Tuerie de Nantes: Xavier Dupont de Ligonnès ou le mensonge

 

Nantes – Comme le dit le proverbe africain,  » Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens ». Xavier Dupont de Ligonnès: un homme, un nom issu de la noblesse, un mythomane, un tueur méthodique, un bluffeur. Ce père de famille double face, triple voir plus, est victime de ses propres mensonges. Prisonnier de ceux-ci, ce qui l’a conduit à être dans le déni perpétuel de sa vie.

Le père de famille qu’on voit partout et qu’on ne trouve nulle part a probablement perpétré le plus grand drame familial de cette dernière décennie. Comment un homme peut-il tuer femme et enfants de sang froid ? « Tu m’as tout donné, tu m’as tout repris » comme le dit la chanson d’amour du chanteur camerounais Prince Eyango. Juste cette phrase qui relate la déception amoureuse donc, qui n’a rien à voir avec ce drame…

 

Un «mandat de recherche» a été lancé dans l’espace Schengen contre cet homme que les enquêteurs veulent entendre comme «témoin» dans le cadre de l’information judiciaire ouverte vendredi «contre X» pour assassinats au lendemain de la découverte des corps. Soit. Mais, cette histoire macabre émane de la dictature de la pensée unique, du regard des autres. On veut paraître, être ce qu’on n’est pas.

Quand vous n’avez rien, vous êtes aussi par ricochet, rien.  Tout le monde vous méprise, vous insulte, votre femme vous trompe même. L’inverse est aussi valable. On a appris que la femme du quidam a avoué, dans un forum de discussion « doctissimo », que « leur » premier fils n’était pas celui de son mari et il le savait. Ce fait humiliant n’a-t-il pas façonné le reste de la vie de cet homme ? Enfin, je ne suis pas psychologue pour tenter de faire une espèce de radioscopie de cet homme.

Xavier Dupont de Ligonnès, endetté, a probablement reçu avant de commettre l’irréparable le courrier d’un huissier qui devait passer à son domicile le 5 février. Ceci a précipité son action. Tout s’écroulait autour de lui. Comment accepter de se voir humilié devant ses proches ? Cette idée lui était insupportable. Mais, pourquoi ne s’est-il pas suicidé et laissé les autres en vie ? Croyait-il que sans lui sa femme et ses enfants ne pouvaient s’en sortir ?

Toujours est-il que,  cet homme est un monstre froid. Arriver à mentir ainsi depuis des années, il faut vraiment avoir un zèle incommensurable. Ce n’est surtout pas en banlieue où la cellule familiale est considérée selon les autorités comme morte, qu’un tel drame se passera.

Cher (e) ami (e), reste toi-même, ne ment pas, sois juste et, ta vie sera plus légère. Tu ne seras pas obligé de fuir les autres, incapable d’affronter leur regard, parce qu’ils auront découvert qui tu es. A méditer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *