Tous solidaires de la Montérégie

 

On se plaint beaucoup aujourd’hui de la présence envahissante de l’État. Je suis d’ailleurs de ceux qui trouvent qu’on met parfois un carcan néfaste à l’initiative des individus. Qu’on impose des contraintes qui nous retardent,nous appauvriissent et qui nous démotivent surtout. Je préfère de loin une société « entrepreneuriale » qui bâtit un espace où règne la liberté d’avoir plus et de devenir mieux, à la morne complaisance d’un réseau d’obligations molles, toutes également (en principe) mal récompensées au nom d’une égalité de facade qui cache d’inavouables privilèges.

De cet espace libertaire, cependant j’ai déjà parlé souvent. Je veux ici insister sur l’absolue nécessité de ne bâtir ce  «piano nobile» de liberté que sur un basilaire de solidarité au palier de ce qui est l’essentiel. Si cette base de solidarité n’est pas acquise, une société ne saine peut survivre et se développer.

Or, il y a des aspects de cette solidarité qui sont escamotés. Ceux qui permettent une péréquation directe donnant au travail sa vrais valeur, bien sûr, mais ceux aussi qui négligent le soutien total que la société devrait apporter aux victimes de désastres exceptionnels.

Il y a 14 ans, je m’insurgeait contre l’arbitraire qui présidait à l’aide apportée aux victimes de la Crise du Verglas. Je puis reprendre ici mot-a-mot le même argumentaire, pour demander que soient pleinement compensées de leurs dommages sinon de leurs peines les victimes des inondations résultant de la crue du Richelieu.

Voici ce que que je disais le 21 janvier 1997:

Le pire est passé. Il reste bien des branches cassées, des toîts à réparer, des fils à remettre en état, mais le pire est passé. Jusqu’à ce que le pire revienne. L’an prochain, dans dix jours ou dans dix ans. On ne sait pas quand le pire reviendra, mais on sait qu’il reviendra.

Le pire, cette fois, c’était le verglas, les pannes de courant; mais souvenons-nous que le pire, c’a été aussi les inondations du Lac-St-Jean. Que le pire, la prochaine fois, ce sera peut-être une catastrophe écologique, un tremblement de terre, une épidémie… Le « pire »est inéluctable et, quand vient le temps du pire, c’est là qu’on peut juger d’une société. Une société ne vaut que par la solidarité qu’elle manifeste. Comme un mariage: pour le meilleur …ou pour le pire. 

Maintenant qu’on a fait ce qu’il fallait pour résoudre le problème et qu’on commence à y voir plus clair, on en arrive à se demander qui va payer la facture: les victimes seules, ou nous tous.

Est-ce que les Montérégiens et les autres sinistrés vont supporter seuls le poids du malheur, ou TOUS les Québécois vont-ils prendre leur part du coût du désastre? 

C’est la question à laquelle on va maintenant essayer de ne pas répondre clairement, comme on n’y a pas répondu lors des événements du Lac-St-Jean, comme on n’y a pas répondu lors des inondations de la Rouge au Manitoba. On va éviter la question en donnant des compensations arbitraires plus ou moins généreuses aux victimes, selon la perception qu’auront les politiciens du désir de la population de leur venir en aide.

A certains ont donnera plus, à d’autres moins, sans vraie raison… et à tous moins qu’ils n’ont perdu; pas par méchanceté ou mesquinerie, mais tout simplement parce que les règles sont inexistantes qui permettraient de définir à combien chacun a droit. On donnera… mais on évitera de dire si oui ou non les victimes ont DROIT à une compensation… et à quelle compensation exactement elles ont droit. On veut bien contribuer, mais on ne veut pas reconnaître le droit de la victime à dédommagement et donc notre responsabilité collective à dédommager.

Pourtant, ne serait-il pas normal, dans une société civilisée, que toute la collectivité soit solidaire des catastrophes NON ASSURABLES qui échoient à tous et chacun de ses membres? Est-ce que cette solidarité ne devrait pas être la pierre d’assise du désir de former une nation, de vivre ensemble, pour le meilleur ou pour le pire? Ce n’est pas une idée nouvelle que cette assurance collective, mais les événements récents en rappelle la nécessité.

 Il y a quelque chose de malsain, en effet, à traiter comme une opération discrétionnaire de charité ce qui devrait être le partage automatique des risques et l’étalement sur toute la population du coût des catastrophes qui frappent les uns ou les autres des citoyens.

Tous ces risques majeurs spécifiquement exclus des polices d’assurance ordinaires – allant des séismes à la guerre – devraient faire l’objet d’une couverture générale par l’État. La compensation devrait être un droit pour la victime d’une catastrophe. La contribution de tous devrait être l’expression de notre désir de former vraiment une collectivité

.

En assurant ainsi chacun de ses membres contre les risques non assurables, l’État ferait enfin un pas en avant vers le progrès de la solidarité qui est l’essence de la conscience d’être une nation. Un geste qui marquerait un temps d’arrêt dans le processus néfaste de désintégration de tous les liens sociaux que nous impose le courant néo-libéral actuel.

Un gouvernement qui réagirait de la sorte en allant au secours des victimes de la catastrophe naturelle que nous venons de vivre créerait un peu d’espoir</em>.

***

 Je n’ai pas changé d’avis et je n’ai pas modifié une virgule de ce texte.  La seule variable qui a sans doute fluctué, c’est la bonne volonté de la population à assumer ou non cette responsabilité collective. Il faudrait voir. Si le désir – que je partage – de laisser à l’individu une plus grande discrétion pousse une majorité à soutenir le principe de la  solidarité de la commune participation face aux catastrophes collectives, ce sera un indice que la population mérite cette liberté accrue qu’elle réclame.

Pierre JC Allard

5 pensées sur “Tous solidaires de la Montérégie

  • avatar
    6 juin 2011 à 6 06 59 06596
    Permalink

    « Il y a quelque chose de malsain, en effet, à traiter comme une opération discrétionnaire de charité ce qui devrait être le partage automatique des risques et l’étalement sur toute la population du coût des catastrophes qui frappent les uns ou les autres des citoyens. »

    Lorsque chacun des individus aura saisi ce qu’il y a de « malsain », nous serons sur la bonne voie pour former une société adulte et responsable les uns des autres.

    Merci Pierre JC Allard. (Y)

    Élie l’Artiste

    Répondre
  • avatar
    6 juin 2011 à 12 12 25 06256
    Permalink

    Bonjour PCJA,

    Je suis d’accord avec toi. Il faut être solidaires avec ceux qui sont dans le trouble. Par contre, je ne suis pas sur qu’il faut faire confiance à l’état pour fournir cette aide.

    Si je me souviens bien de la crise du verglas, le Min. de la Séc. Publique semblait dpassé par les événements, n’avait aucun plan d’action, et ce sont les gens du Saguenay, pas l’état, des gens qui ont livré des centaines de camions de bois dans la région de Mtl. pour que les Montréalais aient du bois de chauffage.

    Avant ça, au Saguenay, losqu’ils ont eu les inondations, le gouvernement était surtout préoccupé à se disculper pour la façon dont il avait géré le niveau de l’eau derrière ses barrages.

    Les inondations en Montérégie, ça va durer combien de temps encore avant qu’on trouve une solution?

    Peut-être qu’il faudrait arrêter de créer la température et la pluie avec les chemtrails?

    Tsé veux dire.

    Répondre
  • avatar
    6 juin 2011 à 13 01 36 06366
    Permalink

    Messieurs PJCA et Al , qu’est-ce qu’ils fouttent tous ces névrosés avec des cabanes à 1 millions si près de l’eau ? === Ce n’est pas si lointain le temps où on disait qu’il manquait d’eau dans les barrages et le fleuve…………2 ans ou 3.

    À dâte dans les archives , cela a déjà été ces catastrophe, mais moins violent pas mal.

    Faut pas vous inquiéter , je sais de quoi je parle , j’ai connu le déluge en 2003 et c’est là que j’ai vu un gouvernement de  »SALES », j’en ai même parlé sur le Web. === Même TVA avait eu des problèmes. Le chauffer était-il saoul ?

    Pourtant la solution est sinple , tu bâtis dans la montagne ……..
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    6 juin 2011 à 14 02 26 06266
    Permalink

    Jean-Marie,

    Je me posais la même question. Ont-ils bâti dansune zone inondable? Il semble que oui, vu qu’ils sont inondés!! Ils ont une cabane d’un million, mais sont trop cheap pour acheter un terrain dans une zonen non inondable. Ca se pourrait. Ce se pourrait aussi que l’entreprenuer leur en a passé un ptite vite. Mais pourquoi la ville délivre des permis de construction dans une zone inondable? Anyways, plus il y a de fonctionnaires dans la patente, meilleures sont les chances que ça va être tout croche. Il faut se fier à son propre jugement, mais plusieurs n’ont aucune jugement. Je me demande toujours ou ils ont trouvé un million, s’ils sont assez cons pour acheter une maison dans une zone inondable.

    Répondre
  • avatar
    7 juin 2011 à 14 02 41 06416
    Permalink

    Monsieur Aimé Laliberté , tout ce que je peux dire pour l’instant : c’est que dans la  »MONTAGNE » , il y en a beaucoup de Millionnaires et ce sont des Gars merveilleux. === Par contre quand ils pètent(2 récemment) , leurs femmes , à mon avis sont mal conseillées et cela apporte des problèmes , vu qu’on ne sait quel  » Code  » , utiliser au Québec.

    Où ont-ils trouvé 1 millions ? === Ce n’est pas cette gagne de sacrament de Jésus-Christ de fouerreux-là qui l’on trouvé , mais leur  »PÈRE et peut-être Grand-Père  » est passé avant eux.
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *