Trouves-tu qu’ça sent, mon Ti-Loup!!!

«- Venez vivre au Québec; vous allez être heureux et bénéficier d’une qualité de vie digne du « Plusse bo pays du monde »

 « -OK, on arrive! »

                                              ———————————– 

      Du moisi à la ville de Montréal.

Rima Elkouri

La Presse  Publié le 09 février 2011 à 06h31

« Est-il normal que des locataires habitent encore dans un immeuble humide tapissé de moisissures que la Direction de la santé publique a classé «impropre à l’habitation» il y a plus de trois mois? »

Bin non! Weillons donc! Qu’esse tu penses?

« Au 3400, avenue Linton : Les responsables de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce sont interpellés. Ils sont présents lorsque la DSP envoie un hygiéniste faire une évaluation environnementale de l’immeuble le 21 octobre 2010. »

« Rapport de l’évaluation : Humidité excessive. Moisissures. Forte odeur de composés organiques volatils dans l’entrée. Risques pour la santé des occupants. Plusieurs locataires se plaignent déjà de problèmes respiratoires. «Impropre à l’habitation».

Plus de trois mois plus tard, les locataires sont toujours là.

Aye! Là tu charries! C’est pas possible. Pas icitte au Québec? Nos propriétaires ne sont pas des « irresponsables »! Ils doivent avoir corrigé la situation!

Corrections effectuées : quelques ampoules ont été changées (Ah voilà!) et que des coups de pinceau ont permis de cacher les traces apparentes de moisissures. (Qu’est-ce que je te disais?)

Michael Applebaum, maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges et responsable de l’habitation à la Ville de Montréal…  (Enchanté M. Applebaum; moi c’est Elie.)

 

«… A refusé de répondre aux questions de la journaliste. (Suffocate!(Étouffe-toé) !! Joual-vert!) 

    La Ville dispose de tous les outils pour sévir dans des cas comme celui-là, il est clair qu’elle manque de volonté à le faire dans ce cas-ci. »

Vous faites preuve de préjugés ma chère; c’est pas que  M. Applebaum « y’é pas fin »; c’est qu’il devait être occupé à des problèmes plus importants. Vous oubliez qu’il est « LE » responsable de l’habitation à Montréal. Ce monsieur n’est pas un « deux de pic »! Je dirais même qu’il  possède l’importance d’un « joker ». Il n’a pas que ça à faire, de s’occuper de « moisissures » dans les logements.

« Si l’immeuble est impropre à l’habitation, comment se fait-il que la Ville n’ait pas immédiatement ordonné au propriétaire de reloger ses locataires en attendant de faire la décontamination fongique? (Je l’sais-tu moé?? Joual-vert!)

«Il n’y avait pas d’urgence à agir», me dit Michel Therrien, porte-parole de l’arrondissement. (LÀ! Tu wé bin(du verbe « woir ») qu’on s’en occupe! Mais ça presse pas, les locataires ne peuvent pas respirer « toute toute » la moisissure. Il va toujours en rester « assez » pour s’en débarrasser quand on aura l’temps. T’inquiète pas).

De l’asthme chronique? Des problèmes respiratoires? Bof! Il n’y a rien là!

C’est c’que disais!

 « L’arrondissement a fait parvenir 56 avis de non-conformité au propriétaire, mais aucune amende n’a suivi. Pourquoi? Parce qu’il n’y a «pas d’urgence de sévir», selon l’arrondissement. Le propriétaire «collabore»

     …Ouais pis en plus, avec les revenus sur l’essence, Montréal est moins obligé de porter des amendes à ses propriétaires qui paie des taxes. On est « responsable »,ici, à Montréal et on démontre une « saine » administration dénouée de la « tyrannie » qu’on rencontre dans d’autres sociétés moins « libérales » et beaucoup moins « démocratique ».

Selon Mitchell Stupp, copropriétaires de l’immeuble, ses logements sont impeccables et aucun locataire ne s’est plaint

      (remarquez que la plupart ne parle ni français ni anglais, mais là n’est pas la question; faut surtout pas encore recommencer avec l’histoire de la langue…)

Il dit avoir fait réparer le toit. Il a lavé, il a repeint.

       Voilà! Tu veux quoi de plus…la Lune???

 Verdict de la DSP, qui a mené une deuxième étude plus approfondie des moisissures dans l’air de l’immeuble: les conclusions du rapport de M. Stupp ne sont pas valables.

      Encore les joual-vert de « verts »!!! Ils n’ont même plus besoin de chaloupes, on les retrouve en ville!!! Qu’y s’occupe donc des phoques et qu’y laissent donc nos propriétaires tranquille !!!

       Bon! Bin tout ce qui reste à faire est au propriétaire de commander une troisième vérification, ce qui retardera encore l’échéance. On peut faire ça longtemps puisqu’on « collabore ». Remarquez que… la ville aussi « collabore ».

      J’en profite pour remercier M. Michael Applebaum qui sait, lui, comment diriger sans être trop « coercitif ». (Conseil « d’éthique appliquée »  fourni par les membres du parti Q.) Faut savoir vivre joual-vert! Bon! Peut-être que les locataires devront apprendre à « savoir mourir » au lieu de savoir « vivre », mais restons « objectif » et regardons les « faits » comme ils sont pour une fois:

 Les faits:

       1) La ville fait parti d’un système que l’on doit protéger pour assurer la sécurité de la population.

      2) Cette protection passe par la levée de taxes.

      3) Il faut donc être « compréhensif » envers les propriétaires d’immeubles qui paient des taxes.

       C’est toujours bien, pas « sorcier » à comprendre!!!

      Peut-être que la commission d’enquête sur les accommodements raisonnables pourraient  suggérer(pas obliger; non! Non!; seulement suggérer)  le port du hidjab, ce qui pourrait prévenir la respiration de spores?

     Il y a toujours plusieurs solutions à un problème (« There’s more than one way to skin a seal » dirait Brigitte Bardot).  Pas nécessaire d’obliger le proprio de tout réfectionner.  Soyons compréhensif, je vous en prie!

« L’arrondissement laisse aller les choses. Car rassurez-vous, le propriétaire «collabore», dit-on. Mais depuis quand le fait de camoufler un problème pendant des mois est-il synonyme de collaboration? »

       Non mais…Ça va pas??? Qui est-ce qui camoufle? La moisissure réapparait constamment. On ne camoufle pas, on combat le fléau à grands coups de pinceau enragés!

Soyez objectif un ti-brin!

« M’est avis que le moisi, dans cette histoire, n’est pas seulement là où on pense. »

       Moi, je suis absolument convaincu du contraire. La moisissure est exactement là ou je pense.

       D’ailleurs ça sent! Non??? Vous trouvez pas???

Amicalement

                                                                           Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *