Un camp de Roms attaqué par un commando cagoulé: le triple effet Sarkozy, Hortefeux, Pernaut

Ça s’est passé en France, près de Paris, dans les Yvelines : « Des hommes cagoulés et armés, habillés comme des policiers, décrit 20 minutes, « se sont introduits dans un camp de Roms ». Le récit est terrifiant « ces hommes ont fait irruption dans le camp de la plaine de Triel-sur-Seine vers deux heures du matin dans une voiture munie d’un gyrophare. Ils ont pénétré dans des caravanes avec des fusils et des matraques, arrachant certaines portes. Plusieurs personnes du camp ont indiqué avoir été molestées et menacées avec des armes à feu, une femme précisant avoir été obligée de se déshabiller. L’agression aurait duré une demi-heure, les hommes cagoulés tirant en l’air à plusieurs reprises. Les habitants du camp ont précisé que leurs agresseurs «étaient habillés comme des policiers».

«Ces familles ne pourront jamais oublier ce qu’elles ont vécu. Le plus dramatique est que ces hommes sont repartis avec les papiers d’identité de plusieurs personnes du camp», a indiqué Annick Omond, du Collectif de soutien aux familles roms de la plaine de Triel-Chanteloup. » L’article date du 29 octobre dernier et l’information, peu relayée, nous avait échappé – jusqu’à la lecture d’un billet du camarade CSP. « Quand on a lâché les chiens, il y en a toujours qui sont plus cinglés que d’autres et ce genre d’agression était inévitable dans ce contexte d’instrumentalisation de la xénophobie, commente-t-il. Créer un climat favorable à ce genre d’exactions, voilà bien la seule chose concrète dont ce gouvernement de la charogne peut se vanter d’avoir accompli. Parce que jamais la bande de lâches qui ont fait ça ne se seraient senti pousser des ailes pour passer à l’acte si depuis des années et de plus en plus maintenant, tout l’espace public n’était entré en saturation d’un discours anti-immigrés parti des sommets de l’État et qui a irrigué par capillarité toutes les couches de la société. On stigmatise les musulmans, on chasse les Roms, on rafle les sans-papiers ? On peut bien renouer avec la bonne grosse tradition de la ratonnade (…).«

Rappelons-nous de l’insupportable été sécuritaire. La stigmatisation venue du sommet de l’Etat : Sarkozy a établi un lien entre immigration et insécurité (et le porte-parole du parti au pouvoir, Frédéric Lefebvre aussi), que Brice Hortefeux a tenté de prouver contre ces pauvres Roms : le ministre de l’Intérieur a gonflé ses chiffres, eux-mêmes largement sujets à caution puisque d’une source improbable – le fameux fichier Stic, connu pour son taux de fiabilité proche du néant – et ne reflétant que l’activité policière, la seule partie de la criminalité à laquelle s’attaque la police, et non la réalité de celle-ci. Que se multiplient lesinterpellations de petits revendeurs de barrettes de shit ou de pickpockets, parce que les forces de l’ordre ont reçu l’ordre de « faire du chiffre » dans ce domaine, suivant la culture sarkozyste du pseudo-résultat d’affichage qui sert de base à la communication sécuritaire du pouvoir, et la part de ces délits va mécaniquement augmenter. Sans que cela signifie qu’il s’en produise effectivement plus ! Mais avec ses chiffres bidonnés accusant les Roms, le ministre de l’Intérieur instille le poison de la suspicion, de la défiance, du rejet d’une communauté collectivement présentée comme délinquante.

Au troisième étage de la fusée enfin, les médias de masse, reprenant en boucle le matraquage gouvernemental sur « le problème Rom », ainsi promu tête de gondole du kiosque de l’actualité. Jusqu’à ce que Jean-Pierre Pernaut dise exactement sur l’antenne de TF1« Une immigration, vous le savez, liée à une délinquance qui s’est beaucoup développée ces dernières années. » De l’Elysée à Beauvau puis sur TF1 : si les Roms sont une menace, pourquoi alors ne pas organiser des commandos para-policiers pour se livrer à la délirante équipée sauvage de la fin octobre à Triel ? Un leader politique, a fortiori un président de la République ou un ministre, ne peut impunément exciter la haine, la bêtise et le racisme sans assumer ensuite son écrasante responsabilité dans la violence qui découle du climat qu’il a installé, avec la complicité de certains médias dits « populaires ».

L’illustration Le péril Rom provient de chez Bloguitou.

Soutenez Plume de presse

Cet article vous a intéressé ? L’info indépendante et gratuite ne nourrit pas son homme… Contribuez à faire vivre ce blog en vous acquittant d’une cotisation, même d’un euro. Merci !

A’ lire aussi:

  1. Sarkozy, Hortefeux et la dictature d’une minorité : quand l’hôpital se fout de la charité
  2. « TF1 à droite, c’est absurde » : la bonne blague de Renaud Revel. Et Pernaut ? Et tout le reste ?
  3. Roms : quand la presse belge met les points sur les i
  4. Hortefeux, Ciotti : contre le sursaut citoyen, la pathétique défense des xénophobes d’Etat
  5. Elie Wiesel : l’expulsion des Roms « pas digne d’une société civilisée, cultivée et morale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *