Un bateau français pour Gaza, rassemblement du Vieux-Port de Marseille : plumedepresse y était

Non pas un mais deux bateaux français, avec à bord un député, une eurodéputée, un Conseiller régional et Olivier Besancenot : le rassemblement d’hier sur le Vieux-Port a dopé l’enthousiasme des militants pro-palestiniens.

Trois mille militants selon RFI, environ 2000 suivant Maritima, et une forêt de drapeaux pour quelque 80 organisations soutenant la participation française à la « flottille de la liberté », qui s’apprête à tenter de forcer symboliquement le blocus maritime imposé à la bande de Gaza par l’armée israélienne.

En mai 2010, la « flotille de la liberté I » avait essuyé l’assaut de la marine israélienne, dans les eaux internationales – ce qui suffit à qualifier cette intervention d’acte de piraterie et de terrorisme d’Etat -, pour le lourd bilan de neuf morts. Et Israël annonce fermement qu’il n’est pas question un seul instant qu’un bateau de la flottille II ne parvienne jusqu’à Gaza : la tsahal pourrait à nouveau employer la force et il faut du courage pour s’embarquer. Doublé du courage politique, pour les élus qui ont annoncé qu’ils seraient à bord : le député communiste Jean-Paul Lecoq (comme nous l’annoncions hier) mais aussi, et il s’agit là d’informations majeures révélées hier, une eurodéputée Europe Ecologie-Les Verts, Nicole Kii Nielsen, venue l’annoncer à la tribune, comme le jeune Julien Bayou, conseiller régional d’Île de France du même parti (également militant de Jeudi noir, Générations précaires ou Sauvons les riches). Un militant du NPA est venu lire un message d’Olivier Besancenot, qui ne pouvait être présent mais annonce qu’il sera lui aussi passager d’un bateau français ! Pierre Laurent, secrétaire général du PCF, a appris aux militants présents le nom de baptême du premier navire français : le Louise Michel. Pourquoi premier ? Parce qu’outre l’embarcation qui appareillera d’Athènes le 25 juin – déception de la foule, qui attendait de fêter hier le départ du bateau de Marseille même ! -, une nouvelle a déclenché l’enthousiasme : un deuxième bateau français rejoint la « flottille de la liberté » ! Pour des raisons de sécurité, sa position actuelle n’a pas été révélée.

Parmi les manifestants du Vieux-Port, on a pu noter la présence d’Eric Coquerel et Alexis Corbière, tous deux secrétaires nationaux du PG, de Pierre Darrhéville, secrétaire fédéral du PCF, de Jean-Marc Coppola, Conseiller régional du Front de gauche, Marie-Christine Vergiat, eurodéputée Front de gauche elle aussi, ou encore de l’ami Michel Vaxès, député communiste des Bouches-du-Rhône. Ce dernier a pris la parole, ceint de son écharpe tricolore, pour réclamer ce qui fut le leitmotiv du rassemblement : simplement l’application du droit international et des résolutions de l’ONU ! Un Etat palestinien, doté du « droit de se défendre », a précisé l’élu, dans les frontières de 1967. Avec un libre passage entre Gaza et la Cisjordanie, a insisté le militant pacifiste et anti-colonialiste israélien Michel Warschawski (photo ci-dessous).

Michel Vaxès et Pierre Laurent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par une belle après-midi marseillaise, le rassemblement unitaire des militants pacifistes en faveur de la reconnaissance de l’Etat palestinien par l’Onu, espérée en septembre, farouches adversaires de l’odieux blocus de Gaza imposé par  Israël au mépris du droit international, a dopé l’enthousiasme et réchauffé les coeurs. Ainsi que l’écrivait le poète palestinien Mahmoud Darwich, « Nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir ».

(Photos : Olivier Bonnet)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *