The Lost Timeline (26) Je préfère la skyzophrenie à la vie en communauté…


Je vois une armée de moutons s’agglutiner aux portes de la secte du dimanche…

– La ville – qui refuse le sommeil – est un monstre de papier mâché à l’image des angoisses de son créateur…

– Un dimanche de plus coincé entre le sport, la politique et Dieu, à moins que ce ne soit la même chose…

– Depuis ses certitudes, la raison confond rotation et révolution…

– Je crois que l’écran me regarde comme si j’étais un objet à la mode…

– J’ai un trailer à la place du temps…

– Après la pornographie, seul les opérations à cœur ouvert pourront nous faire vibrer un peu…

– Je ferais bien une overdose de vie, mais j’ai trop peur de la postérité pour ça…

– Je demande un moratoire sur les haters reconvertis !

– Je veux bien suivre le mouvement – bêtement – mais decidez-vous sur la direction avant. Merci, un usager de l’humanité…

– Entre le débit et le derby, il y aura bien quelques déboires en début de bévue…

– Même les déserteurs jouent à la guerre en réseau de nos jours…

– FF# : Follow Friday or Fuck Friends…

– À force de dériver – dans ce monde de fou – je vais finir par rentrer dans la droit chemin…

– Ta tombe sera aussi profonde que le trou de la sécurité sociale…

– Entre l’utérus et le charter, il y a la nature sanguinaire du peuple…

– ? »Lorsque l’on a plus personne, on est plus rien » Dixit un souvenir…

– À 1 h et des pixels, un 29 septembre, à Paris – même irradié de Wifi – la chaleur de la nuit, ce n’est plus ce que c’était…

– faites l’amour, pas la guerre ! Mais en privé, entre monogames, dans le position du missionnaire et pour contribuer au taux de natalité…

– La pénibilité ? Ce sont ceux qui la vivent le moins, qui en parlent le plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *