Travail, responsabilité, autorité : hypocrisie, posture et cynisme

Toujours affligé d’une cote d’impopularité record, Nicolas Sarkozy n’a que le choix d’encore extrême-droitiser son discours. Comme en 2007, il veut arracher l’élection en raflant les voix lepénistes. Qu’importe si l’inquiétude des Français est d’abord et avant tout sociale : on va bouffer de l’insécurité et de l’immigration à tire-larigot.Ainsi avait-il gagné, ainsi compte-t-il renouveler l’opération : en clivant, violemment, en divisant les Français entre eux, comme il l’a toujours fait. Dresser le smicard contre le chômeur, haro sur les feignants et les fraudeurs – mais on ferme les yeux sur les patrons voyous et l’on se couche devant l’oligarchie. Dresser l’ensemble de la population contre ses éléments d’origine immigrée, fabriquer des boucs-émissaires et agiter des épouvantails : la manoeuvre est grossière et dangereuse mais ce n’est pas ce qui arrêtera cet opportuniste prêt à tout, y compris au pire, pour continuer d’imposer ses diktats libéro-sécuritaires à la France. Il se drape dans la posture du « courage » : est-ce courageux de saigner le peuple, de précipiter des millions de gens dans la misère au bénéfice de quelques-uns, est-ce courageux qu’opprimer le faible et servir le puissant ? Il prétend défendre le travail : des millions de gens n’en trouvent pas, d’autres millions subissent des temps partiels qui ne leur permettent pas de vivre, jamais le gouvernement sarkozyste n’a consenti à revaloriser le Smic et les travailleurs pauvres n’applaudissent pas, eux, le modèle allemand. La valeur travail ? Piétinée. Vive la rente, le patrimoine, le capital, voilà la vraie politique du président des riches ! Responsabilité ? Est-ce responsable de multiplier les plans d’austérité quand tous les économistes dénoncent le fait qu’ils aggravent la crise, par étouffement mécanique de la croissance ? On a pourtant un exemple sous les yeux, avec l’agonie sans fin du peuple grec. Responsables, les Merkel, Sarkozy, le FMI et la troïka ? Responsables du désastre, oui, clairement ! Est-ce responsable de souffler sous les braises de la xénophobie et de la haine ? Quand ses deux propositions de référendum, contre chômeurs et étrangers sont, justement, socialement irresponsables ? Quant à l’autorité, dernière valeur du triptyque sarkozyste, posture grotesque là encore. Depuis longtemps, chacun s’est aperçu que le matamore fait des moulinets avec ses bras, brasse de l’air et donne des coups de mentons dans le vide. Avec cette entrée en campagne, Sarkozy montre qu’il n’hésitera pas à se conduire à nouveau en voyou de la politique. Il s’acharne à ruiner l’intérêt général et abaisse la France. Faites qu’on se réveille enfin de cet interminable cauchemar.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *