Un article à la noix

Une noix, qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix ?

Cette chanson espiègle de Charles Trenet oublie l’essentiel.

La noix, c’est bon pour le cœur.

Les noix sont faites pour les amoureux.

En effet si la noix est bonne pour le cœur, c’est qu’elle contient de l’arginine, qui est essentielle pour notre circulation sanguine.

L’arginine est bénéfique pour ceux qui ont des problèmes d’érection, puisque l’oxyde nitrique aide à l’afflux sanguin.

De plus, la noix arrive en 2ème place en ce qui concerne son contenu en antioxydants, en combattant les radicaux libres, ces molécules impliquées dans certains cancers, et dans l’apparition des MVC (maladies cardiovasculaires).

Comme l’écrit le Docteur Alexandra Ghisholm, de l’université d’Otago, en Nouvelle Zélande, les noix et les autres fruits secs, ont prouvé, lors d’enquêtes épidémiologiques très larges leur efficacité contre les MVC.

La consommation de seulement 30 gr de fruits secs au moins 4/5 fois par semaine entraine une réduction du risque de MVC se situant entre 18 et 51%. lien

Un régime enrichi en noix (42,5 gr de noix) fait tomber le taux de cholestérol, lien et la consommation de noix une fois par jour diminue l’hypertension artérielle de 18%. lien

Et puis, elle est très riche en mélatonine, réduisant ainsi les risques de cancer et en oméga-3, essentiels aussi au bon fonctionnement du cœur lien mais aussi nécessaires à la constitution et l’intégrité des membranes cellulaires, et au bon fonctionnement du système cérébral, hormonal et inflammatoire. lien

Ce fruit à coque, d’origine asiatique et africaine, est une drupe, dont la partie charnue (le brou) est inconsommable, mais peut faire de belles coloration du bois, de tissus ou même des cheveux. lien

Pour faire du brou de noix, il faut utiliser des noix vertes, en écraser l’écorce, verser dessus de l’eau bouillante, laisser infuser, puis filtrer et conserver à l’abri de la lumière.

A l’intérieur se trouve le fruit, l’amande, dont le dessin évoque un peu un cerveau, qui est à une lettre près, le cerneau.

Il est en deux parties, appelées cuisses, et séparées par un zeste.

Enfin, il faut une gaule pour les faire tomber.

Saint Jacques dont les noix honorent tous les repas d’amoureux ne m’aurait surement pas démenti. lien

Sur cette courte vidéo, vous découvrirez toute la vie de la noix, de la naissance de l’arbre, à la mise en bouteille de l’huile.

Le Périgord et le Dauphiné restent le berceau de la noix. lien

Sur le site préhistorique de Paladru, en Isère tout comme à Peyrat, en Dordogne, on sait aujourd’hui que les Cro-Magnon appréciaient déjà, il y a 17 000 ans, les noix. lien

Les Perses furent, il y a 2000 ans, de bons promoteurs de la noix, et firent des Grecs des amateurs convaincus de ce fruit.

Plus tard, la noix servit même de monnaie d’échange, au 10ème siècle, les paysans payaient leurs dettes avec des noix, ou même avec l’huile de noix. lien*

Au 13ème siècle, les baux étaient versés en huile de noix, à l’Abbaye cistercienne du Dalon, et l’huile de noix était considérée comme un bien aussi précieux que l’or. lien

Celle-ci fit, au 17ème siècle, la fortune du Périgord.

A l’époque, elle servait aussi bien à éclairer les églises, et les cathédrales, qu’à faire du savon, de la peinture, et la cuisine bien sur.

Les nombreuses variétés de noix portent toutes des noms appelant à la gourmandise.

La Franquette, par exemple (ah ! la bonne Franquette !) que nous devons à un certain Nicoud-Franquet, qui l’a mis au point en 1784.

Puis la Mayette qu’un certain Mayet est allé chercher en Italie, est utilisée pour les desserts.

Et enfin La Parisienne, une belle noix toute en rondeurs.

Ces trois variétés sont des AOC de l’Isère, obtenue en 1938, rassemblées sous l’appellation «  noix de Grenoble », même si on la trouve dans tout le Dauphiné.

La Corne, la Franquette, la Grandjean, et la Marbot, se trouvent toutes en Périgord, AOC aussi, mais depuis 2002 seulement.

Et puis comment faire l’impasse sur la Ronde de Montignac, originaire de Dordogne, la Bijou, la Gourlande, la Glady, la Gibbeuse, la Jauge, la Carême, la Serr, la Verdot, la Chaberte, la Chandler, la Ferjean, la Rubis, la Meylanaise, la Quenouille, et la Cocarde des Cévennes ? lien

La Bijou doit son nom à sa taille, assez importante, jusqu’à 5 cm de haut, qui, lorsqu’un artisan y plaçait des petites charnières, devenait un petit coffret à bijou.

La France produit 30 000 tonnes de noix par an, et reste le premier producteur européen, même si la production mondiale atteint 1 260 000 tonnes. lien

Et puis, il y a l’huile de noix, considérée comme un bon vermifuge, qui pour garder tout son parfum, doit être gardée au frais et dans l’obscurité d’une cave.

Pour faire un litre de noix, il faut 1,8 kg de cerneaux de noix. lien

Le vin de noix est un excellent apéritif, facile à réaliser, et se réalise avec des noix vertes cueillies le jour de la Saint Jean, le 24 juin.

Le détail de la recette est sur ce lien

Avez-vous déjà dégusté une salade d’endives, et de roquette parsemée de quartiers d’orange (de préférence bio), de quelques zestes de cette orange, de cerneaux de noix râpés, et arrosée généreusement d’huile de noix coupée de jus d’orange ? Une petite merveille.

Attention, les quartiers d’orange doivent être débarrassés de la peau fine et transparente qui contient la chair de l’orange.

Le pain de noix mérite aussi le détour, il est facile à réaliser comme on peut le découvrir sur ce lien.

J’encourage les gourmets, et les gourmands a se tartiner une tranche de pain de noix d’un jolie couche d’authentique Roquefort, accompagné d’un joli Cahors, ou même d’un Banyuls grand cru.

On peut aussi tenter la même tartine avec du fromage de chèvre, accompagné de noix et miel. lien

Pour le dessert, vous aurez l’embarras du choix : du simple gâteau de noix, aux noix caramélisées, en passant par le crumble de figues et de noix.

Petite astuce pour redonner leur fraîcheur à des cerneaux de noix secs : une nuit d’un bain de lait leur redonne leur saveur.

L’histoire raconte, qu’il n’y a pas si longtemps, on badigeonnait, et on massait, les enfants rachitiques et les personnes anémiées, avec de l’huile de noix.

En effet, la noix est riche en calcium, magnésium, phosphore, potassium, cuivre, zinc, et en acide gras polyinsaturés.

Sa forte teneur en Phytostérols favorise la baisse du taux de cholestérol, et nous l’avons déjà vu, c’est un concentré d’antioxydants.

A l’automne 2005, Le Docteur Russel J.Reiter, professeur en neuroendocrinologie au Centre des Sciences de la santé de l’Université de San Antonio, au Texas a découvert que la noix contenait de la mélatonine, indispensable à la régulation du sommeil, mais aussi capable de retarder la maladie de Parkinson et d’Alzheimer. lien

Cette découverte a fait l’objet d’une publication dans la revue « Nutrition ».

Donc, avant d’aller rejoindre les bras de Morphée, ou d’un/e autre, mangez donc quelques noix.

La noix peut aussi être efficace pour traiter le diabète, si l’on en croit l’équipe canadienne de David J.A. Jenkins, qui a mesuré ses effets bénéfiques sur 210 personnes. lien

La noix déborde largement le domaine de la santé et de la nutrition :

Une société Suisse fabrique depuis peu des buches grâce aux coques de noix, et elles ont un fort pouvoir calorifique. lien

Ces buches ont un taux résiduel de cendres de 1%, contre 2 à 3% pour le bois, et elles ont un CO2 négatif.

En menuiserie, le noyer a la cote, mais les meubles fabriqués avec les racines de Noyer appelées « ronce de Noyer » sortent du lot.

Plusieurs entreprises utilisent même les coques de noix pour fabriquer des abrasifs. lien

Les feuilles de noyer peuvent aussi servir à éloigner les fourmis, les mouches, les punaises. lien mais si malgré tout vous avez été la proie d’insectes piqueurs, une décoction de feuilles de noix sera la bienvenue. lien

Quant aux corbeaux, ils sont friands de noix, mais dépourvus de moyens pour les casser, ils utilisent des moyens originaux, comme on peut le découvrir sur cette vidéo .

Quant à ceux qui s’interrogeraient sur l’actualité de cet article, je leur rappelle que c’est à partir de la mi-septembre qu’elles se ramassent, tout comme les feuilles mortes.

Aux dernières nouvelles, il paraitrait même qu’il existe un « gouvernement à la noix » et même qu’il commence à bien nous les casser.

Car comme dit souvent mon vieil ami africain :

« Celui qui avale une noix de coco fait confiance à son anus ».

Une pensée sur “Un article à la noix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *