Tremblay ne jappera plus … mais la caravane passe

Tremblay est enfin parti. Comme ces crocodiles des bords du Nil de la comptine pour enfants… La coutume voudrait qu’on donne sportivement l’accolade au vaincu. Comme ces généraux, Indiens et Pakistanais qui, ayant joué au cricket ensemble à Sandhurst, discutaient une treve en prenant le thé, pendant que des centaines de milliers  de soldats tombaient à la frontière du Bangladesh…

Et quoi encore ? Une tartine de louanges beurrée bien épais pour Gerald, comme celle que  les médias nous ont servie au départ de Jean Charest ?  NON !  Il faudrait se souvenir que Tremblay n’a été qu’un pion  que les circonstance et ses contacts ont amené à damer, mais que la partie continue.  La corruption et l’INEPTIE de la gouvernance au Québec, dont toute cette affaire fait la preuve, ne sont pas vaincues.  ELLES SONT ENCORE LÀ, SOUS D’AUTRES NOMS ET SOUS D’AUTRES MASQUES, INVAINCUES, RAYONNANTES…

Jusqu’où la Commission Charbonneau  pourra-t-elle grimper dans la hiérarchie de l’exploitation, dont les bakshishs et les ristournes ne sont qu’UNE des manifestations, la plus simpliste, la plus anodine… ?   Car il y avait Tremblay, surtout coupable de ne rien vouloir savoir, et  toute une masse de petits hommes de paille fautifs qui eux savaient et dont on aura les  têtes, comme celles de tout un fonctionnariat qui savait aussi et dont la culture avait été bâtie sur la prévarication. On nettoiera ces cloaques.  Mais en sortira-t-on?

Car Tremblay et Cie  faisaient trait d’union entre la complaisance bonasse des citoyens et les divers agents de « prélèvement du non-dit » AU-DESSUS de Tremblay-l’Innocent. Ira-t-on y voir à ce niveau ?

Quel pouvoir à Québec a permis que Montréal et d’autres villes soient ainsi pillées ? Le départ bien opportun de Charest et des Libéraux va couper le lien… Et ce « crime organisé », l’autre gros joueur sur la scène, est-ce coincidence qu’on semble tout a coup s’y entretuer davantage ?  Sera-t-on surpris qu’il y ait aussi des mises à la retraites accélérées dans le monde corporatif, des départs vers Miami plutôt que la prison ?

Difficile d’imaginer que la Commission s’intéressera aux banquiers, qui ont financé les politiciens, les grand entrepreneurs et les mafieux… On a pris les chiens galeux, on les noiera.  Mais la caravane des exploiteurs continuera sa route.

Pierre JC Allard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *