Turcotte et Cathie Gauthier: le dilemme

 

PIERRE JC ALLARD

Lors du procès de Guy Turcotte, j’ai dit tout le mal que je pensais de la façon dont ce procès s’est déroulé.  Plus je réfléchis, plus je trouve répugnante cette histoire de juré exclu. J’ai dit aussi ce que je pensais de cette démarche à la Ponce Pilate, remettre le sort de Turcotte entre les mains d’un Comité d’examen des troubles mentaux. Un comité qui n’est qu’’un tribunal administratif, avec les lacunes qu’on connait à ce genre de structures, lesquelles ne sont, même dans le meilleur des cas, que d’étranges exceptions à la séparation de l’executif et du judiciaire qui est présumée à la base de notre État de droit.

Nombreux sont ceux qui ont pensé, dans la population indignée, que cette manœuvre n’avait d’autre but que de garder indemne l’image d’une élite autoproclamée. Une image NÉCESSAIRE pour justifier les insupportables écarts de revenus et de privilèges dont elle jouit.    Nécessaire, car dès qu’on s’interroge sur la valeur morale de cette élite, la structure même de notre société est menacée.  Turcotte ? Un geste de folie, à la rigueur, mais une folie passagège, n’est-ce pas …

Beaucoup est en jeu.  Aurait-on pensé qu’il valait mieux laisser le temps passer, en espérant que l’on oublierait la monstruosité de Turcotte et qu’on pourrait le libérer assez vite, en s’appuyant sur des expertises payées à gros prix et établies par des confrères complaisants ?  On n’en manquerait pas,… on pouvait ainsi mettre à profit les deux grands atouts de ce tueur d’enfants : avoir de l’argent et être un intouchable médecin.  On n’avait qu’a attendre un peu…

Pourquoi le destin méchant n’a-t-il pas collaboré au plan du blanchiment  de Turcotte par l’oubli programmé ?  Pour deux (2) raisons qui ne dépendent pas du plan, mais du zeitgeist qui prévaut maintenant, lequel est en partie la cause, d’ailleurs, du geste de Turcotte…. mais que son geste ne contribue pas peu à renforcer !

La première raison ? Le sadisme qui a la cote. Depuis quelques années, on a vu la télévision et les autres médias faire la part de plus en plus belle au crime-spectacle. Mise en évidence du crime lui-même – le plus crapuleux et horrible le mieux –  mais, aussi, de tout le processus visant à trouver et à punir le coupable.  Comme si on avait voulu distraire la  population de ses vrais problèmes économiques, sociaux et politiques ou, qui sait, peut-être banaliser la tuerie ininterrompue à laquelle notre civilisation se livre au tiers-monde…

Il était inévitable que l’on recueille tôt ou tard les fruits de cette commercialisation ignoble des faits divers dans leur forme la plus radicale et la plus obscène et que ce phénomène produise son effet sur la population.   Columbine, Polytechnique, hier Newton……    Mais aussi ces « affaires » qui ont en commun qu’au-dela du crime il semble qu’on veuille sciemment choquer et faire les manchettes par la cruauté. Le sadisme est devenu à la mode.

Sadisme et exhibitionnisme. Luka Rocco Magnotta est l’exemple qui vient d’abord a l’esprit, mais si Magnotta a dépecé sa victime et l’a filmée, n’oublions pas que Turcotte n’a pas choisi d’ empoisonner  – doucement (!) – ses enfants…. Il a choisi de faire durer le plaisir, en les tuant de 46 coups de couteau. Je frémis à la pensée que cet homme ait pu avoir eu un scalpel entre les mains. Je ne veux même pas penser qu’on pourrait lui en laisser prendre un autre.

La population non plus, ne veut même pas y penser. Le sadisme, qui avec Magnotta et Turcotte est apparu comme une nouvelle constante du crime, l’a brutalement éveillée. La population n’a aucune volonté de pardon. Or, il faut en tenir compte.  Au cours de la Terreur, on a dit qu’il fallait que le gouvernement soit cruel pour éviter que le peuple n’ait à l’être.  J’ai bien peur qu’ici on n’ait fait le choix contraire… et l’on pourrait s’en repentir L’État de droit et la démocratie, en effet, ne sortiront pas plus forts, si Turcotte est lynché, ou si des motards ou des gangs de rue décident que ce serait un beau geste viril d’exposer son scalp à la porte de leur local !

Ce serait une provocation à la population de remettre Turcotte en liberté… On peut le faire avec une chirurgie esthétique le rendant méconnaissable, une nouvelle identité et un billet vers un lointain ailleurs.  A ces conditions, il pourrait s’en sortir et on le fera peut-être, mais l’État, lui, ne s’en sortira pas indemne.

L’État payera le prix, car la deuxième raison  pour laquelle le temps na pas suffi a faire oublier Turcotte, c’est que tous les scandales de la Commission Charbonneau ont convaincu la population, à tort ou a raison, que la corruption et le favoritisme sont la règle plutôt que l’exception dans le haut-fonctionnariat.

Non seulement, donc, on ne pardonne pas son crime sadique à Turcotte, mais on ne pardonne pas non plus au pouvoir judicaire d’avoir laissé cet O.J Simpson québécois s’en tirer par des pirouettes inusitées.   On pardonne encore moins à ce Comité d’examen des troubles mentaux de vouloir le remettre en liberté en s’appuyant des expertises pour lesquelles il a payé… et dont les conclusiont sont au mieux équivoques.  Le peuple ne pardonnerait pas au gouvernement, quels que soient les prétextes énoncés, de remettre en liberté ce tueur dont le Comité lui-même reconnaît qu’il EST un risque pour la société.

Nos élites sont sous examen et, d’ici peu, le résultat du procès de Cathie Gauthier va porter au paroxysme le mécontentement de la population et créer un dilemme.

Cathie Gauthier, qui elle aussi a tué ses  enfants, mais moins brutalement que Turcotte, sera-t-elle  aussi déclarée « folle » et irresponsable – auquel cas la voie sera confirmée et l’on trouvera désormais bien plus de fous que de coupables ! –…. ou sera-t-elle jugée responsable, elle ?    En ce cas,ils seront rnombreux a penser  que c’est la condition sociale et la situation économique de Turcotte qui ont fait la différence…  Le respect pour notre systeme judiciaire pourrait bien, alors, n’être plus qu’un souvenir du passé.

Pierre JC Allard

4 pensées sur “Turcotte et Cathie Gauthier: le dilemme

  • avatar
    17 décembre 2012 à 14 02 48 124812
    Permalink

    @Pierre JC Allard

    En effet, le cas Cathie Gauthier éclaircira cette impasse … mais d’une façon ou d’une autre l’impasse sera maintenue.

    Si Cathie Gauthier est accusée de meurtre, on ne pourra que constater que l’argent et la position de Turcotte ont été les assises qui l’on épargné d’un tel jugement. Si la femme est libérée, on fera face à une société devenue folle : PLUS DE FOUS QUE DE COUPABLES dans les actes commis! Ce qui nous renvoie une image de nous-mêmes fort dérangeante …

    Qui l’assumera?

    CAD

    Répondre
  • avatar
    17 décembre 2012 à 14 02 51 125112
    Permalink

    @Pierre JC Allard

    J’ai déjà répondu à cet article sur les 7 DU QUÉBEC.

    Un article très dérangeant qui remet les pendules à l’heure.

    Il ne faut pas tomber dans une société remplie de FOUS, non coupables de leurs actes … un miroir qui montre la folie même du système.

    Bonne journée,

    CAD

    Répondre
  • avatar
    17 décembre 2012 à 20 08 21 122112
    Permalink

    C’est une question économique voyons. Plus il y a de « FOUS » plus Pinel peut payer ses parasites.

    Dans l’avenir, j’anticipe plus de Pinel…

    C’est assez étrange ce SILENCE à propros du drame de Drummondville. Certainement un autre parent rendue « FOLLE » par les « prix Nobel » du conjugal, les briseurs de « barrages ».

    Répondre
  • avatar
    24 décembre 2012 à 20 08 33 123312
    Permalink

    Disons que ce qui se cache derrières notre beau système est que notre justice, tout comme notre système de santé, fonctionne à deux vitesse. N’avez-vous pas remarqué que les plus grands mafieux du Québec ont pratiquement tous des dossiers criminels vierges?

    Autrement, excellent article, intellectuellement constant avec vos écrits précédents.

    Sylvain A. Allard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *