Une multiplication des divergences au sein de l’Europe ?

En dépit de ses problèmes bancaires aigus qui défraient la chronique, l’Irlande se distingue des autres pays du PIIGS en ce qu’elle reste une économie compétitive. En fait, si ce pays n’avait pas eu à subir une bulle immobilière – accompagnée d’inévitables endettements massifs -, son économie aurait pu se tirer d’affaire assez correctement de la crise. L’Irlande devra donc lutter pendant des années pour résorber un endettement qui contribuera à abaisser notablement le niveau de vie de ses citoyens. Les déficits sont certes comparables à des boulets qui handicapent la croissance mais il est intéressant de se rappeler que ce pays avait démarré sa période faste (au début des années 90) avec un endettement global qui était de l’ordre de 100% de son P.I.B. … signe que la croissance est quand même possible – exceptionnellement – en dépit de forts déficits.

Quoiqu’il en soit, l’Irlande sera gravement pénalisée par les taux d’intérêts élevés imposés par les marchés sur le financement de sa dette. En effet, si les taux court terme sont fixés par la BCE, ceux sur le long terme n’ont cessé de grimper car l’Irlande paie aujourd’hui 5% de plus que l’Allemagne pour ses dettes. Inutile de préciser qu’un différentiel aussi important que 5 % représente des sommes pharamineuses dont l’Irlande devra s’acquitter: n’est-il pas vrai que l’on ne prête qu’aux riches? Pourtant, la production en Irlande semble redémarrer et ce contrairement à une situation en Grèce qui reste très déprimée.

Ainsi, en dépit de ses déboires bancaires non négligeables, l’Irlande enregistre aujourd’hui des performances économiques nettement plus favorables que la Grèce qui voit un recul de ses ventes de voiture revenir à son niveau du début des années 90! Notons également au passage que la Grèce a néanmoins été relativement épargnée sur le front du chômage qui n’a pas atteint les sommets dramatiques vus en Espagne. On le constate: la tension entre secteurs public et privé au sein de nombre de pays Européens fragilisés se double d’une tension ou d’une divergence entre ces même pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *