait qu’on a vu en celle-ci un droit sacré, ce qui a eu tendance de préserver les droits à l’exclusivité des oligarchies depuis la plus haute antiquité.

Or, condamner le capitalisme en lui-même à cause d’une surextension du droit de propriété privée est une erreur. Si on respecte sa logique interne vouée à la multiplication de richesses (une logique qui peut être asservie autant par le dynamisme entrepreneurial individuel qu’étatique ou collectif), il se présente comme un des fruits les plus fertiles et les plus puissants à avoir émergé de la matrice chrétienne.

19 pensées sur “SIDA DE CIVILISATION : Les grandes hypothèses – 11

  • avatar
    19 décembre 2010 à 3 03 48 124812
    Permalink

    La propriété EST un droit sacré.
    La propriété est la base de tous nos autres droits.
    La propriété privée comprend;
    – la propriété de nos corps;
    – le fruit de nos labeurs;
    – la propriété de nos contrats librement consentis,
    – etc.

    Comme l’expression « libre marché » à été désacralisé par le capitalisme (basé sur l’usure), et par la propagande (médiatique, universitaire,etc), la propriété privé a aussi été désacralisée par le capitalisme et par la propagande collectiviste…

    C’est l’usure qui pervertit tout
    C’est l’état qui pervertit tout
    C’est l’état qui permet et renforce -légalement- l’usure et le non-respect de la propriété privée (de toutes les sortes de propriétés privées)

    C’est la monnaie immorale -« qui pousse dans les arbres »- ou l’alchimie monétaire, qui permet à quelques-uns de s’accaparer -à terme- la propriété du 99% restant.

    Pour le reste, je suis pas mal d’accord.

    Lecture obligatoire:

    « La créature de Jekyll Island: Tout sur l’histoire des banques »
    http://www.dossiers-sos-justice.com/media/00/01/517365590.pdf

    🙂

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 9 09 27 122712
    Permalink

    Content de vour voir également de retour en santé …

    j’ai tenté de montrer combien certaines des plus grandes productions culturelles de l’Occident (démocratie, assistance sociale, science, technologie, industrie) n’auraient pu voir le jour sans la matrice de pensée inaugurée en premier lieu par le christianisme, ensuite par les traditions grecques et judaïques.

    J’ai bien peur que vous n’inversiez historiquement les courants… aux dernieres nouvelles, le christiansme est issu du judaismequi lui est largement antérieur et non le contraire…la culture grecque existait avec ses philosophes également bien avant le courant chrétien .. et vous oubliez rapidement les civilisations amérindiennes et du proche Orient , en Indes et en Chine .. leur culture et leurs innovations techniques n’ont rien eu de minimes…

    Toutes les variations de la pensée socialiste, qui vont du marxisme-léninisme au maoïsme, en passant par l’anarchisme libertaire et la social-démocratie prennent racine dans le deuxième commandement du Christ (aimer son prochain comme soi-même).
    Désolé une nouvelle fois de ne pas être d’accord, mais le christianisme n’est pas à l’orgine de la pensée de paix et d’amour envers son prochain… c’est comme si vous disiez qu’un homme sans courant idéologique ou spirituel est incapable d’avoir un type de raisonnement sur sa relation à l’autre .. il est largement prouvé que déjà les tribus préhistoriques savaient faire attention et nourrir leurs membres immobilisés ( blessure, vieillesse) .. voir les textes décrivant les coutumes des amérindiens … la compassion et l’empathie envers son prochain ne sont pas nés avec le christianisme quand même… voir les enseignements taoistes ou bouddhistes précédant de loin l’apparition de la propagande menée par Paul … donc, pourquoi les courants politiques qui ont comme base ces valeurs là devraient ils les avoir retiré d’un courant spirituel ????

    C’est une forme exaltée de l’usure, que l’Église condamnait si vigoureusement dans l’Europe du Moyen-Âge.
    La dîme ou la vente de bulles papales devaient être une forme de loterie j’imagine… le pillage que l’église a fait à chaque conquéte a sûrement aidé également à bâtir leur fortune non ?

    on trouve les premiers ferments du capitalisme dans l’organisation des monastères du Bas Moyen-Âge. C’est là qu’on voit pour la première fois des groupes s’organiser pour créer, à partir d’avoirs existants, des avoirs additionnels, et non plus simplement accumuler et exploiter des richesses existantes. On sait la fertilité que cette formule a eu par la suite, que ce soit dans les grandes banques italiennes de la Renaissance, les sociétés industrielles du 19è siècle et les conglomérats du 20è.
    Contradiction avec la phrse précédante… les banques survivaient avec les taux usuriers déjà à cette époque là…donc l’église n’a fait qu’appliquer à sa propre mesure ce qui marchait déjà et condamnait juste les usuriers parce qu’ils étaient juifs ..

    Laissez faire que l’humain porte en son cœur même l’envie, la convoitise et l’orgueil; en agissant sur les bons leviers de conditionnement structuraux, nous allons changer le cœur même de l’homme et le rendre généreux, charitable, communautaire… heureux.
    Toujours le bon vieux argument qu’on est né tous méchants avec toutes les fautes possibles dûes au péché originel .. pas drôle ça, crée par un dieu qui a décidé qu’on est baisé dés la naissance par une histoire en Eden qui marque notre espece depuis le début des temps, et si on trébuche pendant notre vie face aux injustices flagrantes du systéme on finit en enfer…

    Désolé. votre texte ne m’accroche absolument pas, rien de personnel, mais vos idées sont restrictives, limités, et très conditionnées , comme la religion dont vous faites la promotion…

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 10 10 27 122712
    Permalink

    Bonjour M.Barcelo,
    heureux de vous lire de nouveau.
    @Marc,
    Penser que le Chritianisme soit survenue avec la venue terrestre du Christ est une marque d’ignorance.
    Qu’est-ce que tu crois que les prophètes ou les anciens recherchaient ?
    L’Esprit de Christ!
    J’ai lue tes articles et les commentaires de ceux-ci , il semblerait que tu adhere a une certaine philosophie dont je ne connait pas l’origine et dont je ne suis aucunement interessé a connaitre, donc quand je lie tes commentaires contre le christianisme pour moi ce n’est que du vent car tu n,est même pas libre toi-même.
    J’ai remarqué que tu es condescendant avec les chrétiens, mais je sais que c’est ton ignorance qui te fait penser ainsi.

    Vive mon esprit libre véritablement.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 11 11 43 124312
    Permalink

    Toute une réponse Alain B… je ne fais pas de commentaire « contre » le christiasnisme, je fais un commentaire basé sur des faits et non sur des connexions que je trouve boiteuses sur l’origine de mouvements politiques ..
    Je suis « contre » les religions organisées et contre les ismes , incluant toute affiliation politique, et leur interprétation de l’enseignement originel délivré, et on juge un arbre par ses fruits surtout après 2000 ans …
    Je ne pense pas que Jesus parlait de banques, de génocides, de pillages, de contrôle, d’Inquisitions, de croisades, de manipulation, de pédophilie , etc etc , c’est la religion officielle qui a fait cela…
    Je ne pense pas que le christianisme soit à l’origine d’un message de paix , d’autres religions, même paiennes en parlaient déjà …
    Il est largement prouvé que le judaisme, ou d’autres religions ou d’autres philosophies ont précédé le christianisme de base qui est devenu une religion dêtat avec Constantin ..

    A défaut de pouvoir débattre sur la foi et comment on la perçoit, les faits historiques restent là. Mon « ignorance » m’aura au moins fait parcourir les différentes religions et leur histoire, ce qui me permet au moins d’être tolérant envers elles, et non de définir une opinion contraire comme du vent, ce qui semble un sacré manque de tolérance, premiere pierre de votre religion non ?

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 12 12 23 122312
    Permalink

    Quel bonheur de vous retrouver, cher collègue! Nos pensées vous ont accompagné tout le long de votre rétablissement.

    Tout mes souhaits de bonheur, santé et d’amour pour vous et votre famille.

    Amicalement,

    François Marginean

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 12 12 48 124812
    Permalink

    @Marc,
    Ce que tu n,as pas réalisé encore c’est que l’Esprit du Christ était là bien avant le christianisme et c’est ce qui était la source de leurs investigations, je parle des prophetes et des anciens et qui est l’origine de toute choses anyway, si tu respire aujourdhui c’est à cause du Christ, c’est le chemin, la vérité et la vie, c’est ça le Science du Christ.
    L’ignorance n’est pas un défaut, je suis ignorant dans bien des domaines.
    Tu me fais rire avec ta premiere pierre, si tu savais !
    Je n’appartient à aucune religion car j,appartient à Christ seulement et il n’est pas une religion, il est la VÉRITÉ.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 13 01 39 123912
    Permalink

    Bonjour monsieur Yan Barcelo , c’est bien de vous revoir.

    Quelque part sur un autre article , j’ai commenté à ma façon les légumes(patates) , il ne me restait plus qu’à dire aux Québécois qui se croient avec un immence pays : que la <> n’est pas plus grande que celle du Danemark où l’on retrouve des traces de pesticides à 150 pieds sous la surface.

    Monsieur Barcelo vous apportez du sang neuf = , avec les fruits.

    J’ai fouillé rapidement dans ma Bible Française où on ne racontait pas encore trop de menteries en 1991 et sur Internet. Conclusion =>Le Matriarcat = + le Patriarcat , mais très important le Matriarcat en premier. Toujours pas changé d’idée avec la recherche que j’avais fait voilà quelque années.

    Je résume , je crois qu’au tout début la Femme savait ce qu’elle avait à faire et l’homme aussi , je parle du temps des Dynausores. La  »FEMME » , s’occupait de l’intellectuel ou autres et l’Homme allait chasser.

    En 2010 les 2 sont mêlées et peut-être qu’avec les débats du 20 décembre 2010 on reviendra à des millénaires en arrière  »INTELLECTUELLEMENT »au moins pour une chose => Papa il est obligé d’aller avec Maman et vice et versa.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 13 01 45 124512
    Permalink

    Rebonjour Monsieur Barcelo , comme vous pouvez constater il me manque toujours le mot  »CLÉ » , j’aurais dû écrire : La  »SURFACE CULTIVABLE ».
    J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 14 02 09 120912
    Permalink

    Bonjour Yan,

    Je suis heureux de voir que tu vas mieux. Meilleurs voeux à toi et à ta famille pour Noel et le Jour de l’an.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 14 02 22 122212
    Permalink

    Alain B : je vais le répéter une dernière fois… l’article ne parle pas de la foi, mais de la religion et de son soi-disant impact sur l’origine de mouvements politiques… je ne débats jamais de la foi des autres, c’est quelque chose de trop personnel , à chacun son chemin… par contre, partir du principe qu’un mouvement politique vient de commandement dans la Bible, c’est débatable non ?
    Aux dernieres nouvelles, quand on écrit sur un blog et qu’on laisse les commentaires ouverts, faut s’attendre à débattre des idées contenues dans son billet, or, je trouve que les 3/4 du raisonnement sont faux parce que partant du principe que tout décolle avec le christianisme comme mouvement de pensée par comme recherche spirituelle ..

    Votre réponse est typique du gars qui est tellement bouché qu’il ne veut même pas débattre, et je répéte, pas de votre foi, mais de l’histoire telle qu’elle est contée ici dans ce billet .. encore heureux qu’on ne soit pas rendu au créationnisme avec les dinosaures et tout le tra la la .. j’estime avoir été poli dans mes questions envers Yan, vous êtes typique de ceux que j’appele des culs bénis, incapable d’avoir un échange quelconque.. vous venez faire quoi sur un blog exactement ???

    Cout donc, vouloir parler religion c’est rendu quasiment tabou comme jaser de l’holocauste maintenant ??? si je parle d’Israel je suis anti-sémite, si je parle de la chronologie défaillante du billet ci dessus je suis condescendant athée ?

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 22 10 32 123212
    Permalink

    Tout d’abord, merci à Marc Lafontan, Alain B., Francois M, Jean-Marie de Serre et Aimé Laliberté pour l’accueil chaleureux que vous réservez à mon retour dans ces pages. Recevez tous mes meilleurs voeux pour Noël et pour la Nouvelle Année.
    Je procède à quelques notes rapides en réponse aux commentaires.
    @Sebas
    La propriété est un droit nécessaire, c’est certain. Mais s’agit-il d’un droit « sacré ». Je ne vois pas comment on peut en faire un absolu. C’est déjà le cas, dans nos sociétés, que la taxation progressive distribue socialement une plus grande part de la propriété des nantis (en principe, tout au moins – dans les faits, c’est une autre affaire).
    Je crois que nous nous entendons sur les banques et leurs pratiques d’usure et de sur-profits financiers. Toutefois, vous affichez un credo libertaire en attaquant l’État, là où je ne puis vous suivre. Pour le meilleur et pour le pire, l’État a toujours été une composante des sociétés, même dans sa forme la plus embryonnaire dans les tribus plus primitives. Puisque l’État est inévitable, la seule question demeure de le rendre le moins nuisible et, idéalement, le plus serviable au bien commun.

    @Marc Lafontan
    Je vous invite à lire l’ensemble de ma série « Les grandes hypothèses ». Je crois que vous allez y trouver nombre de précisions et d’élaborations autour des thèmes que vous remettez en question.
    1) Certes les civilisations judaique et grecque précèdent historiquement la chrétienne. Mais la préséance intellectuelle revient à mon sens à cette dernière, car les fondements qu’elle a établi pour l’héritage occidental sont beaucoup plus profonds et plus larges que ce qu’ont contribué les deux autres (je vous invite encore une fois à lire la série, plus particulièrement ma discussion sur la science et la technologie).
    2) Évidemment, les humains n’ont pas attendu le Christ pour aimer leurs proches… mais pas nécessairement leurs prochains. Vous ne trouverez dans aucune philosophie, dans aucune religion, dans aucune spiritualité précédant le christianisme l’équivalent du deuxième commandement du Christ d’aimer son prochain comme soi-même, cela incluant son ennemi (nuance majeure!). Cette proposition, insérée au coeur du message spirituel chrétien, est totalement originale et inédite. Bien sûr, vous pouvez ne pas être d’accord, mais cela n’empêche pas cette injonction d’avoir été le ferment de toutes les pensées socialistes subséquentes, à commencer par tout le travail des « bonnes oeuvres » réalisées par le christianisme (hopitaux, écoles, orphelinats, etc.) Hors de la matrice chrétienne, le socialisme et le communisme sont impensables… et n’ont justement pas été pensés. Ils ont été repiqués et reformulés, comme en Chine maoiste, par exemple, mais ils n’y sont pas nés.
    3. La naissance du capitalisme dont je parle dans les monastères date du IXe siècle, et précède de deux ou trois siècles l’apparition des banques, phénomène qui s’est concentré en Lombardie à partir du 12e ou 13e siècle.
    4. En m’assignant l’idée que nous naissons tous méchants, vous me faites dire quelque chose que je ne dis nullement – et que le christianisme ne dit pas non plus. L’homme naît bon et méchant à la fois, il porte en son coeur à la fois l’ombre et la lumière, et il lui appartient de diffuser plus d’ombre ou plus de lumière dans le cours de sa vie. Il serait plus juste de dire que la nature que nous recevons en héritage à la naissance est corrompue, ou tout au moins corruptible. Le choix de l’égoïsme et de la violence est toujours immédiatement disponible à l’individu et il est indéniable qu’un grand nombre y ont recours.
    C’est un des grands malheurs des pensées déterministes du 19e siècle (tout particulièrement le marxisme, le darwinisme et le freudisme) d’avoir assigné à une origine extérieure (superstructure chez Marx, héritage génétique chez Darwin, CA inconscient chez Freud) l’émergence du mal dans les échanges humains. Cela a mené à des utopies particulièrement meurtrières, reproduisant le piège au sujet duquel nous avertissait Pascal: « Qui veut faire l’ange fait la bête ». Une autre erreur tient à la proposition contraire de Rousseau qui a imaginé le « bon sauvage », ou l’idée que l’homme naît bon, et que c’est la société qui le corrompt (si la société est essentiellement un ensemble d’humains, et que chaque humain naît intrinsèquement bon, alors d’où vient donc la corruption?).

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 23 11 43 124312
    Permalink

    @ Yan:

    « La propriété est un droit nécessaire, c’est certain. »

    Plus que ça, plus que ça, c’est la base de TOUS nos autres droits. Ce droit est très mal compris de nos jours. La propriété de nos corps, de nos labeurs, de nos contrats, etc, est sacré. Et tout pouvoir qui vient nous enlever ces droits, ne sont pas du bord du Christ, de la liberté et de l’Amour.

    Mais s’agit-il d’un droit « sacré ».

    Tout à fait: personne, ni vous, ni moi, ni même Dieu, ne peut enfreindre ce droit. C’est vraiment la base de tous nos droits. La base de la liberté et de l’Amour.

     » Je ne vois pas comment on peut en faire un absolu. »

    La respect de la liberté de l’autre, est un absolu.
    L’Amour est un absolu.
    Il ne peut y avoir d’Amour, si la liberté de l’Autre n’est pas respectée.
    Le fruit de mon labeur est un absolu.
    Le droit de signer les contrats de MON choix, est un absolu.
    Le droit de faire ce que je veux de ma vie, est un absolu.
    Etc

     » C’est déjà le cas, dans nos sociétés »

    Oh que non.
    Presque rien n’est basé sur l’enseignement du Christ.
    Plus de la moitié du fruit de mon labeur est confisqué de force par l’état.
    La monnaie perd de sa valeur… par l’entremise de l’état.
    Des millions de lois et règlement viennent dicter ma façon de vivre ma vie.
    On est loin des 10 commandements.
    On est loin de la liberté
    On est loin de l’Amour.

    « que la taxation progressive distribue socialement une plus grande part de la propriété des nantis (en principe, tout au moins – dans les faits, c’est une autre affaire). »

    Justement, dans les faits c’est l’état qui est la cause # 1 des injustices et ce dans tous les domaines.
    Vous n’avez vraiment pas lu le document que j’ai placé…
    Et une taxation progressive = est contre l’enseignement du Christ. La charité, la solidarité, la générosité, etc, forcée par le bras armée de l’état n’a plus rien à voir avec l’Amour enseigné par le Christ.

     » Je crois que nous nous entendons sur les banques et leurs pratiques d’usure et de sur-profits financiers. « 

    Oui, mais cela va beaucoup loin que ça.
    Les implications sont incroyables.
    Svp, prenez le temps de lire le document que j’ai placé dans mon 1e message.

    « Toutefois, vous affichez un credo libertaire en attaquant l’État, là où je ne puis vous suivre. « 

    Je suis un conservateur au niveau moral/spirituel…. mais non au niveau étatique.
    L’état ne rend pas les individus plus vertueux.
    La conversion du coeur, oui.
    L’état ne peut dispenser autant de « services » (surtout par rapport à notre santé, notre instruction, nos retraites, les services sociaux, etc), SANS éventuellement devenir totalitaire.
    L’état devrait garantir nos droits sacrés, that’s it, that’s all.

    « Pour le meilleur et pour le pire, l’État a toujours été une composante des sociétés, »

    Pour le pire… presque toujours.
    Trop d’européens (et mêmes canadiens) sont devenus des étatistes (de gauche OU de droite).
    Trop de chrétiens occidentaux font un amalgame antre le bien commun enseigné par le christ et le bien commun’iste imposé par l’état = 2 monde qui semblent identiques., mais un univers les séparent. Relisez/méditez les Évagiles !

    « même dans sa forme la plus embryonnaire dans les tribus plus primitives. Puisque l’État est inévitable, la seule question demeure de le rendre le moins nuisible et, idéalement, le plus serviable au bien commun. »

    Non et non.

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 23 11 47 124712
    Permalink

    oups:

    « Trop de chrétiens occidentaux font un amalgame entre le bien commun enseigné par le Christ et le « bien commun’iste » imposé par l’état = 2 mondes qui semblent identiques, mais un univers les séparent. Relisez/méditez les Évangiles ! »

    Répondre
  • avatar
    19 décembre 2010 à 23 11 53 125312
    Permalink

    Voici un texte que j’ai « volé » d’un autre blogueur:

    « Au Québec, nous ne sommes pas propriétaires de nos terres, c’est le gouvernement qui l’est. S’il décide de vendre le droit d’y exploiter une mine ou un gaz, en aucun cas vous ne pouvez vous y opposer. La police viendra vous sortir, tel un criminel, de votre propre maison.

    Au Québec, nous ne sommes pas propriétaires de notre production agricole, acéricole, avicole ou laitière. Il est en autre impossible de démarrer une nouvelle ferme laitière ou aviaire sans en fermer une autre, question de quotas. Tout cela peut coûter un million juste pour pouvoir simplement avoir le droit de produire. Je me rappelle le lait jeté ou que l’on échangeait au noir lors de surplus de production, le fermier qui produisait trop donnait en cachette son lait (sinon il est mis à l’amende) à celui qui n’atteignait pas son quota (qu’il perdait sinon). Vous pouviez produire du fromage, mais il est interdit de le vendre. Il n’est pas à vous.

    Au Québec, nous ne sommes pas propriétaires de notre revenu. L’état peut en prélever tant qu’il le souhaite, et si vous essayez de lui en cacher, il peut vous condamner sans juge ni jury et vous ruiner. D’ailleurs, l’État réfléchit en ce moment même d’établir un système où votre salaire lui serait versé directement et qu’il vous rendrait la part qu’il estime juste et équitable.

    Au Québec, nous ne sommes pas propriétaires de l’énergie. Il est illégal pour quiconque de produire de l’énergie et de le vendre ou même de la consommer. Il faut obtenir une autorisation d’Hydro-Québec (et encore là, il y a quelques années, HQ s’est fortement battu pour ne pas avoir à donner ce genre d’autorisation). Le chauffage au bois est la seule énergie qui échappait encore à ce contrôle. C’est terminé maintenant.

    Au Québec, nous ne sommes pas propriétaires de notre corps. Comme l’État s’occupe de votre santé, elle estime pouvoir décider pour nous. Elle interdit même des substances qui nous font du bien afin de s’assurer de son contrôle. Si vous voulez tester le système, essayez de vendre un de vos reins, ou encore d’exiger un paiement pour vos héritiers pour prélever vos organes à votre mort. Essayer sinon de vendre votre sang. Tout ça est illégal, car nous ne sommes pas propriétaires de notre corps.

    Au Québec, votre rêve ne vous appartient pas. La maison idéale que vous projetez de vous construire, parfaite pour vous et votre famille, doit se plier aux règles du CCQ2005, CPTAQ, RBQ et des différents règlements municipaux qui vont jusqu’à interdire des couleurs spécifiques! Si la municipalité a d’autres projets pour un terrain qui vous appartient, elle peut simplement ne pas vous donner le permis de construire, mais aussi le donner à un autre et, bien sûr, exproprier votre terrain afin de s’assurer que le tout adhère au règlement municipal.

    Au Québec, nous ne sommes pas libres. Pourquoi? Parce que nous avons sacrifié cette liberté pour plus de sécurité. Vous voulez que l’État s’assure de la qualité de tout : nourriture, construction, enseignement, soins, garderie, transports, etc. Et bien c’est pour cette raison que l’État s’immisce dans le moindre de vos orifices et que des fonctionnaires, nombreux et coûteux décident à votre place.

    Nous, Québécois, c’est ce que nous avons voulu. On a appelé ça la Révolution tranquille. »

    Répondre
  • avatar
    20 décembre 2010 à 10 10 15 121512
    Permalink

    Bonjour à tous,

    Je suis d’accord avec Sébas, au Québec (et ailleurs), tout appartient à l’État, car tout est enregistré au nom des ‘personnes’, que les personnes sont créées par l’état, et que la loi de la création donne le pouvoir absolu au  »créateur » sur ses «  »créatures ».

    La seule façon de s’en sortir est de se placer sous l’autorité de Dieu, de n’avoir qu’un seul Dieu, soit Dieu lui-même et de déclarer qu’on est un homme/femme créé par Dieu et souverain sur Terre, tel qu’affirmé dans Genèse de la Bibke VKJ, qui est la loi suprême du pays (tel que reconnu dans la constitution du Canada).

    L’étatisme et le socialisme sont incompatibles avec la parole de Dieu, pour toutes les raisons énoncées par Sébas, mais aussi parce que la Bible enseigne que  »tu ne voleras point »’ et que  »tu ne convoiteras point les biens de ton voisin », ce qui est exactement ce que constitue la  »redistribution de la richesse pour le bien commun » des socialistes et des étatistes.

    Répondre
  • avatar
    21 décembre 2010 à 0 12 33 123312
    Permalink

    Bon retour sur la blogosphère, monsieur Barcelo!!! Que ça fait du bien de vous relire et de vous savoir en santé!!!

    Ce que vous dites dans votre billet, sur le socialisme, correspond à ce que j’ai souvent dit à des gauchistes qui se revendiquent de cette idéologie!!!

    Pour se tenir debout, le socialisme et le communisme ont besoin de l’adhésion de l’ensemble de la société!!! Résultat : la dissidence devient une menace au système!!!! Et que fait un système qui se sent menacé??? On l’a vu, avec l’URSS et avec les autres pays communistes présents et passés : il veut rééduquer le pauvre qui n’a pas compris l’intérêt commun!!! Les portes s’ouvrent, alors, pour tous les dérapages!!!

    Le droit à la dissidence est l’un des principes fondamentaux de la démocratie et le socialisme et le communisme mènent toujours à l’annihilation de ce droit!!!

    Complément de lecture: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/11/plus-jamais.html

    Répondre
  • avatar
    21 décembre 2010 à 11 11 24 122412
    Permalink

    Jean-Luc Proulx,

    Joyeux Noel et bonne année!

    Tu as certainement raison quand tu écris que le droit à la dissidence n’existe pas dans le système globaliste que les dirigeants cherchent à imposer. Les nouvelles à ce sujet en provenance des USA sont d’ailleurs plutôt hallucinantes. Wall-Mart et Homeland Security (HS) s’associent pour créer un réseau de  »stools » et inciter les gens à rapporter toute activité ‘suspecte’. Le TSA commencent à faire des  »checks points’ dans les terminus d’autobus, et dans certains quartiers des villes. HS enseigne aux agents et policiers que ceux qui défendent la constitution, les supporteurs de Ron Paul, ceux qui connaissent leurs droits, les libertariens, etc… sont des ‘terroristes domestiques’. Les agents du TSA et de HS sont recrutés parmi les plus ignorants (et parfois les criminels violents et certains déviants sexuels) via des publicités diffusées lors d’émissions genre ‘Freak Show’ comme ‘Maury’.

    Pendant ce temps, le gouvernement du Canada négocie avec les USA pour permettre une présence acrrue d’agents US sur notre territoire, sous prétexte d’établir un périmètre de sécurité (redessinner les frontières) qui engloberait les USA, le Mexique et le Canada.

    Nous approchons un point tournant de l’histoire, si nous n’y sommes pas déjà!

    Répondre
  • avatar
    23 décembre 2010 à 12 12 54 125412
    Permalink

    Une autre preuve que les écoles publiques américaines sont dirigés par des idiots.

    Un enfant de 12 ans est arrêté par la police, suite à une plainte de son professeur, parce qu’il avait en sa possession un marqueur noir, contrairement à une ordonnace municipale anti graffiti qui interdit de posséder des marqueurs noirs ou de la peinture en aérosol sur une propriété PRIVÉE sans le consentement du propriétaire.

    Quelle idiote cette enseignant qui dépose une plainte contre un enfant de 12 ans, son propre élève, pour un geste aussi anondin. Et que dire de l’agent de police qui donne suite à la plainte et traite le jeune comme un criminel.

    Le porte-parole du service de police a indiqué que l’enseignante (lobotomisée) avait effectué une arrestation à titre de citoyen (citizen’s arrest).

    Les fous dirigent l’asile les amis, mais Joyeux Noel quand même!

    Voici le lien vers l’article :

    http://www.thesmokinggun.com/documents/bizarre/boy-13-busted-illegal-marker-possession

    Répondre
  • avatar
    23 décembre 2010 à 17 05 09 120912
    Permalink

    Voici un vidéo qui pourrait être le sujet d’un prochain article, soit le comportement des policiers lors du G-20 à Toronto cet été. Des centaines de manifestants paisibles ont été arrêtés, certains ont été brutalisés, le tout, sans aucune raison valable. Même de simples passants qui ne manifestaient ont ét. encerclés, arrêtés et détenus par les policiers.

    Les détenus étaient entassés pendant plusieurs heures dans des conditions insalubres, sans toilette, sans eau ou nourriture, et sans droit à leur avocat. La plupart ont été relâché entre quelques heures et une ou deux journées après leur arrestation, SANS AUCUNE ACCUSATION portée contre eux.

    Plusieurs enquêtes ont été menées pour identifier les policiers fautifs, mais la tĉhe est rendue plus compliquée par la loi du silence qui règne dans le milieu policier, et le fait que plusieurs agents ne portait aucune badge ou matricule permettant de les identifier.

    Pour ce sommet, le gouvernement de l’Ontario avait adopté une loi SECRÈTE qui a été depuis renié par tous les experts juridiques, et qui prétendait conférer aux policiers des pouvoirs dignes d’un état policier. La loi n’a pas été publiée et fut gardée secrète jusqu’après la fin du sommet.

    Cette histoire fait la manchette des journaux ontariens depuis plusieurs mois, d’autant plus que cette semaine même un policier a été accusé d’avoir agressé un des manifestants, un dénommé Adam Nobody.

    Des journalistes aussi ont été agressés. Fait à souligner, les membres du Black Bloc qui ont défoncé des vitrines et mis le feu à deux autos de police le samedi (la veille des attaques contre les manifestants paisibles), mais n’ont pas été importunés par les milliers de policiers dans la ville qui avaient soudainement disparus pendant les frasques du Black Bloc.

    Joyeux Noel à tous!

    http://www.youtube.com/watch?v=TbLU9tdDwxo&feature=related

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *