Thermite active trouvée par des scientifiques

François Marginean

Voici une nouvelle cruciale que les grands médias ont complètement passé sous silence. Il s’agit d’un rapport scientifique (téléchargeable en PDF) ayant passé l’évaluation par des pairs qui a été publié dans la revue The Open Chemical Physics Journal de ce mois-ci. Des résidus de thermite active ont été trouvés par des scientifiques dans la poussière engendrée par la destruction du World Trade Center, lors du 11 septembre 2001. Le document intitulé “Active Thermitic Material Discovered in Dust from the 9/11 World Trade Center Catastrophe” est écrit par les chercheurs et scientifiques Niels H. Harrit, Jeffrey Farrer, Steven E. Jones, Kevin R. Ryan, Frank M. Legge, Daniel Farnsworth, Gregg Roberts, James R. Gourley et Bradley R. Larsen.

Ce document se termine avec cette phrase: « Basé sur ces observations, nous concluons que les couches rouges et grises superposées des résidus trouvés dans la poussière du WTC est du matériel thermitique actif et intact, incorporant de la nanotechnologie, et qui se trouve à être du matériel explosif ou pyrotechnique hautement énergétique. »

(“Based on these observations, we conclude that the red layer of the red/gray chips we have discovered in the WTC dust is active, unreacted thermitic material, incorporating nanotechnology, and is a highly energetic pyrotechnic or explosive material.”)

04-11

En bref, le rapport vient de faire exploser la version officielle du gouvernement qui soutient « qu’aucune évidence » n’existe en regards à la présence de matériel explosif/pyrotechnique dans les débris des trois édifices (WTC 1,2 et 7) à s’être écroulés symétriquement, à la vitesse de la chute libre et dans le chemin de la plus haute résistance structurelle, pulvérisant quelques 90,000 tonnes de béton et d’acier structurel.

En fait, ce rapport vient appuyer ce que le groupe des 1554 architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 9/11 – dont je fais partie – affirment depuis longtemps: ce ne sont pas les avions qui sont la cause de l’effondrement des trois bâtiments du WTC, mais bien l’oeuvre de démolition contrôlée. Plus on examine leur structure et la façon dont ces écroulements se sont effectués, les évidences découvertes ainsi que la fraude comme l’omissions des colonnes principales des plans du WTC publiés dans les rapports officiels de la Commission sur le 9/11 et du NIST, plus il devient évident que toute la vérité n’a pas été révélée et qu’il y a eu plusieurs tentatives de la cacher. Il est incompréhensible que ces deux dernières « enquêtes officielles » ont d’ailleurs curieusement toujours refusé de contempler la possibilité d’utilisation d’explosifs et produits incendiaires pour expliquer de tels effondrement total et parfait des trois bâtiments, ou même de faire des tests pour déterminer si des traces étaient présentes dans les débris. Un autre groupe, composé de pompiers, nommé Fire Fighters For 9/11 Truth a de sérieuses questions à poser, idem pour l’autre groupe de pilotes d’avion qui, comme les deux groupes précédents, ont bien de la misère à réconcilier la réalité de leurs expériences et connaissances professionnelles avec la théorie de conspiration officielle du gouvernement.

La thermite trouvée par les chercheurs est plus puissante et s’allume à plus basse température que celle utilisée dans cette vidéo que je vous recommande de voir pour bien comprendre le pouvoir de la thermite. Lorsqu’elle entre en réaction chimique, la thermite génère tellement d’énergie qu’elle atteint rapidement des températures très élevées et lui permet de couper à travers l’acier comme un couteau chaud à travers du beurre. Remarquez la manière dont la massive colonne qui se trouve derrière le pompier dans la première photo en tête d’article a été coupé à 45°. Notez aussi l’acier fondu qui s’y trouve. C’est exactement à ce type de coupure qu’on peut s’attendre en utilisant de la thermite pour couper les colonnes de support. Ce n’est pas un feu qui aurait occasionné cela. La signature chimique, les produits dérivés de la réaction chimique et maintenant des restes de résidus actifs ont tous été retrouvés et identifiés à l’aide de différentes technologies de détection avancées (optical microscopy, scanning electron microscopy (SEM), X-ray energy dispersive spectroscopy (XEDS), differential scanning calorimetry (DSC)). Testés en laboratoire, les résidus de thermite s’allumaient en générant une forte énergie calorique et explosive à seulement 430°C, bien en dessous du point d’ignition de la thermite conventionnelle.

Des températures tellement élevées ont été atteintes que des « roches » d’acier, de béton et d’autres matériaux fondus – oui, du béton fondu comme de la lave!- ont été retrouvés dans les décombres des WTC et sont maintenant exposés. Voici quelques images:

gun_notice

tn_dsc_7415

tn_dsc_7411

Vous pouvez aussi voir cette vidéo à propos de cette autre « roche » qui a été surnommée la « météorite ». (Source) Je vous invite aussi à écouter le bruit de cette puissante explosion ayant eu lieu avant qu’une des tours ne commence à s’écrouler.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=_kOIvwThj-U&hl=en&fs=1&color1=0xe1600f&color2=0xfebd01]

Donc voilà, il est maintenant clairement établit hors de tout doute que des matériaux explosifs et incendiaires étaient présents dans les débris des World Trade Center, ce qui nous mène à envisager qu’ils furent utilisés pour entrainer l’effondrement des WTC lors du jour fatidique du 11 septembre 2001, jour qui marqua le point tournant de l’histoire et des évènements mondiaux depuis.

6 pensées sur “Thermite active trouvée par des scientifiques

  • avatar
    11 octobre 2010 à 5 05 28 102810
    Permalink

    Le 11 septembre: coup d’État d’Israël et de ses agents dans l’administration Bush

    Un quotidien israélien a rapporté que de nombreux Juifs travaillant au complexe du World Trade Center (propriété du Juif sioniste Larry Silverstein) ont reçu un appel par messagerie Odigo (filiale de la société de surveillance israélienne Comverse) leur informant de ne pas se rendre au travail le matin du 11 septembre (9-11).
    Aussi, cinq Israéliens ont été vus sautant de joie à la vue de l’effondrement du WTC. Ils ont été appréhendés habillés en musulmans dans leur camion de déménagement de la compagnie Urban Moving System, dans lequel des passeports israéliens et des traces d’explosifs ont été trouvés (tout indique en effet que les tours jumelles ont été démolies de manière contrôlée à l’aide d’explosifs et non par l’affaiblissement de la structure sous la chaleur du feu de carburant des avions). Ces agents du Mossad (services secrets d’Israël) ont dit avoir été envoyés pour «documenter l’événement», ce qui implique une connaissance préalable du moment et du lieu de l’attentat. Peu après le 9-11, Fox News révélait qu’un réseau d’agents du Mossad utilisant la technologie Comverse opérait sous le couvert de compagnies de déménagement, de messagerie instantanée (Odigo), de kiosques dans les aéroports, et même d’étudiants en Arts. Le lendemain du 9-11, mille de ces kiosques ont fermé et les agents sont retournés en Israël. Après le 9-11, une centaine d’Israéliens ont été arrêtés, interrogés puis graciés par le Juif sioniste Michael Chertoff (Homeland Security), mais le sujet est classé «secret défense», indique Fox News.
    Le financement et l’approvisionnement des combattants moudjahidines afghans ne fut pas seulement «la deuxième plus importante opération» de la CIA, cela fut aussi supervisé par le Mossad, souligne l’ex-agent du Mossad Victor Ostrovsky dans «The Other Side of Deception» (1994). Le premier attentat contre le WTC en 1993 aurait été commis par Ramsi Yousef (que certaines sources relient même aux attentats de 1995 à Oklahoma City) en collaboration avec un agent confirmé du Mossad, le moudjahidine Ahmad Ajaj. C’est dans la voiture de ce dernier que fut trouvé, peu après les attentats du 9-11, le prétendu «manuel d’entraînement d’Al-Qaida». Le «cerveau» du 9-11, Khalid Sheik Mohammed est l’oncle de Yousef. L’ancien chef des Forces spéciales conjointes contre le terrorisme du FBI, Neil Herman, qui a joué un rôle clé dans la première enquête du WTC, a temporairement occupé, après avoir quitté le FBI, le poste du regretté Suall Irwin, qui fut longtemps directeur de la section «collecte de données» pour la ligue anti-diffamation du B’Nai B’rith. Ce qui explique probablement la dissimulation, dans les hauts niveaux du FBI, de l’implication israélienne dans l’attentat de 1993 au WTC. C’est le juif sioniste Michael Mukasey, ce partisan du Patriot Act qui concéda à l’administration Bush le droit de détenir indéfiniment un «combattant ennemi», qui a jugé les prévenus des attentats de 1993 au WTC, de même que les présumés terroristes du 9-11.
    Dans Rebuilding America’s Defense (2000), un texte du think tank néoconservateur Project for The New American Century (PNAC), les faucons de la guerre en Irak réclament un événement catalyseur pour leur expansion hégémonique: «Le processus de transformation, même s’il entraîne des changements révolutionnaires, est susceptible d’être long, en l’absence d’un événement catastrophique catalyseur comme un nouveau Pearl Harbor». Le 9-11 fut précisément ce «nouveau Pearl Harbor» qui mena les USA en guerre contre l’Axe du Mal: tout d’abord en Afghanistan, puis en Irak, les prochains étant la Syrie, le Liban, l’Iran, la Corée du Nord. L’analogie est d’autant plus pertinente que Roosevelt savait que le Japon allait attaquer Pearl Harbor mais n’a rien fait, car le but était d’entraîner le peuple américain dans la guerre. Le PNAC est une réitération du document Clean Break: A New Strategy for Securing the Realm., écrit par le Juif néocon Richard Perle pour le Likoud de Bibi Netanyahou. Ce document visait à convaincre les États-Unis qu’il était dans leur intérêt de changer d’attitude vis-à-vis d’Israël et d’envahir l’Irak de Saddam Hussein. Cela en continuité avec le plan de l’Organisation sioniste mondiale intitulé A Strategy for Israel in the 1980’s. Sous la direction de Robert Kagan et Bill Kristol, le PNAC inclut: Paul Wolfowitz (qui fut président de la banque mondiale et secrétaire adjoint à la Défense sous Bush), Dick Cheney, Donald Rumsfeld (tous trois ont servi sous les administrations Reagan et Bush père), Richard Perle, le rabbin Dov Zakheim (contrôleur du Pentagone et PDG d’une société, SPC, offrant une technologie de téléguidage d’avion), Lewis ‘Scooter’ Libby (directeur du bureau du v-p Cheney), Eliot Cohen, Steve Rosen, Daniel Pipes (protégé de Perle et fils du théoricien anti-Soviet Richard Pipes), Robert Zoellick (nouveau président de la banque mondiale), etc. Seuls Cheney et Rumsfeld ne sont pas juifs. Perle et Cheney, tous deux membres du Council on Foreign Relations (CFR), ont tour à tour été directeur du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA), un puissant lobby sioniste similaire à l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) dans sa promotion de la guerre au terrorisme, en Irak et en Iran. Perle, qui fut marchant d’armes pour des sociétés israéliennes, est très proche des sionistes Michael Ledeen (théoricien de la «destruction créative» du Moyen-Orient) et Eliott Abrams (juif, gendre du néocon Norman Podhoretz). Les Juifs néocons responsables de la guerre en Irak, Douglas Feith, Perle et Wolfowitz, ont tous été investigués par le FBI pour avoir passé des secrets à Israël. Pour couronner le tout, le mentor derrière la croisade démocratique de Bush était le Juif néocon Nathan Sharansky.
    http://www.diesel-ebooks.com/mas_assets/full/1932528598.jpg
    Le souhait d’un «nouveau Pearl Harbor» exprimé par les néocons était déjà révélé en 1998, dans un article de la revue du CFR Foreign Affairs, intitulé «The Catastrophic Terrorism: Imagining the Transforming Event»: «Un tel acte de terrorisme serait un événement catastrophique, une ligne de démarcation dans l’histoire américaine. Il impliquerait des pertes de vie et de propriété d’une ampleur sans précédent en temps de paix et minerait la signification de la sécurité en Amérique. Comme Pearl Harbor, cet événement diviserait notre passé et notre futur en un ‘avant’ et un ‘après’.» Ses auteurs sont les Juifs sionistes Ashton Carter, John Deutch et Philip Zelikow. Ce dernier a dirigé la commission d’enquête du 9-11 et le groupe de recherche sur la guerre en Irak. Dans le même numéro de Foreign Affairs se trouve un article de Daniel Pipes, «License to Kill», portant sur Ben Laden. L’ancien propagandiste anti-Soviet Pipes a popularisé le mythe du «complot terroriste djihadique international». Suivant la pensée du Juif influent Bernard Lewis, ce propagandiste du «conflit des civilisations» entre l’Islam et l’Occident a conçu en 2000 la stratégie militaire néocon contre le Liban et la Syrie. En fait, l’idée de la guerre au terrorisme vient du livre de Netanyahou «Terrorism: How the West Can Win» paru en 1986, où il prédit jusqu’à la guerre en Irak et en Afghanistan et appelle l’Occident à combattre les ennemis d’Israël, les Palestiniens et les Arabes, qui ne sont pour lui que des terroristes à anéantir. Le lendemain du 9-11, Netanyahou déclarait que cet événement est «très bon» pour les relations entre les États-Unis et Israël.
    Le 9-11 n’est certes pas la première attaque terroriste israélienne «false flag» portant le blâme sur les Arabes: signalons les attentats de l’Hotel King David par l’Irgun, dirigé par le futur PM Menahem Begin, en 1946 (91 tués et 45 blessés); l’attaque contre l’Égypte en 1954 (affaire d’espionnage «Lavon»); et l’assaut du navire américain USS Liberty en 1967 (35 soldats états-uniens tués, 171 blessés). Sous le mandat d’Ariel Sharon, le Likud (la métamorphose politique de l’Irgun), a érigé le Mur autour de la Palestine (lire «Le Mur de Fer» du fondateur de la milice juive du Betar, Zeev (Vladimir) Jabotinsky.

    Répondre
  • avatar
    9 septembre 2011 à 10 10 05 09059
    Permalink

    @ Druide:

    L’attentat contre l’Hotel King David n’a jamais que je sache été attribué aux « Arabes ». Il a été pleinement revendiqué par l’Irgun et je crois même que le Premier Ministre Netanyahou a assisté l’an dernier au dévoilement d’une plaque commémorative sur le site pour marquer l’anniversaire de cet événement.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      9 septembre 2011 à 13 01 15 09159
      Permalink


      Photo de Menahem Begin lors de son arrestation par le NKVD (photo retrouvée dans les archives du KGB)

      Le 22 juillet 1946, Menahem Begin coordonne l’attaque de l’hôtel King David à Jérusalem. Des membres de l’Irgoun, déguisés en Arabes, font sauter la partie de l’hôtel abritant le Secrétariat britannique, le Commandement militaire et une branche de la Division d’Investigation criminelle. Malgré le coup de téléphone prévenant de l’attaque les britanniques ne firent pas évacuer le bâtiment. Quatre-vingt-onze personnes sont tuées, la plupart employées du Secrétariat ou de l’hôtel: 28 Britanniques, 41 Arabes, 17 Juifs et 5 non répertoriés. Environ 45 personnes sont plus ou moins grièvement blessées. – WIKIPEDIA


      Il devint Premier ministre d’Israël en 1977

      Au cours de la commémoration du le 22 juillet 2006 au Centre Menachem Begin, Netanyahou a dit :
       » Il est très important de faire la distinction entre les groupes terroristes et les combattants de la liberté, entre les actions terroristes et l’action militaire légitime. « 

      AS

      Répondre
  • avatar
    9 septembre 2011 à 12 12 36 09369
    Permalink

    Mais on n’a pas le droit de dire qu’on ne croit pas la fable officielle. Regardez thomas Mulclair qui doutait que la CIA avait tué de nouveau Ben Laden il y a quelques mois. Ça n’a pas été long que tout l’état-major du NPD a dit que Mulclair était très fatigué, ne savait pas ce qu’il disait etc…

    Des éleveurs de moutons vivant dans le désert, incapables de piloter un Cessna, ne parlant pas l,anglais, avec pour seule arme un ‘exacto’ réussissent à prendre le contrôle, simultanément, des 4 avions de lignes, à les piloter des centaines de milles, à éviter les chasseurs des forces aériennes américaines, à écraser les avions de ligne dans des immeubles en plein centre-ville.

    Quelle belle histoire à dormir debout. (H)

    Répondre
  • avatar
    10 septembre 2011 à 2 02 42 09429
    Permalink

    Il faut voir cette vidéo absolument, cela vient ajouter grandement au sujet de cet article:

    – 9/11: EXPLOSIVE TESTIMONY EXCLUSIVE – AE911Truth.org – Mark Basile Chemical Engineer

    Répondre
  • avatar
    10 septembre 2011 à 8 08 52 09529
    Permalink

    En effet, toute une comédie…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *