Tiens! On reparle d’Europe…

Pour ceux qui croyaient sincèrement – et naïvement – que ces problèmes appartenaient au passé, la crise Européenne est de retour… Et voilà que les Bons du Trésor portugais à 10 ans ont hier atteint – à 7.63% – leur plus haut niveau historique. Pour la petite histoire, ces taux sont également les plus élevés jamais payés pour se re financer par un Etat membre fondateur de l’Europe! Tous les regards et attentions sont tournés vers les réactions allemandes et ce à plus d’un titre. Les tergiversation du Gouvernement Merkel et les doutes d’Axel Weber – actuel Président de la Bundesbank – et candidat jusque là favori à la succession de Trichet contribuent à installer le trouble au sein de la famille Européenne. Pourquoi Weber ne souhaite-t-il plus assumer cette fonction qui lui était destinée? Nul ne le sait et cette décision – ou ce chantage? – complique en tout cas encore plus la marge de manœuvre de Merkel qui utilisait précisément l’atout Weber – et la perspective d’une mainmise allemande sur la BCE – afin de rassurer son opinion publique par rapport aux compromis consentis (par son Gouvernement) et qui étaient violemment critiqués par l’opposition. Le sauvetage des pays sinistrés étant hélas conditionné par des considérations de politique intérieure allemande, les problématiques complexes du Fonds de Stabilité Européen, des nouvelles règles fiscales et des pénalités à appliquer seront à l’évidence un enjeu central de marchandages entre le Gouvernement et ses détracteurs avec, en ligne de mire, une anxiété et une volatilité des marchés qui ira crescendo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *