Tremblay: le blanc manchot et ses deux bras droits

 

Il y a un temps pour le fleuret, mais il faut parfois finir à la hache… Disons ce matin les choses un peu plus crûment. Le maire Tremblay est « innocent », mais c’est un manchot  et  ses “deux bras « droits »” sont en ligne directe avec la mafia qui les finance. Et il  y a ces compagnies d’ingénierie, et non des moindres, qui apportent régulièrement leurs « contributions » au bureau de son parti.

Lorsqu’il est témoin du financement illégal de son parti, il se lève et quitte en disant : « Je n’ai pas à savoir ça! ». Lorsque le vérificateur général de la ville se fait espionner ses courriels et son teléphone, il n’est pas au courant et n’a pas donné l’ordre de le faire. Pour tout autre « problème » qui refait surface, sa réponse est toujours, « Je ne savais pas ».

Le « non possumus » des vrais pourris. Littéralement RÉVOLTANT.  La révolution Française s’est fait avec moins d’informations publiques, la révolution américaine pour moins de « grossièretés  » que nous n’en apprenons aujourd’hui.

Mais cela, n’est pas le pire. Voici le pire: l’attitude du procureur de la Commission commence à me les « casser » sérieusement. Devant les policiers de New York et d’Italie, il était tout miel. Devant le bandit Zambino, il était « sirupeux », devant le Shylock, accusé de « voies de fait » actuellement, l’avocat remplaçant était impartial;  mais devant M. Surprenant, qui se fit attraper dans les filets de la Mafia, il a monté en épingle le qualificatif de « voleur » et devant M. Martin Dumont qui fournit le témoignage le plus articulé jusqu’a maintenant, il tente de lui coller le qualificatif « d’aveuglement volontaire » quand ce témoin était, lui aussi, entouré de patrons qui participaient à la magouille, incluant le maire qui dit « ne pas vouloir savoir ce qui se passe ».

Même la présidente de la commission passe  des insinuations négatives envers son témoin. Dites-moi? Où est l’impartialité qui justifierait pleinement notre respect? Seul le commissaire Renaud Lachance inspire vraiment mon respect aujourd’hui.

“Selon que vous serez puissant ou misérable… “

Je suis enragé devant cette « élite » de finasseurs-esquiveurs chroniques sortis de nos universités.  La hache ?

André Lefebvre

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *