Un changement de paysage

L’élection du 2 mai 2011 passera certainement dans l’histoire. Je dois admettre moi-même que jamais je ne me suis autant amusé au lendemain d’une élection. De ma mémoire, il n’y a jamais eu une élection qui ait autant changé le paysage politique du Canada que celle-ci. C’est une élection qui a en effet eu deux vagues complètement distinctes, une orange et une bleue, qui ont mis deux partis politiques à l’article de la mort, le Parti Libéral et le Bloc Québécois. La carte ci-dessus en porte témoignage.

Depuis lundi, on a parlé beaucoup de la vague orange du NPD qui a balayé le Québec et qui a complètement annihilé le Bloc Québécois, laissant ce parti moribond avec seulement 4 des 47 députés qu’il avait à l’origine et raflant également plusieurs sièges au Parti Libéral et au Parti Conservateur, mais au Québec surtout, nous avons tendance à oublier que pour que le Parti Conservateur arrive à récolter une majorité des sièges sans aucun appui du Québec (ils auraient été majoritaires même sans les 5 sièges qu’ils ont conservé au Québec), Il aura fallu qu’ils balaient la plus grande partie du reste du Canada. C’est ce qu’ils ont réussi à faire, largement au dépens du Parti Libéral. J’interprète les résultats comme ceci: le Canada anglais, las des gouvernements minoritaires instables, ont voté pour élire un gouvernement majoritaire, et s’assurer ainsi quatre années de quiétude. Le Québec, en revanche, souffrait d’une écoeurantite aigüe du débat constitutionnel et a résolu de voter pour un changement en votant pour un parti relativement jeune au chef charismatique et punissant les autres partis qui étaient au centre de ce débat, principalement les libéraux et les bloquistes.

Peu importe ce qu’on peut en penser, ce nouveau paysage politique nous aura permis de retrouver une polarisation gauche-droite dans la politique fédérale que nous n’avions pas vu depuis la fin des années 1960. Il y a très longtemps que nous avons vu une dichotomie gauche-droite plutôt qu’une dichotomie fédéraliste-souverainiste. Je m’en réjouis. Il est temps que nous passions à autre chose. Cette nouvelle configuration opposant un parti de centre-droite à une opposition résolument sociale-démocrate nous permettra peut-être enfin de débattre d’autres enjeux. Ça devrait être très sain pour notre démocratie et aussi très divertissant et rafraichissant.

Jack Layton du Parti Néo-Démocrate aura un défi de taille à relever. Il devra dans un premier temps encadrer un très grand nombre de députés néophytes. Qu’ils soient néophytes n’est peut-être pas si mal en soit, mais certains d’entre eux n’ont jamais eu d’emploi à temps plein et d’autres n’avaient qu’à peine mis les pieds dans leur circonscription et auront sans doute besoin d’un appareil GPS pour la retrouver. Ensuite, il devra aussi s’appliquer à jongler avec le fait que 60% de ses députés proviennent du Québec et qu’il devra tenter de représenter cet électorat particulier sans se mettre à dos ses autres supporteurs du reste du Canada. Je peux vous dire qu’il trouvera ça particulièrement difficile à gérer puisque le NPD est le parti le plus centralisateur et que la Province de Québec et très jalouse de ses juridictions. Il aura grand peine à maitriser le tout, mais ce sera certainement drôle de le voir essayer.

Pour Stephen Harper, le défi sera de faire mentir ses critiques qui appréhendent un virage radical vers la droite. La pire chose qu’il pourrait faire pour ennuyer ceux-ci est de ne pas s’éloigner trop du centre. S’il réussit à ne pas générer trop de controverses, il pourrait se retrouver avec un autre mandat et donner à son parti la réputation d’un « natural governing party », attribut longtemps donné aux libéraux.

Pour le Parti Libéral et Le Bloc Québécois, le défi sera de simplement rester en vie. Ce sera probablement possible pour les libéraux, mais j’ai de sérieux doutes pour le Bloc. N’ayant plus le statut de parti en chambre, avec les conservateurs qui veulent abolir le financement public des partis politiques, il risque de perdre près de 80% de son financement. C’était plutôt ironique, mais ce parti dévoué au démantèlement du Canada était majoritairement dépendant des contribuables du pays qu’il cherchait à détruire. N’ayant presque plus de financement, il est difficile de voir l’utilité d’essayer de garder ce parti en vie.

Donc, pour les quatre prochaines années, nous aurons droit à un match de boxe de première classe entre la gauche et la droite. Que le premier round commence!

11 pensées sur “Un changement de paysage

  • avatar
    6 mai 2011 à 9 09 57 05575
    Permalink

    Je déteste le concept gauche-droite. Il doit être possible de bâtir un programme politique qui ne vise pas à transformer le pays en Far West au profit des entreprises et des riches ni à faire de 50% de la population des assistés sociaux au dépend de l’autre 50%.Je me méfie souverainement des idéologies qui nous enferment dans des paradigmes étouffants. Je crois cependant que les gouvernements doivent jouer des rôles importants tout en ne rendant pas ses citoyens totalement dépendants. Ils doivent à la fois soutenir et responsabiliser. Je rêve d’un parti politique qui se voudrait simplement pragmatique et qui passerait beaucoup de temps à bien expliquer les enjeux à la population comme René Lévesque l’a si magistralement fait lors de la nationalisation de l’électricité.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 10 10 08 05085
    Permalink

    le vote du 2 mai ne constitut pas un vote contre la souverainneté au contraire c est une derniere chance au fedéralisme que les québecois laisse . le npd est un partie centralisateur toptalment inconpatible avec les aspirations et les interets du québec . donc tout est encore possible pour les souverainnistes et c est tres bien comme ca !!

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 10 10 43 05435
    Permalink

    Tout est relatif mais je plaçais Ignatieff au centre droit et Harper a droite.

    Parmi les 40% qui ont vote pour Harper Junior, ceux qui ne sont pas complètement idiots (ou tres riche) vont pouvoir s’apercevoir de leur erreur d’ici les 4 prochaines années. :mrgreen:

    God save the Canada !

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 10 10 59 05595
    Permalink

    @PD

    Je suis bien d’accord que Harper fera un pas vers le centre pour devenir le « natural governing party ». Il faudrait naturellement que se créé a sa droite un parti qui ne lui enlèvera pas vraiment de votes, mais fera les manchettes comme extremiste… Je suis sûr qu’il y travaille déjà.

    Au Québec, si se crée un NPD provincial, il pourrait devenir le grand rival du parti que crééra Legault plus a droite. Si ces deux partis apparaissent, on aura des réalignements spectaculaires et Marois comme Charest seront sans doute mis hors-jeux.

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 11 11 11 05115
    Permalink

    @ Martin Michaud
    Même si souhaite que vous ayez raison, je ne sais pas où vous prenez l’idée qu’il s’agit de la dernière chance laissée au fédéralisme. Quelqu’un me rappelait que la région de Jonquière a voté successivement Bloc, Conservateur et NPD. Avec une telle volatilité, je ne jurerais de rien.

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 11 11 23 05235
    Permalink

    Addendum:

    1) A Ottawa: Ne pas négliger la possibilité que Charest retourne au fédéral prendre le fauteuil d’Ignatieff, car reprendre le Québec en masse est le seul espoir du PLC de reprendre le pouvoir aux prochaines élections.

    2) A Quebec: Ne perdez pas de vue Projet Montreal, Bergeron et Ferrandez

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 14 02 30 05305
    Permalink

    Bof! Charest pourrait même, si les conservateurs ne défendent pas le Québec, faire la séparation lui-même.

    Il était conservateur au fédéral, il est devenu libéral au provincial, qu’est-ce qui l’empêcherait de devenir séparatiste pour garder le pouvoir?

    Tout est possible en ce bas-monde!

    Amicalement

    Elie l’Artiste

    Répondre
    • avatar
      6 mai 2011 à 17 05 26 05265
      Permalink

      C’est vrai Lartiste! Plusieurs personnes trouvent que les québécois agissent en girouette, mais l’exemple vient de haut: de notre Girouette en chef!

      Toutte se peut, comme le dit Desjardins! 😉

      Répondre
  • avatar
    6 mai 2011 à 14 02 37 05375
    Permalink

    Gillac , (peut-être) que Monsieur Matin Michaud pense comme moi , que  »INTERNET » permet de savoir et ce : vertigineusement.

    Je me dis que si c’est volatille , c’est parce que ceux qui votent ne savent pas vraiment. Imaginez Mr ou Mme Gillac , les prochaines élections au Québec………Ya hou! Rin Tin Tin , on va sûrement reparler de B.B.
    J.M.D.S.

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2011 à 23 11 25 05255
    Permalink

    “Je te plumerai le bec” …

    La moindre des choses de la part des dirigeants et élus du NPD, c’est qu’ils arrêtent de nous bercer d’illusions … voire de mensonges …, que ce soit en matière linguistique et culturelle, ou en matière sociale (avec un refrain déjà usé sur les familles, les travailleurs, etc., …) : aucun de ces politiciens aguerris ou amateurs n’a le courage de dire la vérité aux citoyens québécois.

    La vérité est, qu’au delà des fanfaronnades, le NPD a subi un double échec, de par l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire, et du fait que l’éventail de promesses sociales généreusement proclamées est entièrement caduque dans le nouveau contexte politique fédéral. Les “cassettes” ambulantes du NPD ronronnent à plein régime avec le même mantra: “on fera des propositions au gouvernement”… Merci de ne pas nous prendre pour des idiots !

    Les dernières élections ont bel et bien introduit au Québec un nouveau “cheval de Troie” fédéraliste couleur citrouille : il faudra voir à en disposer efficacement, et à le renvoyer à ses maîtres, les orangistes de Toronto !

    Yves Claudé – sociologue

    Répondre
  • avatar
    9 mai 2011 à 13 01 03 05035
    Permalink

    Monsieur Yves Claudé , je voyais cela comme le début d’un temps nouveau , la dernière élection.

    Toutes les provinces devront un jour devenir  »INDÉPENDANTE » , et si on ne le fais pas avec les PI-KIOUS au Québec , on peut très le faire avec Mr Jack Layton et tous les Ti-nouveaux(elles) , nouvellement élues qui sentent le propre.

    Par contre cela va leur prendre un  »Conseiller Éminent  » , et j’ai trouvé que Monsieur Stéphanne Gendron , ferait mieux que n’importe qui le travail. === Le Cardinal Richelieu , c’est de la petite Bière à côté de lui.

    Monsieur Claudé , vous dites les orangistes de Toronto : (J.M.) le vert , ça pogne pas assez , le Bleu et le Rouge c’est des couleurs que l’on associe à  »SALE » dans la direction. === Alors , pourquoi pas orange ?

    Il y a aussi le Magenta que j’aime beaucoup , et peut-être que Monsieur Gendron pourrait former un nouveau parti , s’il ne veut pas être Conseiller. === C’est sûr qu’après avoir été le Maire le plus populaire du Québec , les oreilles doivent lui avoir enflées un ti-peu , mais c’est pas grave. Il semble avoir encore les 2 pieds sur Terre.

    Surement , qu’il y a des questions , qui vont être posées , mais faudra faire comme moi , le faire par écrit et exiger la  »RÉPONSE ÉCRITE et SIGNÉE » , ça les fais chier les ceusses qui nous dirigent. Pis encore plus que yeinck en masse tant ils ont les mains sales…………
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *