Tu Wé-tu ou Wé-tu pas!!!

Tu Wé-tu ou Wé-tu pas?

       Voici quelques anecdotes que mon Ti-Loup m’a fait remarquer. Elles démontrent à quel point sont prises au sérieux, par les autorités, les normes qu’elles établissent elles-mêmes.

                                  —————————————-

Fabrice de Pierrebourg

La Presse  Publié le 08 février 2011 à 00h00

CCQ: un expert en éthique embauché sans appel d’offres 

« La Commission de la construction du Québec (CCQ) nous écrit ceci: «Nous vous confirmons qu’il existe un contrat intervenu entre la CCQ et Me Donald Riendeau […] accordé sans appel d’offres conformément à notre politique sur les contrats de biens et services.» (…90 126$ entre les mois de mai et septembre 2010 pour des «services-conseils en éthique et déontologie» facturés à l’heure) ».

        En accordant ce contrat sans soumission, il est évident qu’on avait un « urgent » besoin d’un conseillé en « éthique« . On ne peut le nier.

       À noter (en plus) que les avocats (aujourd’hui, 8 février) sont en grève parce qu’ils ne gagnent que 40,000 $ par années.

« Ses premières factures ont été adressées à l’ex-directeur général André Ménard (remplacé récemment par Diane Lemieux); les suivantes à Me Michel McLaughlin, secrétaire général de la CCQ. »

« …lorsqu’on demande le contrat de Me Donald Riendeau. La CCQ invoque la protection du secret professionnel «en vertu de l’article 9 de la Charte des droits et libertés de la personne».

      Du haut de la chaire, on entendait: « Faites ce que je dis; pas ce que je fais! » Heureusement qu’on a eut la révolution tranquille!!!

                         —————————————–

 Francis Vailles

La Presse Publié le 08 février 2011 à 10h33

« L’entrepreneur Francesco Bruno vient de plaider coupable aux accusations d’évasion fiscale déposées par l’Agence du revenu du Canada. (Une amende  de 1,29 million de dollars pour leurs méfaits. Parfait! Mais avez-vous oublié l’impôt non payée?) L’homme d’affaires et son entreprise B.T. Céramiques ont produit de fausses factures pour aider des entreprises, notamment celles de Tony Accurso, à frauder le fisc. »

« Les entreprises de Tony Accurso qui ont bénéficié des fausses factures sont Simard Beaudry et Louisbourg Construction. »

« Rappelons qu’en décembre, Simard-Beaudry et Louisbourg Construction ont aussi plaidé coupables d’avoir éludé 4,1 millions de dollars d’impôts. »

Imaginez ce qui doit se cacher là-dessous, s’ils plaident coupable avant procès, pour éviter une vérification trop « minutieuse ».

                           ———————————————–

 Francis Vailles

La Presse Publié le 03 février 2011 à 06h30

« La Caisse de dépôt et placement a mandaté une firme d’avocats pour récupérer les fonds qu’elle a prêtés à l’entrepreneur Tony Accurso, a appris La Presse. »

« La Caisse cherche à rompre ses relations avec l’entrepreneur en construction. À l’automne, elle a exigé qu’il lui rembourse le prêt hypothécaire qu’elle lui avait consenti il y a plusieurs années sur les Galeries Laval, dont le solde s’élève à 5 millions. Le prêt arrivait à échéance le 1er février, mais la Caisse nous a dit hier qu’elle n’a toujours pas été payée. » (Si vous parvenez à récuppérer ce 5 millions, il ne restera que 39 milliards 995 millions à récupérer. Bravo! Bon travail!)

« En plus de la Caisse de dépôt, Tony Accurso doit rembourser au moins deux autres financiers, soit le Fonds FTQ (35 millions)(Faites-le collecter par Rambo) et le Mouvement Desjardins (21 millions). À la mi-décembre, Desjardins espérait être entièrement remboursé dans les semaines suivantes. »

« Or, le porte-parole de Desjardins, André Chapleau, a indiqué hier que l’institution n’a toujours pas été payée»(Là ça peut être un peu plus long  au moyen d’une charge administrative de 1.00 $ par chèque émis ). 

« Rappelons que, après que Constructions Louisbourg eut plaidé coupable à une accusation de fraude fiscale, la Ville de Laval avait suspendu un contrat de 32 millions susceptible de lui être accordé pour la réfection d’une usine d’eau potable. Depuis, la Ville s’est ravisée et rien n’empêche plus l’attribution du contrat à Louisbourg. » ( Pas bête pantoute, on rembourse le 4,1 million de fraude fiscale et on ramasse un contrat de 32 millions de la ville de Laval. Le QI de 32 n’est pas celui de Tony Arcuso, ça C’est évident!)

Ce qui indique que la compagnie ne sera pas privée de son permis d’opération comme la loi le stipule lors de fraude. (Même après avoir plaidé: « Coupable ». Probablement que les autorités ne les ont pas cru.

C’est-y pas rassurant pour la population d’être si bien protégée par la « compétence »???

                      ——————————————-

 Paul Journet

La Presse Publié le 26 janvier 2011 à 10h40

« La nomination de Lucien Bouchard à la tête de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) laisse un goût amer dans la bouche d’au moins un péquiste. «La question que je me pose, c’est: quelle est l’image que le miroir renvoie à M. Bouchard quand il se regarde?» a lancé Pierre Curzi, mercredi, à l’ouverture du caucus du PQ dans un hôtel de Laval. »

« Les péquistes semblent pris de court par la nomination de Lucien Bouchard à l’APGQ et par celle de Diane Lemieux à la tête de la Commission de la construction du Québec. »

« Pauline Marois et ses députés ont essayé de s’en attribuer le mérite. »

       Disons que pour Bouchard, ils seraient mieux de laisser tomber. Il est clair qu’il est là pour « sauver la mise » des pétrolières et des mines.

      Pour Diane Lemieux, on verra bien. Par contre, sa carte blanche pour lui autoriser des « suggestions » ne lui permettra pas de changer grand-chose; à moins que la « lionne de Bourget » se prépare une bonne « montée de lait ».

      C’est la grâce que je NOUS souhaite, au nom du…et du…et du sain d’esprit.

                            ————————————————–

Denis Lessard

La Presse

« En dépit des mises en garde du vérificateur général et de l’odeur de scandale qui plane autour de l’attribution des contrats gouvernementaux, le nombre de contrats alloués sans appel d’offres par le ministère des Transports du Québec a augmenté. Reprenant un exercice qu’elle avait réalisé l’an dernier, la leader parlementaire de l’ADQ, Me Sylvie Roy, relève qu’en six mois, d’avril à octobre 2010, Transports Québec a alloué de gré à gré 71 contrats d’une valeur totale de 294 millions de dollars, aux motifs qu’il y avait urgence ou qu’il n’y avait pas de deuxième soumissionnaire. »

          Bon! Mon Ti-Loup me fait remarquer avec raison que le nombre de contrats a, en fait, diminué.  L’année précédente, il y avait plus de contrats pour moins d’argent (559 contrats pour 240 millions). C’est le montant alloué qui a augmenté; par contre on parle ici d’une période de six mois. Donc rien est encore joué; ou plutôt, on n’en est qu’à la première demie.

        Comme la menace des commissions d’enquête ne perd pas de vigueur, cela s’explique assez bien. On alloue plus d’argent en moins de contrats, ce qui diminue les occasions de « coulage d’infos » puisqu’il y a moins « d’initiés ». Qui disait que ces gens là doivent se mettre à quatre pour atteindre un QI de 32??? Bon! Il est toujours possible qu’ils se soient mis à 50 pour « trouver cette solution », mais…

 «Encore plus choquant, 80% de la valeur de ces contrats revient à des entreprises dont les dirigeants contribuent à la caisse du PLQ», a lancé Mme Roy. »

Woops! Vite un « post-it » pour avertir le premier ministre. Ça urge!!!!

« Dans un récent rapport, le vérificateur général a critiqué le nombre de ces contrats. Il était surtout «douteux», selon lui, qu’on accorde automatiquement un contrat de surveillance de chantier à la firme de génie qui a eu le mandat de la conception. »

          Si la compagnie qui conçoit ou construit est celle qui est chargée de la surveillance des travaux; pas surprenant que ses inspecteurs ne « weillent » (Troisième personne au pluriel du verbe « Woir »,  conjugué au présent.) pas grand-chose.

                   —————————————————–

Daphné Cameron

La Presse

« Les déclarations du président sortant de la FTQ-Construction selon lesquelles le crime organisé est présent dans toutes les sphères de la société – y compris dans la construction et les syndicats – ont suscité une véritable levée de boucliers dans des organisations syndicales concurrentes. »

        Sauf que, selon mon Ti-Loup, il faut comprendre que M. Mercure quitte son poste et que normalement, il n’a aucun avantage à dévoiler une telle situation, si elle n’existe pas.  Il risque même des « taloches » de la part de ceux qu’il dénoncent.

« Hier, Yves Mercure a confirmé à Radio-Canada qu’il ne briguerait pas de nouveau mandat l’automne prochain. Plus tard en soirée, il a répété à La Presse les propos qu’il avait tenus plus tôt à la télévision d’État en affirmant que le crime organisé est «partout», dans tous les secteurs de la société. »

«C’est clair qu’il y a du blanchiment d’argent (dans le secteur de la construction), alors le crime organisé a intérêt à s’y joindre, à s’y infiltrer pour blanchir son argent», a-t-il affirmé.

« M. Mercure estime qu’il n’y a pas plus de corruption à la FTQ-Construction qu’ailleurs. (Ça veut pas dire que ce n’est pas grave; ça veut dire qu’il y en a partout à tous les niveaux). «Je dirais qu’il y en a un peu partout, donc je tiens pour acquis qu’il y en a également chez nous», a-t-il cependant précisé. »

                               ——————————————–

 André Noël

La Presse Publié le 15 janvier 2011 à 09h49

 « La Régie du bâtiment a annulé, peu avant Noël, la licence de l’entreprise Construction Rockburn, dirigée par Nello Di Rienzo, un gangster et trafiquant de drogue associé à la mafia italienne. »

« Di Rienzo, 42 ans, et son associé d’affaires, Tony Tallarita, 40 ans, ont été arrêtés en 2006 lors de l’opération antimafia Colisée, dirigée contre le clan Rizzuto. Ils ont alors été décrits devant la cour comme les chefs d’une cellule mafieuse du clan Rizzuto, spécialisée dans l’exportation massive de marijuana vers les États-Unis. »

« Même après leur arrestation, Di Rienzo et Tallarita ont obtenu de la Ville de Montréal plusieurs contrats pour des travaux d’infrastructures d’une valeur totale de 3,1 millions. Depuis 2005, Pavages Tallarita a aussi travaillé dans les municipalités de Westmount, Terrebonne, Longueuil, Mont-Royal, La Prairie et Salaberry-de-Valleyfield. Dans ce dernier cas, l’appel d’offres portait sur l’asphaltage de trois rues et du stationnement du poste de police local. »

« En vertu d’une loi adoptée l’année dernière, la Régie du bâtiment ne peut pas accorder de licence à un entrepreneur qui a été déclaré coupable de participation à une organisation criminelle. »

« En revanche, le registre des entreprises indique que Di Rienzo n’est plus actionnaire de Pavages Tallarita. Cette dernière entreprise garde donc sa licence d’entrepreneur, les accusations ayant été retirées contre Tony Tallarita, son principal dirigeant. »

         Ce dernier point peut, évidemment, être discutable; mais ce n’est pas le plus étonnant. Le plus inquiétant est le fait que…  « Même après leur arrestation, Di Rienzo et Tallarita ont obtenu de la Ville de Montréal plusieurs contrats pour des travaux d’infrastructures d’une valeur totale de 3,1 millions ».

       Cela nous indique l’éthique déployée par nos autorités sociales lorsqu’ils attribuent des contrats.  » Quoi???J’étais pas au courant de cela!!! Je m’en occupe tout de suite! » dira celui qui vole 1 cent 1/2 sur chaque litre d’essence brulé dans la région de Montréal, responsable de la dernière hausse du prix de la nourriture.

      Comme disait notre « vendeur de balayeuses » national : « …à l’extérieur de la «bulle parlementaire», dans «le vrai monde», l’économie va bien. »

     Pas surprenant qu’il s’objecte à une commission d’enquête sur la construction; pour lui c’est une dépense inutile parce « qu’Y wé (du verbe woir, toujours) pas mieux que les autres.  (Bon! Peut-être qu’y « wé » mais qu’y aime mieux pas « woir »?)

     Ce qui n’est pas pour me rassurer; et vous???

 Amicalement

                                                                                  Elie l’Artiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *