Tanya affronte l’amoureux qui l’a aspergée d’acide!

Il n’était pas content, certes, en août dernier, peut-être s’étaient-ils querellés, en tout cas, il se vengea cruellement sur elle en l’aspergeant d’une substance dangereuse qui lui a laissé de graves séquelles. Brûlée vive, elle courut comme une folle dans le couloir et les escaliers, fuyant la violence. Elle hurlait. Une voisine à l’étage au-dessous lui ouvrit la porte et Tanya alla se jeter elle-même dans la baignoire pour éteindre le feu qui la dévorait. La voisine fut si tourmentée par la scène d’horreur à laquelle elle assistait, des lambeaux de chair qui se défaisaient du corps de Tanya, qu’elle déménagea après l’incident.

Tanya passa plusieurs semaines à l’hôpital dans un état critique, puis dans une maison de convalescence. Dans son malheur, elle eut le bonheur de s’entendre dire que les brûlures à son visage n’avaient atteint que la couche cutanée externe, donc qu’elle en guérira. Scénario différent pour les brûlures au troisième degré à la tête, au cou, au thorax et au bras droit.

Cette semaine, Tanya s’est courageusement présentée au palais de justice et a affronté Nikolas Stefanatos. Son visage ne portait aucun maquillage. Elle ne portait pas sa perruque, on voyait donc une bonne partie de son crâne blessé, à vif. Elle portait un chandail qui exposait les cicatrices des brûlures sur son bras droit, son cou et sur sa poitrine. Tanya a déclaré à un journaliste qu’elle voulait que son ex-ami voit de ses yeux ce qu’il lui avait fait.

Il n’a rien vu du tout. Il n’a pas regardé. Les comptes rendus précisent bien qu’il a gardé les yeux collés a ses chaussures. Sans doute un conseil de son avocate: repentance est admission, arrogance rend encore plus antipathique. Alors ne rien voir. On verra après s’il vaut mieux avoir été fou, ivre, irresponsable, ignorant des effets réels du produit. On plaidera insanité « temporaire’ ? Il y a un bon précédent… Pourquoi pas légitime défense  !

Stefanatos subira son procès en avril.

Il est beau Nikolas Stefanatos, je veux dire à l’extérieur. Il ne porte pas de séquelles, lui. Quelle sera sa sentence?

Tanya portera toute sa vie des séquelles. Elle souffrira aussi. Greffes, contractions douloureuses, mouvements du corps ralentis.

Nous pensons à toi, Tanya.


Carolle Anne Dessureault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *