Une foi laïque

OSCAR FORTIN

Me voilà entraîné sur un sujet qui s’est présenté exactement comme l’indique le titre. De prime abord, je me suis opposé à pareille aventure, voyant dans ces deux termes leur propre contradiction. Le mot foi ne réfère-t-il pas, par essence, à tout ce qui est religieux et son objet principal n’est-il pas un Dieu qui transcende notre monde ? Par contre le mot laïc ne nous renvoie-t-il pas à notre monde dans tout ce qu’il y a de profane, de non-religieux ? Personnellement, j’y vois, de prime abord, comme une contradiction dans les termes et je suppose que je ne suis pas seul dans cette situation.

 Ceci dit, je me lance tout de même dans l’aventure de la réconciliation d’une certaine foi avec la laïcité et de la laïcité avec cette foi. Vous conviendrez que ce ne sera pas tâche facile et mieux vaut que je me prépare bien pour faire face aux commentaires qui vont suivre. Je vous demande de n’avoir aucune indulgence à mon endroit. Je n’aurai que ce que j’aurai mérité.
Ma réflexion trouve sa base dans ces grandes valeurs laïques que sont la vérité, la justice, labonté, la beauté, la solidarité et la compassion. En chacune de ces valeurs, la laïcité s’y reconnaît pleinement, bien que ses promoteurs et promotrices ne s’y accordent pas toujours pour en dégager le sens qui en rapproche toujours un peu plus l’humanité.
Parler de vérité sans la distancier de tout ce qui est manipulation, mensonge, tricherie, hypocrisie serait en parler sans l’identifier véritablement. Nous sommes d’autant plus sensibles à cette « vérité » que nous vivons une époque où elle est utilisée à toutes les sauces. On en a fait un vêtement attrayant pour couvrir les pires mensonges, les tricheries les plus inimaginables. Nous ne pouvons plus faire confiance au messager, tellement il nous a bafoués avec ses histoires et ses montages… Alors, qui croire ?
Parler de justice, un autre mot qui remplit nos cœurs d’espérance est devenu un véritable chemin de Damas. Nos gouvernements partent en guerre pour répandre la justice dans le monde, pour apporter aux peuples de la terre la liberté et le respect de tous leurs droits. Nos soldats partent avec l’élan de la mission à accomplir et nous reviennent avec le cafard, l’angoisse, le mal de vivre.
Cette semaine, des journaux disaient qu’aux États-Unis, il y a eu, en 2012, 22 suicides par jour, pratiquement un par heure, de soldats et d’anciens vétérans. Au cours de la même semaine, on pouvait lire qu’en Israël le suicide est la principale cause de la mort des soldats israéliens.
Ces statistiques ont de quoi donner des frissons. Pourquoi ces hommes et ces femmes que l’on présente comme les héros des grandes luttes pour la liberté se retrouvent-ils confrontés à l’absurdité de leur propre vie, au point d’y mettre fin ?
En général, les héros des grandes luttes humanitaires, que ce soit pour la justice, la vérité, la liberté, l’indépendance, trouvent, dans leurs combats, la flamme de la vie et la paix du devoir accompli. Dans le cas présent, c’est le noir le plus complet.
Serait-ce dû au fait d’avoir été profondément trompés sur les véritables motifs de leurs luttes ? Alors que croire ?
Parler de bonté a de quoi nous apporter paix, confiance, sécurité, générosité. Nous avons tous et toutes des exemples de personnes qui respirent la bonté et en rayonnent partout où elles vont. Ce sont là des personnes dont le témoignage se grave dans notre esprit. Pourtant, que de fois n’avons-nous pas été leurrés, frustrés, trompés par des personnes qui cachaient derrière leur bonté l’avidité et la cupidité qui les habitaient. De nombreux exemples de gens, floués par ces bonnes âmes capables de leur promettre le paradis, nous sont rapportés quotidiennement. Alors, qui croire ?
Parler de beauté c’est entrer dans un monde d’ouverture, de sensibilité, d’intériorité et de grande gratuité. Ne dit-on pas que les grands créateurs, peintres, musiciens sont morts pauvres ? Leur art, la perfection de leur art ne pouvait être inspirée par des considérations monétaires. Pourtant, aujourd’hui, que voyons-nous ? Tout est devenu commercial et la valeur des créations ne se mesure plus à leur beauté, mais à celle du marché. Le beau est comme noyé dans un univers de créations où il devient difficile de distinguer le beau du précieux, le vrai du faux. Alors que croire ?
Je pense que vous pouvez poursuivre vous-mêmes ce type de raisonnement avec la solidarité et la compassion.
Dans tous les cas, nous sommes mis en situation de croire ou ne pas croire en ces valeurs, mais aussi de croire ou ne pas croire en ceux et celles qui s’en font les porteurs et souvent les manipulateurs. C’est là qu’intervient cette « foi laïque » qui fait que nous croyons en certaines valeurs, en certaines personnes, en certaines organisations, en certains gouvernants et non en d’autres.
Si déjà nous croyons tous et toutes en ces grandes valeurs d’humanité, pour ce qu’elles sont en elles-mêmes, encore faut-il que nous puissions croire, également, en ceux et celles qui s’en font les témoins privilégiés.
En somme, parler de foi laïque c’est faire référence à ces grandes valeurs pour lesquelles nous sommes disposés à donner le meilleur de nous-mêmes. C’est également en éloigner tous les manipulateurs qui s’en revêtent pour mieux tricher et tromper.
Je m’arrête ici. Vous aurez remarqué que tout au long de cette réflexion, je n’ai fait appel à aucun Dieu, à aucune foi religieuse. Je me suis appliqué à mettre au premier rang ce que je considère comme de plus « sacré » dans l’humanité : la vérité, la justice, la beauté, la bonté, la solidarité, la compassion.
Là, nous ne pouvons pas prendre prétexte de la non-existence de ces valeurs fondamentales pour nous y soustraire. Nous les avons collées à la peau.
Le défi de tous les temps et du nôtre, tout particulièrement, est d’en découvrir toute leurs richesses et d’en démasquer leurs ennemis que sont les menteurs, les manipulateurs, les prédateurs, les voleurs, les hypocrites, et surtout, d’en témoigner dans nos propres engagements.
En résumé, la foi laïque a pour « église » l’Humanité et pour « sacrements » les œuvres de justice, de vérité, de bonté, de beauté, de solidarité et de compassion.

Moi j’y crois. Evous?.
avatar

Oscar Fortin

Libre penseur intéressé par tout ce qui interpelle l’humain dans ses valeurs sociales, politiques, économiques et religieuses. Bien que disposant d’une formation en Science Politique (maîtrise) ainsi qu’en Théologie (maîtrise), je demeure avant tout à l’écoute des évènements et de ce qu’ils m’inspirent.

4 pensées sur “Une foi laïque

  • avatar
    11 février 2013 à 1 01 07 02072
    Permalink

    Perso, je n’y vois aucune contradiction, Il sagit de 2 véhicules différents, c’est tout !

    Que ces valeurs proviennent de l’éducation religieuse ou non , sauf erreur, elles sont véhiculées dans toutes les civilisations .

    Aussi noble soit-elle aucun humain ne peut prétendre les pratiquer a la perfection, elles ne peuvent non plus être imposées donc elles reposent sur la bonne volonté de chacun de les mettre en pratique du mieux qu’il/elle le peut !

    Quoiqu’il en soit, il faut dabord y croire et pour beaucoup cela est utopique tout comme le foi religieuse, c’est devenu quelquechose d’abstrait et de grands pans de la société le confirme a leur yeux a tout les jours .

    De croire en quelquechose, ne fait pas qu’il existe ! Ca ne fait que comforter celui qui crois et si par bonheur il s’entoure de gens qui comme lui y croient il ira a tout les extrêmes pour protèger ce petit paradis !!!!

    Il serait préférable, a mon avis, de rechercher l’humilité, celle qui nous rappelle notre place dans cette Univers infini…

    Répondre
    • avatar
      11 février 2013 à 5 05 11 02112
      Permalink

      @Perso : vous avez tout à fait raison de dire qu’il n’y a pas de contradiction entre foi religieuse et foi laïque sur la base de ces grands objectifs de vie et de prise de conscience de notre appartenance à une humanité qui est plus que celui de notre petit monde. Nous avons tous et toutes une responsabilité à assumer pour que notre monde devienne plus humain, plus vrai, plus juste, plus solidaire etc. Nous sommes tous et toutes interpellés et c’est évidemment en toute liberté et conscience que répondent ou pas à ces interpellations. Il y a des croyants qui y répondent, d’autres pas. Il y a des incroyants qui en font tout autant.

      Le présent texte met en évidence l’engagement de non-croyants au service de ces grandes valeurs de vie. Ces dernières ne sont plus le monopole de quelque religion que ce soit. Elles font appel à toutes personnes de bonne volonté et c’est par les oeuvres concrètes qu’elles se révèlent à l’humanité.

      Je vous remercie pour votre commentaire.

      Répondre
  • avatar
    11 février 2013 à 8 08 43 02432
    Permalink

    @ Oscar Fortin ,

    Vous dites : que croire , qui croire. Je dirais que la laïcité n’ira plus avec la Foi tant que l’on aura pas fait le ménage au niveau de la ; vérité et de la justice.

    À la fin de votre avant dernier paragraphe , vous parlez des ; menteurs , hypocrites , manipulateurs etc.etc. vont être démasqués(les ennemis des qualitées plus basse.

    Si la Bible Monsieur Fortin qui est à la cour est la même que celle de à l’Église , faut la retirer de là. Tant qu’à moi le crucifix , peut rester et on ajoute un petit kirpan , et une tite kirpa etchétéra et tout le monde laïque dans ce tripôt mal fermé là. De toute façon on s’y parjure à tour de bras.

    On exclut la personne qui parle et je parle en connaissance de cause. J’ai passé devant la cour et je vais y repasser encore , je cherche la vérité que l’on modifie juste comme je suis pour l’atteindre.

    Monsieur Fortin , il faut un commencement de remaniement quelque part , et je crois que c’est à ce niveau que l’on se foutte le plus de la Foi.

    J’espère ,
    Jean-Marie De Serre.

    Répondre
  • avatar
    11 février 2013 à 12 12 10 02102
    Permalink

    Vous avez tout à fait raison, M. De Serre de dire qu’un grand ménage s’impose et ce grand ménage doit se faire en regardant bien concrètement le monde dans lequel nous vivons et ce qui peut en faire un monde à visage humain. Ce questionnement doit rejoindre toutes les personnes et organisations de bonne volonté. Nous en sommes rendus là et espérons que ce mouvement ouvrira sa voie.

    Merci pour votre commenaire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *