Stéphane Hessel:Les meilleurs voeux 2011

« Indignez-vous ! » nous demande Stéphane Hessel dans son opuscule vendu pour Noël à 800 000 exemplaires, et il précise qu’en cherchant bien son lecteur trouvera facilement des raisons pour cela.

Sur ce point au moins, Hessel a raison, et il n’est pas nécessaire d’aller chercher bien loin, car il y a de quoi s’indigner, en effet, aux propos mêmes de ce monsieur.

Indigne d’ailleurs est également la réception de cet opuscule. Ainsi, dans une biographie d’Hessel publiée sur un site intitulé La République des lettres, qui se définit comme « animée par un esprit d’engagement et d’ouverture intellectuelle et humaniste », H. Paillard commet des erreurs manifestes (Hessel n’a jamais été corédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, il avoue lui-même n’ en avoir été qu’un observateur*) et, tout en appelant au boycott d’Israël, elle affirme qu’Hessel serait « menacé et poursuivi par les partisans du régime d’apartheid israélien ». On le sait, les Arabes israéliens, 20% de la population de ce pays, représentés au parlement, font du commerce, des études, élèvent leurs enfants, voyagent dans le monde et font face aux difficultés de l’existence… Comment la « République des lettres » ose-t-elle parler d’apartheid ?

Hessel, qui a récemment fait l’éloge du chef du Hamas à Gaza, présenté par lui comme un homme ouvert et modéré (!), décrit par contre l’Etat démocratique d’Israël et ses citoyens comme l’abomination du monde — c’est d’ailleurs sa principale, peut-être sa seule véritable indignation — écrit ainsi :

« Il faut être israélien pour qualifier de terroriste la non-violence ».

Rien que ça ! Telle est la prose de Monsieur Hessel.

Et quand il parle des enfants israéliens, c’est proprement insupportable, entendez sa haine lorsqu’il ironise sur le traumatisme des enfants israéliens soumis aux tirs terroristes de Gaza (entre 5? et 5’30 du document vidéo indiqué par Marc Knobel ), c’était le 3 novembre 2010 : :

« Hamas, cet espèce de monstre… parce qu’il a envoyé des roquettes ! Il faut se dire que les roquettes du Hamas c’est plutôt pour les enfants (rire dans la salle). Non, c’est méchant, c’est mauvais, faut pas le faire, mais comme dégât cela n’a aucun rapport avec les dégâts de l’armée israélienne. Ce sont quelques enfants qui ont été obligés d’aller très vite dans des arbres. Triste pour eux, parce qu’ils auraient préféré aller à l’école. Bref…  »

Tout ceci ressemble fort, de la part de M. Hessel, à des appels à la haine en raison de la nationalité.

Pour Hessel, dans son livre, il y a eu « plus de trois millions de Palestiniens chassés de leurs terres par Israël ». Mensonge !

Aucun de nos journalistes de la presse généraliste n’a éprouvé le besoin de rectifier ces chiffres, sans parler de leur qualification : six cents mille personnes déplacées (parfois de façon dramatique et injuste, c’est vrai, ce fût une guerre, mais souvent aussi, et les journalistes le savez bien, ou ils ne savent rien, de façon volontaire en attendant, croyaient-ils, d’écraser l’Etat des Juifs) deviennent trois millions de personnes chassées : aujourd’hui, en France, Hessel peut dire ce qu’il veut, n’importe quel mensonge, on s’en fout, on laisse dire, on admire, même !

D’un autre coté, un million de Juifs expulsés des pays arabes, ça, on ne connaît pas, évidemment… personne n’en parle jamais, ni France Culture, ni France Inter, ni Le Monde, ni Le Figaro, ni Télérama, ni France 2, ni leNouvel Obs, ni personne dans ces mêmes médias que Hessel dénonce et qui l’encensent !

Les médias généralistes ne font pas leur travail, bien au contraire et il faut aller sur le site du CRIF, consulter http://www.desinfos.com, lire l’Arche, la Mena ou encore les dossiers de Controverses pour trouver des informations fiables et des analyses sérieuses. Mais pour cela on vous traitera de communautariste !

Alors oui, je m’indigne du livre d’Hessel, et je m’indigne des accusations publiées sur le site de « La République des Lettres » selon lesquelles Israël serait l’apartheid, je m’indigne de ce que France Culture — où les matins ont cru bon recevoir Enderlin sans aucun contradicteur, ni Karsenty, ni Taguieff (dont le livre est, là comme ailleurs, comme au Monde, comme à Libé passé sous un silence absolu, comme ceux de Gérard Huber ou de Schmuel Trigano) — je m’indigne disais-je de ce que France Culture se réjouisse chaque jour des ventes de ce petit livre qui dans son enrobage passe-partout nous vend la haine d’Israël et, quoi qu’il en dise, une légitimation un peu trop évidente du terrorisme, comment dit-il ? je cite le maître à penser de nos journalistes :

« on peut expliquer ce geste par l’exaspération des gazaouis »,

Ben voyons ! Bien sûr, la propagande islamiste, la haine du Juif dans laquelle sont baignés en permanence les jeunes palestiniens, Hessel ne les connaît pas, ne les voit pas dans son parcours guidé par le Hamas, elles ne sont nullement mentionnées par ce monsieur comme causes possibles de « ce geste » (le terrorisme). Comme l’écrit si justement Marc Knobel sur l’excellent site du CRIF :

Hessel, en une phrase, tente indirectement d’excuser le terrorisme. Il oublie de fait quelles en sont les causes profondes : le fanatisme, l’endoctrinement, les aspects idéologiques pervers et brutaux, la force de l’islamisme radical et de l’extrémisme, l’emploi délibéré de la terreur (assassinats, enlèvements, attentats…) engendrant l’anxiété, la peur, l’effroi et l’horreur, terreur employée par des individus (semi-) clandestins, des groupes ou des acteurs étatiques, pour des raisons criminelles ou pseudo politiques, essentiellement contre les juifs et les chrétiens.

Lequel de ces nobles journalistes nous a-t-il proposé un reportage sur l’ouverture des centres commerciaux de luxe à Gaza, des hôtels et restaurants chics où ils se retrouvent, entre journalistes et activistes, les étalages remplis de vivres et de biens de consommation ? Aucun ! Comme pour Sabra et Chatila, comme pour l’affaire Enderlin, comme pour Jenine, comme pour la barrière de sécurité, comme pour la prise d’otage de Gilad Shalit, comme pour les boucliers humains à Gaza, comme pour le réarmement du Hezbollah, comme pour la flottille soit-disant humanitaire de l’IHH, comme pour le rapport Goldstone, comme d’habitude aucun de nos médias généralistes n’a enquêté sérieusement, n’a informé sérieusement, se contentant de reprendre, plus ou moins édulcorée, la propagande de l’autorité palestinienne et du Hamas.

Indignes : la biographie de Mme Paillard, le bouquin d’Hessel, et l’ensemble de la classe journalistique de notre pays qui se réjouit du succès d’un bonbon empoisonné qui ose se recommander du label de « Ceux qui marchent contre le vent »…

« Contre le vent », vraiment ? Pfff… Voici donc comment aujourd’hui le conformisme absolu prétend secouer les consciences !

Pitoyable. Minable.

Et indigne.

PS: Il est présenté comme étant d’ »origine juive » (son grand-père s’est converti au Luthérisme), pour être parfaitement inattaquable lorsqu’il vomit sa haine d’Israel et de sa « Démocratie », et mieux tresser des louanges au Hamas en « excusant » l’usage du terrorisme.

Lamentable !

Une pensée sur “Stéphane Hessel:Les meilleurs voeux 2011

  • avatar
    8 avril 2011 à 10 10 55 04554
    Permalink

    Je suis absolument d’accord avec cet article, d’autant plus que, si Allain Jules se l’approprie, c’est moi qui l’ai écrit : il se trouve sur mon blog depuis le 27 décembre 2010 : http://zedanatole.blogspot.com/2010/12/stephane-hessel-raison.html

    Peut-être M. Allain Jules, que je ne connais pas, aurait-il pu signaler qu’il reprenait mon texte ?

    Cela étant, j’en ai strictement rien à f…, et tant mieux si cela aura donné des arguments contre Hessel. Je prépare d’ailleurs un argumentaire plus précis à ce sujet, j’espère qu’Allain Jules le diffusera également 😛

    Répondre
  • avatar
    3 juillet 2011 à 9 09 32 07327
    Permalink

    « Hessel, en une phrase, tente indirectement d’excuser le terrorisme ». Rien que cette phrase montre au mieux une malhonnêteté intellectuelle, au pire une médiocrité intellectuelle.
    Il explique tout le contraire en prolongeant la pensée de Sarte qui justifiait la violence dans certains cas, alors que Hessel défend la lutte non-violente quoi qu’il en coute.

    Répondre
    • avatar
      3 juillet 2011 à 14 02 28 07287
      Permalink

      Ce texte ne correspond pas à l’original publié par Allain Jules (qui a un profond respect pour Hessel) sur son blog: http://allainjules.com/2010/12/31/stephane-hesselles-meilleurs-voeux-2011/

      Il semble provenir de Anatole Zed et s’est glissé ici probablement par erreur (ou autrement) au moment où l’on tentait (les Sionistes? le CRIF?) de discréditer Hessel.

      Qu’elle soit pacifique ou violente, pourvu que vienne cette nécessaire révolution.

      Rendez-vous mondial le 15 octobre!

      DG

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *