Une bien « Joly » Présidence !


2012 approche à grand pas et les candidatures se multiplient.Celle de Bayrou, de Morin, ou de Villepin sont probables, tout comme celle d’Eva Joly.
L’enjeu est de taille, car l’élection de 2012 pourrait réserver des grosses surprises.
On voit aujourd’hui que le Front National, boosté par la politique sécuritaire et d’exclusion du gouvernement Sarkozï, est en progression constante dans les sondages, avec 24% d’opinions favorables, en juillet 2010. lien
On constate aussi une énorme perte de popularité de Nicolas Sarkosï, qui reste encore crédible pour seulement 1 français sur 4. lien
La concurrence risque d’être sérieuse à droite, à gauche et au centre, puisque Hervé Morin a d’ores et déjà annoncé sa candidature. lien
On connait la décision de Dominique de Villepin, crédité en mai dernier de 9% d’intentions de vote (lien) et on ne doute pas de celle de l’inépuisable François Bayrou.
Le respect de l’environnement, accompagné de décisions concrètes sera au cœur de la campagne.
L’une des preuves en est le « jour du dépassement » (Earth Overshoo Day).
C’est le jour de l’année ou nous avons épuisé notre « budget écologique ».
En effet, ce jour a pour but de déterminer le moment ou l’humanité vit à crédit, après avoir consommé la quantité de ressources naturelles que la nature peut produire en une année.
Il est calculé tous les ans par l’ONG « Global Footprint Network ».
L’an dernier, ce jour était tombé le 25 septembre.
En 1960, la planète consommait seulement la moitié de ses ressources.
En 1987 le rapport entre la consommation mondiale et la bio capacité s’est inversé, si l’on en croit le « rapport Brundtland » sur le développement durable. Lien
Il se réduit chaque année un peu plus.
Cette année il est tombé le 21 août. lien
Nous avons donc épuisé en moins de neuf mois notre budget écologique 2010.
D’où l’importance de doter la France d’une forte implication écologique dans un gouvernement à venir.
Pour cela, l’UMP s’était parée, en 2007, des habits verts séduisants du « Grenelle de l’Environnement », mais on a vu, au fil des mois, et des années que les belles promesses étaient parties en fumée, et que les « grenelles successifs » avaient accouché d’une toute petite souris. lien
Les Français qui avaient espéré que Sarkozï agirait positivement pour la défense de l’environnement sont déçus aujourd’hui, comme on a pu le constater lors des régionales de 2010, l’électorat écologiste ayant totalement déserté les rangs de la droite.
Le dernier score connu d’Europe Ecologie remonte aux élections Européennes ou avec leurs 12,18% au premier tour, plus de 2 millions de français ont choisi l’alliance entre les Verts et Europe Ecologie. lien
Depuis, la situation environnementale de la Planète, et donc de la France a continué à se dégrader.
Sarkozï reste pourtant un adepte fervent et têtu de l’énergie nucléaire, alors qu’un peu partout en Europe, on s’est tourné radicalement dès 2007, et même avant, vers les énergies propres et renouvelables. lien
Depuis, le mouvement s’est amplifié, surtout depuis la catastrophe de Deepwater, (lien) et des incendies de Russie dont on ne mesure pas à ce jour toute l’étendue des conséquences. lien
25 ans après, Tchernobyl continue à faire parler de lui, puisqu’en Allemagne, les sangliers sont encore fortement radioactifs.
Jusqu’à 7000 becquerels par kilo (la norme à ne pas dépasser est de 600 becquerels). lien
En Alsace, les autorités affirment que « tout va bien ».
On connait la chanson.
On le sait, nos frontières nous protègent.
On pourrait donc légitimement imaginer que le score d’Europe Ecologie soit au-delà des 12%, porté par la candidature judicieuse et novatrice d’Eva Joly. lien
A gauche, depuis la mise à l’écart de Ségolène Royal, et la multiplication des candidatures, il ne serait pas tout à fait inconcevable que le PS ne soit pas présent au second tour.
Nul n’est besoin de rappeler le cauchemar qu’a vécu Lionel Jospin lors de ce terrible 21 avril 2002. lien
Ségolène Royal n’a peut-être pas dit son dernier mot, et pourrait en dernier ressort apporter son appui à la candidature d’Eva Joly.
Alors pourquoi ne pas envisager une candidature écologiste, suivie d’une victoire présidentielle ? lien
Ce qui serait une grande première pour notre pays : une femme Présidente et écologiste.
Faisons ensemble un peu de politique fiction.
Avec José Bové à l’agriculture, Michelle Rivasi à la Santé, Yannick Jadot aux énergies nouvelles, Cécile Duflot, à la Justice, Paul Ariess àl’économie, et pourquoi pas, Ségolène Royal à l’éducation… ce gouvernement ne manquerait pas de panache. lien
Cette candidature offre d’autres intérêts.
Chacun connait la pugnacité d’Eva Joly en matière de Justice.
On connait son efficacité dans la lutte contre les paradis fiscaux, et les évadés fiscaux, et on pourrait en attendre plus de résultats qu’avec les promesses sarkozistes.
De plus, depuis quelques mois, le gouvernement Sarkozï est pris dans la tourmente juridique, de l’affaire Woerth, et Eva Joly connait parfaitement les détails de l’affaire. lien
N’a-t-elle pas réclamé la démission d’Eric Woerth ? lien
Loin de s’apaiser, l’affaire enfle chaque jour un peu plus : les casseroles du Ministre se multiplient. lien
Elles sont passées de 7 à 9 en quelques jours.
La dernière en date concerne Eric de Serigny, son conseiller, lequel a été mis en cause pour ses liens avec le monde des affaires dans une enquête mise en lumière le vendredi 20 aout par France Inter. lien
Eric de Serigny est, comme par hasard, l’un des amis de Patrice de Maistre, gestionnaire de la fortune de Liliane de Bettencourt.
Eric de Serigny avoue avoir soutenu la candidature de Patrice de Maistre pour l’attribution de la légion d’honneur. lien
Il la trouvait « justifiée ».
Par quoi ? La question mérite d’être posée.
Pour l’instant, le juge Courroye, nommé par le pouvoir, semble tout faire pour empêcher l’affaire d’avancer, mais la pression politique et populaire devrait logiquement provoquer l’éclatement de la vérité.
En effet, il s’agit vraisemblablement d’une affaire d’état.
Les conflits d’intérêts semblent évidents, et la corruption probable.
On imagine avec gourmandise le débat final pour l’élection présidentielle, si Eva Joly amenait la discussion sur le terrain juridique en évoquant l’affaire Woerth.
La politique d’exclusion menée aujourd’hui par le gouvernement Sarkozï a légitimement été dénoncée par l’ONU. lien
Ce qui ne va pas arranger la popularité du chef de l’’Etat, d’autant que même à droite on commence à prendre ses distances.
Il suffit de découvrir la déclaration récente d’Alain Juppé sur son blog pour le constater. lien
Aujourd’hui, même le Pape s’inquiète auprès du gouvernement français des dérives d’exclusion de celui-ci, et en appelle à la fraternité. lien
Il y a même un prêtre qui prie pour que Sarkozï ait une crise cardiaque afin que cesse les expulsions. lien
Ce qui n’est pas très chrétien, avouons le.
Les Protestants montent au créneau par la voie de Claude Baty, président de la FPF (Fédération Protestante de France)
Le Chef de l’Etat qui revendiquait il y a peu l’appartenance chrétienne (lien) de notre pays devrait y être sensible ?
Alors, qui sera présent au second tour de l’élection présidentielle ?
Bien malin qui pourrait le dire.
Il reste une éventualité :
Devant l’impopularité croissante de Sarkozï, quelles certitudes avons-nous qu’il finira son mandat ?
Car comme disait mon vieil ami africain :
« Une pirogue n’est jamais trop grande pour chavirer »
Ps : au lecteur qui se serait étonné au fil de cet article de l’orthographe choisie pour le nom du président de la république, ne doit pas l’être.
Il s’agit en effet de l’orthographe initiale de son patronyme. (Il faut prononcer « sarcuoye »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *