Un hic dans le feu vert de la Cour constitutionnelle allemande

 

Le Yeti

 

La très redoutée Cour constitutionnelle allemande vient de donner son accord à la création du fonds de secours européen (MES). Aussitôt les médias du microcosme et les marchés ont exprimé joie et soulagement. Problème, il y a un hic sévère dans cet accord.

Les honorables membres de la Cour de Karlsruhe limite l’apport allemand à 190 milliards d’euros maxi !

Amusez-vous donc, chers lecteurs pointilleux, à calculer les besoins urgents des sinistrés européens : Grèce, Espagne, Italie, Portugal, Irlande…

190 MILLIARDS POUR EN SAUVER PLUS DE 1000

Selon Jacques Sapir dans une tribune publiée par Marianne en juin, rien que pour l’Espagne, l’addition s’élèvera à 237 milliards d’ici fin 2012. Et pour l’Italie, vu les dégâts causés par la politique d’austérité imbécile de Mario Monti, pire encore : entre 500 et 850 milliards.

Bref, avec les autres éclopés réunis, on franchit allègrement le cap des 1000 milliards de besoins salvateurs. Notez : rien que pour “sauver”, même pas pour “redresser” !

Alors, 190 petits milliards d’apport allemand dans cet abime de trous pourris… Dites-nous donc qui va payer la différence ? Tout en respectant bien sûr la clause du prochain traité de stabilité européen (TSCG) fixant les déficits publics à un maximum de 3%. La France de François Hollande ? Ha ha ha !

Bon d’accord, les indécrottables et indécrottés optimistes (ceux qui donnent deux ans à Hollande pour redresser la France… et se faire pardonner d’avoir voté pour lui) mégoterons que la Cour de Karlsruhe a prévu un éventuel dépassement de son plafond… à condition qu’il soit voté par le Parlement allemand.

UN MIRACLE EST ATTENDU D’URGENCE

Rappelez-nous un peu quand auront lieu les prochaines élections législatives au pays de Frau Merkel ? En 2013. Rappelez-nous le pourcentage d’électeurs allemands qui se verraient mieux sans l’euro et ses estropiés ?

Ho, “Super Mario” (Draghi), t’es là ? Au secours, on a besoin fissa d’un super miracle de la BCE ! Rendez-vous au guichet des sinistrés !

Trêve de plaisanterie, je le trouve plutôt fendard, moi, ce jeu de massacre si programmé, à l’issue si prévisible, cette hilarante tragicomédie d’une déconfiture annoncée.

Heureusement que les médias du microcosme et les marchés sont là pour nous dire que ce n’est, au choix, qu’un spectacle ou un mauvais rêve. Et que tout va bien, on va se réveiller.

Le Yeti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *