un nouveau parti! le FNUMP!

C’est un séisme qui vient de secouer le monde politique français : le Front National et l’UMP viennent de décider de fusionner en un seul parti.

Au lendemain de l’échec patent des cantonales pour l’UMP, et de la maigre récolte pour le FN, Marine Le Pen a annoncé la création d’un nouveau parti en vue de 2012. lien

Sous les coups de boutoir d’un député de la majorité, Christian Vanneste, qui, depuis des lustres, militait pour le rapprochement des deux partis, à la surprise générale, l’UMP a décidé d’accepter ce mariage d’intérêt avec le Front de la Marine Nationale.

Le 6 octobre 2010, sur l’antenne d’une radio locale « radio courtoisie » connue pour sa sympathie avec l’extrême droite, Vanneste déclarait : « l’alliance avec ce qui est à notre droite est tout à fait possible ». lien

Dans les colonnes du Figaro, il confirmait sa conviction, en prenant l’Italie de Berlusconi comme exemple et déclarait: « tant qu’on aura un ennemi à notre droite, on perdra les élections ».

Le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, UMP lui aussi, en a rajouté une couche en déclarant :

« Il est nécessaire et indispensable que l’on arrive à cette union de toutes les droites, y compris avec le FN ». vidéo

Personne n’a oublié les manœuvres d’Alain Madelin, qui, lors des régionales de 1998 soutenait une alliance avec le Front National avant de rejoindre le camp de l’UMP en 2002.

A cette époque, l’alliance voulue par Madelin mais aussi par Charles Millon, Jean Pierre Soisson, Jacques Blanc, Charles Baur, avait bien fonctionné, puisqu’ils avaient tous été élus avec les voix du FN.

Ce qui poussa Millon à fonder « la Droite »il y a 13 ans. lien

Jean Pierre Soisson dirigera à ce moment la région Bourgogne avec le FN, sans le moindre complexe, à preuve la déclaration de Gilles Carvoyeur, chargé de la communication de Soisson : «  nous ne nions pas la réalité de notre gestion avec lui (le FN) »

A l’époque, Charles Millon, candidat à sa propre succession à la tête de la région avait discuté d’un accord avec les mégrétistes du front national, sous la houlette de Pierre Vial. lien

Même « l’innocent » Eric Woerth ex-ministre sarkozyste et porteur d’enveloppes bien remplies, à lui aussi largement participé à la mise en place d’une alliance avec le front National lors des régionales de 1998. lien

Plus prés de nous, lors des cantonales de mars 2011, Jean François Coppé, le secrétaire général de l’UMP semblait tenté par ce rapprochement, puisqu’il avait exclu d’appeler à voter  PS, ce qui revenait logiquement à encourager les électeurs à voter pour le FN. lien

En refusant le « front républicain » Sarközi, et Coppé, laissait donc la possibilité au Front National de gagner ces élections. lien

Elle avait été l’objet de nombreux dérapages, et d’appel du pied de l’UMP vers le FN, comme la « croisade » ou les propos peu aimables sur l’Islam répétés par Claude Guéant, ministre de l’intérieur, accusé de courtiser le FN. lien

Claude Guéant n’était-il pas en parfaite convergence avec le FN lorsqu’il déclarait « les français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux ».

Au fur et à mesure que l’on se rapprochait de l’élection 2012, les convergences entre le parti présidentiel et le parti de Marine se multipliaient.

Observons par exemple la similitude entre les propos de Chantal Brunel et ceux de Marine Le Pen, au sujet des immigrants.

Marine proposait de les repousser dans les eaux internationales (lien) alors que Chantal voulait les remettre dans leurs bateaux. lien

Marine Le Pen en liant l’insécurité et l’immigration (lien) ne dit rien d’autre que Brice Hortefeux, lorsqu’il déclare « quand y en un, çà va, c’est quand il y en a beaucoup que çà pose des problèmes ». lien

Jean Marie Le Pen le confirme dans cette vidéo.

Et que dire de l’amitié qui lie John Galliano au chef de l’état et à son épouse, (lien) habillée régulièrement par le styliste, lequel tenait, il y a peu des propos racistes ? lien

Quelle différence existent-il entre les plaisanteries racistes de la député UMP Josaine Plateret (lien) et le site islamophobe créé par Patrick Binder, élu FN alsacien ? lien

Les exemples foisonnent : lorsque Pascal Clément, ancien ministre de la justice UMP déclare « le  jour où il y aura autant de minarets que de cathédrales en France, ce ne sera plus la France » il ne fait que s’inspirer de Jean Marie Le Pen lorsque celui ci dit «  le jour ou nous aurons en France, non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont. Et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux ». lien

Ce qui lui a valu une condamnation à une amende de 10 000 € pour provocation à la discrimination raciale.

L’ex ministre de la justice a eu plus de chance puisqu’il a échappé à toute condamnation.

Lorsque Gollnisch déclare « quand plusieurs communautés hétérogènes ethniquement, culturellement, spirituellement, cohabitent sur un même territoire, l’histoire nous enseigne que cela se termine toujours de façon tragique » (vidéo) André Valentin, maire UMP lui répond en écho : « je pense qu’il est plus utile, qu’il est même indispensable, qui est temps qu’on réagisse parce qu’on va se faire bouffer »

« Par qui ? Par quoi ? » interroge le journaliste :

Et Valentin de répondre : « Y en a déjà dix millions. Il faut bien réfléchir. Dix millions que l’on paie à rien foutre ». vidéo

Ajoutons à çà le débat malsain sur l’identité nationale lancé par le chef de l’état, et le nouveau débat sur l’Islam en cours. lien

Du coté du Front National, Marine Le Pen acceptait timidement ces clins d’oeils appuyés, en affirmant « c’est vrai que pour un certain nombre de candidats DVD qui se sont toujours tenus correctement à l’égard du FN (…) nous sommes venus leur apporter notre soutien contre des socialistes… » lien

Ce qui tombait bien pour les candidats de la majorité, puisque nombreux d’entre eux avaient discrètement gommé leur appartenance UMP de leurs affiches, et de leurs tracts.

D’ailleurs Marine le Pen ne se trompe pas lorsqu’elle appelle le 11 mars 2011 les électeurs de l’UMP à rejoindre le Front National. lien

Il semblait donc inévitable que cette fusion se réalise un jour.

Le score catastrophique du parti présidentiel lors de ces cantonales 2011 a été la goutte d’eau qui a provoqué ce mariage d’intérêt.

Lors de la présidentielle de 2007, Le Pen s’était plaint que l’UMP ait siphonné ses voix, en reprenant dans son programme, les idées du front national.

La soi-disant insécurité, et la stigmatisation de l’Islam étant le fond de commerce de ces deux partis, le mariage était inévitable.

D’ailleurs, les politologues l’avaient prévu depuis longtemps.

Stéphane Rozes interviewé sur l’antenne d’Europe1 en avait fait cette analyse :

« Le fait que l’UMP n’appelle pas à voter pour un front républicain, ça veut dire pour les électeurs de l’UMP que finalement, il n’y aurait pas tant de différence que çà entre l’UMP et le Front National » vidéo

Il concluait à l’époque « l’UMP banalise le Front national ».

Arnaud Montebourg et d’autres socialistes l’avaient eux aussi imaginé depuis longtemps en annonçant : « l’organisation accélérée et préfiguratrice d’un projet d’alliance sur le plan national de l’UMP avec le FN ». lien

La création a venir d’un nouveau parti au centre, refuge d’anciens UDF déçus de la sarkozie, avec Borloo, Morin et d’autres rejetant l’UMP plus à droite a été une donnée supplémentaire. lien

Mais l’autre surprise, c’est le fait que ce nouveau parti ne s’appelle pas l’UMPFN, mais au contraire le FNUMP.

Cette priorité donnée au parti frontiste s’explique pourtant très facilement.

En effet, si le FN avait présenté des candidats dans tous les cantons, il serait passé de deux points devant l’UMP. lien.

Et d’ailleurs, dans un sondage récent, Sarkozy outre qu’il serait battu par Strauss-Khan, Aubry, serait aussi devancé par Marine le Pen. lien

C’est donc en vertu de cette avance incontestable revendiqué et obtenu par Marine, que le sigle du Parti frontiste figure en tête du nom du nouveau parti, malgré le refus bien compréhensible de notre autocrate présidentiel.

A 13 mois du scrutin présidentiel, il reste maintenant à ce nouveau parti, à se trouver un chef, et là, c’est pas gagné.

Car comme dit mon vieil ami africain : « On n’attrape pas un poisson avec du miel »

L’image illustrant l’article provient de « frogsmoke.com »

3 pensées sur “un nouveau parti! le FNUMP!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *